Sous les porcs d’Amsterdam, y’a des bourrins qui gerbent. J’espère que l’esprit du défunt grand Jacques me pardonnera cet emprunt manquant singulièrement de classe et de respect, mais après avoir écouté le nouveau split des dégénérés de LAST DAYS OF HUMANITY et FUBAR, c’est bien la seule image qui me soit venue à l’esprit.

Bon, là encore, on ne va pas faire dans la dentelle, mais bien dans la régurgitation Batave, avec deux représentants de la scène Grind locale, aussi essentiels que futiles, et aussi violents que différents l’un de l’autre.

On ne va pas se la jouer, les LAST DAYS OF HUMANITY, on connaît. Ils agitent l’underground bruitiste depuis le début des années 90, ont su fédérer une horde de suiveurs avides de sensations fortes Gore, et continuent leur petit bonhomme de chemin sans se soucier du lendemain, qui d’ailleurs ne devrait déjà plus exister depuis longtemps selon leur patronyme.

Pour cette nouvelle réalisation, les Hollandais ont choisi de piocher dans leur passé pour en exhumer des bandes instrumentales datant de 2006, agrémentées de vocaux enregistrés sur le tard en 2014. Bon, en même temps, ils auraient pu reprendre leur première démo pour l’actualiser, personne n’y aurait trouvé à redire, puisque de toute façon, chacune de leurs sorties est en tout point similaire à la précédente.

D’ailleurs, ce split à peine publié en 7’’ via Fat Ass Records est déjà obsolète, puisque les tarés ont déjà travaillé sur une suite avec un groupe encore indéfini, qui ne devrait pas tarder à voir le jour.

Pas grand-chose à dire sur les six « morceaux » qu’ils proposent, et qui tiennent plus d’abats cuisinés à la hâte et avec beaucoup de sang que de mets délicatement élaborés en prenant son temps. C’est du Grind à la mode de Gore qu’on connaît depuis le début, inspiration CARCASS/GORE BEYOND NECROPSY portée à son paroxysme, avec force borborygmes incompréhensibles, rythmiques en goudron fondu et riffs de guitare englués dans la sauce pour faire fuir les moldus. Et donc, rien de bien nouveau sous le soleil de vomi depuis la parution de leur dernier long, Putrefaction In Progress.

En gros, ce qu’ils font depuis plus de vingt-cinq ans, et que l’on aime ou pas, reconnaissons qu’ils sont quand même les meilleurs dans leur style qui dégueule.

Heureusement, leurs homologues de FUBAR et leur optique nettement plus musicale viennent apporter la caution de qualité inhérente à tout produit qui veut se vendre, au moins un peu plus qu’une simple poignée de singles lâchés par hasard. Actif depuis 2001, ce quintette de l’extrême (Luc: chant, Bas: guitare et chant, Mark: guitare et chant, Joris: basse et Paul: batterie) ne fait certes pas non plus dans la crépinette dentelée, mais peut se targuer d’une discographie conséquente entièrement dédiée à un Grind de tradition rondement mené. On trouve dans leur parcours des collaborations avec les furieux de SPLITTER, TOTAL FUCKING DESTRUCTION, SYLVESTER STALINE, mais aussi des œuvres plus personnelles et totalement enthousiasmantes.

Leur dernier LP datait d’ailleurs de 2012, l’excellent Lead Us To War, et les FUBAR en reprennent les principes majeurs au travers des cinq interventions qu’ils dispensent sur cette nouvelle sortie, qui une fois de plus les place en chefs de file du mouvement Crust/Grind/Core national.

Le principe est simple, une brutalité franche, des modulations rythmiques qui tranchent et un duo de guitaristes qui n’hésitent pas à noircir leur riffs pour les rendre encore plus pénétrants et dérangeants.

Un poil de DISCHARGE saucé sévère au poivre gris des EXTREME NOISE TERROR, en gros, la quintessence du Crust et du Grind Anglais, adapté aux standards Hollandais, pour plus d’efficacité et de pertinence bruitiste.

Cinq morceaux costauds, qui piochent Grind tout en ratissant Crust, ce qui permet de rétablir un certain équilibre avec les tranches saignantes de leurs collaborateurs du moment, et rendre ce split un peu plus intéressant que la moyenne.

Certes, les mauvaises langues (qui peuvent quand même donner des orgasmes ne l’oublions pas) vous diront qu’en virant les LAST DAYS OF HUMANITY de l’équation, le résultat eut été plus probant, et j’avoue me ranger plus ou moins à leur opinion.

Mais il en faut pour tous les dégoûts, et les aficionados du Gore Grind ont aussi droit à leur cinq minutes de tendresse menstruelle, alors acceptons la forme pour ce qu’elle est, et aménageons le fond à notre convenance.

Il n’en reste pas moins que les FUBAR sortent grands gagnants de ce combat pour rire, qui a le mérite de faire le point sur la scène Grind batave, toujours aussi active et productive.

Un Split qui mangera un petit quart d’heure de votre vie, mais qui vous permettra de vous exploser les neurones sur l’atomique « Souless » des Grindeux analogiques, et de vous infecter les plaies béantes sur le magma de bile et de pus expulsé par l’abominable « The Dishonourable Features Of Rigid Saturation And Cruel Misfortune » des derniers jours de l’humanité, qui en effet aura du mal à s’en remettre.

Et puis, ça au moins, ça fait preuve de mauvais goût, ce qui est un signe de bonne volonté. Et c’est plus intéressant qu’un énième débat environnemental qui de toute façon, n’empêchera pas les chalutiers Hollandais de voguer.

Last Days Of Humanity Facebook officiel

Fubar Bandcamp officiel

Fat Ass Records Bandcamp officiel

par mortne2001 le 21/03/2017 à 18:03
65 %    279

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....