Formalisons l’extrême pour le rendre plus tangible. Il n’est pas toujours facile de se repérer dans la production pléthorique qui à l’époque du digital prend des proportions de plus en plus dantesques, alors autant aller à l’essentiel en évitant les cases facultatives. C’est dans cette logique que je me permets ce matin de vous aiguiller sur la piste d’un retour presque inopiné, celui de l’armada canadienne RITES OF THY DEGRINGOLADE, qui n’avait donné aucun signe de vie créatif depuis plus de treize ans. Certes, nous avions été gratifiés l’année dernière d’une compilation, et la rapide reformation de 2016 avait permis de découvrir une démo qui remettait le concept sur les rails, mais il était temps de passer aux choses sérieuses, et de retrouver l’équipage pour un voyage au long cours. C’est donc chose faite via les bons soins prodigués par Nuclear War Now, qui en mars de cette année nous a donné accès au quatrième longue-durée de ce groupe décidément hors-norme, mais fermement ancré dans l’inconscient collectif de l’underground canadien. Un peu d’histoire avant d’aborder le débat de fond, pour permettre aux néophytes de s’y retrouver pour de bon. Fondé en 1997 par Paulus Kressman, alors batteur des foudroyants SACRAMENTARY ABOLISHMENT (qui deviendront les néfastes AXIS OF ADVANCE après son départ), et envisagé comme un side-project, RITES OF THY DEGRINGOLADE est rapidement devenu plus qu’un simple concept après l’adjonction du guitariste J. Wroth en 2001. Entre temps, Paulus l’avait pris de sortir une première démo, mais aussi un premier long, The Caryatid, dense et tendu, mais encore un peu confus, avant de capitaliser sur cette union soudaine pour acquérir plus de précision, et lâcher un phénoménal Totality en 2001. Alors concentré sur un BM à tendance War, le groupe poursuivit son chemin jusqu’à produire l’essentiel An Ode To Sin, qui pour beaucoup de fans, incarna le pinacle d’une carrière qui n’allait pourtant pas tarder à se mettre en berne. A partir de 2006, Kressman se concentra alors sur d’autres projets (dont WARMARCH, WEAPON, ou GLORIA DIABOLI furent les plus notables), avant de retrouver son compère neuf ans plus tard, ainsi que deux nouveaux acolytes d’aventure (le guitariste N.K.L.H. (ANTEDILUVIAN, WEAPON, AMPHISBAENA) et le basiste C.W.).

C’est ainsi que plus de vingt ans après la création du groupe, il nous en revient avec un nouvel effort, qui se pose en synthèse de ses premiers essais tout comme en ouverture vers un avenir moins prévisible. Gardant ce caractère farouchement violent inhérent à toute formation de War Metal qui se respecte, The Blade Philosophical explore néanmoins d’autres pistes, pour s’offrir aux dissonances, à la lourdeur, aux déviances, et finalement, incarner un renouveau célébrant le glorieux passé de musiciens canadiens n’ayant jamais vraiment fait partie d’un mouvement quelconque (et surtout, se plaçant aux antipodes de la scène BM froide et rigide nationale qui sert aujourd’hui encore de référence). Malgré ses quarante minutes somme toutes assez raisonnables, ce quatrième LP des canadiens est le plus long de leur carrière, et propose six longs morceaux dont deux dépassant les neuf minutes, mais qui proposent suffisamment d’idées pour ne pas se répéter. On y retrouve tout ce qui a toujours constitué l’ossature de ce groupe unique, ces rythmiques évolutives, ces riffs lancinants ou fulgurants, mais on notera aussi avec plaisir un traitement plus poussé au niveau du chant, qui rapproche d’ailleurs parfois le groupe d’une version légèrement biaisée d’un IMMORTAL méchamment psychotique. Et si la croyance collective s’est souvent plu à rapprocher le groupe des MERRIMACK, de CONQUEROR, ANTEDILUVIAN, DIRE OMEN ou même des ORDER FROM CHAOS (quoique cette analogie soit des plus douteuses, surtout en 2018), cette lame philosophique que les canadiens se plaisent à enfoncer dans notre psyché laisse des traces beaucoup plus personnelles. En effet, difficile de rapprocher la direction artistique d’un « Above The Highest » d’une référence trop précise, même si l’ombre expérimentale des DEATHSPELL OMEGA et dans une moindre mesure d’ANAAL NATHRAKH semble planer au-dessus de l’ensemble.

Vitesse, mais sans précipitation, déviances, tentatives, et surtout, un désir de ne rien renier de ses racines tout en observant de nouvelles branches s’étendre, ce quatrième album est une mine de surprises, discrètes pour certaines et flagrantes pour d’autres, qui se proposent de rapprocher le travail accompli d’un melting-pot assez impressionnant de maîtrise, utilisant la force d’un Black Doom de dimension occulte pour l’intégrer à la véhémence d’un Black assez proche des origines scandinaves (« The Universe In Three Parts »). Toujours créatif, mais classique dans une certaine mesure, The Blade Philosophical est bien plus qu’une simple déclaration de guerre en War Metal de bonne et due forme, bien qu’un segment aussi véhément que « Totalities Kompletion » avoue implicitement que la violence reste toujours le moteur principal du projet. Mais ce morceau, aussi violent et sans compromission soit-il n’est à prendre que comme intermède dans le bouillonnement global, et se pose en simple transition entre deux chapitres beaucoup plus développés. Placé judicieusement en ligne médiane, il nous prépare à la déferlante « I Am the Way, the Truth and the Knife », qui évoque un MARDUK beaucoup plus inspiré qu’à l’habitude, bien que les arrangements vocaux évoquent avec beaucoup d’acuité la théâtralité de Mortuus. Blasts, riffs guerriers, pilonnage presque incessant mais très intelligemment interrompu par des parties plus mystiques abusant des trebles de cymbales qui vrillent les tympans, ce titre est une démonstration de savoir-faire, et surtout, la preuve concrète que les RITES OF THY DEGRINGOLADE sont toujours aussi importants et excentrés sur leur propre scène. On y retrouve les composantes habituelles du War Black le plus farouchement anti-musical, mais aussi des pistes à suivre à l’avenir pour aérer une musique compacte, mais largement assez ventilée pour ne pas étouffer prématurément.

« The Final Laceration » renonce d’ailleurs à cette précipitation un peu trop prévisible pour jouer la complexité de plans rythmiques qui virevoltent, et nous ramène aux débuts du groupe, lorsque la gestation laissait présager d’une future complexité. Aussi efficace qu’il n’est inventif, ce retour en fanfare ne sacrifie aucunement l’identité à la prospection, et incarne un présent très viable pour un style inamovible depuis plusieurs années, et coincé dans une impasse. Esotérique, batailleur, The Blade Philosophical est en équilibre très stable, et distance la production actuelle de son ambivalence, tout en restant suffisamment brutal pour satisfaire les plus puristes des fans de BM à tendance War.


Titres de l'album:

     1. Above the Highest
     2. The Blade Philosophical
     3. The Universe in Three Parts
     4. Totalities Kompletion
     5. I Am the Way, the Truth and the Knife
     6. The Final Laceration

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/05/2018 à 17:53
80 %    201

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.