To Paint a Bird of Fire

Perihelion Ship

01/10/2017

Autoproduction

On a longtemps pensé qu’OPETH était bien seul sur son piédestal. Et la réalité collait assez bien à cet état de fait, tant le groupe semblait à des années lumières de tous ses suiveurs. Alors, on se rassurait en parlant de KATATONIA, qui évoluait quand même quelques niveaux en deçà, ou d’ANCIIENTS, plus puissant que la majorité des groupes du cru. Mais après le retour de nos héros, et leur abandon presque total des growls au profit d’un chant clair, beaucoup plus en phase avec leur orientation musicale sur Heritage, on se demandait bien qui allait porter l’étendard de ce Metal progressif sombre et pourtant luxuriant, tant ce même héritage semblait trop lourd à porter pour le commun des musiciens.

Un semblant de réponse en fut peut-être donné l’année dernière avec la sortie d’un premier album étrange venu de Finlande, et proposé par un quatuor sorti de nulle part, bien déterminé à reprendre à son compte quelques ficelles permettant de combiner le Progressif le plus traditionnel au Death le plus extrême. Les PERIHELION SHIP ont pris tout le monde à rebours avec leur A Rare Thunderstorm in Spring, qui vit ses louanges chantés par la presse spécialisée, voyant en eux de dignes successeurs de Mikael Akerfeldt, la fraîcheur en plus, mais la longueur de carrière en moins…En synthétisant les aspects les plus Canterbury du Progressif et les nuances sombres du Metal extrême des années 90/2000, le quatuor (Andreas Hammer – guitare/chant, Jani Konttinen – orgue Hammond, mellotron, Jouko Lehtonen – basse et Jari-Markus Kohijoki – batterie) imposait sa patte et sa griffe, en parvenant à une osmose presque parfaite de la douceur évolutive et de la violence instinctive, relevant là le défi de combler un trou que personne ne semblait à même de reboucher.

On reprochait néanmoins à ce premier jet une certaine naïveté, travers qui semble t’il a été largement corrigé en une année, pour leur permettre de nous proposer aujourd’hui leur second LP, qui après quelques écoutes attentives, paraît imperfectible dans le style. On y retrouve cette instrumentation hors-norme, à base de mellotron, de stries d’orgue rappelant le PURPLE, cette basse ronde à la YES qui serpente autour des structures basiques, et ce chant lyrique, aussi convaincant dans ses caresses emphatiques que menaçant dans ses invectives diaboliques. Ce tout assemblé dans de grandes digressions dépassant souvent les dix minutes, sans lasser, atteint aujourd’hui une sorte d’apogée créative, mariant la mélancolie, la violence, la rêverie, et la lucidité dans un ballet étourdissant de créativité et de beauté, qui ose des couplets immédiats à la véhémence patente, et de longues parties instrumentales, qui loin de combler les espaces, proposent des arrangements riches et envoutants, qui nous ramènent aux meilleurs exercices du genre des années 70, sans trop piocher dans la liberté excessive de certains albums de l’époque (Tales, Lamb, et tant d’autres…). Volutes de notes en flutes qui se moquent, arpèges délicats et cordes en frimas, accents hispaniques pour subtilité historique, pour une transition ne cherchant pas la complication, mais osant le cristal d’automne pour amoureux d’harmonies qui résonnent (« River’s Three », même OPETH n’a jamais signé un tel intermède béni). Mais au-delà de ces précisions de contenu, To Paint a Bird of Fire s’adapte à son titre, et nous décrit l’envol d’un phœnix qui une fois les flammes supportées, renaît de ses cendres pour s’envoler vers un paradis en forme d’enfer de volupté.

