Trouver un groupe de Hardcore en activité depuis 1981 n’est pas chose courante de nos jours. Et pourtant, il en existe, qui sortent encore des albums, et qui se permettent même de rester d’actualité, sans rien renier de leur glorieux passé. Pour connaître celui des RAW POWER - sans aucun doute influencés par la bande à Iggy au moment de leur baptême – il faut donc revenir dans la région de Reggio d'Émilie, à Poviglio plus précisément, pour y découvrir un jeune guitariste jouant dans son coin, Giuseppe Codeluppi, grattant depuis 1979 et qui n’allait pas tarder à donner naissance à l’une des plus anciennes légendes Core transalpine. Depuis, l’histoire a suivi son cours, obligeant le groupe à changer régulièrement de line-up pour survivre, mais surtout, pour arroser le marché d’un nombre conséquent de sorties publiées par divers labels. Un simple coup d’œil à leur parcours discographique sur la bible Discogs suffit à comprendre que les italiens n’ont pas chômé en se contentant de quelques clins d’œil et signes de la main épars. Seize longue durée, des splits, des EP, des démos, enfin le parcours habituel d’un groupe underground qui ne lâche pas son os à ronger, et qui avance coûte que coûte. Et à l’écoute de ce petit dernier, Inferno, on comprend très bien que le combo n’ait jamais raccroché les gants. Car leur rage est toujours aussi palpable, et aussi emprunte de révolte 80’s que de colère actuelle. Un bon gros uppercut dans le nez pour revenir à la réalité, et surtout, un Hardcore à tendance légèrement Fast pour rester dans la dynamique sans rentrer dans le rang.

Sorti par le label allemand Demons Run Amok Entertainment, Inferno est un gros pavé qu’on reçoit en pleine face, heureux d’avoir été réveillé à la réalité. Celle des RAW POWER est crue, comme leur nom l’indique, et leur line-up actuel (Giuseppe "Junior" Codeluppi, Tommi Prodi & Paolo di Bernardo aux guitares, Mauro Codeluppi au chant, Gianmarco Agosti à la batterie et Marco Massarenti à la basse) semble au sommet de sa forme et de sa hargne, et aligne ainsi quinze brulots qui démangent dans le dos, mais qui donnent aussi envie de faire bouger les choses pour que tout ça ne s’arrête pas trop tôt.

Et ne comptez pas sur des présentations tranquilles pour faire connaissance avec ces allumés, puisque « Look The Other Way » et son message explicite met les choses au point dès ses premières secondes, sans attendre que vous tendiez votre main. L’époque est au réalisme et à la crudité, ce que les italiens savent depuis très longtemps, et ce que leur discographie prouve à chaque instant. Inferno ne dénotera pas parmi leurs efforts précédents, et joue la vitesse et la violence, teintant de puissance un Hardcore qu’on penserait joué par les MINOR THREAT, MADBALL, AGNOSTIC FRONT et pas mal d’autres contemporains des italiens, qui ont vu les groupes naître et mourir alors même qu’ils se battaient pour rester en vie, malgré quelques pertes, dont celle de leur ami de longue date Luca Carpi, décédé il y a quelques années.

En gardant le principe d’instantanéité en ligne de mire, RAW POWER ne change aucunement une formule qui gagne et qui frappe, et ne se disperse pas en route. Les titres ne dépassent jamais les trois minutes, un standard inamovible dans le petit monde du Hardcore, mais dispensent suffisamment d’idées sur fond de rythmiques speedées pour maintenir la pression et le cap sur les désillusions. Sur ce seizième effort, la tension est palpable et la rage capable, et si le duo basse/batterie joue les accélérations jusqu’à l’épuisement, les guitares ne procèdent pas autrement, même si quelques riffs plus graves viennent troubler les débats vitaminés. L’expérience parle, mais une expérience qui a su rester fraîche et alerte, puisqu’il est impossible pour un néophyte à l’écoute de cet album de deviner que le combo à plus de trente-cinq ans d’existence à mettre en avant. La jeunesse de l’impulsion est remarquable, ce qui démontre que le Punk et le Hardcore permettent de rester alerte, et encore plus dans une époque troublée par les querelles de clochers et appauvrissement global nous menant directement à la catastrophe annoncée. Celle-ci est soulignée par les RAW POWER qui n’ont pas oublié les rebelles qu’ils ont toujours été, et qui soulignent les travers de notre société à grands coups de chœurs revanchards et de lignes vocales bien vachardes, histoire de rester dans le ton. Ce dernier est plutôt uniforme, et calé sur des BPM cramés, et si pas mal d’interventions sont assez similaires dans le fond, l’investissement est à ce point total qu’on en oublie les quelques ressemblances un peu trop frappantes qui sont le lot de tous les groupes qui vivent et jouent à fond.

Mais entre deux pamphlets à la Roger Miret, nous avons le droit à quelques surprises de bon aloi, comme ce « The Jurassic Hounds », qui sonne comme une rencontre idéale entre MOTORHEAD et les AGNOSTIC, singeant même par moments le riff de « Iron Fist », pour ajouter un peu de sel dans les références typiques. Le tout cavale donc à bonne allure, et reste dominé par les vocaux martelés de Mauro, qui s’avère être l’archétype du chanteur Core aux tics féroces et au phrasé précis mais véloce, avec ce timbre rauque qui transforme n’importe quelle anecdote en leitmotiv d’importance… Mais les guitares ne s’en laissent pas conter pour autant et tronçonnent impatiemment, alignant les motifs mémorisables mais mordants, qu’on reprend collégialement dans sa tête comme des hymnes à la fête. Mais la fête à notre époque est gâchée par les disparités, et la violence tapie explose à tous les coins de rue à midi, et ça RAW POWER l’a très bien compris. Alors on fait le plein de titres très courts qui courent, de « You Don’t Know Your Enemy », qui ose enfin un up tempo un peu plus costaud, avant d’accélérer pour nous garder au chaud, à « You Were Right », le plus Thrashcore du lot, qui fait encore plus chauffer le moteur de la haine, en se rapprochant des cris les plus primaux de Stigma & co.

Grosse basse qui claque, chaloupés qui font tanguer (« Dedico Queste Righe »), variations sur le même thème de saine colère (« Mean Machine », ou voit bien les mecs la mâchoire serrée prêts à rentrer dans le lard), et final qui nous écrase de ses changements d’humeur (« La Paura »), Inferno se veut donc tableau complet d’un vingt-et-unième siècle à l’agonie, mais aussi plus simplement nouvelle étape sur un parcours impeccable. Le Hardcore des italiens n’a en rien perdu de sa superbe, et les années semblent n’avoir aucune prise sur eux, tant ce nouvel LP respire le naturel et la rage de jouer par tous ses sillons bien chauffés. Depuis 1981 vous dites ? Visiblement, la haine, ça conserve…


Titres de l'album:

  1. Look The Other Way
  2. You Don't Know Your Enemy
  3. Inferno
  4. All It Takes It's One Minute
  5. How Many Bands
  6. Sono Morto
  7. I Lost My Patience
  8. Mean Machine
  9. The Jurassic Hounds
  10. Amici
  11. Dedico Queste Righe
  12. prison
  13. You Were Right
  14. Harassment
  15. La Paura

Site officiel


par mortne2001 le 25/08/2017 à 14:19
78 %    256

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou