Gloomhole

Worm

24/01/2020

Iron Bonehead

Aujourd’hui, 28 décembre, c’est mon anniversaire. Oui, cette précision est purement anecdotique et sans intérêt, pourtant, au moment de fêter mes quarante-huit hivers, je me sens las et usé. D’ordinaire, un tel jour de fête se célèbre à grands coups de rires, de blagues et de souvenirs, mais je ne suis pas vraiment traditionnel dans ma façon de procéder. C’est ainsi qu’au lieu de festoyer avec des amis, en bonne compagnie, je me retrouve face à mon clavier, avec la (très) lourde tâche de vous entretenir du cas des WORM. Il y a plus idoine qu’un groupe de Funeral Doom/Death pour accepter l’idée d’avoir une année de plus, pourtant, ce second LP des floridiens s’inscrit parfaitement dans le prolongement d’un état d’esprit plus que chafouin. Et pour cause, puisqu’il illustre à merveille la dualité de cette journée, placée sous le signe de la lumière de la joie, et pourtant honorée dans l’ombre des doutes et de la douleur. Mais ne faisons pas grand cas de mes états d’âme qui ne servent qu’à planter un décor funeste. Et ce décor est justement tout ce dont j’ai besoin pour me plonger dans l’horreur dispensée par Gloomlord, qui encore une fois fait tout ce qu’il peut pour mériter son titre macabre et glauque. Et le pire – ou le meilleur selon les points de vue – c’est qu’il y parvient sans aucune difficulté. Pour être plus précis, WORM fut d’abord fondé comme un one-man-band par Fantomslaughter, qui grava deux démos (The Deep Dark Earth Underlines All (2014) and Nights in Hell (2016)) en solitaire avant de se laisser aller aux joies de la collaboration en s’acoquinant avec Equimanthorn pour publier un premier LP en forme de manifeste nihiliste, Evocation of the Black Marsh. Posant les bases d’un Death typiquement floridien et bien dans son époque 90’s, le duo a ensuite revu sa copie, la trouvant certainement trop guillerette et primesautière pour orienter sa musique vers une lourdeur de circonstance, et ainsi patauger dans le marigot d’un Funeral Doom/Death impitoyable mais fortement marqué par des influences extérieures notables, très gentiment mentionnées par leur label Iron Bonehead.

C’est ainsi que Gloomlord se retrouve parrainé par des noms aussi fameux que dégoûtants tels GOATLORD et MORTUARY DRAPE, UNHOLY, THERGOTHON, ou plus précisément DISEMBOWELMENT. D’ordinaire, les parallèles de labels sont destinés à aiguiller plus ou moins vaguement l’auditeur potentiel, mais autant admettre que la maison de disques germaine a frappé en plein cœur de la cible. Car en effet, les anciens fossoyeurs de DISEMBOWELMENT ont dû fortement traumatiser notre duo qui prend un malin plaisir sadique à copier leur méthode sans toutefois tomber dans le plagiat. Et avec un peu de recul, il ne serait pas incongru de voir en WORM une sorte de plateforme de rencontre un peu bizarre, sur laquelle deviseraient de concert INCANTATION, ENCOFFINATION, DISEMBOWELMENT et BOLT THROWER, sous le regard attendri des MORTUARY DRAPE, avec quelques mélodies biscornues en arrière-plan pour accentuer le romantisme de la situation. Anticipant votre réaction, je prends les devants. Oui, WORM fait du Doom/Death, oui, le duo met l’accent sur la lourdeur et l’aspect caverneux de sa musique, mais il ne se contente pas du minimum pour exprimer son dégoût de tout sentiment d’empathie. Et avec cinq morceaux pour cinquante minutes de musique, le sceptique et le fan absolu étaient en droit de s’attendre à une litanie de mort un peu longuette, pilonnée comme à la parade mortuaire, et constituée de blanches martelées comme un crane qui refuse de s’enfoncer dans la terre. Je leur donnerai tort en affirmant que le duo floridien ne nous a pas pris pour des imbéciles monomaniaques, puisque les cinq morceaux sont tous différents, tous passionnants, et tous (ou presque) maculés de mélodies post-mortem qui loin d’alléger le brouet, le rendent encore plus épais, mais délicieux en oreilles.

Pour être plus précis, ne vous fiez surtout pas à l’interminable intro « Putrefying Swamp Mists at Dusk » qui décrit avec beaucoup d’acuité la brume flottant sur les marais floridiens au crépuscule. On sent l’atmosphère morbide qui colle à merveille avec cette pochette au vert fluo inquiétant, la solitude, la décrépitude, l’isolement, mais pour autant, aussi présents soient ces thèmes, ils ne représentant pas l’essence même du projet. Et si comme précisé en amont, l’influence DISEMBOWELMENT est la plus marquée en ce début d’album (ambiance poisseuse, lenteur processionnelle, soudaines accélérations purement Death), l’inspiration ne tarde pas à dévier pour emprunter des couloirs tout aussi sombres, mais aux interstices de lumière plus prononcés. « Rotting Spheres of Sentient Black » insiste donc pendant plus de huit minutes sur le caractère outrancièrement grave de l’opération, mais dès « Apparitions of Gloom », les harmonies remontent en bulles à la surface du marais, entourant les cadavres flottant comme de vieux troncs d’arbres. C’est bien sûr toujours très vilain, mais on sent de la beauté sous la couche de laideur, et c’est à partir de ce morceau que le terme de « Funeral » prend toute son essence. Le duo n’hésite pas à casser le rythme à intervalles réguliers, pour insérer des harmonies funèbres, et ainsi se démarquer d’un simple combo de Doom/Death trop préoccupé par le côté extrême de sa musique. Mais pas d’inquiétude, Gloomlord EST extrême, mais dans le bon sens du terme, et en restant créatif. C’est pour cette raison que les cinq morceaux se distinguent très bien les uns des autres, via l’utilisation de riffs très symptomatiques de la première vague Death de Floride (DEATH, OBITUARY), alors même que le chant adopte des intonations plus classiquement BM, dans la veine d’un DARKTHRONE perdu dans les nénuphars.

 Sans vouloir trop détailler la démarche, histoire de vous garder un minimum de surprise, les deux morceaux suivants continuent l’exploration, osant des brisures inopinées et mélodiques, des à-coups rythmiques, pour mieux se placer en convergence de tous les styles extrêmes. Le parangon de cette assertion en étant le final « Abysmal Dimensions », qui de sa grandiloquence rappelle même les débuts d’OPETH, les exactions britanniques de PARADISE LOST, mais aussi les turpitudes Death américaines, sans trahir aucune scène. Belle immersion que ce second longue-durée de WORM, qui ne se déguste pas comme un gâteau d’anniversaire, mais qui a la saveur des années qui passent et qui vous rapprochent de votre dernière demeure.


Titres de l'album :

                                01. Putrefying Swamp Mists at Dusk (Intro)

                                02. Rotting Spheres of Sentient Black

                                03. Apparitions of Gloom

                                04. Melting in the Necrosphere

                                05. Abysmal Dimensions


par mortne2001 le 05/04/2020 à 18:17
82 %    292

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Pomah
@185.93.2.145
06/04/2020, 01:42:25
Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30