Trouver un groupe de Hardcore en activité depuis 1981 n’est pas chose courante de nos jours. Et pourtant, il en existe, qui sortent encore des albums, et qui se permettent même de rester d’actualité, sans rien renier de leur glorieux passé. Pour connaître celui des RAW POWER - sans aucun doute influencés par la bande à Iggy au moment de leur baptême – il faut donc revenir dans la région de Reggio d'Émilie, à Poviglio plus précisément, pour y découvrir un jeune guitariste jouant dans son coin, Giuseppe Codeluppi, grattant depuis 1979 et qui n’allait pas tarder à donner naissance à l’une des plus anciennes légendes Core transalpine. Depuis, l’histoire a suivi son cours, obligeant le groupe à changer régulièrement de line-up pour survivre, mais surtout, pour arroser le marché d’un nombre conséquent de sorties publiées par divers labels. Un simple coup d’œil à leur parcours discographique sur la bible Discogs suffit à comprendre que les italiens n’ont pas chômé en se contentant de quelques clins d’œil et signes de la main épars. Seize longue durée, des splits, des EP, des démos, enfin le parcours habituel d’un groupe underground qui ne lâche pas son os à ronger, et qui avance coûte que coûte. Et à l’écoute de ce petit dernier, Inferno, on comprend très bien que le combo n’ait jamais raccroché les gants. Car leur rage est toujours aussi palpable, et aussi emprunte de révolte 80’s que de colère actuelle. Un bon gros uppercut dans le nez pour revenir à la réalité, et surtout, un Hardcore à tendance légèrement Fast pour rester dans la dynamique sans rentrer dans le rang.

Sorti par le label allemand Demons Run Amok Entertainment, Inferno est un gros pavé qu’on reçoit en pleine face, heureux d’avoir été réveillé à la réalité. Celle des RAW POWER est crue, comme leur nom l’indique, et leur line-up actuel (Giuseppe "Junior" Codeluppi, Tommi Prodi & Paolo di Bernardo aux guitares, Mauro Codeluppi au chant, Gianmarco Agosti à la batterie et Marco Massarenti à la basse) semble au sommet de sa forme et de sa hargne, et aligne ainsi quinze brulots qui démangent dans le dos, mais qui donnent aussi envie de faire bouger les choses pour que tout ça ne s’arrête pas trop tôt.

Et ne comptez pas sur des présentations tranquilles pour faire connaissance avec ces allumés, puisque « Look The Other Way » et son message explicite met les choses au point dès ses premières secondes, sans attendre que vous tendiez votre main. L’époque est au réalisme et à la crudité, ce que les italiens savent depuis très longtemps, et ce que leur discographie prouve à chaque instant. Inferno ne dénotera pas parmi leurs efforts précédents, et joue la vitesse et la violence, teintant de puissance un Hardcore qu’on penserait joué par les MINOR THREAT, MADBALL, AGNOSTIC FRONT et pas mal d’autres contemporains des italiens, qui ont vu les groupes naître et mourir alors même qu’ils se battaient pour rester en vie, malgré quelques pertes, dont celle de leur ami de longue date Luca Carpi, décédé il y a quelques années.

En gardant le principe d’instantanéité en ligne de mire, RAW POWER ne change aucunement une formule qui gagne et qui frappe, et ne se disperse pas en route. Les titres ne dépassent jamais les trois minutes, un standard inamovible dans le petit monde du Hardcore, mais dispensent suffisamment d’idées sur fond de rythmiques speedées pour maintenir la pression et le cap sur les désillusions. Sur ce seizième effort, la tension est palpable et la rage capable, et si le duo basse/batterie joue les accélérations jusqu’à l’épuisement, les guitares ne procèdent pas autrement, même si quelques riffs plus graves viennent troubler les débats vitaminés. L’expérience parle, mais une expérience qui a su rester fraîche et alerte, puisqu’il est impossible pour un néophyte à l’écoute de cet album de deviner que le combo à plus de trente-cinq ans d’existence à mettre en avant. La jeunesse de l’impulsion est remarquable, ce qui démontre que le Punk et le Hardcore permettent de rester alerte, et encore plus dans une époque troublée par les querelles de clochers et appauvrissement global nous menant directement à la catastrophe annoncée. Celle-ci est soulignée par les RAW POWER qui n’ont pas oublié les rebelles qu’ils ont toujours été, et qui soulignent les travers de notre société à grands coups de chœurs revanchards et de lignes vocales bien vachardes, histoire de rester dans le ton. Ce dernier est plutôt uniforme, et calé sur des BPM cramés, et si pas mal d’interventions sont assez similaires dans le fond, l’investissement est à ce point total qu’on en oublie les quelques ressemblances un peu trop frappantes qui sont le lot de tous les groupes qui vivent et jouent à fond.

Mais entre deux pamphlets à la Roger Miret, nous avons le droit à quelques surprises de bon aloi, comme ce « The Jurassic Hounds », qui sonne comme une rencontre idéale entre MOTORHEAD et les AGNOSTIC, singeant même par moments le riff de « Iron Fist », pour ajouter un peu de sel dans les références typiques. Le tout cavale donc à bonne allure, et reste dominé par les vocaux martelés de Mauro, qui s’avère être l’archétype du chanteur Core aux tics féroces et au phrasé précis mais véloce, avec ce timbre rauque qui transforme n’importe quelle anecdote en leitmotiv d’importance… Mais les guitares ne s’en laissent pas conter pour autant et tronçonnent impatiemment, alignant les motifs mémorisables mais mordants, qu’on reprend collégialement dans sa tête comme des hymnes à la fête. Mais la fête à notre époque est gâchée par les disparités, et la violence tapie explose à tous les coins de rue à midi, et ça RAW POWER l’a très bien compris. Alors on fait le plein de titres très courts qui courent, de « You Don’t Know Your Enemy », qui ose enfin un up tempo un peu plus costaud, avant d’accélérer pour nous garder au chaud, à « You Were Right », le plus Thrashcore du lot, qui fait encore plus chauffer le moteur de la haine, en se rapprochant des cris les plus primaux de Stigma & co.

Grosse basse qui claque, chaloupés qui font tanguer (« Dedico Queste Righe »), variations sur le même thème de saine colère (« Mean Machine », ou voit bien les mecs la mâchoire serrée prêts à rentrer dans le lard), et final qui nous écrase de ses changements d’humeur (« La Paura »), Inferno se veut donc tableau complet d’un vingt-et-unième siècle à l’agonie, mais aussi plus simplement nouvelle étape sur un parcours impeccable. Le Hardcore des italiens n’a en rien perdu de sa superbe, et les années semblent n’avoir aucune prise sur eux, tant ce nouvel LP respire le naturel et la rage de jouer par tous ses sillons bien chauffés. Depuis 1981 vous dites ? Visiblement, la haine, ça conserve…


Titres de l'album:

  1. Look The Other Way
  2. You Don't Know Your Enemy
  3. Inferno
  4. All It Takes It's One Minute
  5. How Many Bands
  6. Sono Morto
  7. I Lost My Patience
  8. Mean Machine
  9. The Jurassic Hounds
  10. Amici
  11. Dedico Queste Righe
  12. prison
  13. You Were Right
  14. Harassment
  15. La Paura

Site officiel


par mortne2001 le 25/08/2017 à 14:19
78 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.