Selon le site référentiel Encyclopedia Metallum, il existe quatorze HERESY recensés dans le monde. Six d’entre ont sont classés Thrash, ce qui nous fait un paquet d’homonymies et des possibilités de méprises infinies. Alors pour être certain que nous parlons bien du même et éviter les confusions, cet HERESY  vient du Costa Rica, et il est seul prophète du nom en son pays. Avec cette précision en tête, et pour les connaisseurs, il sera donc impossible de se fourvoyer dans des comparaisons décalées, d’autant plus que ces musiciens commencent à se faire une jolie réputation en dehors de leurs frontières. Forcément, avec un premier LP de la trempe de Worldwide Inquisition, il y a de quoi se faire des amis, même si le laps de temps écoulé pour obtenir une suite à l’aventure fut plus que conséquent. Pensez-donc, pas moins de six années pour élaborer un second chapitre, qui prend enfin forme sous les traits francs mais toutefois subtils de ce Blasphemia, qui en termes de Metal ne prône pas le blasphème, mais bien le respect des tables de loi les plus fondamentales. Et si les croyances et dogmes sont respectés, l’allusion va beaucoup plus loin qu’une métaphore de surface, ce que je compte bien vous expliquer un peu plus loin. Fondé en 2011, ce quatuor qui joue fort (Jos Raley - Chant/guitare, Blop Heresy - basse, Kev Venegas - guitare et Dennis Abrahams - batterie) a donc quelques réalisations à son actif, dont ce premier longue-durée déjà évoqué, qui fut en son temps précédé d’un premier EP (Heretics to the Fire en 2011), et suivi d’une compilation live (The European Trials Tour en 2015). Quelques singles annonciateurs furent aussi lâchés en éclaireurs, et Blasphemia vient donc témoigner des progrès accomplis par le groupe depuis sa fondation, progrès conséquents et qui s’inscrivent dans une tradition old-school classique certes, mais fort pertinente. Et si j’abordais la foi et la religion en préambule, c’était en guise de contexte, puisque nos amis du Costa Rica ne sont pas sans rappeler un fameux groupe de White Metal de leur propre créneau…

C’est en effet à BELIEVER que la musique des costaricains fait irrémédiablement penser, époque Extraction From Mortality, particulièrement à cause du timbre aigu et rauque de Jos Raley qui ressemble fortement à celui du frontman croyant Kurt Bachman. Et musicalement parlant, la donne est assez similaire, même si on pourrait envisager ce second LP comme une sorte de crossover géant utilisant les références usuelles, dont les principales seraient celles de la seconde vague de Thrash US, et les FORBIDDEN en tête de liste. Un mélange détonnant et performant donc, qui utilise toutes les armes à sa disposition pour parvenir à ses fins, et qui ne se contente pas de provoquer un simple headbanging pour vous réveiller le matin. Nous avons donc droit à tout le catalogue des possibilités, du fatal qui râle au cadencé mesuré, pour une balade menée bon train dans les jardins fertiles de la Bay Area, le tout transposé dans un vocable de production très actuel, histoire de ne pas jouer les nostalgiques indécrottables. Qualités individuelles notables, performance globale séduisante, et surtout, beaucoup de changements, de nuances, d’adaptations, de digressions, pour des morceaux qui accumulent sans thésauriser, et qui se montrent aussi accrocheurs que proportionnés. Tous les atouts sont d’ailleurs exposés dès l’entrée en matière de « Downpour », qui ne fait pas grand mystère de son crédo, et qui se rapproche donc d’une synthèse des deux premiers albums de BELIEVER, tout en étalant sous nos ouïes ébahies des motifs hautement redondants qui prennent au marteau et à l’enclume. Syncopes marquées, brisures bien amenées, et chant complètement possédé, à la limite d’un Hardcore vociféré, bien que le style soit complètement ancré dans un Metal chauffé à blanc et digne des meilleurs productions d’antan. Mais en sept morceaux seulement et un peu plus d’une demi-heure, les costaricains n’ont pas le temps de traîner, et cherchent à convaincre coûte que coûte, quitte à utiliser des thématiques éprouvées (« Last Night God Talked to Me »), pour mieux les détourner façon progressif sans sombrer dans la prétention. Les mélodies, très présentes, se montrent alors sous un jour agressif, pour nous rappeler le meilleur de MORTAL SIN et de FORBIDDEN, tout en louchant sévèrement du côté d’EXODUS, celui des nineties, qui connaissait alors un surplus d’énergie dans la gravité.

En se reposant sur une rythmique inventive et pulsant comme un satellite qui gravite, le quatuor fait parler la poudre, et laisse même de temps à autres la basse se révéler sous un jour claquant, tandis que les deux guitares ne semblent admettre aucune pause. Et avec un chanteur de la trempe de Jos, tout est permis, lui qui oscille entre provocation graineuse et invocation haineuse, tout en lestant l’instrumental de phrasés précis. Le travail en lead de Kev est lui aussi notable, même si le soliste n’en profite pas pour boucher tous les espaces, et l’unisson provoqué par les quatre instrumentistes a de faux airs d’énorme déflagration, atténuée régulièrement par des bouffées d’air harmonique faisant un bien fou. Beaucoup d’équilibre donc dans le classicisme, et des envies, dont celle de se nourrir de sonorités d’époque pour faire avancer la machine. Et alors que les morceaux courts se permettent parfois des incursions du côté d’un Heavy Speed vraiment épais (« The Pagan »), ou d’un Heavy Thrash lourd comme le marteau d’ANVIL sur une enclume SLAYER (« The Hive »), les plus développés montrent des signes d’ambition, à l’instar de l’évolutif « Sharpointing », qui utilise la densité d’un DARK ANGEL pour élargir le spectre de méchanceté, sans jamais se départir de cette richesse d’arrangements qui permettent aux passages les plus convenus de sonner frais. Pas mal de violence donc, mais jamais gratuite, et de la variété pour ne pas laisser les BPM s’affoler, et de quoi rassasier tous les amateurs d’un Thrash intelligent et bien enrobé, qui bouscule autant qu’il n’inculque. Des valeurs de construction bien sûr, même si le spectre du Techno-Thrash est laissé dans l’ombre au profit d’un Heavy étudié et placé, même si certaines idées auraient parfois mérité un peu plus de maturité (« Suiciety »).

Le groupe se lâche même à l’occasion d’un final étrange en Ambient, sorte de porte de sortie dérobée en mélodies prononcées (« Blasphemia », délicieux et très TESTAMENT), et offre ainsi une conclusion un peu moins évidente pour nimber son second effort d’un peu de mystère. Mais avec une majorité de titres qui percutent et un investissement non sans but, les HERESY reviennent en force sur le devant de la scène, et s’affirment comme une valeur montante qu’il conviendra de suivre avec attention. Pas encore le chef d’œuvre que l’on est (peut-être) en droit d’attendre d’eux, mais un pas de plus vers la médaille d’honneur, et de quoi se distinguer sur un tableau déjà très chargé d’homologues internationaux. Gageons qu’avec Blasphemia, vous ne confondrez plus le Costa Rica avec les Etats-Unis ou l’Australie.    


Titres de l'album :

                          01. Downpour

                          02. Last Night God Talked to Me

                          03. The Pagan

                          04. The Hive

                          05. Sharpointing

                          06. Suiciety

                          07. Blasphemia

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/12/2018 à 17:38
80 %    331

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


jefflonger
@90.51.17.10
21/12/2018 à 18:01:35
La référence à Believer m'a poussé à ecouter les extraits proposés et j'aime beaucoup. Du très bon thrash.

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?