Avec un cas d’école pareil, deux solutions se présentent à moi. Vous signer une chronique qui fera passer le plus long de mes laïus pour une note de synthèse, ou partir en improvisation totale sur une dizaine de lignes pour tenter de cerner le mystère d’un groupe qui ne s’est jamais vraiment révélé autrement que par une versatilité excessive, et une brutalité déformée. Sachant que je suis plutôt du genre disert, la seconde solution paraissait la moins évidente, mais vous noyer sous mes divagations interprétatives ne paraissait pas à même de rendre hommage à un ensemble aussi libre qu’inclassable. Et dans ce créneau désormais surchargé du Black Metal à tendance expérimental, les MALADIE font office de trublions ultimes, renvoyant les DEATHSPELL OMEGA à leurs chères études classiques…Mais sont-ils encore un groupe, ou bien un concept abstrait s’articulant autour de la complicité fugace d’un collectif de musiciens à l’inspiration aussi débridée que sauvage ? La question se pose, et au jugé d’un line-up qui défie toute configuration d’usage, la réponse n’est pas la plus facile à trouver…Mais précisons d’emblée qu’en adoptant la forme d’une créature polymorphe à huit ou neuf têtes (selon les renseignements et sites), les allemands n’ont pas choisi la voie la plus facile, et se rapprochent de fait de nos chers MAGMA, menés par un Christian Vander au verbe particulier et à la frappe créative, sans pour autant partager des accointances musicales qui n’ont pas lieu d’être…hors de cette liberté de ton qui rend les deux projets aussi inclassables l’un que l’autre. Mais nommons ces étranges praticiens puisqu’il faut bien éclairer votre lanterne encore un peu faible pour illuminer les ténèbres…Nous retrouvons donc aux postes-clés et en tant qu’accompagnateurs Björn Köppler (guitare), Mark Walther (guitare), K Olaz (guitare), Alexander Wenz (chant), Déhà (piano, violoncelle et chant), Tobias Blach (batterie), Moritz Grenzmann (basse) et Hauke Peters (saxophone), qui avec Of Harm and Salvation nous offrent un troisième album aux allures d’Arlésienne, tant leur démarche est difficile à suivre, et aussi évanescente que violente…

L’octogone mystique a donc décidé de poursuivre ses travaux d’expérimentation, tout en adoptant une nouvelle optique résolument plus cohérente. Si par le passé, et sur les deux albums antérieurs (…Plague Within en 2012, …Still en 2015), la tendance était un peu au racolage aléatoire et au collage hétéroclite façon puzzle assemblé presque au hasard pour tenter de reproduire une image abstraite mais fidèle, …Of Harm and Salvation solidifie le moule tout en conservant la liberté de production qui s’articule toujours autour de très longues compositions. Il est donc dès lors très compliqué de décrire ce maelstrom de sons qui s’agencent de façon logique, tout en conservant ce sentiment d’improvisation sur le moment, sans tomber dans le détail hors-contexte qui ruinerait tout effet de surprise au néophyte. Mais avec l’adjonction de cordes dans un contexte purement BM, la pratique polyglotte qui consiste parfois à répéter la même litanie dans plusieurs langues différentes, la multiplication des voix qui s’entremêlent comme dans un rêve/cauchemar sans issue réelle, et l’intrusion à intervalles réguliers d’un saxo qui utilise toutes ses nuances, vous avez déjà un aperçu plus ou moins fidèle de la folie musicale qui vous attend, et qui permet au Black de s’orienter vers des chemins différents. Prenez en compte le fait que certaines des compositions dépassent allégrement les dix minutes, en s’enivrant d’un affranchissement de genres, et vous aurez à peu près toutes les armes pour affronter un album aussi obscur que lumineux, et aussi abscons qu’il n‘est épidermique. L’art de la construction en gigogne atteint là une sorte d’apogée, et il est aussi facile de succomber au charme de ce troisième album que d’y rester complètement réfractaire. Il faut faire un réel effort de compréhension pour s’immerger dans ces flots d’inventivité, qui n’hésitent pas à faire flotter des nappes de clavier sur des vagues de blasts chauffés à blanc, mais si l’apnée vous guette, la respiration que vous y prendrez en sortant la tête de l’eau vous irriguera le cerveau et vous permettra de distinguer des dimensions parallèles parfaitement splendides.    

