Spectral Devastation

Sölicitör

24/04/2020

Gates Of Hell Records

On ne va pas se la jouer, dès qu’un groupe se pointe avec des trémas sur son nom, ça sent bon. Je ne retiendrai que deux exemples aussi pertinents que contraires, MÖTLEY CRÜE et MOTÖRHEAD. Avec deux légendes pareilles, j’aurais pu m’arrêter là, mais je rajouterai quand même MORSÜRE pour la peine, ce qui ne manquera pas de faire hurler les fans des deux groupes précités (uniquement parce que le tréma est sur le U bien sûr, pas pour des raisons musicales). Est-ce à dire que le groupe qui nous concerne aujourd’hui est un mélange des bandes à Lemmy et Nikki Sixx ? Pas vraiment, même si en fouillant bien, les SÖLICITÖR ont quand même dû écouter « Ace of Spades » et « Overkill » plus d’une fois dans leur vie (je suis moins sûr qu’ils soient fans de « Home Sweet Home » ou « Dr Feelgood » à l’inverse). Mais qui sont donc ces nouveaux preux chevaliers de la table Metal débarquant de presque nulle part avec un longue-durée sous les bras ? Des Etats-Unis, de Seattle plus précisément, la ville de QUEENSRYCHE, de HEIR APPARENT, de SANCTUARY et tant d’autres qu’il devient inutile de tous les nommer. Formé dans l’état de Washington après la séparation de deux autres groupes, SUBSTRATUM et HEXENGEIST, SÖLICITÖR est donc la nouvelle force vive de la nostalgie, et bien que sa carrière soit encore bien jeune, les musiciens ont du métier, et n’en sont pas à leur coup d’essai. Après avoir publié coup sur coup en 2019 et une démo et un EP sans nom, ces américains un peu fous de l’accélérateur en ont profité pour soigner leur entrée en se faufilant chez les esthètes de Gates of Hell Records, bien connus pour abriter en leur sein des valeurs très sures de la vague old-school. Un simple coup d’œil aux pochettes ornant leurs productions maison suffit à s’en convaincre, et c’est déjà fort d’une écurie remplie de poulains comme BLACK CYCLONE, CHEVALIER, IRON GRIFFIN, TERRIFIANT, TYFON’S DOOM et VULTURES VENGEANCE (pour ne citer que les plus parlants) que le label nous propose en 2020 cet impeccable Spectral Devastation, qui n’est pas sans rappeler un maximum de références des années 80.

Pourtant, l’enregistrement de ce premier long ne fut pas de tout repos. Pressés par des exigences de tournée, et devant même quitter le studio, le quintet (Matthew Vogan et Patrick Fry - guitares, Damon Cleary-Erickson - basse, Johann Waymire - batterie et Amy Lee Carlson - chant) a donc tout donné pour que les choses soient bien faites et vite, et lorsqu’on parle de vitesse, on peut compter sur eux. Se sevrant des sonorités les plus underground de la vague Heavy/Speed US des eighties, le groupe aux deux trémas en profite donc pour proposer une copie méchamment variée qui aborde tous les sous-genres, du Heavy mélodique au Thrash le plus teigneux, en passant par le vilain Speed légèrement blackisé. C’est ainsi que malgré une étiquette facile qu’on est tenté de leur coller dès l’ouverture tonitruante de « Blood Revelations », les taxant d’opportunistes recycleurs de VENOM, MERCYFUL FATE, TANK, SAVAGE GRACE et consorts, on ressort de l’écoute de cet album assez agréablement surpris de la versatilité des sagouins, très compétents lorsqu’il s’agit de mettre en scène tout le décorum en vogue il y a plus de trente ans. Nous avons donc droit à a peu près tout ce qui faisait le charme rebelle du Heavy Metal de l’époque, l’ambiance gentiment sombre, les riffs francs, massifs ou saccadés, les arrangements maison en sifflantes et harmoniques diaboliques, et bien évidemment les lignes de chant graves et incantatoires, partant soudainement dans les aigus comme un KING DIAMOND ayant oublié son crucifix à la maison. Mais les mecs font bonne pioche, et pour cause : ils ne sont pas des manches et ont tendance à bien le manier. Vous excuserez ce calembour facile, mais face à un tel déferlement d’énergie, on en perd son latin et son bréviaire, ainsi que quelques pellicules au passage.    

« Betrayer » appuie encore sur le champignon, mais le fait intelligemment avec quelques nuances, rappelant l’école de Seattle et le lyrisme dans la violence (mesurée) de HEIR APPARENT, mais aussi l’option progressive et mystique des MANILLA ROAD, passée au papier de verre d’un Metal sans compromis à la CHASTAIN, ou d’un rabot à acier de type EXCITER, brevet déposé au Canada. Partant de là, la conclusion d’un Heavy Speed franc du collier s’impose, mais cette constatation serait incroyablement peu pertinente. Car SÖLICITÖR sait à peu près tout jouer, et très bien, ce que le groupe prouve sur l’épique « The Red Queen », qui entérine encore plus les comparaisons précédentes à HEIR APPARENT et MANILLA ROAD. On trouve aussi quelques traces de MERCYFUL FATE, des prémices de la vague Speed US et les fameuses compilations Metal Massacre, mais en substance, les qualités dont fait preuve le combo ressemblent à toutes celles étalées par les précurseurs de l’époque. Et bien qu’enregistré un peu dans l’urgence, Spectral Devastation bénéficie d’un son tout à fait adapté à sa démarche, avec des médiums très présents, des guitares qui ne cherchent pas à bomber les cordes mais bien à les tendre au maximum, une basse gentiment ronflante, et un chant à l’écho délicieux. « Leathür Streets », et son intitulé à la CRÜE cache en fait le genre de Heavy trépidant qu’on aimait tant entre 83 et 84, avec ce riff redondant et sec au possible, cette basse gironde et ce chant sans retenue, tandis que « Night Vision » ose la délicatesse d’une intro mélodique et d’une progression à la METAL CHURCH rustique, pour mieux nous fracasser ensuite d’un cocktail survitaminé de Heavy, Speed et Thrash, accélérations comprises et crises de démence qui frisent. Niveau technique, c’est du solide, les breaks sont carrés, les soli enflammés, et le tour de chauffe se transforme vite en tour de force, renforçant la crédibilité d’un groupe qui pourrait sortir des cryptes de Metal Blade ou Neat Records.

Pas question de s’ennuyer donc, mais largement de quoi headbanguer et ressortir ses bracelets cloutés. Entre les broncas Speed à laisser les chevaux sauvages haletant (« Spectres of War »), et les manifestes Thrash mélodiques assumés et maîtrisés (« Grip of The Fist »), tout à garder, rien à jeter, et bonjour la nostalgie bien appliquée. Et sans savoir si ses trémas lui permettront de connaître le destin de MÖTLEY CRÜE ou MOTÖRHEAD, SÖLICITÖR trace sa route, se retournant juste de temps en temps pour chercher l’inspiration dans le passé et regarder ses suiveurs se faire distancier.

                                                                                                        

Titres de l’album :

                         01. Blood Revelations

                         02. Betrayer

                         03. The Red Queen

                         04. Leathür Streets

                         05. Night Vision

                         06. Terminal Force

                         07. Spectres of War

                         08. Grip of The Fist

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/09/2020 à 18:13
82 %    312

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03