Fortune's Gates

Furies

16/10/2020

Autoproduction

Enfin serais-je tenté de dire, enfin ! Trois ans après leur dernière apparition sous la forme d’un deux titres à la pochette extraordinaire, les parisiens de FURIES nous en reviennent avec un album complet qui ne fait pas que confirmer tout le bien qu’on pensait d’eux. Non, ce serait mal connaître le quatuor que de croire qu’il n’est capable que du minimum syndical, et il était indispensable que cette première réalisation longue-durée explose la concurrence, et nous pouvions faire confiance à Linda et les siens pour combler nos désirs les plus fous en termes de Hard Rock/Heavy Metal vintage. Et autant le dire tout de suite, Fortune's Gates a ouvert en grand les portes de la chance aux parisiens, qui se sont engouffrés dans l’ouverture sans hésiter une seule seconde. Et si le FURIES 2017 était déjà fort mature et professionnel, que dire du FURIES 2020 qui n’est rien de moins qu’une machine de guerre old-school aux rouages si bien huilés que son avancée glisse sur la route du succès. Sans avoir vraiment changé sa formule depuis son premier EP, le groupe l’a perfectionnée, au point d’atteindre aujourd’hui le niveau des plus grands cadors européens en la matière. Et pour cause. Le groupe a les costumes, le son, le verbe, la mine, le crayon, la fougue, l’air et surtout, les chansons. Loin de se contenter d’un parfum nostalgique pour couvrir l’odeur rance de vieux riffs fatigués depuis les derniers ACCEPT potables, le quatuor est allé chercher au plus profond de ses tripes l’inspiration pour construire ce premier album sans commettre de faux-pas, et nous livre une prestation évidemment haute en couleurs, mais sans privilégier la forme sur le fond. Les titres sont accrocheurs, pugnaces, mélodiques, et drivés par la voix incroyable de Linda qui va taquiner les aigus les plus Halfordiens pour nous hérisser les poils sur les bras.

Enregistré au Labomatic Studios à Paris par Igor Moreno puis mixé et masterisé par Simone Mularoni (SILVER LAKE, TEMPERANCE, WIND ROSE) au Domination Studio en Italie, Fortune's Gates a les moyens de ses ambitions, et met ses compositions au diapason de cette sublime pochette signée SLO. Tels des superhéros de comics, les FURIES pourfendent le Metal en plastique pour imposer les épées de fer et les masses d’armes d’acier dans le combat, et incarnent le renouveau d’une vague vintage qui n’est pas prête de s’écraser sur la grève. Disposant d’un son énorme, transfigurant la rythmique pour lui donner de faux-airs de char d’assaut écrasant les forêts, et conférant à la basse un subtil parfum Steve Harris, ce premier LP est une dose d’adrénaline pour affronter la routine, et sublime tous les clichés inhérents aux années 80, passant en revue toutes les fragrances du Hard et du Heavy, sans avoir peur de s’attaquer au Power Metal en accélérant le tempo et en durcissant les guitares. Inutile de dire que Linda est dans une forme olympique, et qu’aucune prouesse ne lui est impossible, comme le prouve le cri primal et terminal de « Antidote » qui renvoie presque le Sebastian Bach de « Quicksand Jesus » dans les cordes de l’humilité. Mais évidemment, Linda n’est pas seule sur le navire de la réussite, et ses seconds font une fois encore admirablement le job. A noter donc, la performance immaculée du duo de guitaristes Billy Laser et Sam Flash qui durcissent en rythmique et volubilent en solo, pour conférer aux morceaux cette patine surnaturelle et infernale, transformant de simples exercices de style en volcans Power crachant de la lave à en brûler Pompéi une fois encore (« Delusions Of Daylight »).

Très affûté et aiguisé, le groupe se montre donc sous un jour particulièrement flatteur, mais fait aussi preuve d’intelligence en comprenant qu’un album de quarante-sept minutes se doit d’être agencé pour ne pas lasser. Alors les ambiances s’alternent, les humeurs ne sont jamais ternes, et la furie se calme parfois, sans trahir, mais en aménageant des espaces mélodiques plus prononcés (« Never Say Die »). Comme tout premier album, Fortune's Gates contient son lot d’hymnes à reprendre en chœur, mais pas le genre d’hymnes faciles qu’on compose sur un coin de nappe pour ensuite les truffer par facilité de chœurs allemands. Non, ici, les futurs standards sont peaufinés, à l’image du séduisant « You & I » en intro, qui rappelle autant STRATOVARIUS qu’ENFORCER, et qui nous donne l’accolade virile de son riff gonflé aux stéroïdes. Les parisiens en profitent d’ailleurs pour recycler deux anciens morceaux, « Prince of the Middle East » et évidemment le classique « Unleash The Furies », histoire de conférer à ce premier tome une aura de synthèse de ces sept premières années de carrière.

Alors, ça déroule, parfois au rythme de sextolets tournant fou (« Never Say Die »), parfois à celui d’une lenteur inopinée qui plombe le déviant « Superstition », sur lequel Billy Laser et Sam Flash lâchent tous les riffs historiques à leur disposition, passant en revue le répertoire Hard ‘Heavy des années 80 avec un brio fou, pouvant toujours compter sur la puissance extraordinaire de Linda au chant. Mais cette dernière ne se contente pas de vocalises enflammées, et cimente la rythmique qu’elle forme avec Zaza Bathory, garante de la légende depuis 2013. En résulte une solidité incontestable, qui permet aux guitares de partir en vrille à la moindre occasion, mais jamais gratuitement. Car les soli sont étudiés, ciselés, comme ces chœurs fédérateurs qui interviennent pile au bon moment. Sans jamais perdre sa fougue, FURIES présente un visage plus mur, se permet parfois quelques facilités (« Fire In The Sky » qu’on imagine très bien sur un vieil album de WARLOCK), facilement excusées par des hits aussi imparables que « Voodoo Chains ». Et c’est avec un plaisir non feint qu’on reprend notre séance de headbanging entamée en 2017 en retombant sur le racé et furieux « Unleash The Furies », qui reste décidément le postulat définitif de la jeune carrière de ce groupe si attachant. Retrouvant l’allant Hard des eighties, mais le remettant au goût d’un jour plus contemporain, le quatuor parisien signe un premier album d’envergure mondiale, qui va prendre une dimension gargantuesque sur scène, une fois que le groupe pourra à nouveau fouler les planches.   

La France tient son Avengers musical avec ce premier LP qui a de faux-airs d’apocalypse programmée, et d’assemblée de superhéros prêts à affronter les pires imposteurs de la galaxie old-school. Unleash the FURIES !!!!         

                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

  01. You & I

  02. The Fortune’s Gate

  03. Voodoo Chains

  04. Antidote

  05. Delusions Of Daylight

  06. Never Say Die

  07. Superstition

  08. Prince Of Middle East

  09. Fire In The Sky

  10. Unleash The Furies


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/10/2020 à 18:07
85 %    553

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46