Voilà des mois que je n'étais pas retourné au Black Sheep. Ce soir j'avais déjà vu les deux groupes au programme, mais c'était bien la raison pour laquelle je repris ce cher chemin dans la nuit automnale animée mais menaçante. Comme on pouvait prévoir les anciens habitués se massaient au seuil du bar, le prélude se prolongeant car l'ouverture de la cave et le coup de semonce arrivèrent inhabituellement tard.

Les Sétois de STUNTMAN sont devenus au fil du temps l'une des institutions de la scène locale, toujours productifs (deux minis encore cette année) en dépit des inévitables changements de personnel, engagements dans d'autres projets et responsabilités croissantes de la vie privée. Le quartet, ce soir encore, a su construire son identité en brassant des inspirations assez larges principalement héritées des années 90, essentiellement le HC New School et le Noise. Le groupe assume néanmoins aussi l'apport du Metal plus ou moins extrême de cette époque et même du Stoner de tradition plus ancienne.

La synergie d'un groupe très rodé, l'accordage assez grave de la guitare et l'alliance de la lourdeur et de l'agressivité accentuaient la facette Metal, même si le grand nombre de riffs exigeants et la spontanéité du chanteur (dernier membre originel du groupe) confirment les affiliations dominantes pour un résultat franchement bourru. Comme d'habitude, ce dernier plongea au bout d'un moment dans la fosse ! La basse, particulièrement audible ce soir, donnait une couche appréciable de groove en dépit des chœurs parfois coupés au micro vocal par ailleurs. Ce mixage se calait bien avec la frappe de batterie puissante, à l'ancienne, préservée par les groupes de cette génération. Le titre Grindy en fin de set était aussi bien maîtrisé que chez des spécialistes du style, le groove en plus. Avoir écarté quelques anciens morceaux incontournables de la setlist suggère qu'après quinze ans de présence, ils ne souhaitent toujours pas se reposer sur les acquis.


CORTEZ, qui publie ces jours-ci son troisième album après cinq ans de silence (pour répondre au fan de Noir Désir qui avait demandé "Combien à attendre ?"), se présentait avec un nouveau chanteur et une certaine évolution une fois encore.

Toujours sans basse à ses côtés, au moins sur scène, la bonne vieille Gibson apporte son grain Rock classique à un HC chaotique et rageur aux structures mieux apparentes qu'un bête admirateur de Converge. Le chant demeure crié mais fait passer un peu d'émotion à présent, ce qui facilite la pénétration d'un style tout de même bien violent. Les Fribourgeois n'y perdent pas en intensité, ni en complexité. Le nouveau titulaire arpentait toutefois la scène comme un lion encagé, muscles et moustache compris.

Nous qui avions discuté de la synchronicité pieds-mains chez les batteurs pendant la mi-temps, la réponse assénée par le titulaire m'a assez impressionnée vue la complication des parties qui ne le laissent jamais respirer jusqu'à la fin du titre, sur des rythmes puissants. Je trouve qu'il y a eu là un progrès plus frappant encore que la petite évolution du chant. La communion progressa sans peine au long du set de trois quarts d'heure, comme la première partie, malgré le départ d'une frange du public venue une fois encore voir les copains du coin en première partie. Après avoir chanté quelques instants face au mur du fond de scène ou titillé le larsen des retours, le brailleur acheva quasiment un titre en criant directement sur nous le bref refrain tandis que le micro filaire gisait sur le sol de la petite estrade. Un fameux hymne de "Phoebus", l'album précédent, forma l'apothéose évidente d'une performance suffisamment étalée pour s'appuyer sans complexes sur un passé pourtant un peu différent, et dont il n'y aurait guère à élaguer.  

Malgré un merchandising fourni et assez amusant même, je n'ai pas beaucoup traîné afin d'éviter les averses en embuscade sur le trajet.


par RBD le 10/11/2018 à 16:00
   197

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...