Vous connaissez tous l’adage, « le mieux est l’ennemi du bien ». Ou « qui peut le plus, peut le moins ». Soit. Vous êtes donc au courant que pour beaucoup, la raison et la méthode sont plus importants que la passion et les électrodes. Rien à voir j’en conviens, quoique les électrochocs n’aient pas un rapport aussi lointain que ça avec la sortie du jour.

Dans les années 80, le Metal ne suffisant plus, les musiciens ont inventé le Thrash comme une catharsis, mais là encore, c’était bon enfant.

Le Death a pris le relais, jusqu’à ce qu’une bande d’allumés Anglais ne se vautre dans les blasts du Grind. En accélérant un peu le tempo, et en accentuant le côté porcin des vocaux, quelques illuminés ont créé sans le faire exprès le Goregrind.

Et puis le reste…Le Brutal Death, le Noisecore, j’en passe, des GEROGERIGEGEGE et des GORE BEYOND NECROPSY qui trépassent, parce que les exemples sont trop nombreux et que je n’ai pas le temps.

Pour résumer mon propos, vous trouverez toujours un quidam qui en a fait plus que les autres, ou qui veut toujours se faire remarquer.

C’est rigolo, parfois un peu salaud, mais de temps en temps, assez finaud. Exemple.

Prenons le cas des VERMIN WOMB.

Construit sur les cendres de la déjà pas très empathique entité CLINGING TO THE TRESS OF A FOREST FIRE par son ancien guitariste/vomisseur Ethan Lee McCarthy (aujourd’hui dans PRIMITIVE MAN, concept qui lui va à merveille) et son bassiste Zach Harlan, VERMIN WOMB s’est voulu le golem de leurs cauchemars les plus tourmentés et inconcevables.

En langage moins poétique et onirique, un défouloir énorme, qui leur permettait des exactions de violence incommensurables et non mesurables, histoire de repousser l’extrême de quelques extrémités supplémentaires.

Opération réussie ? La greffe a elle pris ? On aurait pu croire les muscles déjà trop distendus et prêts à lâcher, mais non, ils ont tenu, et pour résultat, Decline ressemble à une séance de muscu d’une rare intensité, pratiquée dans une vieille grotte suintante loin de toute forme d’humanité…

Le processus a requis une mutation de quelques gênes de base. De l’ADN de musiciens forgés à l’exercice de l’intensité absolue, sur lequel on a appliqué des greffons de Death, de Black, de Grind, en attendant que la bête se transforme en Némésis, et commence à montrer des velléités de violence absolue et incontrôlable. L’expérience avait déjà été plus ou moins tentée sur les monstruosités GNAW THEIR TONGUES, REVENGE, FULL OF HELL ou PISSGRAVE, mais il faut admettre que cette fois-ci, l’équilibre entre un embryon de musicalité et une excroissance de brutalité a été trouvé et que notre trio en question, qui d’ailleurs depuis ne partage qu’un tronc et trois têtes/six bras est parvenu avec Decline, à synthétiser la brutalité musicale dans sa forme la plus pure, en l’expurgeant de toute poussée humaniste, quelle qu’elle soit.

Pour les bourrins que mon discours ennuie, VERMIN WOMB, c’est l’absolu de l’extrême, c’est le Blackened Grind passé au hachoir Brutal Death, et dont les morceaux sont ensuite réduits en bouillie par une presse hydraulique Indus, histoire de ne laisser que le gras, et pas la chair.

Alors tout commence dans l’inconfort d’un gros feedback qui fait mal aux oreilles, avant de partir en vrille le long de blasts qui font mal aux orteils.

Basse et guitare indiscernables, voix caverneuse de plantigrade qui ne maîtrise pas forcément bien la communication orale, accélérations, écrabouillements Death qui concassent la pierre de taille, contretemps type marteau-piqueur à 7 AM, densité Sludge/Death qui étouffe l’espace, et « Entomb » de montrer la marche à suivre, qui se termine entre quatre planches alors même que personne ne vous a déclaré décédé.

On pourrait croire à une entame/formule pour attirer le chaland par une sale odeur de putréfaction, mais « Industrialist » enfonce le second clou dans le cercueil et diminue les chances de s’en sortir sinon indemne, au moins encore un peu…vivant.

Avouons-le, même en ayant entendu pas mal de choses, même en ayant passé des nuits blanches de terreur après avoir posé nos oreilles sur des ignominies comme la collaboration entre MERZBOW et FULL OF HELL, comme le Eschatological Scatology de GNAW THEIR TONGUES, les premières démos d’ABRUPTUM ou les délires de MORTICIAN et autres intensités débiles des groupes de NoiseGrind Japonais, VERMIN WOMB surprend, en parvenant à résumer des années de pics de folie bruitiste, et en associant le Black, le Death, Le Grind d’une façon que peu ont osé mettre en place depuis…très longtemps, voire le début.

Decline n’est pas long, mais suffisant pour se demander comment trois musiciens parviennent à faire plus de boucan qu’un orchestre symphonique sous acide, dirigé par une équipe de chantier dopé au crystal meth.

De leur passé, Ethan et Zach n’ont retenu que le plus excessif, et le poussent à bout histoire de tester votre résistance à la douleur auditive.

Avec un son à décorner Chris Barnes et slicer le prépuce des membres d’AVULSED, Decline se permet de toiser les cimes de l’absolu, tout en restant captivant de bout en bout. Car la question qui se pose dès le départ et qui reste jusqu’à la fin, c’est « Vont-ils tenir jusqu’au bout à ce rythme ? » La réponse est évidemment éminemment positive, et l’image la plus idoine pour décrire cet exercice en péril majeur est celle d’un homme, confronté à un mur de béton, et qui n’aurait que sa tête qu’il frappe à répétition pour tenter d’y creuser un trou.

Ça joue très vite, très fort, très dense, mais c’est rythmiquement affolant, ça lâche quelques plans qui restent incrustés dans les neurones, et le chant d’Ethan atteint les limites du non-sens dans une imitation probante de John Gallagher qui lui-même essaie de reproduire le son de basse de Shane Embury avec la bouche.

Constant dans l’horreur (« Rank & File », subtile alternance d’écrasements compacts Death et de montée en puissance Crust, avec une fois de plus des lignes vocales ignobles), parfois plus chafouin que la moyenne (« Inner World », genre NAPALM DEATH et SINISTER qui partent en pique-nique), et finalement vraiment méchant (« Cancer », Ethan abandonne toute forme d’intelligibilité, et la rythmique se prend pour un rouleau-compresseur conduit par un épileptique), Decline est en quelque sorte un essai sur la possibilité d’aller encore plus loin que le bout de la fin, et se savoure d’un trait, laissant l’esprit un peu embué. Mais on ne peut qu’être admiratif face à ce wall of violence que Phil Spector n’aurait pas pu cauchemarder dans ses pires nuits de dépendance.

 Mettez-vous dans le tambour d’une machine à laver industrielle perdue dans un ancien goulag Russe encore peuplé de quelques prisonniers restés à l’état sauvage, réglez le programme sur un essorage à 15.000 tours par minute, et attendez que ça fasse hurler sadiquement les pauvres bougres jamais libérés par le KGB. Bam, vous avez compris, mais c’est déjà trop tard.


Titres de l'album:

  1. Entomb
  2. Industrialist
  3. Disrepair
  4. Present Day
  5. Rank and File
  6. Pitiless
  7. Age Of Neglect
  8. Inner World
  9. Slave Money
  10. Cancer

Bandcamp Label (album)

Bandcamp officiel





par mortne2001 le 21/10/2016 à 12:24
88 %    319

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.