Ce qui est plaisant dans le boulot de chroniqueur, c’est de retrouver à intervalles réguliers des groupes qu’on affectionne, et qui nous donnent de leurs nouvelles sans qu’on ait besoin d’en demander. Ainsi, il arrive que des musiciens prennent le soin de revenir avec une régularité métronomique, comme une bande de vieux amis qui honoreraient un rendez-vous annuel, sans chichis, avec une simplicité proportionnelle à leur talent. L’année dernière, plus ou moins à la même époque, je vous entretenais du cas de mes potes de THE RADIO SUN à l’occasion de la sortie d’Unstoppable, leur quatrième album. Je louais à ce moment-là leur présence effective sur le terrain en soulignant leur productivité, et cette année, c’est Beautiful Strange qui se substitue à lui en tant que cinquième longue-durée. 2014/2018, cinq albums, une prolixité qui ne se dément pas, tout comme la qualité encore une fois marque déposée du combo qui signe une fois de plus un disque impeccable, qui renouvelle le répertoire sans trahir la philosophie d’origine. Inutile d’attendre d’eux autre chose qu’un solide Hard-Rock mélodique à inclinaison AOR, puisque c’est leur plan de carrière, et qu’ils en connaissent toutes les ficelles par cœur. La passion, moteur principal de l’histoire de THE RADIO SUN, qui ne trahit aucunement ses fans avec cette nouvelle livraison qui respecte les critères de qualité établis à l’occasion de Wrong Things Right il y a quatre ans. D’aucuns déploreraient le manque de culot et par extension d’ambition du quatuor, alors que les autres se réjouiront au contraire de retrouver une fois encore leur groupe préféré en très grande forme. Ce qui est immanquablement mon cas.

Toutefois, inutile de préciser que les différences entre Unstoppable et Beautiful Strange sont infimes. D’une part, parce que l’équipe n’a pas changé (Jason Old – chant, Steve Janevski – guitare, Anthony Wong – basse et Gilbert Annese – batterie), et même si on retrouve cette fois-ci à la production Paul Laine (The DEFIANTS) et au mastering Bruno Ravel (DANGER DANGER, THE DEFIANTS), le son reste aussi poli mais énergique que par le passé, et sert à merveille des compositions qui tentent toujours de trouver le plus parfait équilibre possible entre douceur et hargne. Nous parlons donc de ce Hard-Rock léché, abondamment harmonisé, qui use de mélodies sucrées sans nous faire risquer le diabète, et qui prend plaisir à se replonger dans des eighties regrettées, histoire de se rapprocher toujours un peu plus d’un croisement parfait entre JOURNEY et HAREM SCAREM. Les influences du groupe sont donc toujours les mêmes, de DANGER DANGER à WHITE LION, en passant par ECLIPSE, W.E.T, LOVERBOY, DEF LEPPARD, NIGHT RANGER, WINGER, et tous les ardents défenseurs d’un Rock accessible par le plus grand dénominateur commun, mais qui refuse de tomber dans la vulgarité d’un Pop-Rock putassier. De la classe donc, mais aussi beaucoup de spontanéité dans la démarche, et toujours cette science incroyable pour juxtaposer des chœurs collégiaux soft à des parties de guitare prononcées, même si parfois, on croit retomber sur le STRYPER le plus perméable au parrainage de KING KOBRA (« Miss Wonderful »).

