C’est la tendance depuis quelques années. Le Thrash/Black, le Black/Thrash, le Blackened Death, le Blackened Core. En fait, on blackise tout ce qui passe, histoire de donner une profondeur malfaisante à n’importe quel style pour le radicaliser encore plus.

C’est souvent redondant, souvent répétitif, souvent illusoire en termes de puissance, et finalement assez stérile niveau créativité. Après tout, qu’attendre d’extensions qui finalement ne prolongent ni la magie noire, ni l’efficacité fondamentale, et qui plus est, qui se contentent la plupart du temps de faire appel à des recettes éculées et éprouvées depuis les premiers MAYHEM, voire les débuts de HELLHAMMER ?

Mais certains osent, et insistent, et certains – relativement peu je l’admets – s’en tirent plutôt bien, sans pour autant dévier de leur optique d’origine, tout en y incluant quelques nuances à peine perceptibles d’album en album.

Ce qui est le cas des Américains de BLACK ANVIL, qui depuis Time Insults The Mind continuent leur bout de chemin en peaufinant de plus en plus leur vision.

Au départ, rien ne les prédisposait à devenir des leaders d’une scène salement gangrénée de ne pas avoir soigné ses plaies autrement qu’en y étalant du Metal toujours plus bouillant, mais désespérément stérile. Une musique passe-partout, des enchaînements légèrement téléphonés, et une brutalité d’usage pas vraiment plus convaincante que celle développée par leurs contemporains.

Mais à force d’abnégation, de certitudes et de remises en question, les New-yorkais ont fini par atteindre une sorte d’apogée dans la déévolution, tout en proposant quelques pistes susceptibles de leur ouvrir des portes fermement scellées.

La preuve ? Leur quatrième effort, le bien nommé As Was, qui assume son passé sans rien renier, mais qui avance, la croix inversée à la main et le riff absolument malsain.

Et que les fans de WATAIN ou AURA NOIR se rassurent, les BLACK ANVIL se rapprochent de plus en plus de leurs idoles sans pour autant en singer le son et le ton.

Sous une pochette au trait signé par Metastazis (BEHEMOTH, WATAIN, MORBID ANGEL) et une production assurée par Colin Marston (KRALLICE, GORGUTS, PANOPTICON) complétée du mastering de Tore Stjerna aux Necromorbus studios (TRIBULATION, FUNERAL MIST, WATAIN encore…), se cache sans doute le parangon du Thrash/Black le plus épais et misanthropique, qui pourtant ne crache pas sur un brin de mélodie déviante. Sans dévier de leur ligne de conduite, les New-yorkais parviennent à franchir une nouvelle étape sans adoucir leur style, mais en y injectant une bonne dose de prétentions artistiques et progressives, qui ne nuisent aucunement au radicalisme d’ensemble. Et le simple fait d’avoir entamé leur quatrième longue durée d’une extension aussi ambitieuse que celle de « On Forgotten Ways » et ses huit minutes de digression occulte en dit long sur leur volonté de s’affirmer sans se renier.

Et renier quoi d’ailleurs ? Leur nature profonde ? Leur morgue frondeuse qui leur permet d’imposer des plans déjà entendus sans qu’on ne remette en cause leur originalité ? Un peu tout ça à la fois, mais en substance, As Was est un formidable constat de fidélité qui pourtant ose regarder vers l’avenir avec sérénité.

Constitué de huit morceaux aussi longs que riches, ce quatrième LP faisant suite à l’acclamé Hail Death (qui se permettait déjà une étonnante reprise du « Under The Rose » de KISS qui laissait augurer d’une suite un peu moins prévisible qu’on ne le pensait), et en accentue les qualités sans tomber dans la grandiloquence ni les travers d’ambiance.

Si la patte CARCASS se fait sentir jusque dans le chant vicieux et ambivalent du MC Paul Delaney (parfois, le mimétisme avec Jeff Walker est vraiment bluffant, spécialement dans les parties de chant les plus hurlées), c’est bien l’influence de WATAIN et de CELTIC FROST qui est la plus patente, même si les BLACK ANVIL ne se privent pas de quelques allusions au Folk progressif des seventies ou à la mélancolie surannée d’OPETH dans leurs moments les plus apaisés.

Le morceau éponyme « As Was » en est la preuve la plus évidente, mais aussi un des titres les plus complexes et envoutants de cette nouvelle livraison, et s’autorise même quelques clins d’œil en direction des PARADISE LOST et autres CREMATORY…Chœurs harmonieux, riffs appuyés et majestueux, c’est d’une épaisseur remarquable, et nous renvoie dans les cordes de notre propre constat erroné. Non, le Black Thrash n’est pas qu’un gimmick, loin s’en faut, mais une réelle excroissance qui mute et se transforme sous l’inspiration de groupes qui refusent la facilité primaire.

On retrouve toutes ces caractéristiques tout au long du LP, qui ose une deuxième occurrence étirée, pour un « Two Keys, Here’s The Lock » subjuguant de beauté trouble et d’aspirations multiples. Avec son intro digne d’un progressif FLOYDIEN enrichi, et sa multiplicité d’idées aussi harmoniques que violentes, ce morceau se fait épitomé de la marge de progression du quatuor qui est décidément bien plus qu’un simple groupe brutal et primal. Mais le plus admirable dans l’affaire, est que malgré ce désir d’aération, BLACK ANVIL ne se dépare jamais de sa noirceur initiale, et peut de fait se permettre d’agrémenter sa violence d’ambivalence, sans trahir son esprit nihiliste d’origine. Ce morceau fait d’ailleurs penser à un subtil équilibre entre le rare CRADLE créatif et le CARCASS post Heartwork, le tout traité au prisme d’un AURA NOIR plus lumineux que de rigueur.

Plans qui s’enchaînent en toute fluidité, radicalisme d’un chant qui refuse tout compromis, et qui se heurte à des volutes de chœurs évaporés, guitares qui multiplient les emprunts à différents courants, c’est une véritable démonstration, et le rejet d’un cloisonnement trop restrictif pour leur imagination…

Ce qui n’empêche pas les interludes délicats, tout sauf incongrus (le sublime « The Way Of All Flesh », qu’on aurait pu trouver sur n’importe quel épisode de la saga MY DYING BRIDE ou WATAIN), ni les crescendo de violence sourde comme ce final « Ultra », qui impose un mid tempo écrasant d’efficacité, aussi accrocheur qu’un hit de CARCASS repris par les KRALLICE.

De l’art, du grand art, et une constatation. BLACK ANVIL est bien plus qu’une simple enclume noircie sur laquelle on frappe le marteau de la discorde, mais plutôt une boite de Pandore qui s’ouvre discrètement à intervalles réguliers, dispensant une sombre lumière qui éclaire le passé d’un avenir plus clément qu’on se le figurait.

Chef d’œuvre ? C’est une possibilité à prendre en compte. Mais surtout, une réussite flagrante, celle d’un groupe qui n’a jamais rien renié de ses croyances, et qui avance à son rythme, discrètement, en dispensant son enseignement au travers d’albums de plus en plus imposants.

 Imposants, mais jamais redondants ou répétitifs. Juste créatifs. Et libres comme un diable errant sur terre à la recherche d’âmes perdues à pervertir en toute discrétion.


Titres de l'album:

  1. On Forgotten Ways
  2. May Her Wrath Be Just
  3. As Was
  4. Nothing
  5. As An Elder Learned Anew
  6. 06 Two Keys, Here's The Lock
  7. The Way Of All Flesh
  8. Ultra

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/02/2017 à 14:49
90 %    345

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.