Ce qui est plaisant dans le boulot de chroniqueur, c’est de retrouver à intervalles réguliers des groupes qu’on affectionne, et qui nous donnent de leurs nouvelles sans qu’on ait besoin d’en demander. Ainsi, il arrive que des musiciens prennent le soin de revenir avec une régularité métronomique, comme une bande de vieux amis qui honoreraient un rendez-vous annuel, sans chichis, avec une simplicité proportionnelle à leur talent. L’année dernière, plus ou moins à la même époque, je vous entretenais du cas de mes potes de THE RADIO SUN à l’occasion de la sortie d’Unstoppable, leur quatrième album. Je louais à ce moment-là leur présence effective sur le terrain en soulignant leur productivité, et cette année, c’est Beautiful Strange qui se substitue à lui en tant que cinquième longue-durée. 2014/2018, cinq albums, une prolixité qui ne se dément pas, tout comme la qualité encore une fois marque déposée du combo qui signe une fois de plus un disque impeccable, qui renouvelle le répertoire sans trahir la philosophie d’origine. Inutile d’attendre d’eux autre chose qu’un solide Hard-Rock mélodique à inclinaison AOR, puisque c’est leur plan de carrière, et qu’ils en connaissent toutes les ficelles par cœur. La passion, moteur principal de l’histoire de THE RADIO SUN, qui ne trahit aucunement ses fans avec cette nouvelle livraison qui respecte les critères de qualité établis à l’occasion de Wrong Things Right il y a quatre ans. D’aucuns déploreraient le manque de culot et par extension d’ambition du quatuor, alors que les autres se réjouiront au contraire de retrouver une fois encore leur groupe préféré en très grande forme. Ce qui est immanquablement mon cas.

Toutefois, inutile de préciser que les différences entre Unstoppable et Beautiful Strange sont infimes. D’une part, parce que l’équipe n’a pas changé (Jason Old – chant, Steve Janevski – guitare, Anthony Wong – basse et Gilbert Annese – batterie), et même si on retrouve cette fois-ci à la production Paul Laine (The DEFIANTS) et au mastering Bruno Ravel (DANGER DANGER, THE DEFIANTS), le son reste aussi poli mais énergique que par le passé, et sert à merveille des compositions qui tentent toujours de trouver le plus parfait équilibre possible entre douceur et hargne. Nous parlons donc de ce Hard-Rock léché, abondamment harmonisé, qui use de mélodies sucrées sans nous faire risquer le diabète, et qui prend plaisir à se replonger dans des eighties regrettées, histoire de se rapprocher toujours un peu plus d’un croisement parfait entre JOURNEY et HAREM SCAREM. Les influences du groupe sont donc toujours les mêmes, de DANGER DANGER à WHITE LION, en passant par ECLIPSE, W.E.T, LOVERBOY, DEF LEPPARD, NIGHT RANGER, WINGER, et tous les ardents défenseurs d’un Rock accessible par le plus grand dénominateur commun, mais qui refuse de tomber dans la vulgarité d’un Pop-Rock putassier. De la classe donc, mais aussi beaucoup de spontanéité dans la démarche, et toujours cette science incroyable pour juxtaposer des chœurs collégiaux soft à des parties de guitare prononcées, même si parfois, on croit retomber sur le STRYPER le plus perméable au parrainage de KING KOBRA (« Miss Wonderful »).

Une recette largement testée et éprouvée par les australiens, et évidemment approuvée par leur fanbase, qui pourra se délecter de douze nouvelles compositions aussi professionnelles et épidermiques que le reste de leur répertoire. Difficile de dire si Beautiful Strange s’intègrera au rang de haut fait d’armes dans la discographie des originaires de Melbourne, mais il ne fera en tout cas pas tâche dans leur parcours immaculé, cette blancheur toujours admirablement bien suggérée par des parties vocales impeccables et des arrangements subtils mais efficaces. Le quatuor a toujours cette intelligence d’accroche, et entame son cinquième effort par un morceau assez agressif pour attirer l’oreille, et « Hold On Tight » de se poser en nouveau hit d’un songbook générique dont les pages en débordent. D’autant plus que les THE RADIO SUN enchaînent comme à la parade, et nous servent chaud sur un plateau le séduisant et caressant « Believe In Me », au riff costaud et au solo en brûlot, pour une adaptation des standards AOR US à l’énergie européenne, dans la même optique que le travail le plus récent des HAREM SCAREM, dont on retrouve toujours la patte sur ces refrains imparables. Son de guitare à la Neal Schon, énergie à la BONFIRE, et up-tempo d’enfer pour une ballade dans les méandres des plus pures harmonies (« Should Have Listened to My Heart »). Le tracklisting défile sans hésitation ni pause, et les chansons se succèdent en maintenant la pression et les exigences d’excellence, un peu comme si chaque disque était le dernier et qu’il convenait de laisser le meilleur souvenir possible à l’auditeur.

Alors on enfile, ça défile, et de temps à autres, l’émotion se substitue à la puissance, pour un instant de douceur qui évite l’écueil de la mièvrerie grâce au talent de musiciens qui connaissent leur boulot (« As Long As You Want Me »). Nombre d’entre vous trouveront sans doute l’ensemble un peu trop policé, et les australiens trop polis pour être Rock, mais les amoureux d’un Hard-Rock mélodique pourléché et aux aspérités gommées sauront reconnaître l’un de ses meilleurs représentants, qui relève la gageure de composer douze morceaux qui passent pour autant de tubes, et lorsque l’équilibre atteint la perfection, il n’y a plus qu’à déguster dans l’action (« Out of This World »). Difficile de mettre un segment en avant, puisqu’ils sont tous parfaits dans leur créneau, même si parfois, je l’avoue, on aimerait que la machine s’emballe pour durcir un peu le ton, qui se rapproche parfois d’un métissage entre la sensibilité Pop et la douce rudesse Rock (« Miss Wonderful », archétype d’une rencontre entre Harry HESS et Joe ELLIOTT). Mais comment jeter la pierre à un groupe qui tente quand même de varier le propos sans dévier de sa propre route, et qui funkyse légèrement l’ambiance sur l’endiablé « Have You Got What It Takes », sans se départir de ses chœurs à la QUEEN/DEF LEPPARD. Alors, inutile de traquer le faux-pas, inutile de chercher la petite bête, puisqu’une fois encore, THE RADIO SUN a peaufiné chaque détail. Et au fur et à mesure de la découverte de ces nouveaux inédits, on se dit qu’un tel talent pour élaborer des hymnes intemporels à quelque chose de surnaturel, en tombant au hasard des quarante-cinq minutes sur un joyau du calibre de « I Do Not Want To See You Cry », qui aurait pu être signé par Bryan Adams pour les VIXEN, ou « Beautiful Secret » qui prend un malin plaisir à serrer la main des KIX pour honorer le legs de REO SPEEDWAGON. 

2014/2018, cinq albums, et un sans-faute qui laisse pantois. Les Australiens sont en passe de devenir l’une des plus grandes références du genre, sans faire de bruit, mais en restant honnête envers eux-mêmes et leurs fans. Et de fait, Beautiful Strange est beau, et étrange, dans le sens où il poursuit une trajectoire ascendante dont on se demande bien où elle va s’arrêter. Au paradis sans doute.  


Titres de l'album :

                          1. Hold on Tight

                          2. Believe in Me

                          3. Should Have Listened to My Heart

                          4. As Long As You Want Me

                          5. Out of This World

                          6. Miss Wonderful

                          7. Have You Got What It Takes

                          8. I Do Not Want To See You Cry

                          9. Hearts on Fire

                         10. Beautiful Secret

                         11. Five Years After

                         12. Standing Tall United

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/09/2018 à 16:12
91 %    198

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !