Jenks Miller est du genre hyperactif. Niveau rendement, il est capable de renvoyer Devin Townsend dans les cordes, mais aussi Mories, bien que le niveau d’un Buckethead soit encore assez lointain niveau points ATP. Mais il produit, beaucoup, souvent pour dire des choses, parfois pour les répéter, de temps en temps pour les balbutier. Mais lorsque sa voix et son ressenti s’expriment à plein volume, généralement, personne ne lui coupe la parole. Il a déjà publié un nombre conséquent d’œuvres sous son propre nom (je vous renvoie à son Bandcamp overchargé pour des références plus précises), mais aussi sous la bannière HORSEBACK, chantre d’un Drone psychédélique et empreint de Krautrock biscornu. Rajoutez à cette mini-liste le nom de MOUNT MORIAH, et vous aurez un résumé assez intéressant des orientations du bonhomme.

De son côté, Neill Jameson n’est pas non plus un pantouflard de l’extrême. On trouve son nom au casting d’ensembles aussi variés que puissants tels KRIEG, WELTMACHT, HIDDEN, TWILIGHT, N.I.L., ou MARCH INTO THE SEA/URINE, JUDAS ISCARIOT, NACHTMYSTIUM, et nous allons nous arrêter là en termes de BM, puisque lui aussi n’est pas du genre à s’arrêter à un featuring banal. Donc, en suivant les règles de l’addition ou de la multiplication, vous aurez une petite idée de ce que sont capables de faire ensemble ces deux marsouins.

Et bonne option dans votre réflexion si vous pensez à un jet de bile BM qui puise à sa source de quoi faire du mal aux tympans, mais aussi aux velléités d’innovation et de progression.

Relapse est donc fier de vous présenter le rejeton infâme de ses deux poulains, puisque Jenks et Neill ont uni leurs forces au sein d’un même projet, POISON BLOOD, qui en effet, une fois inoculé, laisse vos veines salement nécrosées comme une vilaine dose de crack pour les oreilles qui ne rend pas forcément accro, mais qui laisse des traces…Avec cet éponyme EP, les deux vilains souhaitaient s’épancher via un médium vraiment crade et influencé par les racines les plus abjectes du styles, puisque leur inspiration majeure avouée, BEHERIT, n’a jamais fait partie des références les plus saines de l’univers noir, bien au contraire. Alors oyez, fans hardcore de The Oath Of Black Blood et Drawing Down the Moon, vous qui avez usé les démos et le LP de ce sinistre groupe faisant partie des plus géniaux malfaisants de la galaxie BM, vous avez donc trouvé de quoi laisser reposer un peu les sillons de vos galettes sombres préférées. Car Poison Blood en est le digne descendant, quoique légèrement moins malsain et bruyant.

Mais tout aussi néfaste pour la santé…

On retrouve en effet sur les huit titres de cet EP tout ce qui faisait l’essence même du mal qui émanait de l’album de 1993 des Finlandais, jusqu’à cette production très rêche qui transformait chaque riff en plaie béante, et chaque poussée vocale en râle d’agonie. Mais on trouve aussi d’autres clins d’œil, sans doute moins appuyés, au Deathrock des RUDIMENTARI PENI, à l’univers légèrement plus décalé, mais tout aussi absolu dans un sens. Le mélange des deux donne donc un résultat très iconoclaste, mais personnel, et qui fonctionne à un degré de vilénie assez effrayant, pour peu que votre seuil de tolérance au primitivisme soit élevé et endurci par des années d’endurance. Et bien que les deux hommes ne se soient visiblement pas rencontrés pour accoucher de cette œuvre horrible, leur contribution est patente, et constatable à chaque intervention. Miller s’est donc chargé de l’écriture de la musique, et Jameson du chant, et acceptons que leur opération se couronne de succès, puisque Poison Blood nous replonge sans problèmes dans les affres torturés de la seconde vague de groupes BM scandinaves, avec cette touche de Punk et de Rock un peu gothique et crade typique des anglais qu’ils ont choisi comme icones.

Punk, BM, Rock, Gothique, pour une ambiance glaciale et sale, qui souille vos conduits auditifs comme un virus pur n’ayant jamais muté. Mais encore une fois, face au caractère éminemment épidermique et exclusif du travail proposé, il devient difficile de trouver des mots pour le décrire, puisque seule une écoute saura répondre à toutes vos interrogations.

Les afficionados du travail respectif des deux auteurs ne seront pas déçus par cette nouvelle livraison, pas plus que ne le seront les fans d’un Black brut à la BEHERIT, HELLHAMMER ou même des premiers BATHORY. On retrouve même cette touche très sale d’un MOTORHEAD simplifié à outrance ou d’un IMPALED NAZARENE en état végétatif, ce qui en dit long sur les intentions du duo et du résultat. C’est noir comme du Metal sans reflet, crade comme une démo brute passée entre les mains d’un producteur un peu méticuleux et au fait des techniques basiques d’il y a vingt ans, et qui aurait reproduit à l’identique l’enrobage rouillé des albums d’époque.

Mais aussi simple, rustre et méchant soit cet EP, il fonctionne, à l’image d’un morceau aussi mélodique et nihiliste que « Myths From The Desert », qui offre des arrangements d’arrière-plan assez étonnants, ou d’une transition aussi infantile que traumatique telle « The Flower Of Serpents », jouée sur un clavier bon marché, mais qui glace suffisamment les sangs sans en rajouter.

« Circles Of Salt », le final, se rapproche plus ou moins du boulot d’ordinaire abattu en solo par Jenks Miller, un peu Blackgaze et Shoegaze sur les bords, mais ce qu’il faut d’Ambient pour être rattaché à la locomotive. C’est puissant, processionnel et mélodique, comme une mélodie Irlandaise jouée par des musiciens norvégiens affublés d’un corpsepaint fait maison.

Difficile d’en dire plus sans en dire trop, mais rajoutons quand même l’urgence maladive de « From The Lash », et concluons en affirmant que cet EP fera date, d’une façon ou d’une autre, tant il parvient à évoquer des sensations de brutalité passées avec un allant très présent.


Titres de l'album:

  1. The Scourge and the Gestalt
  2. Deformed Lights
  3. Myths from the Desert
  4. A Cracked and Desolate Sky
  5. The Flower of Serpents
  6. Shelter Beneath the Sea
  7. From The Lash
  8. Circles Of Salt

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/09/2017 à 17:28
75 %    387

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon