Plantons le décor, lugubre évidemment. Bethlem Royal Hospital, St Mary Bethlehem, Bethlehem Hospital ou Bedlam, quatre noms pour une seule entité de pierre, un hôpital psychiatrique situé au choix, près du Bishopsgate, hors de Londres, puis dans les Moorfields au dix-septième siècle, et enfin à St George’s Fields au dix-neuvième.

Un établissement de sinistre réputation, dans lequel les patients étaient mélangés sans tenir compte de leur état de santé mentale, enchaînés, sous-alimentés et traités comme du bétail. Un véritable festival de l’horreur gothique à la Hammer (d’ailleurs, Boris Karloff y trempera son physique dégingandé), qui depuis des siècles stimule l’imaginaire collectif au point d’apparaître comme un cauchemar ultime en forme de fin de non-recevoir curative.

On imagine à loisir de pauvres hères entièrement nus, baignant dans leurs immondices, trempés de sueur et de peur, attachés par des chaînes à des poteaux rouillés, attendant un peu de considération, sinon de compassion. Bien sûr, le scandale éclatant, l’établissement ferma ses lourdes portes, mais les images resteront à jamais gravées dans la mémoire de ceux, qui a l’instar du réformateur Edward Wakefield, ont assisté au triste spectacle de la déchéance humaine sous le regard éteint de témoins complices.

Ce spectacle trouve encore un écho de nos jours au travers des mots et des notes de groupes s’en inspirant. Un écho mat et sombre, prenant corps autour de rythmiques lancinantes et traumatiques, et de litanies vocales incantatoires et suppliantes. Mais pas en Angleterre non, quoique le pays en ait quelques liens. Non, au Québec, au travers du second album d’un quintette étrange. Un quintette dont le nom résonne funestement, autant que sa musique en prolongements opaques.

SHOW OF BEDLAM.

Il paraît qu’à l’époque, des gens payaient un penny pour pouvoir observer les malades mentaux dans leur habitat/cellule d’origine. Je ne sais pas ce qui pouvait leur traverser l’esprit à ce moment précis, mais gageons que la musique qui résonnait dans leur tête devait avoir les mêmes accents ténébreux que le pseudo Doom écorché de Nick Richards (batterie), Guillaume Pilote & Patrick Beaudouin (guitares), Stéphane Wagner (basse) et Paulina Richards (chant).

Formé en 2006 du côté de Montréal, SHOW OF BEDLAM a pris son temps pour développer ses vues, en attendant trois années pour partager des faces avec JUCIFER (Autocannibalist, 2009), puis trois de plus pour se lancer dans l’expérience du premier LP (Roont, 2012). Mais c’est soixante mois qui auront été nécessaires pour élaborer une suite à l’aventure, sous forme d’un sept titres crépusculaire qui aujourd’hui se répand en Europe et aux Etats-Unis, via les bons soins de Dawnbreed Records (USA, vinyle, tape), Desordre Ordonnée (Canada, vinyle) et PRC Music (monde entier, CD). Et croyez-moi, si Roont vous avait mis la puce à l’oreille, Transfiguration va vous la démanger comme des crampes que rien ne viendra soulager.

Dans la forme et le fond, rien n’a changé. Le Doom/Post Metal/Post Hardcore des Canadiens est toujours aussi compact, et aussi percutant et cathartique que les meilleurs efforts tendus des NEUROSIS. On retrouve ces rythmiques frappées du malaise, ces riffs amples qui rebondissent sur les murs de la cellule capitonnée, et qui osent quelques mélodies que nous dirons transfigurées pour l’occasion.

Et puis, on retrouve aussi le chant unique de Paulina, lointain, suppliant, exhortant, qui survole les pistes instrumentales de ses frères d’arme en un onirisme flagrant d’incarnation. Ce qu’on prend plaisir à retrouver finalement, ce sont ces longues litanies qui développent des thèmes parcimonieux, qui se meuvent avec précision et dévotion, durant lesquelles les musiciens agissent dans leur coin, pour mieux se retrouver lors d’épiphanie orgiaques de Metal lourd et emphatique, presque Progressif en soi, mais trop concret et douloureux pour supporter l’arrogance de la complexité instrumentale.

