Jenks Miller est du genre hyperactif. Niveau rendement, il est capable de renvoyer Devin Townsend dans les cordes, mais aussi Mories, bien que le niveau d’un Buckethead soit encore assez lointain niveau points ATP. Mais il produit, beaucoup, souvent pour dire des choses, parfois pour les répéter, de temps en temps pour les balbutier. Mais lorsque sa voix et son ressenti s’expriment à plein volume, généralement, personne ne lui coupe la parole. Il a déjà publié un nombre conséquent d’œuvres sous son propre nom (je vous renvoie à son Bandcamp overchargé pour des références plus précises), mais aussi sous la bannière HORSEBACK, chantre d’un Drone psychédélique et empreint de Krautrock biscornu. Rajoutez à cette mini-liste le nom de MOUNT MORIAH, et vous aurez un résumé assez intéressant des orientations du bonhomme.

De son côté, Neill Jameson n’est pas non plus un pantouflard de l’extrême. On trouve son nom au casting d’ensembles aussi variés que puissants tels KRIEG, WELTMACHT, HIDDEN, TWILIGHT, N.I.L., ou MARCH INTO THE SEA/URINE, JUDAS ISCARIOT, NACHTMYSTIUM, et nous allons nous arrêter là en termes de BM, puisque lui aussi n’est pas du genre à s’arrêter à un featuring banal. Donc, en suivant les règles de l’addition ou de la multiplication, vous aurez une petite idée de ce que sont capables de faire ensemble ces deux marsouins.

Et bonne option dans votre réflexion si vous pensez à un jet de bile BM qui puise à sa source de quoi faire du mal aux tympans, mais aussi aux velléités d’innovation et de progression.

Relapse est donc fier de vous présenter le rejeton infâme de ses deux poulains, puisque Jenks et Neill ont uni leurs forces au sein d’un même projet, POISON BLOOD, qui en effet, une fois inoculé, laisse vos veines salement nécrosées comme une vilaine dose de crack pour les oreilles qui ne rend pas forcément accro, mais qui laisse des traces…Avec cet éponyme EP, les deux vilains souhaitaient s’épancher via un médium vraiment crade et influencé par les racines les plus abjectes du styles, puisque leur inspiration majeure avouée, BEHERIT, n’a jamais fait partie des références les plus saines de l’univers noir, bien au contraire. Alors oyez, fans hardcore de The Oath Of Black Blood et Drawing Down the Moon, vous qui avez usé les démos et le LP de ce sinistre groupe faisant partie des plus géniaux malfaisants de la galaxie BM, vous avez donc trouvé de quoi laisser reposer un peu les sillons de vos galettes sombres préférées. Car Poison Blood en est le digne descendant, quoique légèrement moins malsain et bruyant.

Mais tout aussi néfaste pour la santé…

On retrouve en effet sur les huit titres de cet EP tout ce qui faisait l’essence même du mal qui émanait de l’album de 1993 des Finlandais, jusqu’à cette production très rêche qui transformait chaque riff en plaie béante, et chaque poussée vocale en râle d’agonie. Mais on trouve aussi d’autres clins d’œil, sans doute moins appuyés, au Deathrock des RUDIMENTARI PENI, à l’univers légèrement plus décalé, mais tout aussi absolu dans un sens. Le mélange des deux donne donc un résultat très iconoclaste, mais personnel, et qui fonctionne à un degré de vilénie assez effrayant, pour peu que votre seuil de tolérance au primitivisme soit élevé et endurci par des années d’endurance. Et bien que les deux hommes ne se soient visiblement pas rencontrés pour accoucher de cette œuvre horrible, leur contribution est patente, et constatable à chaque intervention. Miller s’est donc chargé de l’écriture de la musique, et Jameson du chant, et acceptons que leur opération se couronne de succès, puisque Poison Blood nous replonge sans problèmes dans les affres torturés de la seconde vague de groupes BM scandinaves, avec cette touche de Punk et de Rock un peu gothique et crade typique des anglais qu’ils ont choisi comme icones.

Punk, BM, Rock, Gothique, pour une ambiance glaciale et sale, qui souille vos conduits auditifs comme un virus pur n’ayant jamais muté. Mais encore une fois, face au caractère éminemment épidermique et exclusif du travail proposé, il devient difficile de trouver des mots pour le décrire, puisque seule une écoute saura répondre à toutes vos interrogations.

Les afficionados du travail respectif des deux auteurs ne seront pas déçus par cette nouvelle livraison, pas plus que ne le seront les fans d’un Black brut à la BEHERIT, HELLHAMMER ou même des premiers BATHORY. On retrouve même cette touche très sale d’un MOTORHEAD simplifié à outrance ou d’un IMPALED NAZARENE en état végétatif, ce qui en dit long sur les intentions du duo et du résultat. C’est noir comme du Metal sans reflet, crade comme une démo brute passée entre les mains d’un producteur un peu méticuleux et au fait des techniques basiques d’il y a vingt ans, et qui aurait reproduit à l’identique l’enrobage rouillé des albums d’époque.

Mais aussi simple, rustre et méchant soit cet EP, il fonctionne, à l’image d’un morceau aussi mélodique et nihiliste que « Myths From The Desert », qui offre des arrangements d’arrière-plan assez étonnants, ou d’une transition aussi infantile que traumatique telle « The Flower Of Serpents », jouée sur un clavier bon marché, mais qui glace suffisamment les sangs sans en rajouter.

« Circles Of Salt », le final, se rapproche plus ou moins du boulot d’ordinaire abattu en solo par Jenks Miller, un peu Blackgaze et Shoegaze sur les bords, mais ce qu’il faut d’Ambient pour être rattaché à la locomotive. C’est puissant, processionnel et mélodique, comme une mélodie Irlandaise jouée par des musiciens norvégiens affublés d’un corpsepaint fait maison.

Difficile d’en dire plus sans en dire trop, mais rajoutons quand même l’urgence maladive de « From The Lash », et concluons en affirmant que cet EP fera date, d’une façon ou d’une autre, tant il parvient à évoquer des sensations de brutalité passées avec un allant très présent.


Titres de l'album:

  1. The Scourge and the Gestalt
  2. Deformed Lights
  3. Myths from the Desert
  4. A Cracked and Desolate Sky
  5. The Flower of Serpents
  6. Shelter Beneath the Sea
  7. From The Lash
  8. Circles Of Salt

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/09/2017 à 17:28
75 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...