Gloomhole

Worm

24/01/2020

Iron Bonehead

Aujourd’hui, 28 décembre, c’est mon anniversaire. Oui, cette précision est purement anecdotique et sans intérêt, pourtant, au moment de fêter mes quarante-huit hivers, je me sens las et usé. D’ordinaire, un tel jour de fête se célèbre à grands coups de rires, de blagues et de souvenirs, mais je ne suis pas vraiment traditionnel dans ma façon de procéder. C’est ainsi qu’au lieu de festoyer avec des amis, en bonne compagnie, je me retrouve face à mon clavier, avec la (très) lourde tâche de vous entretenir du cas des WORM. Il y a plus idoine qu’un groupe de Funeral Doom/Death pour accepter l’idée d’avoir une année de plus, pourtant, ce second LP des floridiens s’inscrit parfaitement dans le prolongement d’un état d’esprit plus que chafouin. Et pour cause, puisqu’il illustre à merveille la dualité de cette journée, placée sous le signe de la lumière de la joie, et pourtant honorée dans l’ombre des doutes et de la douleur. Mais ne faisons pas grand cas de mes états d’âme qui ne servent qu’à planter un décor funeste. Et ce décor est justement tout ce dont j’ai besoin pour me plonger dans l’horreur dispensée par Gloomlord, qui encore une fois fait tout ce qu’il peut pour mériter son titre macabre et glauque. Et le pire – ou le meilleur selon les points de vue – c’est qu’il y parvient sans aucune difficulté. Pour être plus précis, WORM fut d’abord fondé comme un one-man-band par Fantomslaughter, qui grava deux démos (The Deep Dark Earth Underlines All (2014) and Nights in Hell (2016)) en solitaire avant de se laisser aller aux joies de la collaboration en s’acoquinant avec Equimanthorn pour publier un premier LP en forme de manifeste nihiliste, Evocation of the Black Marsh. Posant les bases d’un Death typiquement floridien et bien dans son époque 90’s, le duo a ensuite revu sa copie, la trouvant certainement trop guillerette et primesautière pour orienter sa musique vers une lourdeur de circonstance, et ainsi patauger dans le marigot d’un Funeral Doom/Death impitoyable mais fortement marqué par des influences extérieures notables, très gentiment mentionnées par leur label Iron Bonehead.

C’est ainsi que Gloomlord se retrouve parrainé par des noms aussi fameux que dégoûtants tels GOATLORD et MORTUARY DRAPE, UNHOLY, THERGOTHON, ou plus précisément DISEMBOWELMENT. D’ordinaire, les parallèles de labels sont destinés à aiguiller plus ou moins vaguement l’auditeur potentiel, mais autant admettre que la maison de disques germaine a frappé en plein cœur de la cible. Car en effet, les anciens fossoyeurs de DISEMBOWELMENT ont dû fortement traumatiser notre duo qui prend un malin plaisir sadique à copier leur méthode sans toutefois tomber dans le plagiat. Et avec un peu de recul, il ne serait pas incongru de voir en WORM une sorte de plateforme de rencontre un peu bizarre, sur laquelle deviseraient de concert INCANTATION, ENCOFFINATION, DISEMBOWELMENT et BOLT THROWER, sous le regard attendri des MORTUARY DRAPE, avec quelques mélodies biscornues en arrière-plan pour accentuer le romantisme de la situation. Anticipant votre réaction, je prends les devants. Oui, WORM fait du Doom/Death, oui, le duo met l’accent sur la lourdeur et l’aspect caverneux de sa musique, mais il ne se contente pas du minimum pour exprimer son dégoût de tout sentiment d’empathie. Et avec cinq morceaux pour cinquante minutes de musique, le sceptique et le fan absolu étaient en droit de s’attendre à une litanie de mort un peu longuette, pilonnée comme à la parade mortuaire, et constituée de blanches martelées comme un crane qui refuse de s’enfoncer dans la terre. Je leur donnerai tort en affirmant que le duo floridien ne nous a pas pris pour des imbéciles monomaniaques, puisque les cinq morceaux sont tous différents, tous passionnants, et tous (ou presque) maculés de mélodies post-mortem qui loin d’alléger le brouet, le rendent encore plus épais, mais délicieux en oreilles.

Pour être plus précis, ne vous fiez surtout pas à l’interminable intro « Putrefying Swamp Mists at Dusk » qui décrit avec beaucoup d’acuité la brume flottant sur les marais floridiens au crépuscule. On sent l’atmosphère morbide qui colle à merveille avec cette pochette au vert fluo inquiétant, la solitude, la décrépitude, l’isolement, mais pour autant, aussi présents soient ces thèmes, ils ne représentant pas l’essence même du projet. Et si comme précisé en amont, l’influence DISEMBOWELMENT est la plus marquée en ce début d’album (ambiance poisseuse, lenteur processionnelle, soudaines accélérations purement Death), l’inspiration ne tarde pas à dévier pour emprunter des couloirs tout aussi sombres, mais aux interstices de lumière plus prononcés. « Rotting Spheres of Sentient Black » insiste donc pendant plus de huit minutes sur le caractère outrancièrement grave de l’opération, mais dès « Apparitions of Gloom », les harmonies remontent en bulles à la surface du marais, entourant les cadavres flottant comme de vieux troncs d’arbres. C’est bien sûr toujours très vilain, mais on sent de la beauté sous la couche de laideur, et c’est à partir de ce morceau que le terme de « Funeral » prend toute son essence. Le duo n’hésite pas à casser le rythme à intervalles réguliers, pour insérer des harmonies funèbres, et ainsi se démarquer d’un simple combo de Doom/Death trop préoccupé par le côté extrême de sa musique. Mais pas d’inquiétude, Gloomlord EST extrême, mais dans le bon sens du terme, et en restant créatif. C’est pour cette raison que les cinq morceaux se distinguent très bien les uns des autres, via l’utilisation de riffs très symptomatiques de la première vague Death de Floride (DEATH, OBITUARY), alors même que le chant adopte des intonations plus classiquement BM, dans la veine d’un DARKTHRONE perdu dans les nénuphars.

 Sans vouloir trop détailler la démarche, histoire de vous garder un minimum de surprise, les deux morceaux suivants continuent l’exploration, osant des brisures inopinées et mélodiques, des à-coups rythmiques, pour mieux se placer en convergence de tous les styles extrêmes. Le parangon de cette assertion en étant le final « Abysmal Dimensions », qui de sa grandiloquence rappelle même les débuts d’OPETH, les exactions britanniques de PARADISE LOST, mais aussi les turpitudes Death américaines, sans trahir aucune scène. Belle immersion que ce second longue-durée de WORM, qui ne se déguste pas comme un gâteau d’anniversaire, mais qui a la saveur des années qui passent et qui vous rapprochent de votre dernière demeure.


Titres de l'album :

                                01. Putrefying Swamp Mists at Dusk (Intro)

                                02. Rotting Spheres of Sentient Black

                                03. Apparitions of Gloom

                                04. Melting in the Necrosphere

                                05. Abysmal Dimensions


par mortne2001 le 05/04/2020 à 18:17
82 %    538

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Pomah
@185.93.2.145
06/04/2020, 01:42:25
Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52