Il se passe des trucs bizarres en Australie. Jusqu’à présent, j’en étais resté au Thrash, au Hardcore, à l’Alternatif, mais la scène BM nationale n’est pas en reste et semble s’incarner autour de groupes bizarres, aux desseins néfastes et aux objectifs nuisibles. Il est certain que je ne peux faire une généralité d’un cas isolé, mais celui du sombre projet PLOUGHSHARE n’incite pas à la bienveillance. Je n’ai évidemment aucune information à faire circuler à leur (son ?) sujet, les données étant encore une fois plus que rares sur la toile et même sur les pages officielles du groupe. Je peux tout au plus vous dire que ce combo nous en vient de Canberra, qu’il a sorti un premier EP en 2017, subtilement intitulé Literature of Piss, et que les sites recensant son existence parlent d’un mélange de Black, de Death et de Doom, ce contre quoi je m’inscris en faux. Sans prétendre détenir la vérité absolue quant aux démarches artistiques des musiciens mondiaux, je tiens à préciser que les PLOUGHSHARE sont purement et pleinement BM, de la tête cornue jusqu’aux pieds fourchus, et que leur premier longue durée est une œuvre définitivement nihiliste quelle que soit l’approche que vous lui accordiez. Difficile toutefois d’affilier cet album à une extension noire particulière, puisqu’il semble prôner une pluralité qui lui confère justement une aura particulière, passant sans vergogne de blasts ultrarapides à des atmosphères beaucoup plus délétères, avec un flair indéniable et une aisance mortifère. Mais attention, point d’avant-garde là-dedans, ni d’expérimental, ou alors jusqu’à un certain point, puisque le tout est cohérent, progressif et tout à fait logique, et d’une musicalité que les plus retors ne pourront contester. Dès lors, comment parler d’un travail qui la plupart du temps échappe à toute catégorisation ? Les comparaisons devenant futiles et donc sujettes à caution, il convient de ne parler que de ce qu’on connaît bien, et de rester calé sur une ligne objective prenant en compte les seuls paramètres proposés par les morceaux en eux-mêmes.

Et ceux-ci partagent leur temps et leur philosophie entre des passages sans pitié, et des recherches plus occultes, ne semblant s’inspirer d’aucun dogme nordique pour élaborer leurs funestes plans. Certes, au détour d’un riff, on peut sentir le parrainage inconscient d’un DARKTHRONE ou d’un MAYHEM, mais ces sensations sont fugaces et certainement induites par un réflexe naturel plus que par un réel désir de coller aux principes de base. Ici d’ailleurs, la base est mouvante, très libre, et semble plus puiser dans le legs du BM allemand le plus rude, sans vraiment en proposer un démarquage net et précis. Sans autre informations sur le line-up de PLOUGHSHARE, je ne saurais dire qui fait quoi et comment, même si l’on sent une osmose instrumentale semblant découler d’un partenariat plus que d’un one-man-project. Globalement, In Offal Salvation est furieux, autant que le Black peut l’être lorsqu’il se veut radical et franc. Les guitares sont rigides et leurs licks glacés comme des lèvres en hiver pendant un enterrement, la rythmique est massive, la plupart du temps calée sur un nombre conséquent de BPM, et la voix, écorchée, mais loin des turpitudes agonisantes du genre. On dirait en effet que le résultat obtenu découle d’une fusion de multitudes de styles, qui une fois mêlés donnent cette ode à la brutalité, à l’obscurantisme musical, sans pourtant se départir d’un raisonnement terriblement cartésien. Et cette dualité intrigue, au moins autant que les titres les plus opaques, qui développent de beaux arguments ténébreux, contrastant de fait avec ceux privilégiant une optique plus directe.      

