Le géant Nuclear Blast vient de mettre la main sur une nouveauté pour le moins affriolante. On sait le label éclectique depuis sa création, mais la signature d’UNE MISERE leur donne l’occasion d’élargir un peu plus leur éventail, le Metal proposé par ce groupe sortant encore plus des sentiers battus. Certes, rien de véritablement neuf sous le soleil de l’extrême, mais de par sa nature complexe et son caractère multiple, cet ensemble nous permet d’apprécier des vues sur le Metal moderne assez rafraichissantes, et loin des turpitudes actuelles plus volontiers concernées par la nostalgie. Une musique bien dans son époque donc, mais aussi dans le passé, puisqu’on trouve dans les influences notables des traces de nineties bien assumées, ainsi qu’un modernisme très en vogue au début du nouveau siècle. Et dans les faits, ce nouveau quintet pourrait incarner le trait d’union parfait entre BRING ME THE HORIZON, SLIPKNOT, KORN et DAGOBA. Je cite ces derniers pour quelques nuances s’y rapportant, mais aussi pour faire le lien avec un clin d’œil. Car malgré son baptême fleurant bon la langue de Molière, UNE MISERE ne s’est pas formé dans notre beau pays, mais bien du côté de la froide et mystique Islande. Originaires de Reykjavík, ces cinq musiciens (Jón Már Ásbjörnsson - chant, Gunnar Ingi Jones & Fannar Már Oddsson - guitares, Þorsteinn Gunnar Friðriksson - basse et Benjamín Bent Árnason - batterie) ont donc bénéficié d’un apport culturel particulier, et d’un isolement créatif indéniable. Ce qui aurait pu constituer un lourd handicap pour eux s’est avéré une bonne raison de se bouger pour se faire connaître, et c’est ainsi que le groupe s’est retrouvé sur la scène en ouverture de SLAYER, mais aussi l’heureux détenteur des lauriers de vainqueur du Wacken’s 2017 Iceland Metal Battle. Ajoutez à ceci une présence réclamée au Roadburn de 2018, pour finir par une signature chez NB, et vous obtenez une entame de carrière tonitruante, qui laisse présager d’un avenir radieux.

Il faut dire que la connaissance des membres au préalable a dû les aider à se forger une forte identité. Résultat de la fusion de plusieurs groupes locaux, UNE MISERE s’est donc construit sur de solides fondations. En témoigne ce premier album d’une stupéfiante maturité, qui n’est pas sans rappeler en termes d’intensité les trois premiers albums de SLIPKNOT joués par un fan de downtempo. Croisant toutes les formes de Metal extrême actuelles et passées, ces cinq jeunes musiciens bien dans leur peau nous offrent donc une sorte de synthèse bruyante de ces quinze dernières années, avec des allusions poussées à Iowa, mais aussi à la scène Metalcore la plus proche du Downbeat, avec ces riffs lourds et graves, cette rythmique pulsée, et ce chant raclé qui n’a de cesse d’invectiver. Le mélange, opportuniste, est plutôt plaisant, et la courte durée de l’album permet d’éviter une redite trop gênante. Et finalement, on pourrait penser à une forme de Hardcore très dure, méchamment Heavy, mais le style n’important que peu, on préfèrera se concentrer sur la qualité et la diversité des morceaux plutôt que sur leur affiliation à un genre précis. Et peu importe que l’intro de « Damages » soit directement empruntée au SLAYER le plus classique, et que « Sermon » ressemble presque comme deux gouttes d’acide au « Psychosocial » de SLIPKNOT, puisque les emprunts sont mélangés avec flair et une énergie de tous les diables. Alors en effet, les influences sont difficiles à cacher, mais Sermon a le mérite de les assumer pleinement.  

De là, vous avez toutes les armes en main pour juger si oui ou non, ce premier album à les atouts idoines pour vous séduire. Mais niveau informations, rajoutons quand même que cet album a été produit et mixé par Sky van Hoff, masterisé par Svante Forsbäck, et qu’il arbore un splendide artwork créé par Niklas Sundin (DARK TRANQUILLITY). L’artiste déclare à propos de son travail qu’il s’est calqué sur la musique du groupe, éclectique et savant mélange d’ancien et d’actuel. Inspiré par la Renaissance, Sundin a voulu offrir à Sermon un écrin parfaitement en phase avec son mélange de séduction et de crainte, et cette femme/fleur de nous prévenir du caractère doux/amer de cette réalisation. A l’image d’une rose rouge aux pétales flamboyants mais aux épines piquantes, les chansons de ce premier LP sont évocatrices d’une dualité très concrète, celle de l’affrontement permanent entre la lumière et l’ombre, entre la douceur et la brutalité, et un titre aussi connoté Post Metal que « Overlooked // Disregarded » en témoigne de sa construction en gigogne. C’est aussi à ce moment-là qu’on sent que les islandais sont tout sauf d’habiles faiseurs arrangeant à leur sauce leur chapardage, et qu’ils savent élaborer des morceaux complexes, construits sur une alternance entre puissance sourde et vélocité bravache. Blasts, accélérations purement Crust, réflexes Death, tout est là pour agencer avec pertinence des idées violentes, mais formulées avec style. Avec un gros travail accompli sur les percussions, et une prestation impeccable de Benjamín Bent Árnason à la batterie, Sermon s’appuie donc sur une assise solide, et les guitares n’ont plus qu’à se partager entre riffs drus et modulations plus mélodiques. Restent encore des systématismes un peu encombrants au niveau des intros, des références un peu trop appuyées à STONE SOUR/SLIPKNOT (« Fallen Eyes »), mais l’efficacité d’un rouleau compresseur en up tempo de la trempe de « Beaten », et les arrangements sombres et multiples du final « Voiceless » permettent de fermer les yeux sur ces quelques petites erreurs.

Reste le chant un peu trop monocorde de Jón Már Ásbjörnsson, et quelques plans dont le classicisme gâchent un peu la fête. Cela dit, et au vu du potentiel affiché, de grandes choses peuvent être espérées. UNE MISERE plutôt riche et fertile donc, pour un premier album qui a de méchants airs de coup de tonnerre dans le paysage métallique actuel un peu trop chargé en nuages de routine.     

   

Titres de l’album :

                             01. Sin & Guilt

                             02. Sermon

                             03. Overlooked // Disregarded

                             04. Burdened // Suffering

                             05. Fallen Eyes

                             06. Beaten

                             07. Grave

                             08. Failures

                             09. Damages

                             10. Offering

                             11. Spiral

                             12. Voiceless

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/11/2019 à 18:01
78 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'avais découvert le groupe avec cet album et grace à M6 oui oui !!! Avec la diffusion du clip de lands of tears le dimanche soir après ou avant le film coquin


Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...