Imperial Cult

Pissed Regardless

18/10/2019

Creator-destructor Records

Il y a fort longtemps, on cloisonnait. On apposait des étiquettes. Et lorsqu’on ne parvenait pas à définir avec acuité, on en inventait une nouvelle. Dans les années 80, on était Thrash, ou Metal, ou Hardcore, ou Punk, mais rarement les quatre à la fois. Peu de groupes en dehors des RAMONES, de MOTORHEAD ou à la rigueur SLAYER parvenaient à réunir des publics d’horizons différents, et les crêtes et cheveux longs avaient encore du mal à se retrouver autour d’une cause commune. Et puis le Crossover est apparu, les groupes Hardcore ont commencé à intégrer des éléments métalliques dans leur musique, alors que les maniaques Thrash admettaient des accointances Hardcore en reprenant les MINOR THREAT, GBH ou DISCHARGE. Aujourd’hui, tout le monde se fout des étiquettes et joue ce que bon lui semble, puisque le public n’a plus besoin d’être guidé sur le chemin de la vérité. Ainsi sont apparus des sous-genres bâtards, le Metalcore, le Metallic Hardcore, ainsi de suite, et finalement, on s’en tape, puisque seules la qualité et l’énergie prévalent. Et de cette digression nait une constatation. Les PISSED REGARDLESS pourraient en incarner le parangon, eux qui n’ont cure des batailles rangées, et qui mélangent avec rage le Thrash, le Hardcore, le Death et toute autre extension bruyante pour parvenir à leurs fins. Et leurs fins, ce sont nos moyens, qu’expose ce premier longue-durée qui n’est rien d’autre qu’un condensé de haine pure crachée à la face d’une audience un peu frileuse. Premier longue-durée donc, mais moyenne dans les faits, puisque seulement vingt-six minutes nous sont expulsées. Déjà responsables d’une démo et de deux 7’’, les originaires de San Diego, Californie, se la joueraient plus volontiers NYHC mixé à une vélocité typique du Thrash californien, pour un mélange explosif qui vous gicle à la face dès des premières secondes. Mais les gus ne se limitent pas à ce champ d’action, et n’hésitent pas à intégrer des éléments de Death mélodique, par touches éparses, mais bien concrètes. En gros, tout ce qui fait du boucan, mais agencé intelligemment.

Ils sont cinq, n’ont pas vraiment des tronches à vous donner l’heure au rayon surgelés (Matt - chant, Sean & Chris - guitares, Taylor - basse et Tim - batterie), jouent musclé et lâchent salé. Avec une entame de la trempe de « Three Decades », pas de tromperie sur la marchandise, on est là pour bander les muscles et vociférer comme des beaux diables, un peu comme si les EXPIRE tentaient de reprendre la disco 90’s de SLAYER à leur compte. C’est classique dans le fond, formel dans les faits, mais il y a une telle hargne qui exsude de ces morceaux sans compromission qu’on se tape complétement de l’innovation, et qu’on accepte la beigne avec le sourire. Avec Imperial Cult, PISSED REGARDLESS a voulu expérimenter et jouer avec ses propres limites, tout en assumant son background. Ce qui nous donne un monstre de gravité soufflante, à la limite entre un Crossover porté à ébullition et un Metalcore pas totalement assumé, et encore terriblement analogique. Riffs simples, rythmiques percutantes, chant qui s’époumone, pour des hymnes immédiats à la brutalité la moins larvée. On se fait compresser les tympans par des bulldozers comme « Halls of Hate », qui utilise les codes 90’s du SLAYER de transition, avec force effets sonores, Heavy qui mutile et charges soudaines qui crépitent. C’est évidemment un parti-pris, celui de l’efficacité sur la créativité, mais face à une telle débauche de testostérone, on reste admiratif et le souffle coupé. Se partageant entre ses accointances Hardcore traditionnelles et son envie de durcir le tout d’une musculature Thrash, les cinq musiciens prônent l’ouverture, mais se la jouent fermeture. « Bleeder » en ce sens, pourrait être le trait d’union entre les AGNOSTIC FRONT, les HELLACOPTERS et AT THE GATES, le tout sous la supervision d’un Tom Araya moins hilare qu’à l’habitude.

Entre jets primaux et pensée plus posée, Imperial Cult n’a qu’un seul leitmotiv. Tirer à vue, lâcher des riffs purement Thrash ou simplement Core, et convaincre que ses fans qu’il est l’album impulsif le plus dangereux et sincère du marché actuel. Et il y parvient sans peine, se montrant plus inventif par moments, mais pas moins violent (« Behold a Pale Horse »), ou au contraire, radical et méchamment Core/Powerviolence (« All Bets Are Off », « Castrated », entre Speedcore et Hardcore sous stéroïdes). On se prend même à penser aux CLOSET WITCH, en version plus modérée, ou à d’autres références, moins évidentes, mais tout aussi probantes (RINGWORM, INTEGRITY, mais pas mal d’autres aussi). C’est donc du velu qui tâche le tapis, et qui lorsqu’il est joué vicieusement Heavy se montre sournois et poisseux (« Maniacal », belle alternance dans la danse). Le mariage des voix est évidemment typiquement NYHC, avec cette touche de folie made in Boston qui rappelle le bonheur des envolées 83/84 de la scène. Sauf que le tout se termine par une déclaration d’intention plus nuancée, via le surprenant « Hell's Coming With Me » sorte de poème Heavy déclamé avec résignation, qui se transforme en boucherie absolue en son milieu. C’est là qu’on sent que les PISSED REGARDLESS ont effectivement tenté des choses différentes en s’ouvrant des portes pour l’avenir. Un avenir qu’on ne pressent pas forcément clément pour le silence et la quiétude, mais qui pourra introniser l’un des groupes les plus hargneux de sa génération. Alors, comme je le disais, aujourd’hui, les étiquettes, on n’en n’a plus besoin. On prend ce qu’on nous donne, on essaie de le décrire avec honnêteté, et surtout, on l’apprécie pour ce qu’il est. Et Imperial Cult est un bloc de béton qui vous tombe sur la gueule. Et lorsque ça arrive, on n’a pas franchement le temps de décrire la scène avec précision. On attend juste le moment fatal ou la mâchoire va se détacher du reste dans un hurlement de douleur aussi fugace qu’intense.     

     

Titres de l’album :

                        01.Three Decades

                        02.Halls of Hate

                        03.Bleeder

                        04.Dark Disciple

                        05.Behold a Pale Horse

                        06.Dichotomy

                        07.All Bets Are Off

                        08.Castrated

                        09.Maniacal

                        10.Hell's Coming With Me

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/03/2020 à 14:13
82 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49