Of Harm and Salvation

Maladie

23/02/2018

Apostasy Records

Avec un cas d’école pareil, deux solutions se présentent à moi. Vous signer une chronique qui fera passer le plus long de mes laïus pour une note de synthèse, ou partir en improvisation totale sur une dizaine de lignes pour tenter de cerner le mystère d’un groupe qui ne s’est jamais vraiment révélé autrement que par une versatilité excessive, et une brutalité déformée. Sachant que je suis plutôt du genre disert, la seconde solution paraissait la moins évidente, mais vous noyer sous mes divagations interprétatives ne paraissait pas à même de rendre hommage à un ensemble aussi libre qu’inclassable. Et dans ce créneau désormais surchargé du Black Metal à tendance expérimental, les MALADIE font office de trublions ultimes, renvoyant les DEATHSPELL OMEGA à leurs chères études classiques…Mais sont-ils encore un groupe, ou bien un concept abstrait s’articulant autour de la complicité fugace d’un collectif de musiciens à l’inspiration aussi débridée que sauvage ? La question se pose, et au jugé d’un line-up qui défie toute configuration d’usage, la réponse n’est pas la plus facile à trouver…Mais précisons d’emblée qu’en adoptant la forme d’une créature polymorphe à huit ou neuf têtes (selon les renseignements et sites), les allemands n’ont pas choisi la voie la plus facile, et se rapprochent de fait de nos chers MAGMA, menés par un Christian Vander au verbe particulier et à la frappe créative, sans pour autant partager des accointances musicales qui n’ont pas lieu d’être…hors de cette liberté de ton qui rend les deux projets aussi inclassables l’un que l’autre. Mais nommons ces étranges praticiens puisqu’il faut bien éclairer votre lanterne encore un peu faible pour illuminer les ténèbres…Nous retrouvons donc aux postes-clés et en tant qu’accompagnateurs Björn Köppler (guitare), Mark Walther (guitare), K Olaz (guitare), Alexander Wenz (chant), Déhà (piano, violoncelle et chant), Tobias Blach (batterie), Moritz Grenzmann (basse) et Hauke Peters (saxophone), qui avec Of Harm and Salvation nous offrent un troisième album aux allures d’Arlésienne, tant leur démarche est difficile à suivre, et aussi évanescente que violente…

L’octogone mystique a donc décidé de poursuivre ses travaux d’expérimentation, tout en adoptant une nouvelle optique résolument plus cohérente. Si par le passé, et sur les deux albums antérieurs (…Plague Within en 2012, …Still en 2015), la tendance était un peu au racolage aléatoire et au collage hétéroclite façon puzzle assemblé presque au hasard pour tenter de reproduire une image abstraite mais fidèle, …Of Harm and Salvation solidifie le moule tout en conservant la liberté de production qui s’articule toujours autour de très longues compositions. Il est donc dès lors très compliqué de décrire ce maelstrom de sons qui s’agencent de façon logique, tout en conservant ce sentiment d’improvisation sur le moment, sans tomber dans le détail hors-contexte qui ruinerait tout effet de surprise au néophyte. Mais avec l’adjonction de cordes dans un contexte purement BM, la pratique polyglotte qui consiste parfois à répéter la même litanie dans plusieurs langues différentes, la multiplication des voix qui s’entremêlent comme dans un rêve/cauchemar sans issue réelle, et l’intrusion à intervalles réguliers d’un saxo qui utilise toutes ses nuances, vous avez déjà un aperçu plus ou moins fidèle de la folie musicale qui vous attend, et qui permet au Black de s’orienter vers des chemins différents. Prenez en compte le fait que certaines des compositions dépassent allégrement les dix minutes, en s’enivrant d’un affranchissement de genres, et vous aurez à peu près toutes les armes pour affronter un album aussi obscur que lumineux, et aussi abscons qu’il n‘est épidermique. L’art de la construction en gigogne atteint là une sorte d’apogée, et il est aussi facile de succomber au charme de ce troisième album que d’y rester complètement réfractaire. Il faut faire un réel effort de compréhension pour s’immerger dans ces flots d’inventivité, qui n’hésitent pas à faire flotter des nappes de clavier sur des vagues de blasts chauffés à blanc, mais si l’apnée vous guette, la respiration que vous y prendrez en sortant la tête de l’eau vous irriguera le cerveau et vous permettra de distinguer des dimensions parallèles parfaitement splendides.    

