Yesterdeath

Nominon

04/12/2020

Emanzipation Productions

Yesterday,

All my troubles seemed so far away,

Now it looks as though they're here to stay,

Oh, I believe in yesterday

C’était joli quand Paul McCartney chantait ces vers accompagné d’une guitare acoustique et d’un léger quatuor à cordes. C’était déjà moins joli quand Rowan Atkinson et Peter MacNicol le braillaient complètement torchés dans le Bean de 1997. Mais entre les mains de païens suédois adeptes de cryptes à l’odeur de moisi et de salles de répétition aux murs décatis et suintant de nicotine et d’alcool, ça devient un jeu de mot assez habile, et surtout, parfaitement adapté à la situation. Fans de NOMINON, si vous espériez un nouvel album de votre groupe favori récemment remis sur les rails, vous en serez marron, puisque comme son nom l’indique, Yesterdeath n’est qu’une compilation, mais pas n’importe laquelle. Les originaires de Jönköping n’ayant pas l’habitude de prendre leurs fans pour des pigeons, ce sampler ne contient aucun hit du passé, aucun morceau ayant déjà figuré sur un album officiel, mais bien un paquet de 7’’ parus sur des labels underground et qui sont depuis longtemps impossibles à dénicher. C’est donc un beau cadeau que nous offre le label danois Emanzipation Productions, car ces douze titres nous replongent à la source du Swedish Death, le plus grave, profond et froid de l’histoire, et nous avons en sus la chance qu’il soit incarné par l’un des groupes les plus emblématiques du mouvement, dont les origines remontent à 1993. Certes, le groupe n’a rien publié d’officiel avant 1999 et son premier long Diabolical Bloodshed, mais ses cinq premières démos s’étalant entre 1993 et 1997 sont là pour témoigner de sa présence en temps et en heure, et justifier son importance pour la nouvelle génération avide de sensations old-school.

Avec cinq albums à son actif, un nombre conséquent d’EP’s et de splits, un live et plusieurs compilations, le parcours de NOMINON est impeccable, et reste un modèle du genre. Et Yesterdeath vient à point nommé nous rappeler le talent de composition du combo, qui est quand même capable de lâcher des classiques sur format single, sans même prendre la peine de les inclure sur leurs longue-durée. Incroyable donc de pouvoir jeter une oreille fatiguée sur ces titres qui empestent le Death de Göteborg, les sonorités glaciales, les riffs en rigor mortis et les lignes de chant caverneuses et véhémentes. Et tout y passe, tout le panel des groupes scandinaves, avec ces accélérations subites, ces plans Heavy qui assomment et congèlent comme l’hiver le plus rigoureux, et loin de se contenter d’un succédané d’ENTOMBED ou DISMEMBER, les NOMINON possèdent leur propre style, et agencent leurs compositions selon un sens de l’animation et du groove très particulier. En écoutant cette compilation, le néophyte sera bien évidemment surpris des changements de son, l’ensemble ayant bénéficié d’un remixage ne gommant pas les disparités. La production est donc égale en termes de volume, mais les chansons témoignent des changements de parcours, de musiciens, d’orientation, et la différence entre « Through Dead Deams Door » et « Burnt Human Offering » est si importante qu’on a du mal à croire qu’une seule année sépare ces deux morceaux.

Pour être plus précis dans les informations, le tracklisting égrène donc des morceaux publiés entre 2003 et 2014, soit un an avant le hiatus imposé par le groupe jusqu’à 2018. Vous avez donc droit au panel le plus exhaustif qui soit, et tous les simples lâchés par le groupe pendant plus de dix ans. De là, chacun fera son choix sur sa période préférée, mais autant admettre que l’ensemble des titres valent le détour. Comme s’en honore le groupe lui-même, tous les titres sont originaux, aucune reprise, mais quand même une poignée de chansons en mode live, avec « Hordes Of Flies » et « Condemned To Die » qui donnent un cruel aperçu de la réalité en concert de ces barbares. Les deux titres font partie du haut du panier de cette compilation, avec leur son grave et cette grosse caisse qui appuie sur le thorax. On se croirait au bord du pit, en train de headbanguer en rythme et de perdre les quelques neurones qui nous restent. Les morceaux les plus vieux ne sont évidemment pas les moins intéressants, et « Blessed By Fire » de nous cueillir à froid comme l’huile pour nous en mettre un coup derrière les oreilles. Son de caisse claire symptomatique des démos de l’orée des années 90, multitude de riffs tous plus assassins, breaks et fills omniprésents, soli à la MORBID ANGEL, c’est évidemment putride et savoureux, et les trois derniers chapitres de Yesterdeath sont à mon avis les plus séduisants dans leur traditionalisme bestial. On y respire les effluves scandinaves d’il y a trente ans, cette furie émanant des cotes de Suède pour envahir le monde entier et le faire suffoquer.

Le groupe est très clair quant à cette compilation, réalisée évidemment avec leur accord et leur soutien. Elle leur permet de temporiser et de continuer à composer de nouveaux titres, pour un sixième album à paraître en 2021. Mais si vous cherchez un joli cadeau de Noël à mettre au pied du sapin d’un psychopathe fan de Death formel et acharné, vous savez exactement quoi faire. L’objet est joli, bien rempli, et sent bon la nostalgie.                                 

  

Titres de l’album:

01. Rigor Mortis

02. Of Ancient Craft

03. Manifestation Of Black

04. Burnt Human Offering

05. Through Dead Deams Door

06. Black Chapel

07. Release In Death

08. Hordes Of Flies (live)

09. Condemned To Die (live)

10. Blaspheming The Dead

11. Invocations

12. Blessed By Fire


Facebook officiel


par mortne2001 le 05/12/2020 à 14:45
85 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01

Satan

L'essence même de Moonspell réside selon moi dans le triptyque "Sin/Pecado" / "Darkness and Hope" / "The Antidote", donc bien loin des codes inhérents au bon vieux metooool. Donc cette étrange nostalgie qui consiste à se limiter(...)

23/01/2021, 12:50

Gerggg

Bah c’est du tout bon ca, un bon mid tempo bien lourd

23/01/2021, 10:03