Kreuzung

Mammoth Mammoth

08/11/2019

Napalm Records

Alors même que l’Australie est en proie aux flammes, qu’une gigantesque partie de sa faune, de sa flore, de ses constructions sont réduites à l’état de cendres, et que la communauté internationale assiste à ce triste spectacle dans une impuissance totale, l’heure n’est pas aux réjouissances. Sans jouer les opportunistes et mêler l’information spectacle à la chronique littéraire, je me devais de proposer une minute de silence en hommage aux victimes, mais aussi aux héros qui tentent d’étouffer cet incendie gigantesque avec tout le courage qu’on leur connaît.

(…..)

Ce qui est fait, de la tristesse dans les doigts et de la peine immense sur le clavier, mais aussi atterrante soit cette catastrophe, le show doit continuer, et comment honorer un pays autrement qu’en célébrant l’une de ses plus grandes gloires nationales, les MAMMOTH MAMMOTH. Je ne ferai aucun parallèle facile ici, je n’utiliserai pas d’image ou de métaphore hors propos ou de mauvais goût, mais j’accepterai cette offrande avec le bonheur et la joie qu’elle mérite. Cette chronique en est plus qu’une d’ailleurs, c’est un rendez-vous régulier au moment de fêter le cinquième album de la troupe australe, qui avait conquis le monde il y a deux ans avec son quatrième LP Mount The Mountain. C’est ainsi que Kreuzung prend donc la suite, et assume l’incroyable défi de conserver les critères de qualité précédemment établis, sans pour autant bousculer l’ordre établi ou changer la donne. Les MAMMOTH MAMMOTH ne sont pas du genre versatile, et restent accrochés à leur Rock gras, un peu sale, boogie, syncopé mais solide, et si ce titre a été choisi, ça n’est certainement pas dû au hasard. La croisée des chemins, c’est un peu la position actuelle d’un quatuor encore renouvelé, avec au line-up 2019 Mikey Tucker (chant), Frank Trobbiani (batterie), Marco Gennaro (guitare) et Kris Fiore (basse). Une nouvelle célébration de l’hédonisme musical, l’acceptation d’un héritage ancien, et surtout, le plaisir de communiquer, de donner, de partager une vision du Hard Rock de tradition, quelle que soit l’étiquette qu’on lui colle. Si les journalistes et les labels n’ont jamais hésité à accoler celle de « Stoner » à la musique des originaires de Melbourne, il convient plutôt de voir en leur art une façon de pérenniser le Rock/Hard Rock des seventies, au travers de ses influences les plus marquantes, STONES, AC/DC, SIR LORD BALTIMORE et consorts, soit la quintessence de la dualité efficacité/finesse emballée dans un paquet de décibels plus léger que la moyenne.

Avec une production étonnante, beaucoup plus claire qu’à l’ordinaire, les cousins australiens reviennent à la charge, et méritent une fois encore leur nom. Mais plus qu’un mammouth, il faut voir en leur physionomie artistique un croisement en hybridation d’un éléphant dans un magasin de porcelaine et d’un petit mulot agile, courant sans cesse pour échapper à sa condition de proie facile. Kreuzung est en effet un nouveau crossover entre agilité et puissance, et surtout, un aveu de la chaîne alimentaire musicale. Les MAMMOTH MAMMOTH ne sont ni des prédateurs implacables ni des proies faciles, plutôt un genre d’entre-deux, une hyène planquée dans les fourrés ou un chacal qui attend que les rugissants aient fini leur repas pour entamer le sien. Ils utilisent des restes qu’ils accommodent avec beaucoup de panache, et n’hésitent pas à utiliser tous les condiments du Rock pour élaborer un met sinon fin, du moins savoureux. On pense toujours aux RAMONES, à AC/DC, à ROSE TATTOO, JIMMY BARNES, JET, et le tout est aussi direct que réfléchi, avec toujours cette attitude Punk qui consiste à refuser tous les artifices. Guitare, basse, batterie, chant et rien d’autre, pas de décorum flamboyant, pas de tape à l’œil, il faut frapper fort et vite et surtout, sur le moment, avec des formules simples et des leitmotivs basiques, pour ne pas perdre son auditoire en route. Alors, les « let’s go », les « Yeah » ! », les « come on ! » fleurissent à coin de couplet et recoin de refrain, pour ne pas perdre de vue l’efficacité d’un « one, two, three, four » séminal et épidermique. C’est l’enseignement que transmet « « I’m Ready » en ouverture, croisement d’urgence Rock à la TEN YEARS AFTER et de furie Punk à la RAMONES, pour une entame qui met rapidement les choses au point. Du Rock, joué Hard, pas du Stoner parce que les étiquettes c’est encombrant, alors que les influences honorent. Et c’est à cause de ça que « Wanted Man » sonne plus Young qu’un couinement de Bon Scott, avec cette sincérité qui est l’apanage des plus grands rockeurs.

A l’inverse de contemporains comme AIRBOURNE, les MAMMOTH aiment la simplicité, mais pas la linéarité et l’évidence. C’est pour cette raison qu’ils modulent, qu’ils varient, gardant le pied au plancher mais les yeux braqués sur le compteur. Enregistré et produit par Richard Behrens au Big Snuff Studio de Berlin, Kreuzung est en effet à la croisée des chemins temporels, de par sa position dans la discographie des australiens, mais aussi à la croisée des chemins stylistiques, comme le confirment ses morceaux, volubiles, exubérants, mais versatiles, entre Speed Rock à la HELLACOPTERS (« Motherf@cker »), et Pop-Punk à la RUNAWAYS (« Screamin »). Tout ce qu’on a toujours aimé chez ces mecs-là est là, répété, mais pas balbutié. Cette capacité à redevenir sérieux pendant quelques minutes pour s’inscrire dans son époque et ne pas flatter que les nostalgiques, et lorgnant du côté de la minutie suédoise old-school tout en paraphrasant ALICE COOPER (« Kreuzung »). Jamais trop, mais jamais trop peu, les musiciens savent arrêter avant qu’il ne soit trop tard ; c’est pour ça que leurs titres n’ont pas de calibrage, et s’étalent entre deux et cinq minutes, selon le propos. Ce propos peut être gras, respectueux du SABBATH que PANTERA a pillé bien plus tard (« Tear it Down »), ou au contraire plus viril et rapide, à l’image du burner « Tonight » qui avance sur l’autoroute à vive allure. Encore une fois, malgré les idées qui se répercutent d’un album à l’autre, le quatuor nous satisfait sans nous donner plus que ce qu’on attend. On connaît déjà ces riffs redondants qui bondissent de l’ombre et restent dans la tête (« Mad World », un genre de RAVEN passé à la moulinette du désert), ce tempo guilleret qui permet les citations Rock les plus élémentaires (« Let Go », binaire classique, mais jouissif), cette voix gouailleuse qui n’est pas dupe de sa dime envers Steven et Brian, et ces syncopes qui dynamisent sans contredire, à la Hard Rock légèrement californien des années 80 (« Lead Boots »).

Du Blues, les MAMMOTH n’ont retiré que le Rock, moins roots, mais plus efficace. Du Punk, la franchise et la sincérité. Vous pouvez les pointer d’un doigt Stoner, mais ils s’en foutent, puisque depuis plus de dix ans, ils tracent, certains du travail accompli. Quelle direction vont-ils prendre à l’avenir ? La même que d’habitude. A quoi bon tourner en rond quand on peut courir tout droit ?           

                  

Titres de l’album :

                          01. I’m Ready

                          02. Wanted Man

                          03. Motherf@cker

                          04. Screamin´

                          05. Kreuzung

                          06. Tear it Down

                          07. Tonight

                          08. Mad World

                          09. Let Go

                          10. Lead Boots

                          11. God´s Gonna Hate Me

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/04/2020 à 18:16
80 %    287

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

D'autant que l'équipe qui rédige le mag, c'est pas des lapins de 6 semaines... Ils revendiquent de la qualité et perso, j'ai envie d'y croire... projet soutenu / préco faite.

25/09/2020, 08:41

Bones

Mouais, ça peut être carrément intéressant.Entre les chros d'un Metallian et un magazine qui propose du "fond"... mon choix serait vite fait.  

25/09/2020, 08:15

Bones

Alors je ne sais pas qui est intéressé ici par ce modèle économique, qui serait prêt à filer autant de blé pour un truc équivalent à une bonne vieille séance de youtuyau... mais perso, jamais de la vie, y compris pour un groupe (...)

25/09/2020, 08:13

grinder92

15 balles le show et 40 balles les 3 ?Tout ça pour regarder une vidéo dans son siège ? Mais même pour Carcass je le fais pas !

25/09/2020, 07:18

Buck Dancer

En boucle que j'écoute ce morceau, et je le trouve meilleur a chaque fois. Vraiment excellent. 

25/09/2020, 03:39

Gargan

Le papier, c'est bien, mais en l'espèce ça ne me fait pas rêver, on dirait du télérama métal, sans même parler des piécettes.

24/09/2020, 20:40

RBD

Je suis aussi dubitatif que les autres sur l'opportunité de ce énième retour. Mais si Kam Lee et Rick Rozz (jusqu'à peu) sont encore là, c'est au moins autant en raison de leur participation à Death qui leur donne un statut de pères (...)

24/09/2020, 17:46

Raumsog

J'aurai plutôt cité Angelcorpse et Skitsystem pour évoquer le bon goût du bonhomme, mais toute référence à Eros Necropsique se doit d'être saluée! 

24/09/2020, 17:30

grinder92

Carcass, Eros Nécropsique... cet homme a du goût !

24/09/2020, 16:36

licks0re

Le dernier album n'était vraiment pas incontournable... J'ai peur pour ce nouvel opus...Ce groupe est là aujourd'hui parce que "from beyond" était bon, et qu'il est sortit au sommet de la vague death, sur earache qui sortait principalement(...)

24/09/2020, 15:57

Bones

Humungus, avec un avatar pareil tu nous avais plus ou moins prévenu.   

24/09/2020, 15:26

grinder92

Humungus, je vais développer le "like" des commentaires, tu vas voir flou !    

24/09/2020, 14:11

Humungus

Humungus = Asocial.

24/09/2020, 13:54

Humungus

Humungus = Asocial.

24/09/2020, 13:53

grinder92

@Bones : Merci pour ton retour. Oui, il y a une fonctionnalité de chat, mais qui est réservée aux membres connectés. Bon, ce n'est pas la fonctionnalité la plus utilisée

24/09/2020, 09:32

grinder92

Si... ça veut dire que c'est noirci... pas complètement noir mais un peu quand même... Ca veut dire qu'ils te transpercent avec leur glaive, mais qu'il ne te tuent pas...  

24/09/2020, 08:25

sare

Blackened, le préfixe qui ne veut rien dire...

24/09/2020, 08:08

Humungus

Je rejoins forcément mortne2001 et NecroKosmos sur le groupe...Hâte d'entendre tout l'album.Le premier clip est malheureusement tout pourri et donc nuit plus qu'autre chose au titre...Personne pour causer de l'hommage à THIN LIZZY (cf. (...)

24/09/2020, 04:20

dsaf

trop mélodique

23/09/2020, 23:22