D’autant plus que même en version concentrée (ce qui en langage MALADIE signifie quand même une bonne huitaine de minutes), le groupe propose quand même un maximum d’idées, qu’ils parviennent à condenser en un déferlement de puissance pas si nihiliste qu’il n’en a l’air. Ainsi, le terrifiant « Oblivio », sous des atours purement véhéments se permet quand même une cassure centrale pleinement Folk, sans l’instrumentation acoustique pénible, mais avec des volutes de saxo terriblement 80’s dans le fond et la forme. On pense dans ces moments-là à un mélange assez futé entre le SOLEFALD le plus abordable et le SHINING le moins « débordable », sans que le collectif allemand ne perde son identité en route. En enrichissant ses trames instrumentales de nappes de chant versatiles, passant d’une gravité sentencieuse à une âpreté malicieuse, les musiciens permettent à leur musique de s’aérer sans risquer le courant d’air, et osent même les silences lourds de sens, en un élan de narration nous plongeant en plein dans un monde fait de bric et de broc, mais proprement rangé. Quelques phrases en français, des arrangements bruitistes et percussifs, avant une remontée de haine qui propulse une rythmique atomique au premier plan, histoire de revendiquer cette étiquette BM qui leur colle à la peau. Mais cette dualité qui pousse l’ensemble à oser un progressif vraiment hors norme trouve son acmé sur les trois segments les plus développés de l’album, qui accumulent les plans tout en sachant très bien quelle direction adopter. Ainsi, si « Depugnare » joue volontiers la carte de la nuance, en tentant le hold-up Heavy/Black mélodique avec flair, « Abominaris » se targue volontiers d’un Ambient beaucoup plus sombre, sans vraiment opter pour une direction précise. On pense à une sorte de Doom progressif qui refuserait les codes les plus usés du genre, ou à un BM théâtral, aussi inspiré par MAYHEM que par ARCTURUS, proposant des angles d’approche convergents/divergents, et qui userait de moyens vocaux vraiment dramatiques pour instaurer une atmosphère déliquescente. 

« Profunditas », en presque treize minutes synthétise tous les préceptes avancés, et joue une fois encore avec ces incarnations vocales, tandis que les guitares multiplient les arabesques, les riffs lourds de sens, les harmonies en solo d’une rare pureté Metal. Mais « Renuntiatio », en embuscade, nous ramène vers des territoires brumeux, et verse dans la grandiloquence assumée, comme une tragédie grecque sortie de son contexte pour illustrer la bande sonore d’une pellicule oubliée des années 80. Richesse instrumentale, expression corporelle transposée dans une gestuelle musicale, et final en homélie de conclusion, qui d’un piano fragile nous entraine sur une apogée harmonieuse et doucereuse, comme si la porte des secrets se devait d’être refermée avec précaution. Mais cette musique si étrange, aussi brutale qu’elle n’est ciselée, ponctuée de didascalies instrumentales en garde-fou est décidément l’une des plus belles surprises de ce début d’année, et confirme le singularisme d’un groupe qui a choisi pour baptême un avertissement des plus effrayants. Et de fait, MALADIE s’apparente tout autant à un virus hautement contagieux, qu’à une bactérie capable de sauver votre organisme d’une mort certaine par ennui. L’ennui ici n’existe pas, et si la logique semble parfois aléatoire, Of Harm and Salvation brutalise avant de soigner, et écorche avant de panser les plaies. Un exercice de style qui pourra paraître redondant aux plus simplistes, mais qui sera vraiment cathartique pour les plus téméraires.


Titres de l'album:

  1. Desiderium
  2. Depugnare
  3. Oblivio
  4. Abominaris
  5. Progressus
  6. Profunditas
  7. Renuntiatio
  8. Alteramentum

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/03/2018 à 12:55
89 %    648

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

"c'est" - "ces" / "groupe" - "groupes" / "ame" - "âme" / "voila" - "voilà" / "ca" - "ça"(chaud les fautes...)

22/04/2021, 12:40

Orphan

22/04/2021, 12:36

Orphan

Rhan....c'est groupe à chanteuse sans ame bordel....Voila ce que ca fait du Karine Ferri metal

22/04/2021, 12:31

Orphan

Exactement !C'est pas tant la nostalgie de retrouver un black sans concession, mais celle d'un plaisir coupable d'etre face à une vraie pureté dans l'execution.un bon 95% pour moi  

22/04/2021, 12:22

Humungus

Et oui...Bizarrement HATE FOREST fait du HATE FOREST.Et c'est bien tout ce que je voulais.

22/04/2021, 10:06

Humungus

Farpait !S''il est aussi bon que "The dirt", cela nous changera des merdes habituelles dont ils nous abreuvent...

22/04/2021, 10:00

Gargan

Comme quoi, on ne vit pas les albums de la même manière, je crois que demanufacture serait dans mon top 10 quand-tu-t-echoues-sur-une-île-fortuitement-mais-avec-une-selection-drastique-et-top-en-esperant-que-le-lait-de-cocotier-te-fournisse-du-jus-(lol)-pour-ta-chaine-hifi-elle(...)

22/04/2021, 09:09

Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49