Zenith

Stormborn

26/04/2024

Rockshots Records

J’ai dû gratter les parois du net pour trouver des informations sur ce groupe anglais. Non que mes ongles soient trop courts, mais dix ans d’absence vous font parfois douter d’une activité récente, et le premier album de ce quintet étant paru en 2012, je me demandais très justement s’il s’agissait bien d’eux et non d’un autre orchestre moins porté sur le silence radio.

STORMBORN est donc né d’une tempête dans le Kent, une belle nuit de 2007. Une tempête de tous les diables, de celles qui ont donné naissance à IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, HELLOWEEN, BLIND GUARDIAN ou STRATOVARIUS, et qui encore aujourd’hui nous rappellent que la météo musicale fait souvent ce qu’elle veut, et fait trembler les institutions les plus fermement implantées dans leur époque. Mais loin d’un simple ersatz des groupes cités, qui restent des influences évidentes, STORMBORN se veut très ouvert, perméable à toute référence susceptible d’enrichir son spectre et d’approfondir sa portée.

Signé par le label italien Rockshots Records, l’ensemble anglais tente donc de retrouver sa superbe en neuf morceaux bien pesés. Il faut dire que douze ans d’absence font oublier même les nouveautés les plus excitantes, et si les fans se souviennent de ce premier jet éponyme comme étant l’un des possibles nouveaux départs de la scène Power Metal européenne, d’autres au contraire ont complètement zappé, passant à autre chose en suivant les méandres de l’actualité.

Andrew Felton (batterie), Laurence Armitage & David Viner (guitares), Simon "Steve" Ball (basse) et Christopher Simmons (chant) se proposent donc de survoler le répertoire Metal des années 90/2000 à sa façon. Beaucoup d’énergie évidemment, de l’envie, des refrains anthémiques, des accélérations surprenantes, pour un disque complet, qui tâte d’un peu toutes les eaux pour tremper ses pieds. On trouve donc dans ce melting-pot bouillonnant des éléments de Heavy classique, des épices Power Metal bien relevées, mais aussi quelques agréments Hard-Rock plus doux, pour un plat qui exhale d’une odeur forte, mais qui laisse un goût délicieux dans les tympans.

S’appuyant sur une section rythmique infaillible et subtilement créative, Laurence Armitage & David Viner brodent des riffs solides et persuasifs, ancrés dans la tradition 80’s, tout en louchant sur les saccades contemporaines les plus old-school. En découle un Heavy qui déborde du cadre Power, et qui se permet même quelques allusions thrashy, sans toutefois aller jusqu’à l’extrême. Pour comprendre l’art des anglais, autant commencer l’écoute par l’imparable et addictif « Out in the Weird », hit de concert et résumé parfait de capacités conséquentes.

Entre deux interventions en solo que ce cher Yngwie ne renierait pas, entre deux breaks bien amenés et subtils, entre deux reprises de refrain, STORMBORN fait étalage de son art de composition pour mieux nous convainque de la pertinence de son crossover riche et puissant. Et comme les individualités sont aussi notables que le collectif, le résultat est tout bonnement explosif, et plus proche d’une catastrophe nucléaire que d’un pétard de 14 juillet.  

      

Zenith présente donc un groupe qui semble avoir atteint le sien. Sans aller jusqu’à chatouiller l’originalité, ce deuxième album se permet de belles citations, en se montrant proche d’un DRAGONFORCE pleine bourre, via le dynamité et azimuté « Serpentine », très intelligemment choisi comme single. Il semblerait donc que cette longue période de mutisme ait fait du bien aux anglais, qui redémarrent leur carrière sur les chapeaux de roue. Aussi symptomatique de la royauté Power Metal italienne des années 90 que du règne anglais de la décennie précédente, Zenith est pro, carré, mais aéré, même dans ses moments les plus intenses.

De nombreuses plages instrumentales permettent de densifier encore plus le discours, avant que Christopher Simmons ne reprenne la balle au vol d’une envolée lyrique à la Michael Kiske.

Porté sur l‘efficacité, STORMBORN sait utiliser les codes les plus traditionnels, allant jusqu’à provoquer le fantôme d’HELLOWEEN et de MANOWAR via « Death Incarnate », dégoulinant de sextolets enflammés et d’accélérations de caisse claire/grosse caisse à faire muer un pauvre cobra royal. Nous connaissons évidemment ces méthodes, mais elles sont ici utilisées à bon escient par des musiciens pertinents et intelligents. Epique mais immédiat, démonstratif mais explosif, chic mais populaire, Zenith étanchera toutes les soifs, d’une roulade de basse ronde et serpentine ou d’un solo stratosphérique brulant les cordes avant de nous renvoyer dedans.

STORMBORN a donc très bien négocié son retour, et se présente à nous la mine haute et le verbe fort. Solide et convaincant, ce deuxième chapitre a même le bon goût de nous offrir un épilogue épique à la MAIDEN, et un « Echo » de plus de huit minutes, progressif, évolutif, mélodique et lourd, autorisant les musiciens à tout lâcher avant de rebâcher.

Démonstration de force en douceur, Zenith s’envole vers les étoiles et les tutoie de sa grâce. Souhaitons aux anglais un avenir plus stable, et des productions plus fréquentes. Tout le monde sera gagnant.         


                    

Titres de l’album:

01. Call of the Void

02. Land of the Servant King

03. Fear of a Monster

04. The Unending Night

05. Dawn Will Come Again

06. Out in the Weird

07. Serpentine

08. Death Incarnate

09. Echo


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/04/2024 à 17:39
80 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35