L’histoire des WARFIELD me rappelle étrangement celle des DEATH ANGEL, à quelques détails près. Lorsque ce groupe s’est formé sous ce pavillon, ses membres avaient entre quinze et dix-huit ans, mais jouaient ensemble depuis plus de deux ans. Ce qui nous donne à peu près l’âge de Cavestani & co lorsqu’ils avaient enregistré leur première démo, qui avait fortement impressionné Lars Ulrich à l’époque. Les deux groupes semblent vouer le même amour au Thrash de tradition, ce qui ajoute de la probité au parallèle établi. Mais là où les deux ensembles se différencient, c’est sur le terrain de l’intensité, beaucoup plus développée chez les allemands. Là ou DEATH ANGEL s’évertuait à perpétrer l’esprit dynamique et mélodique de la Bay Area, les WARFIELD se focalisent sur un héritage national, celui laissé en pâture à la nouvelle génération par les KREATOR, DESTRUCTION et SODOM, les rois de la brutalité made in Germany, ce qui les rapprocherait plus de la nouvelle vague de Thrash old-school qui sévit dans leur pays et en Europe depuis une bonne dizaine d’années…D’ailleurs, le label italien nostalgique Metal on Metal Records ne s’y est pas trompé en les signant, leur permettant ainsi de voir leur premier effort distribué un peu partout, ce qu’il mérite plus qu’amplement. Et si la thématique guerrière les rapproche encore plus des obsessions de Tom Angelripper, musicalement, leur passion semble plus nuancée, quoique pas forcément moins brutale. A l’écoute de cet initial Wrecking Command, on pense beaucoup aux ASSASSIN, ceux de The Upcoming Terror, mais aussi aux bousculades des WARBRINGER, la technique en moins et la persuasion effective en plus, mais d’autres noms peuvent effleurer l’esprit, dont certains beaucoup moins éloignés dans le temps.

Ainsi, la vitesse d’exécution, la précision, la furie qui anime les pistes de ce premier LP nous ramènent aux grandes heures du miraculeux Scavengers des WARFECT, dont j’avais dit le plus grand bien dans une chronique antérieure. Même propension à privilégier les plans les plus efficaces, même ambivalence entre franchise Heavy et embardées speed, et aussi des analogies de timbre dans la voix de Johannes Clemens qui se hisse sans effort au niveau des plus grands grogneurs du genre, sans avoir à trop tirer sur ses cordes. Si les compositions des jeunes originaires de Kindsbach/Kaiserslautern se veulent suffisamment simples et percutantes pour ne pas perdre l’auditeur en route, elles n’en font pas moins preuve d’une certaine finesse, même si la rythmique compresse et agresse sans marquer de temps d’arrêt, et même si les riffs hautement redondants distillent les mêmes thèmes graves et les mêmes sifflantes qui plantent. Pas de grand ménage de printemps à attendre d’un trio (Johannes Clemens - chant, Matthias Clement - guitare, Dominique Marx - batterie et Marc Hirschbach pour la basse live) qui privilégie toujours l’optique de l’agression sur celle de la séduction, mais beaucoup de qualités développées, remarquables notamment au niveau de la cohésion d’ensemble, qui montre que les musiciens se connaissent très bien, et sont capables d’anticiper les idées des deux autres. Mais c’est évidemment le tandem des frères Clemens qui domine du timbre et des cordes ce projet, qui semble s’obstiner à vouloir retrouver l’essence originelle de la violence d’outre-Rhin, celle qui nous a contaminés lors d’une jeunesse remuée.

Impossible de trouver quoi que ce soit d’inédit dans ces chansons qui vont droit au but, mais le plaisir ressenti est au moins égal à celui pratiqué, ce qui garantit un confort d’écoute optimisé. Dotés d’un excellent son qui nivelle les instruments par le haut et ne laisse personne en rade, les WARFIELD avancent donc à bon rythme sans se poser de question, et nous balancent crânement dix hymnes en fer forgé à la gloire d’un Thrash passé, mais pas forcément passéiste. Car au-delà de leur passion pour une nostalgie qu’il leur est impossible de nier, les jeunes allemands en profitent quand même pour placer quelques-unes de leurs idées, histoire de ne pas passer pour de vulgaires pilleurs de tombes métallisées. Outre un niveau instrumental largement au-dessus de la moyenne, qui confirme une pratique remontant à leur prime jeunesse, c’est leur audace dans l’adresse qui fascine, et qui leur permet de passer d’une ruade purement Thrash enlevée à une fausse accalmie Heavy bien plombée (« Vision Genocide »), sans tomber dans le piège du gras ventripotent de leurs aînés de RUNNING WILD. Plus proches de la vague vintage actuelle que des miraculeux VEKTOR, les trois germains ne s’en laissent pas conter pour autant, et gardent en tête qu’une petite mélodie incrustée sur fond de blasts inopinés se montre beaucoup plus persuasive qu’une simple défonce à grands coups de bélier (« Under The Surface », le plus DESTRUCTION du lot).

Pas de quoi bousculer l’ordre établi, mais de quoi se faire une place à la table des meneurs sans être forcément anobli. Et leur look veste en jean, patches et chaînes en dit long sur leurs intentions, peut-être plus subtiles qu’il n’y parait, spécialement lorsque des emprunts plus contemporains leurs permettent de se rapprocher d’une version dynamisée des AT THE GATES et SOILWORK (« Trade In Blood », avec toujours cette voix qui vomit ses psaumes comme un prêtre défroqué à l’aube). Alors, pour beaucoup, ce trip organisé dans les méandres d’années 80 régulièrement pillées aura de sérieux airs de déjà-vu, mais pour les amoureux d’un Thrash convenu mais bien velu, Wrecking Command s’apparentera à une ballade en terrain accidenté connu. Ils se délecteront de tous les nids-de-poule qui les feront bondir sur leur siège, et savoureront ces soudaines accélérations les propulsant dans une histoire vécue, qu’il est toujours bon de retrouver à intervalles réguliers (« Wrecking Command »). Et en restant sous la contrainte des quatre minutes, les jeunes allemands ont vu juste, même si quelques débordements agréables viennent ventiler le tout de leur Heavy puissant en diable (« Divine Winds »), sans pour autant faire baisser d’un cran la violence permanente. Un premier essai transformé qui vient donc sanctionner des années de pratique (déjà formalisées autour d’une démo et d’un EP, Call To War en 2014), et une raison de plus de penser que l’Allemagne n’a pas oublié comment asseoir sa suprématie sur un style qu’elle a quasiment inventé.


Titres de l'album:

  1. Wrecking Command
  2. Self Deceit Race
  3. Barrage Fire
  4. Divine Winds
  5. Call to War
  6. Atomic Strike
  7. Vision Genocide
  8. Under the Surface
  9. Trade in Blood
  10. Martyr

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/05/2018 à 14:40
78 %    206

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...