Au départ, je voulais parler de la façon dont Adriana Lima me rend rigide. Oui je sais, c’est un peu trivial et hors contexte mais que voulez-vous…Mais le destin étant très joueur en cette fin d’année, je me suis retrouvé à Lima pour parler de PUTRID.

Je n’y gagne pas en termes d’avantages physiques suscitant des crises de priapisme, mais par contre, j’y ai fait la connaissance d’un combo salement vilain qui depuis quelques années répand des effluves de Brutal Death à tendance Black assez chafouin…

Fondé en 2009 au Pérou, Lima donc, le quatuor féroce (J. Inhuman – chant, Evil Avatar – guitare, Desekrator – basse et Miguelust Magnanimus – batterie) a mis ces années à profit pour publier un maximum de pamphlets brutaux, dont une démo initiale (Mountain Of Megiddo), trois splits en compagnie de DIABOLOUS 666, GRAVE DESECRATION, VLAD et IMPURE CONSECRATION, ainsi qu’une compilation proposant un survol de leurs créations originales.

L’heure était donc venue de passer aux choses sérieuses, avec un premier LP attendu de pied ferme par la communauté Bestial Black Death, qui finalement, avait raison de camper devant la canfouine de ces allumés du riff primal et d’un chant primesautier. Car aussi basique et peu empathique soit ce The Triumph Of Impurity, il n’en est pas moins un énorme pamphlet dédié à la gloire du malin, sur fond de violence instrumentale de débauche.

Quelles sont donc les références de ce combo aux pseudos alléchants et à la musique barbare ? Selon leur page Facebook, leur amour se porte sur l’antique Death Suédois, le Metal sombre sud-américain, le Black morbide et agressif, mais aussi le Thrash mondial, le plus primal et fatal possible.

On ne saurait modérer leur enthousiasme, tant The Triumph Of Impurity respire l’air fétide de tous les courants extrémistes dont ils se réclament, tout en gardant les pieds bien enracinés dans leur culture locale. Les dix morceaux de ce premier jet sont en effet très symptomatiques de l’approche sud-américaine d’un Metal féroce aux intonations atroces, refusant toute fioriture technique pour se concentrer sur l’essentiel, la bestialité et l’efficacité. Mais loin d’être des manchots, nos amis péruviens de PUTRID savent se démarquer du lot par une belle énergie boostée par des élans rythmiques de folie.

Leur label (Lord Of The Flies Records) les compare sans gêne aux ANGELCORPSE, ABOMINATOR et autres IMPIETY, ce qui n’est pas incongru en soi puisqu’ils font partie de la même famille à tête de bouc, mais à vrai dire, les PUTRID n’ont pas besoin de tuteurs en soi tant leurs émanations fétides peuvent se réclamer d’une respiration personnelle très…prononcée.

A cheval entre un Death vraiment basique et un BM des origines scandinaves, ce premier album ne fait pas dans le détail ni dans une visite organisée de la Cordillère des Andes à dos de lama, mais nous propose plutôt une excursion dans les bas-fonds de l’underground extrême mondial, avec ses références locales et ses ouvertures sur l’extérieur.

Pour faire simple et beaucoup plus imagé, prenez l’ambiance animale des premiers SEPULTURA et DORSAL ATLANTICA, et intégrez là à un contexte digne du BM originel des premiers grands albums scandinaves du genre (Dark Endless de MARDUK), et jouez le tout comme un combo Death des mêmes côtes de la fin des années 80, et vous obtiendrez ce savant panachage de références.

C’est assez facile à imaginer tant ces influences partagent bien des points commun, et surtout une approche similaire de la violence la plus crue et saignante, refusant tout artifice pour se concentrer sur la violence la plus ouvertement déclarée.     

On pourrait dans un accès de léthargie affirmer que tout est dit dès le premier morceau « Alive In Decay », ce qui ne serait pas totalement faux, tant les titres suivants se contentent de reproduire le même schéma à quelques variations près. Mais après tout, la simplicité est souvent le meilleur choix à effectuer, ce que prouve ce The Triumph Of Impurity, qui est effectivement aussi impur que le sang d’une fille de joie sacrifiée sur un autel au fond des bois.

Alors tout y passe, des riffs simples aux rythmiques atomiques, en passant par un chant rauque et brutal, des soli inexistants ou primitifs, jusqu’aux breaks téléphonés mais efficaces qui permettent de ne pas trop traîner. Mais les péruviens se permettent parfois d’accélérer la cadence pour se rapprocher d’un BM vraiment malsain, à l’instar de ce « What Preys On These Ruins », qui étale même quelques soli plus MORBID ANGEL que nature. Sa suite « Underneath The Bowels Of Golgotha » ose même aller encore plus loin dans la cacophonie, flirtant même avec les abysses infinis d’un Noise Death parfaitement abouti, sur lequel les intonations de J. Inhuman prennent une dimension encore plus inquiétante.

Morceaux concis qui restent dans une limite de temps impartie, qui parfois se rallonge un peu pour tenter l’optique évolutive malsaine, ce que réussit très bien ce « Pentamorphic Maze Asylum », qui avance même quelques arguments dissonants à la CORONER, pour une litanie au parfum de Doom qui étourdit. Leur Black/Death devient alors plus sourd et sournois, sans que le quatuor n’ait à forcer son talent naturel.

Mais les formats courts leur conviennent parfaitement, et dans ces moments-là, le Death des ENTOMBED, UNLEASHED et autres GRAVE revient à la charge pour un dernier baroud d’honneur, célébré au travers d’un « Sulphur Stench » absolument fatal et bestial.

« Unholy Catacomb » s’en rapproche d’ailleurs, dans un registre encore plus oppressant et claustrophobique, avec son torrent de blasts et de parties en double qui rappellent étrangement les premières déviances extrêmes de la scène Brésilienne des mid eighties.

On ne pourra pas accuser les PUTRID d’avoir donné dans la demi-mesure ou la timidité, tant leur The Triumph Of Impurity sent bon mauvais la brutalité outrancière la plus assumée, et joue le jeu de l’exagération jusqu’au bout du cierge allumé.

Souillant tout ce qu’ils touchent, ces Péruviens ne comptent pas rester sur la touche, et excellent dans le crossover entre Thrash sombre, Death de l’ombre et BM de tombe, pour un résultat en forme de cri de rage qui vous écrase les tympans en vous pressant le crâne de ses arguments.

Un départ tonitruant, underground comme il faut, exubérant par défaut, mais tranchant comme une faux. La mort n’a jamais été aussi séduisante qu’entre leurs mains tâchées de sang des années 80…Et du coup, je regrette moins de ne pas avoir croisé Adriana.

 Elle n’aurait pas supporté tout ce fracas.


Titres de l'album:

  1. Alive In Decay
  2. Desekrator
  3. Unholy Catacombs
  4. Pentamorphic Maze Asylum
  5. Gehenna
  6. The Morbid Raids
  7. Sulphur Stench
  8. What Preys On These Ruins
  9. Underneath The Bowels Of Golgotha
  10. Triumph

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/12/2016 à 17:00
70 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou