Race Against Time

Race Against Time

01/11/2022

Autoproduction

Un groupe de vieux briscards canadiens qui se font plaisir en 2022 en sortant leur premier album dix ans après leur formation, c’est toujours sympathique, et prouve que les efforts et l’obstination paient. Et en voyant ces mines réjouies sur quelques photos prises en studio, on se dit que l’aventure a dû être belle, et que le résultat importe presque moins que le processus. Mais chez Metalnews, nous ne jugeons pas le processus, mais bien le résultat, ce premier album de plus de cinquante minutes se réclamant d’un Heavy Metal hautement mélodique, aussi réminiscent de la scène américaine que de la NWOBHM.

Scott Goddard (chant), Rick Szanyi (guitare), Shawn Tolman (basse), Dale Penney (batterie) et Andy Skuse (guitare, claviers, chœurs) nous présentent donc ce Race Against Time éponyme, qui semble destiné à devenir le postulat le plus exact de leur philosophie. Plein de foi, ces cinq musiciens jouent donc une musique volontiers rétrograde, mais qui ne prend pas la poussière pour autant. Leur Heavy Metal est généreux, harmonieux, énergique, très agréable à l’écoute, et loin des produits contrefaits d’une scène old-school un peu feignasse sur les bords.

RACE AGAINST TIME, c’est un peu le parangon de cette nostalgie d’une époque où la sincérité et l’honnêteté musicale avaient encore un sens. Lorsque cette musique que nous adorons avait une raison d’être, de la profondeur, et un parfum rebelle irrésistible. Et un titre comme « Fight for It » résume à lui seul l’attitude d’un groupe qui ne brade pas ses valeurs sur le marché de l’occasion. Guitare acérées, chant ferme, rythmique solide mais souple, entre SAXON et DIAMOND HEAD, avec quelques réminiscences de MAIDEN, pour un voyage au long cours sur la rivière de la passion. Résolument dur sous sa carapace, mais sensible dans le regard, RACE AGAINST TIME navigue donc entre deux eaux, les courants Heavy et Hard qui s’écoulent en parallèle depuis la nuit des temps.

Autoproduit, disponible sur la toile en version digitale sur toutes les bonnes plateformes, Race Against Time est un plaisir absolument pas coupable, entre tradition et lucidité contemporaine. Inutile de chercher la petite bête ou la concession à l’époque, cet album aurait pu indifféremment naître en 1985, 1992 ou 2006, et cette atemporalité joue clairement en sa faveur. Absolument pas ancré dans un passé précis, mais survolant trois ou quatre décennies de Metal, Race Against Time n’est pas vraiment une course contre la montre, mais plutôt une pause dans le déroulé d’une époque où les disques ressemblent de plus en plus à des produits à date de péremption courte. Ici, la qualité et le goût restent intact des heures et des jours après écoute, et on prend un réel plaisir à se replonger dans ces chansons épiques qui rappellent DIO (« Chase the Dragon »), le jeune QUEENSRYCHE (« Into the Shadows »), ou un SAXON des jours rudes (« Line You Never Cross »).

On craque donc sans vraiment résister, et on a totalement raison. En l’absence de toute ambition d’innovation, ce premier album fait montre d’une confiance sans failles en son approche formelle, solide, crédible, et enthousiasmante. Entre agressivité, violence, fluidité et séduction, RACE AGAINST TIME tire bien son épingle du jeu, et peut s’appuyer sur le potentiel individuel de musiciens remarquables à leur poste. En premier lieu, le chanteur Scott Goddard à la voix lyrique, puissante et gorgée de feeling Metal. Le vocaliste profite d’un instrumental solide et de chœurs bien placés pour dérouler ses parties musicales et rejoindre les rangs des frontmen aux larges épaules. Niveau guitare, le compte est bon, entre riffs traditionnels et soli intelligents et puissants, quant à la rythmique, elle possède cette assise indispensable qui permet aux morceaux de se montrer à leur avantage, entre jeu syncopé et mid martelé.

Le petit plus ? La constance. L’album ne connaît pas de ventre mou, et tient son intensité jusqu’au bout, la faisant même monter d’un cran à l’occasion de « Way of the Warrior », phénoménale démonstration de passion et de frissons. Et même en se montrant pointilleux, et en profitant d’un mandat pour fouiller les moindres recoins, on ne trouve aucune pièce à conviction susceptible d’être citée dans l’enquête de crédibilité. RACE AGAINST TIME est une bête de course tout ce qu’il y a de plus honnête, et ce premier album est plus qu’une simple carte de visite : une profession de foi.

Entre LOUDNESS, et le PRETTY MAIDS des jeunes années, RACE AGAINST TIME sublime ses influences, et nous offre un éventail de possibilités assez impressionnant. Et si la nuance s’invite parfois aux agapes de la violence, elle a le mérite de rester humble et de ne pas sombrer dans le sentimentalisme. Ainsi « King of Denial », lourd comme du DIO en pleine quête se pose comme un intermède aussi lourd que moite, chevaleresque, mais abordable pour les réfractaires à la cause vintage.

Le quintet a donc attendu le dernier moment pour montrer sa facette la plus sensible, et « 11:11 » de terminer l‘album sur une touche de douceur. Un tracklisting impeccable, un professionnalisme au-dessus de tout soupçon, pour un groupe très attachant et un premier album marquant. La course contre le temps est donc gagnée, et la première place décrochée. Vous pouvez applaudir.

   

         

Titres de l’album :

01. Trapped in Time

02. Racing Against Time

03. Fight for It

04. Chase the Dragon

05. Into the Shadows

06. Line You Never Cross

07. Way of the Warrior

08. Terminal Velocity

09. Fear Is a Prison

10. King of Denial

11. 11:11


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/11/2022 à 18:00
85 %    36

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51