Une recette largement testée et éprouvée par les australiens, et évidemment approuvée par leur fanbase, qui pourra se délecter de douze nouvelles compositions aussi professionnelles et épidermiques que le reste de leur répertoire. Difficile de dire si Beautiful Strange s’intègrera au rang de haut fait d’armes dans la discographie des originaires de Melbourne, mais il ne fera en tout cas pas tâche dans leur parcours immaculé, cette blancheur toujours admirablement bien suggérée par des parties vocales impeccables et des arrangements subtils mais efficaces. Le quatuor a toujours cette intelligence d’accroche, et entame son cinquième effort par un morceau assez agressif pour attirer l’oreille, et « Hold On Tight » de se poser en nouveau hit d’un songbook générique dont les pages en débordent. D’autant plus que les THE RADIO SUN enchaînent comme à la parade, et nous servent chaud sur un plateau le séduisant et caressant « Believe In Me », au riff costaud et au solo en brûlot, pour une adaptation des standards AOR US à l’énergie européenne, dans la même optique que le travail le plus récent des HAREM SCAREM, dont on retrouve toujours la patte sur ces refrains imparables. Son de guitare à la Neal Schon, énergie à la BONFIRE, et up-tempo d’enfer pour une ballade dans les méandres des plus pures harmonies (« Should Have Listened to My Heart »). Le tracklisting défile sans hésitation ni pause, et les chansons se succèdent en maintenant la pression et les exigences d’excellence, un peu comme si chaque disque était le dernier et qu’il convenait de laisser le meilleur souvenir possible à l’auditeur.

Alors on enfile, ça défile, et de temps à autres, l’émotion se substitue à la puissance, pour un instant de douceur qui évite l’écueil de la mièvrerie grâce au talent de musiciens qui connaissent leur boulot (« As Long As You Want Me »). Nombre d’entre vous trouveront sans doute l’ensemble un peu trop policé, et les australiens trop polis pour être Rock, mais les amoureux d’un Hard-Rock mélodique pourléché et aux aspérités gommées sauront reconnaître l’un de ses meilleurs représentants, qui relève la gageure de composer douze morceaux qui passent pour autant de tubes, et lorsque l’équilibre atteint la perfection, il n’y a plus qu’à déguster dans l’action (« Out of This World »). Difficile de mettre un segment en avant, puisqu’ils sont tous parfaits dans leur créneau, même si parfois, je l’avoue, on aimerait que la machine s’emballe pour durcir un peu le ton, qui se rapproche parfois d’un métissage entre la sensibilité Pop et la douce rudesse Rock (« Miss Wonderful », archétype d’une rencontre entre Harry HESS et Joe ELLIOTT). Mais comment jeter la pierre à un groupe qui tente quand même de varier le propos sans dévier de sa propre route, et qui funkyse légèrement l’ambiance sur l’endiablé « Have You Got What It Takes », sans se départir de ses chœurs à la QUEEN/DEF LEPPARD. Alors, inutile de traquer le faux-pas, inutile de chercher la petite bête, puisqu’une fois encore, THE RADIO SUN a peaufiné chaque détail. Et au fur et à mesure de la découverte de ces nouveaux inédits, on se dit qu’un tel talent pour élaborer des hymnes intemporels à quelque chose de surnaturel, en tombant au hasard des quarante-cinq minutes sur un joyau du calibre de « I Do Not Want To See You Cry », qui aurait pu être signé par Bryan Adams pour les VIXEN, ou « Beautiful Secret » qui prend un malin plaisir à serrer la main des KIX pour honorer le legs de REO SPEEDWAGON. 

2014/2018, cinq albums, et un sans-faute qui laisse pantois. Les Australiens sont en passe de devenir l’une des plus grandes références du genre, sans faire de bruit, mais en restant honnête envers eux-mêmes et leurs fans. Et de fait, Beautiful Strange est beau, et étrange, dans le sens où il poursuit une trajectoire ascendante dont on se demande bien où elle va s’arrêter. Au paradis sans doute.  


Titres de l'album :

                          1. Hold on Tight

                          2. Believe in Me

                          3. Should Have Listened to My Heart

                          4. As Long As You Want Me

                          5. Out of This World

                          6. Miss Wonderful

                          7. Have You Got What It Takes

                          8. I Do Not Want To See You Cry

                          9. Hearts on Fire

                         10. Beautiful Secret

                         11. Five Years After

                         12. Standing Tall United

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/09/2018 à 16:12
91 %    281

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.