Pääkallo

Pääkallo

10/03/2023

Svart Records

Le psychédélisme sauvera le monde de sa morne routine. Et pour virevolter dans les anneaux de la perception, nul besoin de drogues de synthèse ou autres mantras récités comme à l’école primaire. L’imagination humaine se situe bien au-delà de ces visions chamarrées et distordues, et le cerveau reste la plus fantastique machine pour brouiller les pistes entre fantasme et réalité.

Tout comme le premier album du groupe finlandais PÄÄKALLO.

Ce trio fraîchement formé par des membres ou ex de DEATHCHAIN, JESS AND THE ANCIENT ONES  et COSMO JONES BEAT MACHINE nous offre avec son premier longue-durée une drôle d’hallucination, entre Death Rock, Psychédélisme, Occult music, le tout avec un surplus de puissance à rendre envieux les amateurs de Death à la nordique. Toutefois, dans un élan d’honnêteté, je préfère vous prévenir que la musique cachée par cette superbe pochette ne s’adresse pas à tous les metalheads. A vrai dire, elle passionnera les plus ouverts, et les amateurs de formules anciennes, prononcées entre la fin des sixties et notre époque actuelle.

Mari (chant), Tommi (guitare/basse/claviers) et J.P (batterie et percussions) nous invitent donc à une sorte de Magical Mystery Tour du froid, dans une Finlande à l’atmosphère cotonneuse, aux fulgurances glacées et aux riffs acérés et pointus comme des congères. Entre les CRAMPS, les NERVES et quelques surf-bands fifties aux instruments un peu jaunis, PÄÄKALLO prône le mélange des genres dans un crossover global jouissif et enthousiaste. Impossible de résister à la fougue mélodique et rythmique de l’ouverture « Kuoleman Taikaa », Surf-Rock song ténébreuse, mais illuminée par la voix très juvénile de Mari, et qui peut rappeler la vague Rock japonaise des années 60, tout comme la B.O de Liza, The Fox-Fairy.

Si ces références ne déclenchent aucun réaction de votre part, sachez simplement que cet album éponyme fait partie des grosses surprises de l’année, marchant d’un pas Horror-Punk sur la route du Garage débridé et truffé de toiles d’araignée. Résolument passéiste, PÄÄKALLO n’en est pas moins créatif pour autant, et surtout, capable de trousser de petites vignettes irrésistibles que le chant en finlandais natal nous empêche de comprendre vraiment.

Mais peu importe le sens tant que les sens sont stimulés, et « Muodonmuuttaja » de démarrer sur les chapeaux de roue pour cramer le bitume, avec un écho phénoménal en guise de phares et des soli surfant sur les vagues des VENTURES avec une aisance déconcertante en remplacement de la pédale d’accélérateur.

On aurait beau jeu de croire que ce petit plaisir futile n’est que ça. Car cet album, mine d’informations, a tout d’une œuvre majeure servant de point de départ à une longue histoire. Les nuances sont nombreuses, les variations subtiles, mais l’émotion est palpable, tout comme cette incroyable énergie de lycéens en colère contre une société trop condescendante.

« Kuparikäärme », judicieusement placé en plein milieu de l’album est une vraie séparation. Gravées par des samples, mais délicate et économe, cette composition douce et harmonieuse nous permet de nous écarter d’un schéma trop bien pensé, et permet à Mari de faire preuve d’une fragilité vocale troublante. Avec un travail aux percussions très ouvragé, et une guitare sachant se taire quand il le faut, « Kuparikäärme » fait partie des hauts faits de cet album, et nous ramène même - avec un peu d’imagination - aux débuts du JEFFERSON AIRPLANE et son « White Rabbit » sous acides.

On imagine sans peine ce disque, acheté en cassette pour conserver le cachet d’époque, joué sur un autoradio huit pistes, dans un combi Volkswagen en partance pour l’Asie. On visualise aussi sans problèmes les têtes dodeliner sur le trajet au son des guitares de côte sauvage de « Argento ». Le parti-pris Proto-Doom a donc été évité avec beaucoup de flair, et PÄÄKALLO laisse une impression durable de bar-band écumant les salles de sa région pour jouer sur des estrades de fortune, avec un équipement minimal.

Entre puissance brute et modulation caressée, Pääkallo ne choisit pas, et se termine même par une conclusion fragile, constellée de chœurs évanescents, et d’arpèges cristallins (« Loppumattomat Pimeät Kuilut »).

Une belle aventure donc, qui n’a nul besoin d’un coup de pouce chimique pour nous entraîner dans le sillage des étoiles sixties et des éclipses seventies. PÄÄKALLO est donc une sacrée surprise, qui honore une fois encore le catalogue si varié du label référentiel Svart Records.

Ils ont du pif quand même ces finlandais.        

    

  

Titres de l’album:

01. Kuoleman Taikaa

02. Muodonmuuttaja

03. Musta Monoliitti

04. Kuparikäärme

05. Jumalan Myrkky

06. Argento

07. Levitoiva Nainen

08. Loppumattomat Pimeät Kuilut


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2023 à 17:52
85 %    375

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gargan
@90.78.150.27
18/03/2023, 18:43:32

C'est très loin d'être dégueulasse, très svart, merci pour la chro cher Stakhanov.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14