Derailing the Hype Train

Noisy Neighbors

17/01/2023

Autoproduction

On va la jouer simple : si vous êtes fan d’INSECT WARFARE, du NAPALM DEATH des années Crust n’Grind, de DEATHBOUD, ou THE KILL, alors il y a de très fortes chances pour que vous craquiez complètement pour ce premier album des américains de NOISY NEIGHBORS. Parce qu’en matière de voisins malveillants, ces quatre-là font la paire…ou plus si affinités.

NOISY NEIGHBORS, on en a tous connu dans notre vie, entre celui qui met son transistor à fond à cinq heures du matin pour aller bosser et les blaireaux qui font des fiestas tous les samedis soir jusqu’à pas d’heure. On peut trouver ça amusant de temps en temps, mais la constance de la nuisance la rend d’autant plus insupportable. Alors Shane Elwell (guitare/chant), John Kruithof (batterie/chant), Walter Howard (basse) et Mike Garrison (guitare) se proposent de vous épauler dans cette guerre de quartier et d’immeubles avec leur premier album, Derailing the Hype Train. Et autant dire qu’ils prennent leur rôle très à cœur.

Ils font en effet dérailler le train de la mode en explosant les rails. Complètement fondus de Grind, de Crust, de D-Beat et autres joyeusetés bruitistes, ces quatre malandrins atomiques nous vitriolent la tronche de leurs hymnes au chaos, soutenus dans cette entreprise par une production exemplaire et grave. On sent les coups de grosse caisse souiller nos tympans, et les guitares n’ont rien à envier à la paire Harris/Pintado des grandes années. Et comme en plus, l’affaire reste techniquement familiale, on se régale à imaginer les cousins hilares au fond de la salle à manger.

Enregistré par Shane Elwell qui s’est également chargé de l’artwork, mixé et masterisé par Mike Garrison aux Winter Skies Productions, Derailing the Hype Train est l’exacte image sonore d’un TGV bourré de nitroglycérine qui sort de sa trajectoire pour venir exploser dans une maternelle ou un EHPAD. La méchanceté est grave, le ton donné, et le tout est aussi relevé qu’une catastrophe ferroviaire filmée sur un smartphone et uploadée sur BestGore. 

Dès le début des hostilités, les gus ne se posent pas de questions inutiles et roulent à fond les ballons, comme si leur avenir en dépendait. Loin des précautions prises par Yves Montand et Charles Vanel dans Le Salaire de la Peur, Derailing the Hype Train monte dans les tours, se joue des nids de poule, des cassis, des dos d’âne, et trace sa route dans la jungle à la manière d’un mercenaire et sa machette. Tank en folie sur piste bien pourrie, ce premier album est d’une force de persuasion incroyable, et révèle le talent de percussionniste fou de John Kruithof, le roi du roulement infernal et du fill qui fait mal.

Exemplaire dans son intégrité, Derailing the Hype Train n’est rien de moins qu’une course folle contre la montre, qui joue évidemment contre nous et nous oblige à réfléchir et vivre de plus en plus vite. Découpé en dix-sept tranches de vie quasiment semblables, enrobé dans un son à faire bander un Satan sous prozac, ce premier jet est d’une impressionnante maturité dans l’inconscience adolescente, et surtout une bouffé d’air frais dans la production un peu rance actuelle. Entre un BRUTAL TRUTH sous amphétamines et un CANNIBAL CORPSE léchant des étamines, NOISY NEIGHBORS se veut le haut-très-parleur d’une époque troublée, et l’équivalent musical de l’explosion d’une centrale nucléaire pas très éloignée d’un lotissement surpeuplé.

En tant que voisins directs, ces quatre-là doivent être cauchemardesques. Loin des chansons à boire et des bastons de trottoir, NOISY NEIGHBORS est une calotte clinique et froide que l’on se mange sans s’y attendre, et la traduction en chaos des travers de la société égoïste actuelle. Tout pour ma gueule, ma liberté individuelle commence où je piétine la tienne, et allons enfants, du boucan, les vitres ouvertes et les insultes prêtes.

Bouillonnant de violence, ce premier effort n’en est pas un, et semble couler de source. Plus amusant qu’une querelle de voisinage à propos d’un cerisier qui dépasse de sa surface légale, plus violent qu’une algarade entre deux résidents au mode de vie divergeant, et aussi sale qu’une crotte de chien déposée dans un papier journal enflammé sur un paillasson pas si abandonné, Derailing the Hype Train est un happening global, une bagarre générale, et un affrontement dégénérant en guerre civile, la baïonnette au canon, un coup dans le cul, un coup dans le fion.

Faisez attention quand vous sonnez chez les Duraillon parce qu’ils font les cons. Sont pas fins et la douze est toujours à portée de main. 

  

       

Titres de l’album :

01. Confrontation Bias         

02. Selective Outrage

03. Circling the Drain

04. Age of Fragility   

05. Born Slithering    

06. Maladapted         

07. Sinking Lower     

08. Economy of Force          

09. Pattern of Abuse

10. Zero Integrity      

11. Accelerating Destitution 

12. Uninformed Assumption

13. Diminished Capacity      

14. Perpetual Trend   

15. Path of Least Resistance 

16. Roasted   

17. Logical Nonsense


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/02/2023 à 18:18
80 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01