Damned If You Do

Metal Church

07/12/2018

Nuclear Blast

S’il est un groupe qui mérite d’incarner le Heavy Metal dans ce qu’il a de plus noble, c’est bien METAL CHURCH. Une palme qu’ils pourraient partager avec leurs homologues d’ARMORED SAINT, autre combo resté dans une ombre gênante dans les années 80, dont l’hédonisme prononcé préférait célébrer des gloires faciles que la légende a inscrites au panthéon des fausses idoles. Certes, les originaires de San Francisco ont joué de malchance, d’abord, en grandissant dans l’ombre de METALLICA qui a fini par ternir leur étoile de leur lumière aveuglante. D’autre part, d’un nom que certain jugeaient offensant, et finalement, d’une fausse labellisation « Thrash Metal » qu’ils n’ont jamais méritée, jouant au contraire un Metal franc, massif, inventif, mélodique, de celui que seuls les américains savaient pratiquer il y a trente ans ou plus. Mais heureusement pour nous, le temps rattrape souvent ses erreurs, et depuis, leur discographie est devenu un modèle du genre, qu’elle soit ancrée dans les eighties ou plantée dans les nineties, et c’est évidemment avec un bonheur sans nuages que nous avons tous accueilli la nouvelle du retour au bercail de Mike Howe il y a trois ans, pour le comeback tonitruant de XI qui nous a tous laissé sur le cul. Mais la question reste en suspens. METAL CHURCH a-t-il produit un album moyen lors de son long parcours ? En toute honnêteté, oui, mais au regard des standards de qualité respectés par ses œuvres maîtresses (Metal Church, The Dark évidemment, Hanging In The Balance, et éventuellement à posteriori The Human Factor), il est tout à fait excusable de montrer quelques signes de faiblesse une fois de temps en temps, surtout que depuis le retour à la maison du second vocaliste de légende (RIP David « The Witch » Wayne), ces signes de faiblesse se sont transformés en lettres de noblesse tant l’allant dont témoigne le groupe le ramène à ses plus grandes heures de gloire.

Evidemment, et puisqu’il faudra le préciser ad vitam aeternam, Damned If You Do n’est ni Metal Chuch, ni The Dark. Il n’en a pas la mystique, la préciosité ou le culot, mais au regard de la production actuelle qui se contente souvent d’utiliser des ficelles usées ou des exagérations pour se faire remarquer, il n’en est pas moins l’un des témoignages les plus vivants que le Heavy Metal est toujours aussi présent en 2018, et le démontre avec une classe infiniment plus sincère et crédible que le dernier JUDAS PRIEST par exemple. Et alors que tous les cadors des eighties s’obstinent à nous refiler leurs plans éculés depuis leur dernier album ayant gravi les marches du Billboard, METAL CHURCH continue d’avancer, et de faire tomber les barrières de genre en pratiquant une sorte de Power Metal à la sauce Californienne, celui qu’ils nous servent bouillant depuis les années 2000. Et ce douzième album est d’un tel niveau qu’il parvient à éclipser l’épiphanie qu’a représenté XI, pouvant même revendiquer l’appellation XII++ tant ses chansons enterrent celles proposées il y a deux ans. Car en toute objectivité, les dix titres de cette nouvelle livraison sont autant d’hymnes à la gloire d’une musique refusant toute compromission, qui rappellent par moment les éclairs de génie de la charnière 89/93, tout en louchant sur l’héritage personnel de 84/86. En gros, un survol de la plus belle période du groupe, qui sonne encore plus uni en 2018 qu’il ne l’était dans les faits en 1984. Entérinant donc la reprise du micro du volubile Howe, Damned If You Do fête aussi l’intronisation discographique du batteur Stet Howland (ex-TEMPLE OF BRUTALITY, 10,000 VIEWS, ex-BELLADONNA, ex-IMPELLITTERI, ex-KILLING MACHINE, ex-VIOLENT STORM, ex-W.A.S.P., ex-BLACKFOOT, ex-FOUR BY FATE, ex-LITA FORD, ex-WHERE ANGELS SUFFER), qui parvient en plus d’une occasion à nous rappeler la frappe fluide et massive de Kirk Arrington, et qui a donc trouvé sa place au sein du quintette. Et outre la figure historique de Kurdt Vanderhoof à la guitare, nous retrouvons donc Steve Unger à la basse et Rick van Zandt à l’autre guitare, les musiciens fidèles au poste depuis 2012. Une nouvelle famille donc, qui célèbre des retrouvailles avec une régularité sans faille, et qui se paie le luxe à l’approche des fêtes de Noël de nous offrir le plus beau cadeau qui soit, à savoir le meilleur album de Heavy Metal de l’année, à l’heure des tops finaux qui pointent le bout de leur nez. La bataille risque donc de faire rage…

Mike Howe lui-même, promotion oblige, déclare à propos de cet album :

