Queen of the Broken Hearts

Issa

12/03/2021

Frontiers Records

Je n’ai jamais été tendre avec la pauvre ISSA, chanteuse norvégienne qui depuis le début des années 2010 aligne les albums avec une belle constance. J’avais fait sa connaissance à l’occasion de la sortie de Can’t Stop en 2012, et je l’avais retrouvée quelques années plus tard lorsqu’elle nous avait offert son cinquième album en 2018, Run With The Pack. Et c’est sans honte que j’avoue à ses fans les plus endurcis que sa musique n’a jamais dépassé la juste moyenne dans mon cœur…Mais comme je suis têtu et que je n’aime pas rester sur une impression négative, je remets le couvert en cette couverte année 2021 pour vous entretenir du dernier méfait de la blonde chanteuse, encore une fois distribué par Frontiers, qui décidément croit dur comme fer qu’ISSA cassera un jour la baraque. Je ne peux toujours pas partager l’enthousiasme de ce cher Serafino, qui a parfois des gouts douteux (de moins en moins quand même), mais je peux admettre que la chanteuse développe avec les années une certaine maturité vocale, tout en s‘en remettant systématiquement à des astuces de Hard Rock à tendance Heavy, très mélodique, mais aussi terriblement générique, et ce, malgré les moyens déployés pour l’imposer sur le marché. Au moins, la diaphane vocaliste nous épargne les atermoiements de diva, et se contente d’un registre partiellement symphonique, ce qui nous permet d’économiser les mouchoirs et de ménager nos tympans.

Pour ce sixième longue-durée, l’artiste n’a pas changé d’un iota son approche, tergiversant toujours entre les nuances pour ne sonner ni trop clean, ni trop dure. Et c’est sans doute cette absence de choix qui la rend si dispensable à mes yeux, le côté anonyme de sa musique m’évoquant volontiers un pilotage automatique de l’écurie Frontiers pour produire du disque au kilomètre sans se soucier de sa portée sensorielle.

Encore une fois bien entourée, avec un line-up composé de Simone Mularoni (DGM) à la guitare, d’Andrea Torricini (VISION DIVINE), à la basse, de l’inépuisable Alessandro Del Vecchio à la production et aux claviers et de Marco Di Salvia (HARDLINE) à la batterie, ISSA fait donc ce qu’elle peut pour nous convaincre de sa passion Hard-Rock, mais encore une fois aussi, sombre dans le formalisme le plus englué dans les poncifs, et peine à faire décoller son nouveau répertoire. J’en veux pour preuve le succédané malhabile « I'm Here To Stay », qui singe les aspects les plus horripilants de VIXEN, et qui se traîne le long d’un mid tempo pilonné pour asséner un message qu’on peine à prendre au sérieux. Certes, la musicienne affiche une belle carrière de plus d’une décennie, mais si elle parvient à durer, c’est plus en demi-teinte que dans une lumière aveuglante, et c’est encore une fois dans un registre plus soft qu’on l’apprécie le plus, en dégustant le superbe et ciselé « Blue » qui colle beaucoup mieux à son timbre de voix très particulier.

Je l’avoue en toute objectivité, j’ai toujours autant de mal à supporter la voix de cette chanteuse au registre pourtant étendu, mais aux intonations assez agaçantes. Le décalage entre ses envies de puissance et son filet de voix relativement limité produit une impression de raté qui laisse de marbre, et la musique composée est si standard qu’on se demande vraiment où elle veut en venir. Des progrès ont certes été accomplis depuis ses débuts, mais le résultat ne déchaine toujours pas les passions, comme un Hard Rock joué sans confiance et mis en bouteille sans amour, qui une fois débouché ne flatte pas les naseaux de ses nuances fruitées ou corsées.

Il faut dire qu’aborder le cas de Queen of the Broken Hearts après avoir chroniqué les dernières perles du label italien n’est pas la meilleure façon de l’appréhender. Clairement dix tons en dessous des TURBULENCE, de CHEZ KANE ou SUNSTORM, la pauvre ISSA fait ce qu’elle peut pour essayer de prouver qu’elle mérite sa place aux côtés des meilleurs, mais ne parvient pas à créer l’illusion. Un peu comme si le pauvre Alessandro, fatigué d’être sollicité de tous les côtés, laissait son inspiration de côté pour se reposer le temps d’un album passe-partout. Alors évidemment, pris hors contexte et envisagé individuellement, Queen of the Broken Hearts n’est pas un mauvais disque en soi. Il est une solide démonstration de Hard-Rock mélodique très formel, mais sans l’étincelle de magie qu’on est en droit d’attendre après dix ans d’expérience et une carrière commencée très jeune.

Les titres passent les uns après les autres, et ne laissent aucun souvenir durable, si ce n’est par intermittence et en faisant preuve de beaucoup d’abnégation. On peut bien sur apprécier l’énergie d’un « Queen Of Broken Hearts », l’un des rares up tempo poppy à nous extirper de notre léthargie (et complété d’un solo très capable de Simone Mularoni), on peut aussi à la rigueur souligner le désir d’affranchissement de « Derive », mais lorsque la chanteuse part dans les montées lyriques, la patience bout dans la marmite de la tolérance, et on est rapidement tenté de skipper les morceaux pour arriver à cette conclusion inéluctable : ISSA a beau avoir un certain talent, il n’est jamais mis en valeur par les bonnes compositions.

On se rabat alors sur les quelques passages appréciables, sur les intros délicates, sur les refrains qui faute de donner envie de lever le poing, font tout de même bouger les petons (« Without Love »), sur les rares réussites AOR qui traînent de çà et là (« Wait For Love »), mais l’utilisation de thèmes trop usés, et cette rythmique qui systématiquement frappe au même rythme finissent par avoir raison de notre bienveillance, et on préfère oublier une fois encore cette expérience désagréable de déception constante.

Je pense donc avoir tout dit à propos d’ISSA en trois chroniques, et je ne pense pas m’évertuer dans un avenir proche à essayer de me faire changer d’avis à propos d’une artiste qui ne fait pas partie de mon univers. ISSA chante parfois bien, ses chansons savent de temps à autres toucher notre corde sensible, mais tout ça n’est pas suffisant pour en faire une priorité. Je la laisse donc entièrement à ses fans, qui eux savent l’apprécier à sa juste valeur.            

                                                                                                                                                         

                                               

Titres de l’album:

01. Angels Calling

02. The Way Out

03. The Night It Rained Forever

04. I'm Here To Stay

05. Blue

06. Queen Of Broken Hearts

07. Derive

08. Without Love

09. Wait For Love

10. After The Rain

11. Die For A Life With You


Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2021 à 14:06
60 %    139

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02