Plantons le décor, lugubre évidemment. Bethlem Royal Hospital, St Mary Bethlehem, Bethlehem Hospital ou Bedlam, quatre noms pour une seule entité de pierre, un hôpital psychiatrique situé au choix, près du Bishopsgate, hors de Londres, puis dans les Moorfields au dix-septième siècle, et enfin à St George’s Fields au dix-neuvième.

Un établissement de sinistre réputation, dans lequel les patients étaient mélangés sans tenir compte de leur état de santé mentale, enchaînés, sous-alimentés et traités comme du bétail. Un véritable festival de l’horreur gothique à la Hammer (d’ailleurs, Boris Karloff y trempera son physique dégingandé), qui depuis des siècles stimule l’imaginaire collectif au point d’apparaître comme un cauchemar ultime en forme de fin de non-recevoir curative.

On imagine à loisir de pauvres hères entièrement nus, baignant dans leurs immondices, trempés de sueur et de peur, attachés par des chaînes à des poteaux rouillés, attendant un peu de considération, sinon de compassion. Bien sûr, le scandale éclatant, l’établissement ferma ses lourdes portes, mais les images resteront à jamais gravées dans la mémoire de ceux, qui a l’instar du réformateur Edward Wakefield, ont assisté au triste spectacle de la déchéance humaine sous le regard éteint de témoins complices.

Ce spectacle trouve encore un écho de nos jours au travers des mots et des notes de groupes s’en inspirant. Un écho mat et sombre, prenant corps autour de rythmiques lancinantes et traumatiques, et de litanies vocales incantatoires et suppliantes. Mais pas en Angleterre non, quoique le pays en ait quelques liens. Non, au Québec, au travers du second album d’un quintette étrange. Un quintette dont le nom résonne funestement, autant que sa musique en prolongements opaques.

SHOW OF BEDLAM.

Il paraît qu’à l’époque, des gens payaient un penny pour pouvoir observer les malades mentaux dans leur habitat/cellule d’origine. Je ne sais pas ce qui pouvait leur traverser l’esprit à ce moment précis, mais gageons que la musique qui résonnait dans leur tête devait avoir les mêmes accents ténébreux que le pseudo Doom écorché de Nick Richards (batterie), Guillaume Pilote & Patrick Beaudouin (guitares), Stéphane Wagner (basse) et Paulina Richards (chant).

Formé en 2006 du côté de Montréal, SHOW OF BEDLAM a pris son temps pour développer ses vues, en attendant trois années pour partager des faces avec JUCIFER (Autocannibalist, 2009), puis trois de plus pour se lancer dans l’expérience du premier LP (Roont, 2012). Mais c’est soixante mois qui auront été nécessaires pour élaborer une suite à l’aventure, sous forme d’un sept titres crépusculaire qui aujourd’hui se répand en Europe et aux Etats-Unis, via les bons soins de Dawnbreed Records (USA, vinyle, tape), Desordre Ordonnée (Canada, vinyle) et PRC Music (monde entier, CD). Et croyez-moi, si Roont vous avait mis la puce à l’oreille, Transfiguration va vous la démanger comme des crampes que rien ne viendra soulager.

Dans la forme et le fond, rien n’a changé. Le Doom/Post Metal/Post Hardcore des Canadiens est toujours aussi compact, et aussi percutant et cathartique que les meilleurs efforts tendus des NEUROSIS. On retrouve ces rythmiques frappées du malaise, ces riffs amples qui rebondissent sur les murs de la cellule capitonnée, et qui osent quelques mélodies que nous dirons transfigurées pour l’occasion.

Et puis, on retrouve aussi le chant unique de Paulina, lointain, suppliant, exhortant, qui survole les pistes instrumentales de ses frères d’arme en un onirisme flagrant d’incarnation. Ce qu’on prend plaisir à retrouver finalement, ce sont ces longues litanies qui développent des thèmes parcimonieux, qui se meuvent avec précision et dévotion, durant lesquelles les musiciens agissent dans leur coin, pour mieux se retrouver lors d’épiphanie orgiaques de Metal lourd et emphatique, presque Progressif en soi, mais trop concret et douloureux pour supporter l’arrogance de la complexité instrumentale.

