Le géant Nuclear Blast vient de mettre la main sur une nouveauté pour le moins affriolante. On sait le label éclectique depuis sa création, mais la signature d’UNE MISERE leur donne l’occasion d’élargir un peu plus leur éventail, le Metal proposé par ce groupe sortant encore plus des sentiers battus. Certes, rien de véritablement neuf sous le soleil de l’extrême, mais de par sa nature complexe et son caractère multiple, cet ensemble nous permet d’apprécier des vues sur le Metal moderne assez rafraichissantes, et loin des turpitudes actuelles plus volontiers concernées par la nostalgie. Une musique bien dans son époque donc, mais aussi dans le passé, puisqu’on trouve dans les influences notables des traces de nineties bien assumées, ainsi qu’un modernisme très en vogue au début du nouveau siècle. Et dans les faits, ce nouveau quintet pourrait incarner le trait d’union parfait entre BRING ME THE HORIZON, SLIPKNOT, KORN et DAGOBA. Je cite ces derniers pour quelques nuances s’y rapportant, mais aussi pour faire le lien avec un clin d’œil. Car malgré son baptême fleurant bon la langue de Molière, UNE MISERE ne s’est pas formé dans notre beau pays, mais bien du côté de la froide et mystique Islande. Originaires de Reykjavík, ces cinq musiciens (Jón Már Ásbjörnsson - chant, Gunnar Ingi Jones & Fannar Már Oddsson - guitares, Þorsteinn Gunnar Friðriksson - basse et Benjamín Bent Árnason - batterie) ont donc bénéficié d’un apport culturel particulier, et d’un isolement créatif indéniable. Ce qui aurait pu constituer un lourd handicap pour eux s’est avéré une bonne raison de se bouger pour se faire connaître, et c’est ainsi que le groupe s’est retrouvé sur la scène en ouverture de SLAYER, mais aussi l’heureux détenteur des lauriers de vainqueur du Wacken’s 2017 Iceland Metal Battle. Ajoutez à ceci une présence réclamée au Roadburn de 2018, pour finir par une signature chez NB, et vous obtenez une entame de carrière tonitruante, qui laisse présager d’un avenir radieux.

Il faut dire que la connaissance des membres au préalable a dû les aider à se forger une forte identité. Résultat de la fusion de plusieurs groupes locaux, UNE MISERE s’est donc construit sur de solides fondations. En témoigne ce premier album d’une stupéfiante maturité, qui n’est pas sans rappeler en termes d’intensité les trois premiers albums de SLIPKNOT joués par un fan de downtempo. Croisant toutes les formes de Metal extrême actuelles et passées, ces cinq jeunes musiciens bien dans leur peau nous offrent donc une sorte de synthèse bruyante de ces quinze dernières années, avec des allusions poussées à Iowa, mais aussi à la scène Metalcore la plus proche du Downbeat, avec ces riffs lourds et graves, cette rythmique pulsée, et ce chant raclé qui n’a de cesse d’invectiver. Le mélange, opportuniste, est plutôt plaisant, et la courte durée de l’album permet d’éviter une redite trop gênante. Et finalement, on pourrait penser à une forme de Hardcore très dure, méchamment Heavy, mais le style n’important que peu, on préfèrera se concentrer sur la qualité et la diversité des morceaux plutôt que sur leur affiliation à un genre précis. Et peu importe que l’intro de « Damages » soit directement empruntée au SLAYER le plus classique, et que « Sermon » ressemble presque comme deux gouttes d’acide au « Psychosocial » de SLIPKNOT, puisque les emprunts sont mélangés avec flair et une énergie de tous les diables. Alors en effet, les influences sont difficiles à cacher, mais Sermon a le mérite de les assumer pleinement.  

De là, vous avez toutes les armes en main pour juger si oui ou non, ce premier album à les atouts idoines pour vous séduire. Mais niveau informations, rajoutons quand même que cet album a été produit et mixé par Sky van Hoff, masterisé par Svante Forsbäck, et qu’il arbore un splendide artwork créé par Niklas Sundin (DARK TRANQUILLITY). L’artiste déclare à propos de son travail qu’il s’est calqué sur la musique du groupe, éclectique et savant mélange d’ancien et d’actuel. Inspiré par la Renaissance, Sundin a voulu offrir à Sermon un écrin parfaitement en phase avec son mélange de séduction et de crainte, et cette femme/fleur de nous prévenir du caractère doux/amer de cette réalisation. A l’image d’une rose rouge aux pétales flamboyants mais aux épines piquantes, les chansons de ce premier LP sont évocatrices d’une dualité très concrète, celle de l’affrontement permanent entre la lumière et l’ombre, entre la douceur et la brutalité, et un titre aussi connoté Post Metal que « Overlooked // Disregarded » en témoigne de sa construction en gigogne. C’est aussi à ce moment-là qu’on sent que les islandais sont tout sauf d’habiles faiseurs arrangeant à leur sauce leur chapardage, et qu’ils savent élaborer des morceaux complexes, construits sur une alternance entre puissance sourde et vélocité bravache. Blasts, accélérations purement Crust, réflexes Death, tout est là pour agencer avec pertinence des idées violentes, mais formulées avec style. Avec un gros travail accompli sur les percussions, et une prestation impeccable de Benjamín Bent Árnason à la batterie, Sermon s’appuie donc sur une assise solide, et les guitares n’ont plus qu’à se partager entre riffs drus et modulations plus mélodiques. Restent encore des systématismes un peu encombrants au niveau des intros, des références un peu trop appuyées à STONE SOUR/SLIPKNOT (« Fallen Eyes »), mais l’efficacité d’un rouleau compresseur en up tempo de la trempe de « Beaten », et les arrangements sombres et multiples du final « Voiceless » permettent de fermer les yeux sur ces quelques petites erreurs.

Reste le chant un peu trop monocorde de Jón Már Ásbjörnsson, et quelques plans dont le classicisme gâchent un peu la fête. Cela dit, et au vu du potentiel affiché, de grandes choses peuvent être espérées. UNE MISERE plutôt riche et fertile donc, pour un premier album qui a de méchants airs de coup de tonnerre dans le paysage métallique actuel un peu trop chargé en nuages de routine.     

   

Titres de l’album :

                             01. Sin & Guilt

                             02. Sermon

                             03. Overlooked // Disregarded

                             04. Burdened // Suffering

                             05. Fallen Eyes

                             06. Beaten

                             07. Grave

                             08. Failures

                             09. Damages

                             10. Offering

                             11. Spiral

                             12. Voiceless

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/11/2019 à 18:01
78 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.