« Je suis très excité par ce nouvel album. Tout s’est imbriqué bien mieux que je ne l’espérais, et c’est un sentiment agréable de travailler très dur sur un projet musical en y mettant tout son cœur, espérant que le résultat final vous rende fier. Je l’écoute tous les jours et je l’adore. J’espère que nos fans aussi. »

Et parlant en tant que fan, je ne peux que te rassurer cher Mike, oui, nous l’adorons. Car il reprend peu ou prou les choses là où XI les avait laissées, transcendant l’inspiration générale d’un surplus d’énergie et de créativité qui fait plaisir à entendre. A tel point qu’on a parfois le sentiment d’avoir voyagé dans le temps pour revenir à l’époque glorieuse de The Dark, spécialement lorsque l’étrange « The Black Things » joue les arpèges bizarres et les mélodies hagardes. On se reprend à fredonner les harmonies biscornues de « Start The Fire », tout en se souvenant des atmosphères déliquescentes de l’époque, de celles que les CRIMSON GLORY et autres MEGADETH imposaient sur leurs albums les plus flamboyants. Si ce morceau n’est pas le plus direct de l’ensemble, c’est l’un des plus hypnotiques, avec son alternance de mystère et de rage entière, et son refrain scandé avec une foi non atténuée. Il faut dire que placé juste après l’intro tonitruante de « Damned If You Do », il y va de son petit effet bœuf, et nous rassure de suite quant à l’état de santé d’un groupe qui semble encore affamé. Mais si le détail vous prouvera qu’effectivement, le CHURCH semble plus gaillard que jamais, c’est la qualité de l’ensemble qui frappe, des dix morceaux à la production, en passant par l’interprétation, que bien des jeunes musiciens pourraient leur envier. Tout y passe, du classique Metal en mid tempo fatal au Power accéléré et dopé à l’envie, en passant par le Hard-Rock racé extirpé de l’ennui, pour un festival de hits à rendre fous de jalousie tous leurs camarades de chambrée.

Vous voulez du Speed bon teint qui cogne et reste serein ? Alors « Guillotine » tranchera le cou de tous vos soucis. Vous préférez du lyrique fantastique, aux intonations cryptiques et à la mélodie magique ? Précipitez-vous sur « Revolution Underway » que le regretté David Wayne aurait pu transcender de ses aigus aiguisés. Vous manquez de jus et désirez avaler une grosse gorgée de burner burné pour retrouver du peps et la santé ? « Rot Away » en doses homéopathiques vous remettra sur pieds. Et même les instants les plus convenus - lorsque le Heavy se montre plus terni - restent d’un niveau très acceptable, puisque même le plus rebattu « Monkey Finger » et ses accents à la ACCEPT parvient à surnager dans le torrent de créativité. Alors inutile de traquer le moindre faux-pas, puisque pendant quarante-cinq minutes, METAL CHUCH donne le la, et s’impose presque quarante ans après sa création comme le groupe le plus doué de sa génération, et encore debout, valide, et prêt à mettre le monde à genoux. L’église n’est donc pas prête de fermer ses portes aux fidèles, qui se presseront encore près de l’autel pour écouter les psaumes et les reprendre le poing levé pendant des années.          


Titres de l’album :

                         01. Damned If You Do

                         02. The Black Things

                         03. By The Numbers

                         04. Revolution Underway

                         05: Guillotine

                         06. Rot Away

                         07. Into The Fold

                         08. Monkey Finger

                         09. Out Of Balance                         

                         10. The War Electric

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/01/2019 à 16:50
90 %    388

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
31/01/2019, 06:16:14
"Le meilleur album de Heavy Metal de l’année"...
Bah si certains s'en souviennent, il était effectivement dans mon Top 2018.
Putain de bon album qui comme tu le dis plus haut transcende largement "XI".
Et dire que je n'ai encore jamais eu la chance de voir ces gars là sur les planches... D'ailleurs, pourquoi ne sont-ils pas au HELLFEST ? Je me pose encore la question... ... ...

PS : mortne2001, pas touche aux METAL GODS bordel !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29

Buck Dancer

Et moi je dois être de bonne humeur, parce que je le trouve plutôt bon ce morceau. Sans surprise et dans la continuité, logique, de Magma, mais bien foutu.

05/08/2020, 17:26

RBD

Il ne faut jamais oublier qu'il y a d'autres régions dans le monde où jouer, écouter du Metal est dangereux. On peut lire le livre publié chez Camion Blanc sur le Metal dans les pays musulmans, qui déborde parfois le sujet mais est intéressant, bien que le contexte aie bien changé depuis les (...)

05/08/2020, 17:03

Pomah

Vraiment déçu, le titre est assez mou, facilité de composition, vraiment pas pêchu, cela sent la relâche. Que dire de la direction artistique du clip, qui est franchement cartoonesque... Vieillir me rends aigri visiblement.

05/08/2020, 15:20

Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47