Outre sa richesse intrinsèque, c’est surtout sa progression qui rend ce second album si parfait. Loin de se contenter de digressions complexes destinées à prouver le niveau instrumental de ses concepteurs, To Paint a Bird of Fire se veut voyage dans le temps et l’espace très valide, ce que démontre à la perfection l’écart qui sépare l’entame « New Sun » de l’épilogue/question « New Sun », qui tout en partageant le même ADN, font montre de traits personnels très distincts. Les finlandais de PERIHELION SHIP nous entraînent donc aux confins de leur galaxie, pour y découvrir un nouvel astre de lumière, dont l’existence reste à prouver. En parlant de cette entame de LP extraordinaire, il convient de souligner l’efficacité et la suavité d’un morceau qui s’abreuve à plusieurs fontaines, et qui parvient sans peine à établir une nouvelle frontière entre brutalité extrême et délicatesse ne l’étant pas moins. Tandis que les guitares tissent un canevas aux mailles épaisses et resserrées, l’orgue aère le tout d’interventions mélodiques éthérées, sans perdre le fil de la narration. En se basant sur des harmonies complexes mais parfaitement assimilables, le quatuor peut se reposer sur une juxtaposition qui fait de ce premier morceau un parfait exemple de ce qui transformait OPETH en créature unique, bien avant son ultime mutation. Mais loin d’être de simples clones de cette référence incontestable, ces musiciens s’affirment en tant que tels, et unissent en un même élan le Progressif de papa et l’agressif du fiston, qui finalement, prendront plaisir à trouver but commun dans le même disque. Et cette performance-là est loin d’être anodine. On pense même à une entente cordiale entre MAGMA, ANGE, TYPE O NEGATIVE et KATATONIA, aussi incongrue soit la comparaison…

En miroir, se trouve donc la question nuançant la fausse affirmation, et « New Sun ? » de terminer l’album sur une nuance de taille. Les PERIHELION SHIP seraient-ils en passe de devenir les nouveaux maîtres d’un Progressif extrême, alors même que le trône semble vacant ? Si j’en juge par ces arabesques rythmiques et mélodiques, cette double grosse caisse impitoyable, et ce chant tout en dualité, la réponse semble évidente. Rarement musique aussi riche n’aura été si émotionnelle et expurgée de toute velléité démonstrative, préférant privilégier les sensations sur l’accumulation, bien que le nombre conséquent de plans confirme que les finlandais ne sont pas contre la superposition. Mais celle-ci est presque humble, et en tout cas logique, et surtout, validée par un chant versatile, aussi convaincant dans les grognements que dans les envolées lyriques à l’avenant.

Si l’orgue revendique clairement la paternité de feu Jon Lord, et si l’instrumental se réclame de la tradition en vogue dans les années 90/2000, la musique en elle-même échappe à la datation, et pourrait se vouloir errant dans la nébuleuse d’un couloir espace-temps bloqué entre les décennies. D’autant plus que dans l’intervalle, To Paint a Bird of Fire nous réserve de merveilleuses surprises, comme ce « The Sad Mountain », à l’intro DREAM THEATER des meilleures années, et à l’amplitude mélodique fabuleusement posée. Basse et mellotron à l’unisson, rythmique paisible pour flammèches vocales apaisantes, et soudaines décharges de violence Death à la MY DYING BRIDE passant du Doom à la vitesse, pour un opéra de l’étrange qui nous met en transe, et nous éloigne d’une réalité trop concrète pour être plus longtemps supportée…

Après un premier disque qui avait salement éveillé les soupçons, To Paint a Bird of Fire dépeint de ses pinceaux fins et de sa palette multicolore une brutalité atténuée de douceur instrumentale nouée, et s’avère être l’un des LP les plus fascinants de cet automne embrumé. De là à affirmer qu’OPETH s’est trouvé un héritier tout désigné, il n’y a qu’un pas que les plus enthousiastes n’hésiteront pas à franchir…


Titres de l'album:

  1. New Sun
  2. Bird Of Fire
  3. The Sad Mountain
  4. River's Three
  5. Wind Of No Echoes
  6. New Sun?

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/10/2017 à 17:47
90 %    501

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23