Je la sentais bien cette affaire…Appelez-ça un sixième sens ou une capacité de discernement liée aux centaines de chroniques déjà écrites, mais je savais que j’avais affaire à un groupe un peu différent, mélangeant les courants sans se soucier d’une trop grande diversité susceptible de les éloigner d’une fanbase avide de précision et de purisme…

Et je ne me suis pas trompé. Une fois de plus serais-je tenté de dire, mais les Estoniens/Suédois d’OGNEMÖT ont vraiment sorti un premier LP qui risque de faire date dans l’histoire du Crust et du D-Beat à option Metal bien costaud et épais.

Pourtant, le créneau surchargé ne suggérait pas d’ouverture possible sur quelque chose de différent. Les mêmes tempi hérités de DISCHARGE, la même froideur des guitares, le même chant époumoné vociférant des textes anarchistes ou contestataires, on retrouvait toujours les mêmes composantes dans le rendu final qui finalement, ne s’éloignait que trop rarement des classiques.

Mais dans le cas de ce Vol.1, l’approche est résolument de biais, et plus large. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’au final, on ne sait pas vraiment à qui/quoi on a affaire, se demandant quand même si tout ça n’a pas un rapport ténu avec le Black le plus symphonique et le Death le moins rachitique.

Les OGNEMÖT selon leur bio viennent donc de Tallinn, Estonie, ainsi que de Stockholm, Suède. Ils sont trois (Art – guitare/chant, Dipton – guitare et Romcha – batterie), ont déjà sorti un premier EP en 2014 (Salvation Is Ognemöt, Destroy Sounds records, No Name records), un split avec les CONVINCE (Enrage Records, Street Influence), et donc ce premier LP à l’orée de 2017 qui laisse justement augurer d’une ouverture multiple possible pour le Crust et le D-Beat que ces trois-là n’hésitent pas à confronter à des genres tout aussi extrêmes, pour obtenir un résultat d’une puissance et d’une profondeur rare.

D’ordinaire, le Crust et le D-Beat se veulent lapidaires. Rapides, concis, s’exécutant autour des une ou deux minutes en se reposant sur des riffs précis et supersoniques, tandis que la rythmique cavale bon train pour assurer l’entrain.

Mais ici, les choses sont un peu différentes. Très différentes. Car la vision du Hardcore made in Estonie est plus radicale, plus « Metal » et surtout, plus brutale. A tel point qu’on se demande finalement si on a toujours affaire à du Hardcore, et pas à du Metal extrême qui aurait trempé son fiel dans une louche de Core bien tassée.

Au vu des racines du groupe, inutile de vous attendre à une nouvelle déflagration brute à la URSUT, KISHTIMSKI KARLIK, AGASIA ou KOHTI TUHOA. Et d’ailleurs, pour en avoir conscience assez vite, une simple écoute du monumental (dans tous les sens du terme) « Цунами Cтраха » suffit pour en être persuadé. Intro tonitruante au beat gigantesque et presque dancefloor, riff monstrueux qui rappelle les plus grandes heures du ENTOMBED le plus glacial, et surtout, mélodies amères enroulées autour d’une basse gironde et profonde qui appuie encore plus le groove maniaque d’une batterie qui rythme tous les temps façon Studio 54 de l’enfer. Cette déviation plombée éloigne d’autant plus le trio d’un Crust passe-partout, et leur permet de revendiquer des influences de Néo Death scandinave tout autant que d’Indus Metal US à la PRONG, avec quelques réminiscences de KILLING JOKE qui s’enfuient à l’audition de thèmes sombres et mélancoliques que PARADISE LOST aurait pu placer sur son dernier album.

Je vous parlais d’ouverture, et je ne vous mentais pas. A vrai dire, les OGNEMÖT à force de tout oser et de tout tenter, se veulent nouvelle inclinaison extrême, et naviguent en courants multiples, qui finissent par nous plonger dans une mer de sons en tourbillon.

La tendance se confirme sur tous les morceaux de ce premier LP. « Vottovaara » joue même la carte dangereuse de l’Ambient un peu fouillis, et refuse toute musicalité, avant de finalement laisser sa nature s’exprimer une fois de plus en lâchant un riff monumental à la MASTODON. Dans un mouvement de masse digne du Doom le plus impitoyable et du Sludge le moins à la ramasse, le trio s’enfonce un peu plus dans les profondeurs du malaise, pour oser le biais Sludgecore malsain et dense, à la limite d’un BM vraiment nauséeux et traumatique, sans aucune inflexion Core pour l’extirper de sa condition funèbre. Pourtant point de dépression à l’horizon, puisqu’aussi massifs et inspirés du SAB’ soient ses riffs, l’harmonie n’est jamais loin et l’énergie reste toujours le point de focalisation principal.

Etre lourd, gênant, oppressant et pourtant presque « positif » n’est pas donné à tout le monde, et d’ailleurs le clou est enfoncé encore plus fermement à l’occasion d’un sautillant « Red-eyed wurdalak » qui trempe son Crust et son Anarcho-Core dans une bonne dose de Death contrarié par des lignes mélodiques affirmées. L’amalgame peut sembler étrange et contre-nature sur le papier, mais il est tangible dans les faits et finalement, ce Vol.1 ne ressemble pas à grand-chose d’établi ce qui lui confère une aura mystérieuse mais efficace tout à fait remarquable.    

  

Ce melting-pot d’influences marque même les morceaux les plus concis et radicaux, à l’instar de ce catapulté « Другой мир », qui profite une fois encore d’un riff plus complexe et harmonique pour proposer la rythmique la plus franche et échevelée sans perdre de son énergie bondissante aux arrangements étranges et mystiques.

« Grey alien legion eSStonia » en fermeture confirme l’excellente impression dégagée par ce premier LP qui décidément est vraiment à part, en reprenant toutes les astuces développées pour les pousser à un paroxysme de violence mélodique. Ce décalage constant entre une guitare enjouée et un chant absolument terrifiant mixé en arrière-plan produit un effet hypnotique, un peu comme si un groupe de Néo Punk apprenait les rudiments du Crustcore le plus corrosif en suivant une partition signée par UNLEASHED. Etonnant ? Difficilement envisageable ?

Et pourtant, c’est bien réel, et c’est enthousiasmant.

Mais écoutez pour vous en persuader définitivement. Je vous disais que je sentais bien cette affaire, et je ne m’étais pas trompé. En refusant le cloisonnement, les OGNEMÖT proposent quelque chose de vraiment nouveau, en utilisant des préceptes classiques qu’ils unissent au sein d’un même dogme libertaire. Et c’est bruyant, malfaisant et pourtant rassurant quelque part.

 Une saine façon de ne pas domestiquer la fureur pour la confronter à l’émotion, sans forcer.


Titres de l'album:

  1. Поток безвремия
  2. Бесы из вне
  3. Цунами страха
  4. Vottovaara
  5. Red-eyed wurdalak
  6. Другой мир
  7. Grey alien legion eSStonia

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2017 à 18:10
85 %    457

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus