Social Grace

Brat

15/03/2024

Prosthetic Records

BRAT c’est un morveux, une peste. Le genre de drôle mal élevé qu’on a envie de claquer une fois que ses parents ont le dos tourné. Une tronche à bouffes, un nuisible à éradiquer. Plus tendrement, c’est aussi une gamine au comportement très libre et haut en couleurs. D’ailleurs, si ma mémoire est bonne, The Brat était le titre d’un film sorti en 1986 avec la superbe Jamie Summers, dont l’affiche ne cachait rien de son postérieur, alors que l’actrice portait une sorte de barboteuse pour adultes très rosée.

Le rose, BRAT en a fait sa couleur, alors que la majorité des groupes de Grind et de Powerviolence optent plus volontiers pour le noir. Mais ce quatuor de Louisiane ne fait pas les choses comme tout le monde, et si son parcours mentionne des concerts en compagnie de la crème de la NOLA locale, cela ne change en rien son optique plutôt gaie, avec rubans dans les cheveux, et queue de cheval tirée pour bien agacer.

Social Grace est donc le premier album de cette équipe bigarrée. Et il est à l’image de sa pochette, mi noir et blanc, mi rose, avec cette tronche de cake vicieuse qui semble singer les pires expressions de Nellie Oleson. Un concentré de haine pure, de tics condamnables, d’attitudes regrettables, et de tournée de baffes qui se perdent. Mené de voix de fer par Liz Selfish, poupée Barbie californienne au timbre bien rauque, BRAT laisse quand même de la place aux hommes, avec Brenner Moate (guitare/chœurs), Ian Hennessy (basse) et Dustin Eagan (batterie). Le mélange est donc détonnant, et si une seule femme vient troubler la virilité du line-up, ses revendications en font un porte-parole très crédible et très…convaincant.

Réduire le groupe à un gimmick serait une erreur facile. Look improbable, concept fluo, signature sur un indépendant très respecté, tout ça sent l’enfumage en règle, mais n’est pourtant pas la dernière escroquerie à la mode, ni une dérivation sur les thèmes de POPPY et ENNARIA. Pas de Crossover borderline et schizophrénique, mais bien du gros Hardcore joué très violemment, et assaisonné de Grind pour faire bonne mesure. D’ailleurs, les musiciens ont une formule pour labéliser leur barouf. Et elle n’est pas piquée des vers :

Put Bimboviolence and Barbiegrind on the map.

Tout ça laisse songeur, jusqu’à ce que la musique infuse sa bestialité ludique dans vos veines. Les quatre compères ont beau être obsédés par les poupées mannequin, les couleurs entre pétunia et fuchsia, et une certaine vision des relations humaines, ils n’en demeurent pas moins de redoutables musiciens et compositeurs, qui parviennent sans peine à combiner barbarie, froideur, et efficacité. Chaque titre possède un lick catchy, un riff mémorisable, un arrangement traditionnel, et même quelques allusions old-school bien senties. Le morceau cristallisant justement tous ces éléments reste « Social Grace », le final en gros bonbon épicé qui fond dans la bouche, et donne de jolis aphtes roses.

Inutile donc de craindre le coup de pub pas cher, et d’ailleurs, si Prosthetic Records a pris des parts dans l’affaire, c’est qu’elle en vaut la peine. BRAT ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur sa maison de disques qu’il juge essentielle pour l’underground de ces vingt-cinq dernières années, mais il n’est guère étonnant de constater l’intérêt porté par le label au regard d’un premier album malin, fourbe, légèrement grognon, et totalement irrespectueux.

Les codes du Hardcore extrême sont quant à eux scrupuleusement respectés. La peste a donc ses limites, et donne à ses fans de quoi se ravitailler en urgence et en démence pour quelques semaines. Avec un cumul de forces en présence intégrant la lourdeur du Sludge à la NOLA et la rapidité fulgurante du Core de Boston ou Portland, Social Grace se montre intéressant à plusieurs niveaux, et laisse une impression favorable et très durable.

Il est même conseillé d’imaginer nos quatre compères déguisés en mode Mattel pour une véritable célébration de l’esprit mercantile. Le leur s’arrête là où les watts ne sont plus comptabilisés, et où les décibels sortent du champ d’investigation. La puissance phénoménale de la production permet au groupe de jouer avec toutes les limites, mais sans sombrer dans le boucan mal géré.

BRAT mérite donc son nom, quelque part, mais ce morveux est terriblement attachant, non-binaire, polysexuel, mais plus volontiers porté sur les farces les plus cruelles et les phases de séduction létales que sur le sexe rapide et brutal.

Une bonne fessée et tout devrait rentrer dans l’ordre. Mais attention, les lascars risquent d’aimer ça.



Titres de l’album:

01. Ego Death           

02. Hesitation Wound

03. Slow Heat           

04. Truncheon           

05. Human Offense

06. Rope Drag                      

07. Blood Diamond             

08. Snifter                 

09. Sugar Bastard                 

10. Social Grace


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/03/2024 à 19:19
80 %    379

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35