Du Doom, certes, mais tellement plus que ça…

Pour bien dessiner l’ambiance, Transfiguration débute par une vingtaine de minutes sans complaisance. En deux morceaux essentiels, les SHOW OF BEDLAM s’assurent que toutes les ouvertures sont cloisonnées, et vous étouffent sans silence dans la tenaille « Blue Lotus »/ « Taelus ».

Une ambiance à la NEUROSIS/CULT OF LUNA (sans équivoque, bien que l’argumentaire promo cite sans intention particulière ANATOMY OF HABIT, LORD MANTIS, les SWANS ou même Diamanda Galas, de façon un peu étrange et déplacée), de longues plages de chaos sonore ordonné, qui de temps à autres laissent filtrer l’air sous forme d’arpèges menaçants, mais qui gardent les doigts dans la plaie pour la faire saigner doucement.

Et si les VIRGIN PRUNES avaient tenté sur Hérésie de personnifier la folie en gravant des cris et autres sons irritants (ce que STALAGGH n’est jamais parvenu à faire en une poignée d’albums pénibles), Transfiguration parvient à assembler les différentes facettes de la maladie mentale et de la privation du libre arbitre (sans parler de la liberté physique) en un puzzle inextricable qui fait froid dans le dos.

Intrinsèquement, ce second album des Canadiens agit comme une camisole. Il vous enserre dans une gravité psychologique dense, sans vous offrir de traitement à même de vous soulager, puisque là n’est pas le propos. Et lorsque Paulina hurle sa douleur et son mal-être sur le dantesque « Hall of Mirrors », elle ridiculise toute une lignée de vocalistes Doom incapables de voir au-delà de quelques grognements sourds et stériles.

On se surprend à déambuler dans un dédale de miroirs en opposition, renvoyant des reflets schizophréniques, des images distordues par des riffs dramatiques et tortueux, marchant d’un pas rythmique lourd et pénible, comme si chaque geste était gêné par un esprit dénaturant votre psyché.

« Easter Water », et sa suggestion BATTLE OF MICE enfonce un peu plus le clou dans les chairs, et se veut électrochoc en continu, évoquant un affrontement imaginaire entre le NEUROSIS de « Raze The Stray » et les ELECTRIC WIZARD un peu plus concentrés sur la réalité tragique.

Dissonances, itérations, impulsions électriques, et faux silence, progression hypnotique pour une issue qu’on présentait déjà inéluctable, désespoir vocal sur fond de nappes de cordes souillées, pour un dernier crescendo d’horreur qui trouve rebondissement sur l’épilogue « L’appel du Vide », grondement sourd qui soudain se jette…dans le vide. A jamais ?

Rien n’est moins sûr, puisque la bête veille toujours…

Mesurez. Evaluez. Nous parlons de Doom, mais Transfiguration va beaucoup plus loin que ça, d’ailleurs, il va ailleurs, ou nulle part. Prosaïquement, il évoque les meilleurs moments d’un NEUROSIS alors insurpassable. Conceptuellement, il pourrait symboliser le point de jonction le plus équilibré entre le Post Hardcore vénéneux et le Doom en solitaire.

Un nœud coulant. Une veine nécrosée. Une pièce vide, pour un esprit qui hurle son incompréhension. Ce que vous voudrez bien y voir. Et du désespoir, beaucoup de désespoir, que rien ne vient soulager.


Titres de l'album:

  1. Blue Lotus
  2. Taelus
  3. Transfiguration
  4. Hall Of Mirrors
  5. Lamentation
  6. Easter Water
  7. L'appel du Vide


par mortne2001 le 18/05/2017 à 17:39
95 %    307

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lucie
@198.254.225.75
20/05/2017 à 23:19:39
https://prcmusic.com/abante/index.php?rt=product/product&product_id=2088

Ajouter un commentaire


White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.