Tales of a Future Past

Mekong Delta

08/05/2020

Butler Records

L’histoire d’amour qui me lie à MEKONG DELTA ne date pas d’hier. Alors que dans les années 80 ma quête de l’extrême allait me mener sur les chemins dangereux du Death, du Grind et de toute autre excroissance bruitiste, elle m’entrainait aussi dans les pas de musiciens plus ambitieux techniquement parlant, et c’est ainsi que je découvris l’univers si particulier du Techno-Thrash, genre unique mêlant la complexité du Jazz à la puissance du Metal. De cette découverte, je retenus trois ou quatre groupes majeurs, dont celui si mystérieux de Ralph Hubert, ingé-son et propriétaire du label Aaarrg Records, qui au travers du médium MEKONG DELTA exprimait alors ses envies d’un ailleurs musical abscons. Tombant en 1987 sur un LP éponyme à la pochette étrange, je tombais immédiatement sous le charme de cette complexité étrange, de ce dédale de sons qui s’imbriquaient comme par miracle, et depuis plus de trente ans, ma passion ne s’est jamais éteinte. Certes, je le reconnais facilement, rarement album enregistré après la révélation des pseudos a trouvé place sur ma platine, place réservée aux miracles The Music of Eric Zann ou The Principle of Doubt, les deux chefs d’œuvres du concept avant que les obsessions pour la musique classique slave n’envahissent les pistes. Pour autant, je n’ai jamais abandonné ma tâche et j’ai chroniqué toutes les œuvres parues après la réunification des années 2000. Et de la reprise de contact Lurking Fear jusqu’au petit dernier In a Mirror Darkly, en passant par Intersections et Wanderer on the Edge of Time, ma prose a toujours été au rendez-vous de l’imagination de Ralph et ses acolytes. Il est donc tout à fait logique qu’en 2020, elle reprenne du service pour le onzième tome de cette incroyable aventure. Il faut dire que mon appétit était aiguisé par les différentes déclarations de Ralph sur le site officiel du groupe : le tempétueux bassiste déclarait en effet à l’assemblée que Tales of a Future Past serait à n’en point manquer l’album le plus ambitieux et technique de la formation, et en repensant aux deux chefs d’œuvre énoncés plus haut, je n’en étais que plus intrigué. Mais me méfiant naturellement de la confiance déplacée des arguments promo, j’abordais l’écoute avec circonspection. J’avais tort, et Ralph raison : Tales of a Future Past est en effet l’œuvre la plus proche du répertoire originel.

On retrouve les constructions si alambiquées de The Music of Eric Zann, et la mystique confinée de The Principle of Doubt. En développant dans des articles l’enregistrement de ce nouvel opus, Hubert s’épanchait sur les trois semaines nécessaires à l’enregistrement de ses parties de basse. Mais ceci ne suffisant pas à confirmer la parution d’un travail de haute tenue, j’attendais le résultat final avant de me prononcer. Et la sentence est sans appel : ce onzième album studio à de faux airs de synthèse parfaite des trois premiers disques du concept, ceux-là même qui ont déclenché tant de passions et d’interrogations. « Mental Entropy » donne le la, et lâche l’arythmie la plus inextricable, sur fond de riffs se métamorphosant comme des créatures d’une autre dimension. En adaptant sa musique à l’incroyable artwork du français David Demaret, MEKONG DELTA retrouve une seconde jeunesse, et excuse les quelques facilités de ses quatre derniers albums. Ici, point de pilotage automatique, point d’audace novatrice, juste des fondamentaux repris à la sauce 2020, à tel point que la production elle-même donne le sentiment de dater des années 80. Le son est aussi sourd qu’à la grande époque d’Aaarrg, ce qui convient parfaitement aux pistes proposées. En copiant légèrement le titre d’un des épisodes de la saga X-Men (Days of Future Past), Ralph assume subtilement les superpouvoirs de ses musiciens et les siens, et sa capacité à puiser dans son propre répertoire de quoi alimenter la machine à fantasmes de ses fans. Pourtant, cet album aura souffert d’un handicap temporel assez important. Plus d’un an après sa finalisation, il vient à peine de heurter le marché, et aurait pu se retrouver coincé dans des cartons en attendant des jours meilleurs. Mais aujourd’hui, jour de déconfinement pour la population française, il est là et bien là, et nous entraîne dans un voyage dans le temps de première classe, sorte de trip nostalgique ultime, laissant autant présager d’un futur incertain que d’un passé plus ou moins trouble.