Et après une intro glauque comme une exploration sous-terraine en version found-footage, « Flesh Cleft Upon Writhing Altars » nous heurte de plein fouet avec son BM âpre et compact, nous aiguillant sur la voie d’un Black classique, aux déviances notables. Déviance, pour ce son global massif, mais légèrement diffus, pour ce chant un peu sournois et mixé en avant, et à cause de ces riffs trempés dans la glace norvégienne et congelés ensuite sous la rigueur hivernale d’un mois de janvier à Berlin. Mais aussi à cause de ces mélodies acides et ces tics maladifs, cette raideur de ton, et de cette outro étrange et presque grotesque à base d’effets intrigants, menant directement à la boucherie intégrale de « Subterranean Vestiges Dragged Forth », sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique. Un Black qui n’aurait retenu de la violence que son sadisme et son immédiateté, un supplice infligé avec condescendance, un cri guerrier émanant de nulle part et qui résonne dans la mémoire meurtrie des défenseurs de la musicalité la plus évidente. Des ralentissements en forme d’écrasement, un pilonnage systématique des sens, et une vilénie de ton qui profitent aux meilleurs efforts discographiques qui refusent la facilité de fond pour travailler l’atmosphère de ton. Et encore une fois, la transition est menée avec une pertinence rare pour nous mener au croisement « The Urinary Chalice Held Aloft », long de plus de huit minutes, et mixant des influences Ambient, Noise, avant de nous frapper d’une harmonie insidieuse préfigurant un aplatissement Doom du plus bel effet. Ce morceau est sans doute la quintessence de l’art des australiens, qui distillent leur étrangeté avec une parcimonie particulièrement intelligente, dosant leur effort avec efficience, pour ne pas sombrer dans les affres de l’expérimentation et perdre leurs auditeurs en route. C’est donc lourd, glauque, strié d’arrangements d’arrière-plan tous plus cacophoniques les uns que les autres, avant que la machine ne s’emballe de nouveau pour nous bousculer de blasts impitoyables. 

Crossover ? Le mot est lâché, à condition de le considérer comme un art et non une facilité ou une tergiversation. Car In Offal Salvation est homogène dans sa pluralité, et nous offre une démonstration de force nuancée ne perdant jamais une once de son impact. Mais avec des thématiques centrales d’une violence et d’une méchanceté inouïes, et des trouvailles de mise en place toutes aussi malsaines les unes que les autres, les PLOUGHSHARE signent un manifeste de haine d’un nihilisme effarant, sans pourtant céder aux sirènes faciles de la malséance gratuite. On tremble, mais pas à cause d’effets cheap ou de scare-jumps musicaux factices, on ressent la colère monter mais jamais gratuitement, et les stridences, les dissonances, palpables, disputent le peu d’air frais à des mélodies de guingois qui elles-mêmes doivent jouer des coudes avec des bruits incessants, des ronflements, des éclairs de mauvais contact, le tout emballé dans un concept terriblement lucide. Et « Salvific Putridity Bestowed » de persister dans cette voie en consacrant quelques minutes d’intro à un Drone/Ambient étrange, avant de distordre une fois encore le BM pour le sortir de sa condition prédéfinie. C’est évidemment brutal, éminemment bruyant, mais aussi viscéral, démoniaque, et certainement l’incarnation la plus infernale disponible sur le marché actuel. Entre des morceaux qui n’hésitent pas à jouer la concision (« Essence Expurgated; Reconstituted »), des interludes en trait d’union assourdissant (« Natality's Divinity Through Defilement »), et un final éponyme synthétique, In Offal Salvation s’avère d’une richesse incroyable pour sa petite demi-heure, et case plus d’idées que beaucoup d’autres groupes ne l’ont fait dans toute leur discographie. Un groupe étrange pour une musique ne l’étant pas moins, et un mystère qu’on n’a pas forcément envie de percer pour le laisser et l’apprécier en l’état. Souhaitons que la suite soit tout aussi bizarre, car les groupes comme PLOUGHSHARE sont rares. Et précieux.


Titres de l'album :

                           1.Carnal Revelation Unfolding

                           2.Flesh Cleft Upon Writhing Altars

                           3.Subterranean Vestiges Dragged Forth

                           4.The Urinary Chalice Held Aloft

                           5.Salvific Putridity Bestowed

                           6.Essence Expurgated; Reconstituted

                           7.Natality's Divinity Through Defilement

                           8.In Offal, Salvation

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/02/2019 à 14:19
90 %    236

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
@77.136.42.28
17/02/2019 à 11:12:56
"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des meilleurs album de BM tout court selon moi.
Va falloir que je m'écoute ce groupe du coup !

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?