L’histoire des WARFIELD me rappelle étrangement celle des DEATH ANGEL, à quelques détails près. Lorsque ce groupe s’est formé sous ce pavillon, ses membres avaient entre quinze et dix-huit ans, mais jouaient ensemble depuis plus de deux ans. Ce qui nous donne à peu près l’âge de Cavestani & co lorsqu’ils avaient enregistré leur première démo, qui avait fortement impressionné Lars Ulrich à l’époque. Les deux groupes semblent vouer le même amour au Thrash de tradition, ce qui ajoute de la probité au parallèle établi. Mais là où les deux ensembles se différencient, c’est sur le terrain de l’intensité, beaucoup plus développée chez les allemands. Là ou DEATH ANGEL s’évertuait à perpétrer l’esprit dynamique et mélodique de la Bay Area, les WARFIELD se focalisent sur un héritage national, celui laissé en pâture à la nouvelle génération par les KREATOR, DESTRUCTION et SODOM, les rois de la brutalité made in Germany, ce qui les rapprocherait plus de la nouvelle vague de Thrash old-school qui sévit dans leur pays et en Europe depuis une bonne dizaine d’années…D’ailleurs, le label italien nostalgique Metal on Metal Records ne s’y est pas trompé en les signant, leur permettant ainsi de voir leur premier effort distribué un peu partout, ce qu’il mérite plus qu’amplement. Et si la thématique guerrière les rapproche encore plus des obsessions de Tom Angelripper, musicalement, leur passion semble plus nuancée, quoique pas forcément moins brutale. A l’écoute de cet initial Wrecking Command, on pense beaucoup aux ASSASSIN, ceux de The Upcoming Terror, mais aussi aux bousculades des WARBRINGER, la technique en moins et la persuasion effective en plus, mais d’autres noms peuvent effleurer l’esprit, dont certains beaucoup moins éloignés dans le temps.

Ainsi, la vitesse d’exécution, la précision, la furie qui anime les pistes de ce premier LP nous ramènent aux grandes heures du miraculeux Scavengers des WARFECT, dont j’avais dit le plus grand bien dans une chronique antérieure. Même propension à privilégier les plans les plus efficaces, même ambivalence entre franchise Heavy et embardées speed, et aussi des analogies de timbre dans la voix de Johannes Clemens qui se hisse sans effort au niveau des plus grands grogneurs du genre, sans avoir à trop tirer sur ses cordes. Si les compositions des jeunes originaires de Kindsbach/Kaiserslautern se veulent suffisamment simples et percutantes pour ne pas perdre l’auditeur en route, elles n’en font pas moins preuve d’une certaine finesse, même si la rythmique compresse et agresse sans marquer de temps d’arrêt, et même si les riffs hautement redondants distillent les mêmes thèmes graves et les mêmes sifflantes qui plantent. Pas de grand ménage de printemps à attendre d’un trio (Johannes Clemens - chant, Matthias Clement - guitare, Dominique Marx - batterie et Marc Hirschbach pour la basse live) qui privilégie toujours l’optique de l’agression sur celle de la séduction, mais beaucoup de qualités développées, remarquables notamment au niveau de la cohésion d’ensemble, qui montre que les musiciens se connaissent très bien, et sont capables d’anticiper les idées des deux autres. Mais c’est évidemment le tandem des frères Clemens qui domine du timbre et des cordes ce projet, qui semble s’obstiner à vouloir retrouver l’essence originelle de la violence d’outre-Rhin, celle qui nous a contaminés lors d’une jeunesse remuée.

Impossible de trouver quoi que ce soit d’inédit dans ces chansons qui vont droit au but, mais le plaisir ressenti est au moins égal à celui pratiqué, ce qui garantit un confort d’écoute optimisé. Dotés d’un excellent son qui nivelle les instruments par le haut et ne laisse personne en rade, les WARFIELD avancent donc à bon rythme sans se poser de question, et nous balancent crânement dix hymnes en fer forgé à la gloire d’un Thrash passé, mais pas forcément passéiste. Car au-delà de leur passion pour une nostalgie qu’il leur est impossible de nier, les jeunes allemands en profitent quand même pour placer quelques-unes de leurs idées, histoire de ne pas passer pour de vulgaires pilleurs de tombes métallisées. Outre un niveau instrumental largement au-dessus de la moyenne, qui confirme une pratique remontant à leur prime jeunesse, c’est leur audace dans l’adresse qui fascine, et qui leur permet de passer d’une ruade purement Thrash enlevée à une fausse accalmie Heavy bien plombée (« Vision Genocide »), sans tomber dans le piège du gras ventripotent de leurs aînés de RUNNING WILD. Plus proches de la vague vintage actuelle que des miraculeux VEKTOR, les trois germains ne s’en laissent pas conter pour autant, et gardent en tête qu’une petite mélodie incrustée sur fond de blasts inopinés se montre beaucoup plus persuasive qu’une simple défonce à grands coups de bélier (« Under The Surface », le plus DESTRUCTION du lot).

Pas de quoi bousculer l’ordre établi, mais de quoi se faire une place à la table des meneurs sans être forcément anobli. Et leur look veste en jean, patches et chaînes en dit long sur leurs intentions, peut-être plus subtiles qu’il n’y parait, spécialement lorsque des emprunts plus contemporains leurs permettent de se rapprocher d’une version dynamisée des AT THE GATES et SOILWORK (« Trade In Blood », avec toujours cette voix qui vomit ses psaumes comme un prêtre défroqué à l’aube). Alors, pour beaucoup, ce trip organisé dans les méandres d’années 80 régulièrement pillées aura de sérieux airs de déjà-vu, mais pour les amoureux d’un Thrash convenu mais bien velu, Wrecking Command s’apparentera à une ballade en terrain accidenté connu. Ils se délecteront de tous les nids-de-poule qui les feront bondir sur leur siège, et savoureront ces soudaines accélérations les propulsant dans une histoire vécue, qu’il est toujours bon de retrouver à intervalles réguliers (« Wrecking Command »). Et en restant sous la contrainte des quatre minutes, les jeunes allemands ont vu juste, même si quelques débordements agréables viennent ventiler le tout de leur Heavy puissant en diable (« Divine Winds »), sans pour autant faire baisser d’un cran la violence permanente. Un premier essai transformé qui vient donc sanctionner des années de pratique (déjà formalisées autour d’une démo et d’un EP, Call To War en 2014), et une raison de plus de penser que l’Allemagne n’a pas oublié comment asseoir sa suprématie sur un style qu’elle a quasiment inventé.


Titres de l'album:

  1. Wrecking Command
  2. Self Deceit Race
  3. Barrage Fire
  4. Divine Winds
  5. Call to War
  6. Atomic Strike
  7. Vision Genocide
  8. Under the Surface
  9. Trade in Blood
  10. Martyr

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/05/2018 à 14:40
78 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....