Trouver un groupe de Hardcore en activité depuis 1981 n’est pas chose courante de nos jours. Et pourtant, il en existe, qui sortent encore des albums, et qui se permettent même de rester d’actualité, sans rien renier de leur glorieux passé. Pour connaître celui des RAW POWER - sans aucun doute influencés par la bande à Iggy au moment de leur baptême – il faut donc revenir dans la région de Reggio d'Émilie, à Poviglio plus précisément, pour y découvrir un jeune guitariste jouant dans son coin, Giuseppe Codeluppi, grattant depuis 1979 et qui n’allait pas tarder à donner naissance à l’une des plus anciennes légendes Core transalpine. Depuis, l’histoire a suivi son cours, obligeant le groupe à changer régulièrement de line-up pour survivre, mais surtout, pour arroser le marché d’un nombre conséquent de sorties publiées par divers labels. Un simple coup d’œil à leur parcours discographique sur la bible Discogs suffit à comprendre que les italiens n’ont pas chômé en se contentant de quelques clins d’œil et signes de la main épars. Seize longue durée, des splits, des EP, des démos, enfin le parcours habituel d’un groupe underground qui ne lâche pas son os à ronger, et qui avance coûte que coûte. Et à l’écoute de ce petit dernier, Inferno, on comprend très bien que le combo n’ait jamais raccroché les gants. Car leur rage est toujours aussi palpable, et aussi emprunte de révolte 80’s que de colère actuelle. Un bon gros uppercut dans le nez pour revenir à la réalité, et surtout, un Hardcore à tendance légèrement Fast pour rester dans la dynamique sans rentrer dans le rang.

Sorti par le label allemand Demons Run Amok Entertainment, Inferno est un gros pavé qu’on reçoit en pleine face, heureux d’avoir été réveillé à la réalité. Celle des RAW POWER est crue, comme leur nom l’indique, et leur line-up actuel (Giuseppe "Junior" Codeluppi, Tommi Prodi & Paolo di Bernardo aux guitares, Mauro Codeluppi au chant, Gianmarco Agosti à la batterie et Marco Massarenti à la basse) semble au sommet de sa forme et de sa hargne, et aligne ainsi quinze brulots qui démangent dans le dos, mais qui donnent aussi envie de faire bouger les choses pour que tout ça ne s’arrête pas trop tôt.

Et ne comptez pas sur des présentations tranquilles pour faire connaissance avec ces allumés, puisque « Look The Other Way » et son message explicite met les choses au point dès ses premières secondes, sans attendre que vous tendiez votre main. L’époque est au réalisme et à la crudité, ce que les italiens savent depuis très longtemps, et ce que leur discographie prouve à chaque instant. Inferno ne dénotera pas parmi leurs efforts précédents, et joue la vitesse et la violence, teintant de puissance un Hardcore qu’on penserait joué par les MINOR THREAT, MADBALL, AGNOSTIC FRONT et pas mal d’autres contemporains des italiens, qui ont vu les groupes naître et mourir alors même qu’ils se battaient pour rester en vie, malgré quelques pertes, dont celle de leur ami de longue date Luca Carpi, décédé il y a quelques années.

En gardant le principe d’instantanéité en ligne de mire, RAW POWER ne change aucunement une formule qui gagne et qui frappe, et ne se disperse pas en route. Les titres ne dépassent jamais les trois minutes, un standard inamovible dans le petit monde du Hardcore, mais dispensent suffisamment d’idées sur fond de rythmiques speedées pour maintenir la pression et le cap sur les désillusions. Sur ce seizième effort, la tension est palpable et la rage capable, et si le duo basse/batterie joue les accélérations jusqu’à l’épuisement, les guitares ne procèdent pas autrement, même si quelques riffs plus graves viennent troubler les débats vitaminés. L’expérience parle, mais une expérience qui a su rester fraîche et alerte, puisqu’il est impossible pour un néophyte à l’écoute de cet album de deviner que le combo à plus de trente-cinq ans d’existence à mettre en avant. La jeunesse de l’impulsion est remarquable, ce qui démontre que le Punk et le Hardcore permettent de rester alerte, et encore plus dans une époque troublée par les querelles de clochers et appauvrissement global nous menant directement à la catastrophe annoncée. Celle-ci est soulignée par les RAW POWER qui n’ont pas oublié les rebelles qu’ils ont toujours été, et qui soulignent les travers de notre société à grands coups de chœurs revanchards et de lignes vocales bien vachardes, histoire de rester dans le ton. Ce dernier est plutôt uniforme, et calé sur des BPM cramés, et si pas mal d’interventions sont assez similaires dans le fond, l’investissement est à ce point total qu’on en oublie les quelques ressemblances un peu trop frappantes qui sont le lot de tous les groupes qui vivent et jouent à fond.

Mais entre deux pamphlets à la Roger Miret, nous avons le droit à quelques surprises de bon aloi, comme ce « The Jurassic Hounds », qui sonne comme une rencontre idéale entre MOTORHEAD et les AGNOSTIC, singeant même par moments le riff de « Iron Fist », pour ajouter un peu de sel dans les références typiques. Le tout cavale donc à bonne allure, et reste dominé par les vocaux martelés de Mauro, qui s’avère être l’archétype du chanteur Core aux tics féroces et au phrasé précis mais véloce, avec ce timbre rauque qui transforme n’importe quelle anecdote en leitmotiv d’importance… Mais les guitares ne s’en laissent pas conter pour autant et tronçonnent impatiemment, alignant les motifs mémorisables mais mordants, qu’on reprend collégialement dans sa tête comme des hymnes à la fête. Mais la fête à notre époque est gâchée par les disparités, et la violence tapie explose à tous les coins de rue à midi, et ça RAW POWER l’a très bien compris. Alors on fait le plein de titres très courts qui courent, de « You Don’t Know Your Enemy », qui ose enfin un up tempo un peu plus costaud, avant d’accélérer pour nous garder au chaud, à « You Were Right », le plus Thrashcore du lot, qui fait encore plus chauffer le moteur de la haine, en se rapprochant des cris les plus primaux de Stigma & co.

Grosse basse qui claque, chaloupés qui font tanguer (« Dedico Queste Righe »), variations sur le même thème de saine colère (« Mean Machine », ou voit bien les mecs la mâchoire serrée prêts à rentrer dans le lard), et final qui nous écrase de ses changements d’humeur (« La Paura »), Inferno se veut donc tableau complet d’un vingt-et-unième siècle à l’agonie, mais aussi plus simplement nouvelle étape sur un parcours impeccable. Le Hardcore des italiens n’a en rien perdu de sa superbe, et les années semblent n’avoir aucune prise sur eux, tant ce nouvel LP respire le naturel et la rage de jouer par tous ses sillons bien chauffés. Depuis 1981 vous dites ? Visiblement, la haine, ça conserve…


Titres de l'album:

  1. Look The Other Way
  2. You Don't Know Your Enemy
  3. Inferno
  4. All It Takes It's One Minute
  5. How Many Bands
  6. Sono Morto
  7. I Lost My Patience
  8. Mean Machine
  9. The Jurassic Hounds
  10. Amici
  11. Dedico Queste Righe
  12. prison
  13. You Were Right
  14. Harassment
  15. La Paura

Site officiel


par mortne2001 le 25/08/2017 à 14:19
78 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)