Je la sentais bien cette affaire…Appelez-ça un sixième sens ou une capacité de discernement liée aux centaines de chroniques déjà écrites, mais je savais que j’avais affaire à un groupe un peu différent, mélangeant les courants sans se soucier d’une trop grande diversité susceptible de les éloigner d’une fanbase avide de précision et de purisme…

Et je ne me suis pas trompé. Une fois de plus serais-je tenté de dire, mais les Estoniens/Suédois d’OGNEMÖT ont vraiment sorti un premier LP qui risque de faire date dans l’histoire du Crust et du D-Beat à option Metal bien costaud et épais.

Pourtant, le créneau surchargé ne suggérait pas d’ouverture possible sur quelque chose de différent. Les mêmes tempi hérités de DISCHARGE, la même froideur des guitares, le même chant époumoné vociférant des textes anarchistes ou contestataires, on retrouvait toujours les mêmes composantes dans le rendu final qui finalement, ne s’éloignait que trop rarement des classiques.

Mais dans le cas de ce Vol.1, l’approche est résolument de biais, et plus large. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’au final, on ne sait pas vraiment à qui/quoi on a affaire, se demandant quand même si tout ça n’a pas un rapport ténu avec le Black le plus symphonique et le Death le moins rachitique.

Les OGNEMÖT selon leur bio viennent donc de Tallinn, Estonie, ainsi que de Stockholm, Suède. Ils sont trois (Art – guitare/chant, Dipton – guitare et Romcha – batterie), ont déjà sorti un premier EP en 2014 (Salvation Is Ognemöt, Destroy Sounds records, No Name records), un split avec les CONVINCE (Enrage Records, Street Influence), et donc ce premier LP à l’orée de 2017 qui laisse justement augurer d’une ouverture multiple possible pour le Crust et le D-Beat que ces trois-là n’hésitent pas à confronter à des genres tout aussi extrêmes, pour obtenir un résultat d’une puissance et d’une profondeur rare.

D’ordinaire, le Crust et le D-Beat se veulent lapidaires. Rapides, concis, s’exécutant autour des une ou deux minutes en se reposant sur des riffs précis et supersoniques, tandis que la rythmique cavale bon train pour assurer l’entrain.

Mais ici, les choses sont un peu différentes. Très différentes. Car la vision du Hardcore made in Estonie est plus radicale, plus « Metal » et surtout, plus brutale. A tel point qu’on se demande finalement si on a toujours affaire à du Hardcore, et pas à du Metal extrême qui aurait trempé son fiel dans une louche de Core bien tassée.

Au vu des racines du groupe, inutile de vous attendre à une nouvelle déflagration brute à la URSUT, KISHTIMSKI KARLIK, AGASIA ou KOHTI TUHOA. Et d’ailleurs, pour en avoir conscience assez vite, une simple écoute du monumental (dans tous les sens du terme) « Цунами Cтраха » suffit pour en être persuadé. Intro tonitruante au beat gigantesque et presque dancefloor, riff monstrueux qui rappelle les plus grandes heures du ENTOMBED le plus glacial, et surtout, mélodies amères enroulées autour d’une basse gironde et profonde qui appuie encore plus le groove maniaque d’une batterie qui rythme tous les temps façon Studio 54 de l’enfer. Cette déviation plombée éloigne d’autant plus le trio d’un Crust passe-partout, et leur permet de revendiquer des influences de Néo Death scandinave tout autant que d’Indus Metal US à la PRONG, avec quelques réminiscences de KILLING JOKE qui s’enfuient à l’audition de thèmes sombres et mélancoliques que PARADISE LOST aurait pu placer sur son dernier album.

Je vous parlais d’ouverture, et je ne vous mentais pas. A vrai dire, les OGNEMÖT à force de tout oser et de tout tenter, se veulent nouvelle inclinaison extrême, et naviguent en courants multiples, qui finissent par nous plonger dans une mer de sons en tourbillon.

La tendance se confirme sur tous les morceaux de ce premier LP. « Vottovaara » joue même la carte dangereuse de l’Ambient un peu fouillis, et refuse toute musicalité, avant de finalement laisser sa nature s’exprimer une fois de plus en lâchant un riff monumental à la MASTODON. Dans un mouvement de masse digne du Doom le plus impitoyable et du Sludge le moins à la ramasse, le trio s’enfonce un peu plus dans les profondeurs du malaise, pour oser le biais Sludgecore malsain et dense, à la limite d’un BM vraiment nauséeux et traumatique, sans aucune inflexion Core pour l’extirper de sa condition funèbre. Pourtant point de dépression à l’horizon, puisqu’aussi massifs et inspirés du SAB’ soient ses riffs, l’harmonie n’est jamais loin et l’énergie reste toujours le point de focalisation principal.

Etre lourd, gênant, oppressant et pourtant presque « positif » n’est pas donné à tout le monde, et d’ailleurs le clou est enfoncé encore plus fermement à l’occasion d’un sautillant « Red-eyed wurdalak » qui trempe son Crust et son Anarcho-Core dans une bonne dose de Death contrarié par des lignes mélodiques affirmées. L’amalgame peut sembler étrange et contre-nature sur le papier, mais il est tangible dans les faits et finalement, ce Vol.1 ne ressemble pas à grand-chose d’établi ce qui lui confère une aura mystérieuse mais efficace tout à fait remarquable.    

  

Ce melting-pot d’influences marque même les morceaux les plus concis et radicaux, à l’instar de ce catapulté « Другой мир », qui profite une fois encore d’un riff plus complexe et harmonique pour proposer la rythmique la plus franche et échevelée sans perdre de son énergie bondissante aux arrangements étranges et mystiques.

« Grey alien legion eSStonia » en fermeture confirme l’excellente impression dégagée par ce premier LP qui décidément est vraiment à part, en reprenant toutes les astuces développées pour les pousser à un paroxysme de violence mélodique. Ce décalage constant entre une guitare enjouée et un chant absolument terrifiant mixé en arrière-plan produit un effet hypnotique, un peu comme si un groupe de Néo Punk apprenait les rudiments du Crustcore le plus corrosif en suivant une partition signée par UNLEASHED. Etonnant ? Difficilement envisageable ?

Et pourtant, c’est bien réel, et c’est enthousiasmant.

Mais écoutez pour vous en persuader définitivement. Je vous disais que je sentais bien cette affaire, et je ne m’étais pas trompé. En refusant le cloisonnement, les OGNEMÖT proposent quelque chose de vraiment nouveau, en utilisant des préceptes classiques qu’ils unissent au sein d’un même dogme libertaire. Et c’est bruyant, malfaisant et pourtant rassurant quelque part.

 Une saine façon de ne pas domestiquer la fureur pour la confronter à l’émotion, sans forcer.


Titres de l'album:

  1. Поток безвремия
  2. Бесы из вне
  3. Цунами страха
  4. Vottovaara
  5. Red-eyed wurdalak
  6. Другой мир
  7. Grey alien legion eSStonia

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2017 à 18:10
85 %    315

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)