Du Doom, certes, mais tellement plus que ça…

Pour bien dessiner l’ambiance, Transfiguration débute par une vingtaine de minutes sans complaisance. En deux morceaux essentiels, les SHOW OF BEDLAM s’assurent que toutes les ouvertures sont cloisonnées, et vous étouffent sans silence dans la tenaille « Blue Lotus »/ « Taelus ».

Une ambiance à la NEUROSIS/CULT OF LUNA (sans équivoque, bien que l’argumentaire promo cite sans intention particulière ANATOMY OF HABIT, LORD MANTIS, les SWANS ou même Diamanda Galas, de façon un peu étrange et déplacée), de longues plages de chaos sonore ordonné, qui de temps à autres laissent filtrer l’air sous forme d’arpèges menaçants, mais qui gardent les doigts dans la plaie pour la faire saigner doucement.

Et si les VIRGIN PRUNES avaient tenté sur Hérésie de personnifier la folie en gravant des cris et autres sons irritants (ce que STALAGGH n’est jamais parvenu à faire en une poignée d’albums pénibles), Transfiguration parvient à assembler les différentes facettes de la maladie mentale et de la privation du libre arbitre (sans parler de la liberté physique) en un puzzle inextricable qui fait froid dans le dos.

Intrinsèquement, ce second album des Canadiens agit comme une camisole. Il vous enserre dans une gravité psychologique dense, sans vous offrir de traitement à même de vous soulager, puisque là n’est pas le propos. Et lorsque Paulina hurle sa douleur et son mal-être sur le dantesque « Hall of Mirrors », elle ridiculise toute une lignée de vocalistes Doom incapables de voir au-delà de quelques grognements sourds et stériles.

On se surprend à déambuler dans un dédale de miroirs en opposition, renvoyant des reflets schizophréniques, des images distordues par des riffs dramatiques et tortueux, marchant d’un pas rythmique lourd et pénible, comme si chaque geste était gêné par un esprit dénaturant votre psyché.

« Easter Water », et sa suggestion BATTLE OF MICE enfonce un peu plus le clou dans les chairs, et se veut électrochoc en continu, évoquant un affrontement imaginaire entre le NEUROSIS de « Raze The Stray » et les ELECTRIC WIZARD un peu plus concentrés sur la réalité tragique.

Dissonances, itérations, impulsions électriques, et faux silence, progression hypnotique pour une issue qu’on présentait déjà inéluctable, désespoir vocal sur fond de nappes de cordes souillées, pour un dernier crescendo d’horreur qui trouve rebondissement sur l’épilogue « L’appel du Vide », grondement sourd qui soudain se jette…dans le vide. A jamais ?

Rien n’est moins sûr, puisque la bête veille toujours…

Mesurez. Evaluez. Nous parlons de Doom, mais Transfiguration va beaucoup plus loin que ça, d’ailleurs, il va ailleurs, ou nulle part. Prosaïquement, il évoque les meilleurs moments d’un NEUROSIS alors insurpassable. Conceptuellement, il pourrait symboliser le point de jonction le plus équilibré entre le Post Hardcore vénéneux et le Doom en solitaire.

Un nœud coulant. Une veine nécrosée. Une pièce vide, pour un esprit qui hurle son incompréhension. Ce que vous voudrez bien y voir. Et du désespoir, beaucoup de désespoir, que rien ne vient soulager.


Titres de l'album:

  1. Blue Lotus
  2. Taelus
  3. Transfiguration
  4. Hall Of Mirrors
  5. Lamentation
  6. Easter Water
  7. L'appel du Vide


par mortne2001 le 18/05/2017 à 17:39
95 %    413

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Lucie
@198.254.225.75
20/05/2017 à 23:19:39
https://prcmusic.com/abante/index.php?rt=product/product&product_id=2088

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)