Siren

Blackstar Halo

13/09/2019

Inverse Records

Cherchant toujours à varier les plaisirs, je m’intéresse aujourd’hui au cas pas d’école du tout d’un groupe finlandais atypique, au plan de carrière plus ou moins erratique, et qui nous a fait le plaisir d’un retour l’année dernière après une longue absence. Formé en 2010, BLACKSTAR HALO a bénéficié d’une longue expérience sous un autre nom, avant de lâcher son premier LP la même année, Illuminated. Siren est donc leur premier témoignage en neuf ans, ce qui en fait l’un des groupes les moins prévisibles de la Finlande, mais gageons que leurs fans les plus hardcore se sont réjouis de ce comeback inopiné. Partiellement financé par le groupe et par une campagne de crowdfunding, Siren nous propose donc une version réactualisée de la formation, qui ose aujourd’hui pousser son concept rétro jusqu’au bout, tout en s’inscrivant dans une démarche de temporalité actuelle. Une dualité donc, en comparaison d’influences, mais rassurez-vous. Malgré quelques ajustements, le combo n’a pas vraiment changé son optique, juste renforcé des aspects autrefois plus flous, et accentué la violence de sa musique. Cette musique justement, est à la croisée des chemins, empruntant au Néo-Death scandinave des nineties son sens de la mélodie dans l’agressivité, tout en soulignant le tout d’arrangements électroniques de la même époque, pour évoquer une multitude de groupes tout aussi différents que complémentaires. A la base, les finlandais ont planté des jalons en forme de clins d’œil et autres révérences plus ou moins pertinentes. C’est ainsi qu’on retrouve dans leur love-list des artistes comme IN FLAMES, HIM, SOILWORK, HELLOWEEN, DEVIN TOWNSEND, GAMMA RAY, IRON MAIDEN, RAMMSTEIN, et sans accorder crédit à toutes ces citations, reconnaissons que la plupart sont pertinentes. Mais il serait évidemment judicieux d’en ajouter quelques-unes…

Quelques-unes dont SKINNY PUPPY, le révérend MANSON, JESUS ON ECSTASY, STATIC-X, SPINESHANK, en gros, la quintessence d’un Metal un peu louche dont le regard viril dérape souvent sur le décolleté généreux de l’Indus et de l’EBM solide. Le mélange n’est pas nouveau, il est même assez classique dans le fond, mais appliqué avec une insistance assez flagrante. Le quintet (Ville Hovi - chant, Hannu Kumpula & Timo Eskelinen - guitares, Dino Kullberg - batterie, Henri Rantanen - basse) nous propose donc de danser et headbanguer conjointement, pour enflammer les pistes de danse étranges de Tampere, au son d’un beat énorme emprunté à la rigueur pilonnée allemande de RAMMSTEIN, tout en fredonnant des mélodies héritées de l’Alternatif US des nineties et de la scène nordique de la décennie suivante. On reconnaît des astuces très Pop que le grand Devin a déjà employées en compagnie d’Anneke sur sa tétralogie solo (« Wolf The Mender »), et surtout, un solide instinct commercial atténué par une réelle envie de faire parler les watts, souvent par l’entremise d’une batterie mécanique aux roulements de double grosse caisse assez tonitruants (« Bleeding Red Door »). Le tout est donc nostalgique sans l’être vraiment, moderne sans vraiment le chercher, mais pas le cul entre deux chaises, les options étant fermes et définitives. Juxtaposant d’énormes riffs classiques sur un nappage synthétique, BLACKSTAR HALO évoque parfois les FRONTLINE ASSEMBLY, OOMPH, le tout passé à la moulinette STRAPPING YOUNG LAD (« The Queen », et ses diaboliques accélérations de l’espace dans une veine Thrash du futur), pour suggérer un night-club finlandais réservé à une faune interlope mais triée sur le volet. Et si l’ensemble reste d’un formalisme assez patent, l’effet cherché est atteint, et les morceaux finissent par grandir en vous.

Se déhancher sans avoir l’air de trahir la cause. Tel est donc le leitmotiv de cette musique efficace, qui ne cherche pas forcément midi à quatorze heures, mais qui varie quand même les plaisirs en modulant les détails. Enregistré et produit au Fascination Street studio par Johan Örnborg, Siren n’est pas du genre à faire profil bas, mais bien à se la jouer bombastic, avec ses références incessantes aux décennies précédentes. On sent par exemple des accointances avec le Metal subtilement Indus des années 90, école SHOTGUN MESSIAH (« Remedy »), de la fascination pour le Tanz Metal allemand (« The King »), un réel amour pour la vague mélodique suédoise de la même décennie, avec en glaçage des automatismes fluides (« Downfall »), et parfois, des constructions plus ambitieuses qui bouffent un peu à tous les râteliers, citant KMFDM, WHITE ZOMBIE, LINKIN PARK, pour mieux régurgiter le tout façon ragoût bien relevé (« Intruder »). En gros comme en détail, un melting-pot cohérent, qui tape tous azimuts, mais qui ne perd jamais le fil de sa pensée. Les syncopes sont précises, les guitares effilées, l’ambiance dense, et les sensations électriques et synthétiques, ce qui nous permet d’apprécier des hits méchamment calibrés, mais toujours assez velus pour ne pas fondre trop vite au palais (« Perdition's Air »). Certes, les finlandais n’ont pas inventé la poudre, mais ils se montrent efficaces et convaincants dans leur pluralité, et si parfois, quelques redites viennent gêner l’avancée, elles n’en stoppent pas pour autant la machine. Le groupe se montre d’ailleurs très à l’aise dans l’up tempo échevelé, et nous torche des classiques Hard Rock triturés qui honorent la citation d’IRON MAIDEN (« Less Than You »). Pas de moments de tendresse sirupeux, de l’énergie pure, qui se répète un peu, mais qui finit par remporter l’adhésion.

De quoi passer un très bon moment avec une musique qui dénote dans la production actuelle vouée aux gémonies old-school, même si BLACKSTAR HALO n’hésite jamais à piocher dans le passé de quoi entrevoir son avenir.   

        

Titres de l’album :

                            01. Bleeding Red Door

                            02. The Queen

                            03. Remedy

                            04. The King

                            05. Wolf The Mender

                            06. Downfall

                            07. Intruder

                            08. Perdition's Air

                            09. Less Than You

                            10. The Other Side

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/07/2020 à 19:01
75 %    181

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29