Amusant de chroniquer le premier EP d’un groupe qui n’en est pas un…Enfin, étymologiquement si, puisqu’il résulte d’un processus collectif, mais pas dans le sens ou tout un chacun l’entend à la base…

Vous n’avez rien compris ? Normal, alors je vous explique.

MOUTH OF MAGGOTS est en fait une collaboration dématérialisée dans tous les sens du terme, et le résultat d’un effort commun partagé par trois musiciens, sans qu’ils ne se rencontrent jamais, autrement que par contact mail et téléphonique.

Association de Will Goodyear, Aaron D.C. Edge et Nick Cacioppo, trois acteurs/actifs de l’underground qu’on retrouve au casting de combos comme LUMBAR, BETWEEN THE BURIED AND ME, THE COMMUNION, MINOR FRET, GROHG, DAKESSIAN, PROCESS BLACK, PHEMÜT et une poignée d’autres, ce trio démoniaque propose donc en cette fin d’année son premier EP, sans que l’on ne sache vraiment si le produit en question connaîtra une extension.

Sous l’égide de composition d’Aaron D.C. Edge, les membres de ce faux trio ont enregistré leurs parties indépendamment des autres, et chacun dans leur coin.

Ainsi, la batterie a été jouée par Will Goodyear et fixée par Scott Crouse aux Sweatshop Audio studios,  la guitare et la basse par Aaron D.C. Edge aux Myelin Studios, tandis que le chant fut l’œuvre de Nick Cacioppo, et plaqué sur bits par Jay Newman aux Humanless Compound Studios.

Comme vous le constatez, le procédé est assez étrange, et pourtant, miracle oblige, le résultat fait preuve d’une homogénéité terrible, et évoque plus une osmose commune qu’un assemblage de pièces de puzzle éparses. Comme quoi, même séparés par le temps et l’espace, des musiciens peuvent encore parvenir à susciter des émotions tangibles et concrètes, qui les rapprochent une fois la finalité atteinte.

Mais réduire tout ça à un simple gimmick serait une énorme erreur. Car au-delà de son processus de création et d’enregistrement, ce Mouth of Maggots est aussi un redoutable pamphlet bruitiste, en appelant tout autant à la non-sensibilité du Crust, du Hardcore, du Powerviolence, mais aussi du Blackened Core.

Axé autour de trois titres de durée homogène, cet effort de groupe individuel fait la part belle aux guitares abrasives dignes du Post Hardcore New-yorkais, ainsi qu’à des exercices rythmiques aux multiples cassures, le tout supervisé d’un chant absolument rauque et exhorté, et évoque un genre de crossover entre les UNSANE, les NAILS, TRAP THEM et même les PIG DESTROYER pourquoi pas, soit l’essence et la quintessence de l’underground US sans complaisance.

Mais loin de ne jeter en pâture qu’un chaos à peine organisé, le trio est parvenu sans jamais se rencontrer de visu à trouver l’équilibre parfait entre attaque bruitiste nihiliste et musicalité un tant soit peu mémorisable, sans qu’aucun de ses morceaux ne soit enterré sous une linéarité quelconque.

Pour faire simple et corréler le contenant au contenu, je dirais que ce premier EP des MOUTH OF MAGGOTS est musicalement à l’image de sa pochette.

Complexe, mais direct. Séduisant dans la forme, mais terrifiant dans le fond. Aussi lumineux qu’il n’est sombre dans son assemblage de composantes Core traitées avec la même finesse que ce trait graphique représentant un visage grotesque.

Certes, le message passe puisqu’il est déjà plus ou moins assimilé depuis longtemps, mais les trois acolytes virtuels sont parvenus à insuffler à leur son extrême quelques variations intéressantes qui les dissocient de la masse grouillante de groupes stériles.

On remarquera évidemment – logique chronologique oblige – la force de l’entame « Screaming Flesh Target » qui se complaît dans une virulence à mi-chemin entre un TRAP THEM salement costaud et un DISCHARGE qu’on aurait levé trop tôt, avec quelques divergences à la NAILS tout à fait captivantes de blasts.

Une rythmique puissante et méchamment véloce qui se calque sur des riffs sombres et froids comme du Suédois pas décongelé, pour un accompagnement vocal mixé en arrière-plan et menaçant comme des ellipses de regards qui en disent plus long que prévu sur l’animosité ambiante.

Déluge de riffs monolithiques, brisures dans l’évolution, et finalement, construction brutale progressive qui mène à une explosion de haine contenue.

C’est terriblement bien fait, et surtout suffisamment « aéré » pour qu’on n’ait pas le sentiment de cheminer pendant des heures dans un décor inamovible, et « Rack Melisma » de changer justement les perspectives du panorama en accentuant la pesanteur poisseuse d’un Crust à tendance Sludge, union fatale d’un BARONESS en pleine descente de schizophrénie et d’un CURSED impliqué dans un exorcisme pas facile…

« Body Painting with DNA Evidence » rappelle quant à lui en conclusion le FETISH 69 le plus dérangé et dérangeant, accompagné dans son délire par un FORENSICS perturbé dans sa peinture d’une dissection musicale absolue.

La distorsion s’épaissit de plus en plus, les riffs se veulent plus gras, alors même que le thème majeur virevolte avec une légèreté étonnante, porté dans son envol par des stridences inopinées et des hurlements de plus en plus aigus. Le trio parvient même à décocher une flèche de riffs délicieusement accrocheuse, ce qui ouvre ma foi des perspectives fort intéressantes pour l’avenir du groupe…s’il existe.

Alors certes, les mecs ont bossé leur partition en solo, mais le résultat produit est loin d’être un simple collage hasardeux d’idées étalées. La cohésion est frappante, et le résultat valide, dans un registre fouillé qui picore les fleurs du mal Hardcore, Sludge, BM et Crust.

Imaginez les lèvres pulpeuses et bleues d’une femme sublime, allongée sur la table en alu d’une morgue. Et visualisez les asticots s’évader de sa bouche entrouverte. C’est un peu l’effet produit par cet EP.

Attirant et répugnant à la fois.

 Vous avez compris le processus.


Titres de l'album:

  1. Screaming Flesh Target
  2. Rack Melisma
  3. Body Painting with DNA Evidence

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/12/2016 à 18:06
75 %    502

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.