Pour l’occasion, Ralph retrouve un de ses anciens lieutenants, qui avait collaboré avec lui pour l’enregistrement de Lurking Fear, le guitariste Peter Lake (THEORY IN PRACTICE). A ses côtés, les associés habituels, Alex Landenburg (batterie, CYHRA, KAMELOT, LUCA TURILLI'S RHAPSODY) et Martin LeMar (chant, LALU, TOMORROW'S EVE). Soit une configuration assez classique depuis la reformation, pour un album qui ne respecte pas vraiment le schéma établi durant cette période. Et sans vraiment surprendre encore totalement, « Mental Entropy », choque légèrement de son hermétisme et de ses ambitions clairement techniques. Arythmie constante, chant enterré dans le mix comme à la grande époque, climat anxiogène, entre hermétisme d’un futur encore inconnu et crainte d’un passé qui se reproduit, mélodies amères directement héritées de The Principle of Doubt, pour un résultat global entre jonction des époques. En écoutant les lignes de basse de Ralph, on comprend aisément pourquoi l’homme a dû passer plus de trois semaines concentré sur son instrument, et très rapidement, « A Colony of Liar Men » appuie sur la corde de la confirmation, scellant le destin des deux premières époques du groupe. Les riffs retrouvent cet allant étrange qui transforme des guitares en couloirs de labyrinthe, et l’ambiance générale, biscornue et multidirectionnelle nous ramène en 1988/89 et la révélation d’un groupe unique en son genre. Evidemment, les influences classiques sont assimilées depuis longtemps, et plus seulement confinées à un seul titre de l’album. On les rencontre au détour de plusieurs passages plus harmoniques que la moyenne, et surtout, dans la complexité des arrangements instrumentaux. Les breaks et cassures sont si nombreux qu’on se demande parfois si le titre a changé ou pas, mais la lecture n’est pas gênée par une trop grande difficulté à suivre. « Landscape 2 – Waste Land » confirme cette présence classique avec son déroulé digne d’une BO de Ridley Scott, et même si l’orchestration sonne un peu trop synthétique pour vraiment faire vibrer la fibre classique en nous, la guitare de Peter Lake s’arrange pour faire passer la pilule.

« Mindeater » retrouve de son côté la méchanceté Thrash des années Eric Zann et « Hatred ». Il est décidément très plaisant de constater que le groupe se rapproche de ses racines pour signer le quatrième volet d’une tétralogie qui n’aurait jamais pu exister sinon. Et sans vouloir révéler tous les détails d’un travail qui repose sur l’effet de surprise de la nostalgie, autant dire que chacun des chapitres de ce nouveau tome réserve son lot de plaisir. L’attention se portera évidemment sur le très long et évolutif « When all Hope is Gone », qui de ses presque dix minutes reste le pôle d’attraction de Tales of a Future Past. Sorte de mélange improbable entre KING CRIMSON et les propres délires de Ralph Hubert, ce titre est l’acmé d’un album qui ne ménage pas ses efforts pour séduire les fans de la première heure, les fans regrettant ces productions maison qui enfouissaient les prouesses techniques sous un magma de fréquences tamisées et de dynamiques bridées. Mais pour ne pas se contenter d’un simple retour en arrière, aussi enrichissant soit-il, MEKONG DELTA se propose aussi d’aborder le Progressif des années 70 via l’acoustique et délicat « A Farewell to Eternity », avant de terminer par une dernière bourrasque de violence précise et un « Landscape 4 – Pleasant Ground » faisant montre de toutes les capacités de musiciens en parfaite osmose. Avec Tales of a Future Past, le quatuor a offert à ses fans le plus beau des cadeaux, un regard en arrière sur sa propre légende, tout en osant la faire évoluer pour accepter les exigences de notre nouveau siècle. De là à considérer ce onzième tome comme la suite logique du magnum opus The Principle of Doubt, il n’y a qu’un tout petit pas de fourmi que je franchis allègrement.   

             

Titres de l’album :

                     01. Landscape 1 – Into the Void

                     02. Mental Entropy

                     03. A Colony of Liar Men

                     04. Landscape 2 – Waste Land

                     05. Mindeater

                     06. The Hollow Men

                     07. Landscape 3 – Inharent

                     08. When all Hope is Gone

                     09. A Farewell to Eternity

                     10. Landscape 4 – Pleasant Ground

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/05/2020 à 14:48
92 %    546

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
12/05/2020, 18:46:13
Ah bon, tiens. Pourtant sur un autre site, un fan n'évoquait pas autant ces nombreux rappels aux albums de la période bénie (comme toi, la doublette Zann/Doubt dont je suis adepte). J'avoue que ta chronique donne furieusement envie de se pencher vers cette sortie, moi qui ai toujours trouvé Wanderer trop mou du coude et Lurking un brin inégal. Merci.

Arioch91
membre enregistré
12/05/2020, 19:23:10
Excellente chronique, merci mortne2001 !

Tiens c'est marrant. A l'écouté de Tales, je ne retrouve pas de choses me rappelant les premiers albums.

Ce qui n'enlève absolument rien à cet album que je trouve fabuleux !

Une excellente surprise et, l'air de rien, mon premier album Metal acheté en 2020, rien que ça.

NecroKosmos
membre enregistré
12/05/2020, 22:12:42
C'est dans la lignée des deux précédents que personnellement j'apprécie moins. Mais en tant que fan, je vais bien sûr l'acquérir.

dances of death
@85.27.16.53
13/05/2020, 09:55:38
Ca faisait un moment que je l'attendait celui-là... après quelques écoutes (merci, la pré-commande sur leur site) il me semble qu'on peut affirmer que cet album est tout bonnement excellent. :-) A mon avis, c'est le meilleur depuis leur "retour".

Moi aussi, " The music of Erich Zann " et " The Principle of Doubt" sont mes préférés... mais je ne trouve pas tellement de "références" à ces 2 pépites. A la limite, si je devais le rapprocher d'un autre album, ce serait probablement " Keleidoscope " (que j'apprécie aussi énormément ;-) )

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29