D’autant plus que même en version concentrée (ce qui en langage MALADIE signifie quand même une bonne huitaine de minutes), le groupe propose quand même un maximum d’idées, qu’ils parviennent à condenser en un déferlement de puissance pas si nihiliste qu’il n’en a l’air. Ainsi, le terrifiant « Oblivio », sous des atours purement véhéments se permet quand même une cassure centrale pleinement Folk, sans l’instrumentation acoustique pénible, mais avec des volutes de saxo terriblement 80’s dans le fond et la forme. On pense dans ces moments-là à un mélange assez futé entre le SOLEFALD le plus abordable et le SHINING le moins « débordable », sans que le collectif allemand ne perde son identité en route. En enrichissant ses trames instrumentales de nappes de chant versatiles, passant d’une gravité sentencieuse à une âpreté malicieuse, les musiciens permettent à leur musique de s’aérer sans risquer le courant d’air, et osent même les silences lourds de sens, en un élan de narration nous plongeant en plein dans un monde fait de bric et de broc, mais proprement rangé. Quelques phrases en français, des arrangements bruitistes et percussifs, avant une remontée de haine qui propulse une rythmique atomique au premier plan, histoire de revendiquer cette étiquette BM qui leur colle à la peau. Mais cette dualité qui pousse l’ensemble à oser un progressif vraiment hors norme trouve son acmé sur les trois segments les plus développés de l’album, qui accumulent les plans tout en sachant très bien quelle direction adopter. Ainsi, si « Depugnare » joue volontiers la carte de la nuance, en tentant le hold-up Heavy/Black mélodique avec flair, « Abominaris » se targue volontiers d’un Ambient beaucoup plus sombre, sans vraiment opter pour une direction précise. On pense à une sorte de Doom progressif qui refuserait les codes les plus usés du genre, ou à un BM théâtral, aussi inspiré par MAYHEM que par ARCTURUS, proposant des angles d’approche convergents/divergents, et qui userait de moyens vocaux vraiment dramatiques pour instaurer une atmosphère déliquescente. 

« Profunditas », en presque treize minutes synthétise tous les préceptes avancés, et joue une fois encore avec ces incarnations vocales, tandis que les guitares multiplient les arabesques, les riffs lourds de sens, les harmonies en solo d’une rare pureté Metal. Mais « Renuntiatio », en embuscade, nous ramène vers des territoires brumeux, et verse dans la grandiloquence assumée, comme une tragédie grecque sortie de son contexte pour illustrer la bande sonore d’une pellicule oubliée des années 80. Richesse instrumentale, expression corporelle transposée dans une gestuelle musicale, et final en homélie de conclusion, qui d’un piano fragile nous entraine sur une apogée harmonieuse et doucereuse, comme si la porte des secrets se devait d’être refermée avec précaution. Mais cette musique si étrange, aussi brutale qu’elle n’est ciselée, ponctuée de didascalies instrumentales en garde-fou est décidément l’une des plus belles surprises de ce début d’année, et confirme le singularisme d’un groupe qui a choisi pour baptême un avertissement des plus effrayants. Et de fait, MALADIE s’apparente tout autant à un virus hautement contagieux, qu’à une bactérie capable de sauver votre organisme d’une mort certaine par ennui. L’ennui ici n’existe pas, et si la logique semble parfois aléatoire, Of Harm and Salvation brutalise avant de soigner, et écorche avant de panser les plaies. Un exercice de style qui pourra paraître redondant aux plus simplistes, mais qui sera vraiment cathartique pour les plus téméraires.


Titres de l'album:

  1. Desiderium
  2. Depugnare
  3. Oblivio
  4. Abominaris
  5. Progressus
  6. Profunditas
  7. Renuntiatio
  8. Alteramentum

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/03/2018 à 12:55
89 %    185

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".