Tricoma

Tricoma

10/04/2020

Autoproduction

Phil: What would you do if you were stuck in one place, and every day was exactly the same, and nothing that you did mattered?

Ralph: That about sums it up for me.   

Harold Ramis m’excusera d’avoir emprunté cette portion de dialogue à son chef d’œuvre Groundhog Day, mais il faut bien avouer que ces mots correspondent bien à ce que nous vivons en ce moment. Sauf que peu d’entre nous sont des présentateurs météo du câble qui finissent leur interminable journée dans les bras d’Andie MacDowell. Certes, lorsque cette chronique sera en ligne, espérons que la situation ait enfin changé et que la vie ait repris son cours, mais quand bien même, je suis certain qu’un nombre assez conséquent d’individus retrouveront leur morne existence pré-virus, avec son cortège de routine usante, de travail ennuyeux, de relations stériles et d’absence totale de surprise. Et bien mes infortunés amis, c’est à vous que ce laïus s’adresse, vous qui comme moi n’avez pas l’existence dont vous avez toujours rêvé, et qui devez vous contenter d’une répétition ad nauseam des mêmes anecdotes et autres repas sans goût. Et du goût justement, les TRICOMA en ont. Eux dont le nom pourrait résulter de la fabrication d’un tricotin par Castorama viennent de Denver, ce qui est toujours gage de bon goût, et proposent une sorte de mixture étrange que la toile aime à décrire comme du Stoner mais qui n’en est pas vraiment. Dans les faits, on ne sait pas vraiment quand ont émergé ces cinglés incapables de se fixer sur un style musical et de s’y tenir. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’ils ont publié un premier EP en 2015, inutile Spore Wars, et qu’ils récidivent enfin aujourd’hui avec un long, cet éponyme étrange et bancal et pourtant terriblement attachant. Attachant parce que bricolé, attachant parce que diversifié, attachant parce que décrivant avec acuité les troubles du confinement que nous subissons, et son cortège de frustrations, de colère, de peur, de ressentiment, mais aussi de repli sur soi.

TRICOMA en substance et quelques crans en dessous, pourrait être appréhendé comme une sorte de cousin bâtard des ACID BATH, en version plus crue, bouseuse et primaire. Mais les deux groupes partagent cette vision d’un extrême qui s’assume, tout en refusant les contraintes de genre. Mélangeant au gré de leur inspiration le Stoner, le Hard psyché, le Doom, le Sludge, le Thrash et le Death, les originaires de Denver proposent donc une vision assez glauque et tendue de tous ces courants, les régurgitant dans un même brouet infâme, mais savoureux en oreilles. Joliment emballé dans une superbe pochette de Brad Miller, Tricoma se profile donc comme un virus (désolé pour l’analogie, mais elle est pertinente) qui s’insinue dans votre organisme, vous contaminant sans symptôme direct, mais avec des effets concrets. Le quintet (Riley Rukavina - guitare solo, Tyler Koelmel - guitare rythmique, Will Trafas - batterie, Matthew Ross - basse et Devin Trotter - chant) saute donc du coq à l’âne, nous sert une sorte de ragoût de NOLA réchauffé sur un barbecue vintage, provoque le Stoner pour imposer la mayonnaise Sludge, et nous assomme d’emblée d’un « Furnace », aussi symptomatique de BLACK SABBATH que de DOWN, EYEHATEGOD ou CROWBAR, titillant même une version sudiste des MELVINS avec plus de naïveté que de méchanceté. On est immédiatement surpris du son énorme et compact, qui laisse un duo de guitares exploser en gerbes de flammes, mais aussi par le sens de la percussion du groupe qui tient dans son osmose un atout de taille.

Mais immédiatement, « Grindstone » vient contredire la donne, et se répand en effluves seventies, avec grosse distorsion d’époque, riffs patauds, et ambiance délétère. Le mélange prend, mais surprend du parti-pris d’un chanteur qui n’a pas les hurlements dans sa poche, et qui préfère les cris de belette aux barrissements d’éléphant dépressif. Rien d’étonnant à cela pourtant, puisque Devin Trotter avoue comme influences vocales Jon Nödtveidt de DISSECTION et Randy Blythe de LAMB OF GOD. Un chant Black et Death sur un instrumental old-school de nineties obsédées par les seventies, voilà de quoi déstabiliser, mais le groupe dans ses choix artistiques ne cherche qu’une chose, nous proposer autre chose qu’une simple et lourde litanie. Alors, les allusions au Hard Rock et au Heavy Metal se multiplient, par des chorus de guitare chantonnant et des riffs saccadés (« Permafrost »), les clins d’œil au boogie cradingue de bastringue aussi (« Knife Fight », entêtant comme du ZZ TOP repris par PANTERA et BURZUM), sans oublier les quelques réminiscences Thrash à la ACID BATH via des plans syncopés et des cris stridents (« Smashan »). Ne le cachons pas, cette petite nouveauté a tout d’une grande, et les morceaux se succèdent dans toute leur diversité, sans rogner la cohésion, ni s’éparpiller dans le vide. Et lorsque les cinq musiciens se retrouvent en accord de lourdeur oppressante (« Quandary of Paarthurnax Part II »), la puissance dégagée est au moins égale à des hauts fourneaux tournant à plein régime. On apprécie particulièrement toutes ces allusions à l’extrême condensées dans un seul et unique morceau, et au bout d’une vingtaine de minutes, la séduction malsaine opère à plein rendement.

Acceptant le legs du Blues le plus lourd pour le détourner façon Stoner fleuri, mais un peu putride sur les bords, osant les percussions massives et les crescendos orgasmique, citant HAWKWIND, TROUBLE pour mieux se souvenir de l’importance de DOWN (« Formation Through Destruction »), tout en lâchant un petit quickie pour le plaisir (« Unsanctioned Escape »), TRICOMA n’a cure des codes, et affiche même des ambitions progressives avec le terminal « Hollowed Light ». Les premières notes frappent, et rappellent « Cemetary Gates » ou « This Love », mais l’instinct naturel reprend vite le dessus, et laisse une sensation bizarre de Stoner Death joué avec les tripes. Sacrée baffe dans la tronche donc que ce premier album d’un quintet pas vraiment comme les autres, qui illustre à merveille le climat de paranoïa ambiant, et le mélange des sentiments contraires, et pourtant complémentaires. Une belle surprise, et un disque à découvrir d’urgence, méritant une écoute quotidienne pour comprendre que parfois la vie à beau être répétitive au possible, elle n’en reste pas moins une expérience unique en son genre.                            

                                                                                                      

Titres de l’album :

                     01. Furnace

                     02. Grindstone

                     03. Permafrost

                     04. Knife Fight

                     05. Smashan

                     06. Quandary of Paarthurnax Part II

                     07. Formation Through Destruction

                     08. Unsanctioned Escape

                     09. Hollowed Light


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/09/2020 à 18:35
85 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Quelle caisse claire incroyable - les 2 singles sont très bons, ça augure un chouette album encore - MACABRE <3  

30/10/2020, 10:44

Reg

Je suis complètement passé à côté, mais il n'est jamais trop tard ! Très bon titre en tout cas ;)

30/10/2020, 09:34

Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22