Rien de tel qu’un bon groupe de Brutal Death pour commencer une journée qui s’annonce morose. Après tout, c’est de circonstance, puisque nous avons enterré officiellement le soleil il y a plus de dix jours, et que l’astre commence à pourrir dans son linceul de nuages noirs…

Et si nous lui chantions une dernière homélie pour lui faire envisager notre tristesse ?

Tristes ? Mais pourquoi le serions-nous lorsqu’un groupe de la trempe de CASKET HUFFER sort son premier longue durée, et que celui-ci contient des pistes de pur Death barbare, à la limite d’un Death Doom en version accélérée et teintée de BM vraiment sauvage et sans compromis ?

Il y a de quoi être heureux, puisqu’en effet, Gospels of Scum tient toutes les promesses qu’il n’a pas vraiment faites, à grands coups de rythmique affolante, de lignes de chant glauques et de riffs imbriqués les uns dans les autres sans aucune pause ni reprise de souffle.

Typiques de la scène underground du Wyoming, les CASKET HUFFER sont quatre (T – guitare et chant, D – batterie, E – guitare et D – basse) se vautrent en effet les tripes en avant dans un Death barbare touffu et primal, sans tenir compte de l’évolution du genre, mais en faisant quand même preuve d’une technique affutée qui leur permet d’agrémenter leurs pamphlets d’outre-tombe de quelques fantaisies mélodiques et rythmiques. Certes, leur approche n’a rien de novateur, mais elle est d’une efficacité crasse et apte à vous déboucher les tympans par d’abondantes injections de javel musicale.

Dans la forme CASKET HUFFER, rien ne distingue les originaires de Cheyenne de nombre de leurs homologues. Certes, leur vision du Metal de la mort est assez primale et viscérale, mais elle est morbide et efficace, et juxtapose des philosophies assez différentes et complémentaires. Beaucoup de violence bien sûr, de la déliquescence, et quelques influences qui passent à portée de conscience, AVULSED, DEVOURMENT, DECAPITATED et autres MORTICIAN pour ce parti-pris très grave, mais encore analogique chez notre quatuor.

On peut aussi penser aux gravissimes VITAL REMAINS, plongés dans un bain d’acide Crust (« Stygian Tongues »), et d’ailleurs, aussi mortelles soient les symphonies de ces bouchers, elles gardent toujours une prise avec la réalité harmonique sans céder un pouce de bestialité, ce qui les rend encore plus efficaces. Efficaces, c’est le mot, et un tantinet créatives aussi. Quelques inserts Thrash, des clins d’œil Heavy Metal, mais une débauche de trivialité sonore pour faire encore plus de boucan que ses petits camarades.

Avec cette patine légèrement Punk dans le coin du regard, les CASKET HUFFER regardent l’avenir de biais, et l’aperçoivent en état de putréfaction avancée. Ce qui ne les empêche nullement de se montrer habiles compositeurs, agrémentant leurs orgies décibelliques de subtiles mélodies Heavy, comme le démontre le très futé « Casket Huffer », dont le final évoque même un savant crossover entre DEATH et NILE.

Pas de temps à perdre, les compositions sont plutôt courtes, concises et incisives, et surtout, plus intenses que la moyenne globale.

On frise d’ailleurs parfois le Death à tendance Punk/Hardcore vraiment sauvage, comme une version contemporaine des BATHORY et HELLHAMMER, passé au hachoir ORIGIN (« Voices », oui, je pense qu’ils doivent en entendre quelques-unes dans leur tête), mais de temps à autres, nos apprentis embaumeurs laissent les minutes s’écouler plus lentement pour concasser l’atmosphère, avant de la regarder exploser sous une colère sourde et grondante (le final « Extol Unholy Adoration », à la limite du Bestial BM quand même, et assez terrifiant de son magma sonore qui laisse quand même filtrer quelques respirations dissonantes).

Mais la philosophie de base restant la destruction par un processus de putréfaction, ce que démontre avec malice l’écrasant « Cursed », qui effectivement risque de vous maudire sur trois générations avec son Crust Death sans complaisance, qui se complait à juxtaposer un rythme enlevé et de soudains contretemps affolés.

L’exemple flagrant de massacre instantané se cache sous les oripeaux macabres d’un morceau éponyme qui fait vraiment froid dans le dos, et qui ose comme postulat définitif coller un chant horriblement Doom sur des parties instrumentales dignes du meilleur Techno Brutal Death. On a parfois du mal à saisir le propos définitif des guitares, tant celles-ci sont souvent avalées goulument par les fréquences de la rythmiques et du chant, mais c’est aussi ce sentiment d’étouffement qui rend ce premier album si particulier et lui confère une aura mystique assez malsaine.

Enregistré par Dave Otero des Flatline Audio studios, Gospels of Scum bénéficie donc d’une production très dense et quasiment inextricable qui colle parfaitement au concept proposé. Sans chercher à bousculer l’ordre établi, le quatuor du Wyoming laisse une empreinte durable dans la mémoire collective en combinant des influences externes sans chercher à renier sa propre nature.

Alors que la plupart des combos du créneau s’éternisent dans ses digressions stériles, les CASKET HUFFER visent l’efficacité, et éclaboussent les murs décrépits de giclées de sang noir, déroulant leur litanie musicale à la frontière du Death et du BM comme un film d’horreur bien Gore et bien putride.

Alors si vous aimez vos tripes presque tartare, mais préparées avec soin, ne vous gênez pas, et investissez 6.66 dollars dans l’acquisition digitale de ce Gospels of Scum qui en effet fleure bon les cantiques trouvés dans une poubelle, et composés en hommage à la pourriture terrestre.

 Et après on se demande encore pourquoi le soleil est mort…Il est plus que mort, il est disséqué.


Titres de l'album:

  1. Inertia
  2. Tyrants
  3. Gospels of Scum
  4. Stygian Tongues
  5. Casket Huffer
  6. Voices
  7. Cursed
  8. I Hate This Fucking World
  9. Extol Unholy Adoration

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/12/2016 à 14:10
70 %    485

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...