Coágulos

Mostro

07/04/2023

Autoproduction

MOSTRO, monstruo, monster.

Non, ceci n’est pas une déclinaison latine inconnue ou un verbe irrégulier anglais oublié, mais bien la signification de ce nom adapté aux circonstances, celui de MOSTRO, qui cache en fait celui plus personnel de Lucas Wyssbrod. Originaire de Buenos-Aires, Lucas fait partie de cette caste misanthropique de musiciens incapables de travailler collectivement, et plus créatifs dans le secret de l’alcôve de leur propre studio, qui se résume souvent à un appareillage informatique de pointe.

Lucas représente donc les intérêts de MOSTRO, mais aussi ceux de MONOVOTH, deux concepts qu’il a créés pour affirmer sa personnalité en prenant en charge toutes les fonctions. Composition, écriture, arrangements, instrumentation, programmation, pour un résultat assez bluffant, et très éloigné des tendances rétrogrades brutales actuelles.

Et c’est après une pelletée de singles et deux EP’s que l’homme s’est enfin décidé à publier un longue-durée, qui n’a de long que le nom. Car vingt-huit minutes pour un exercice non-conventionnel et expérimental est une durée concise peu commune, alors que les groupes du cru n’aiment rien tant que paraphraser et gloser pendant des heures.                

Vous l’aurez compris, Lucas n’est pas le genre de marsouin à afficher ses intentions comme un brassard. Son optique est étrange, et découle des veines les plus expérimentales du Metal extrême, celles qui ornent les bras de DISHARMONIC ORCHESTRA ou RESURRECTURIS, mais qui piquent aussi le bleuté des bruitistes BM comme DODECAHEDRON ou DEATHSPELL OMEGA. Inutile donc de vous attendre à un massacre en règle via des riffs biseautés pour trancher les nerfs, mais plutôt à une symphonie étrange qui pourrait faire office de bande-son pour un film psychédélique morbide, quelque part entre Ari ASTER et David LYNCH.

 

Inquiétante et imprévisible, la musique développée par Coágulos hésite entre coagulation salvatrice et hémophilie mortelle. Les notes giclent sur le bandage, les humeurs cicatrisent les plaies, mais les intentons sont floues. Guérir des convenances par la provocation dodécaphonique, ou tester des médecines parallèles non homologuées par l’Office Mondiale de la Santé ?

Un peu des deux, et quelque part dans les limbes de l’Avant-Garde, bien calé entre Zappa, les RESIDENTS, TESSERACT, LITTLE WOMEN et les grondements de Bobby Krlic. Ici, rien n’est convenu ou facile. Il convient de faire des efforts d’ouverture pour considérer ce pamphlet en tant que partie d’un tout, situé à l’extrême de l’extrême. Et une fois assimilée la démarche, il est possible d’y voir un mécontentement grandissant envers la scène old-school qui nous fait tourner en rond comme des moutons sur le pâturage de Panurge.

Considérez donc ce disque comme un tout, et non comme une somme de parties. Une programmation qu’on prendrait volontiers comme le jeu fou d’un percussionniste sous acides, des parties de guitare tout sauf franches et directes, et une absence de chant qui peut peser sur le moral. Aucun repère fixe donc, pour une balade dans les arcanes de la folie musicale, avec pour seul guide un solfège malmené et des influences non définies. Mais le tout tient debout, ne se contente pas d’incongruités gratuites, et le côté hypnotique de la chose nous oblige à regarder en nous-mêmes pour y voir le monstre caché dans les abimes.

J’ai aimé cette aventure, qui n’est pas qu’Avant-Garde pompeuse et sans but. Le déroulé de l’album agit comme un court métrage pour les oreilles, surréaliste à la Buñuel, froid à la Resnais des jeunes années, et violent comme du Tarkovski opposant la froideur de la déshumanisation aux illusions perdues.

Vous avez compris depuis longtemps que Coágulos est tout sauf un placébo pour phobiques de la facilité. La démarche est saine, la construction stable, et si les éléments se meuvent comme dans un labyrinthe végétal en pleine croissance, le nord reste où il doit être et peut servir de boussole. Est-ce encore du Death ? Je n’ai pas la réponse à cette question, et honnêtement, je m’en fous. Le but étant de surprendre sans survendre et de proposer un produit de qualité, durable, nourrissant et intelligent.

Merci donc à Lucas Wyssbrod de ne pas s’être foutu de nous en nous refilant des idées moisies et opportunistes, et de ne pas avoir déguisé ses intentions derrière le paravent de la médiocrité. On attend avec impatience la suite de cette étrange aventure qui nous mènera à n’en point douter dans les recoins les plus étranges de l’âme humaine. Et puisqu’il n’y a pas de mal à avancer à l’aveugle de temps en temps, je confie sans regrets mon sort à ce musicien argentin qui sait mieux que quiconque peindre des décors à rendre fiers Dali et Munch.   

                        

                         

Titres de l’album:

01. Lázaros (Feat. Ber Stinco)

02. Ruido Negro

03. Tumor Malandra Suite

04. Umordhoth (Feat. Franco Fontanarrosa)

05. Norosti Vceraj

06. VI (Feat. Álvaro Domene)

07. Los Dioses en los Ojos de los Ciervos

08. Obsede par les Soleils (Feat. Álvaro Domene)

09. Coágulos

10. Alabados los Invisibles

11. Dentro de la Náusea

12. Felsen


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 08/09/2023 à 17:39
85 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blue & Black Metal Fest #1

Simony 19/09/2023

Live Report

Metal : Les albums controversés

mortne2001 18/09/2023

La cave

Party San Metal Open Air 2023

Mold_Putrefaction 17/09/2023

Live Report

MOTOCULTOR 2023 / Carhaix

Jus de cadavre 30/08/2023

Live Report

Obscene Extreme 2023

Mold_Putrefaction 13/08/2023

Live Report

Kill ‘Em All

mortne2001 25/07/2023

From the past

Sick of It All + Nothing from No One

RBD 09/07/2023

Live Report

Gojira + Avatar

RBD 05/07/2023

Live Report
Concerts à 7 jours
Warfaith + Razor Butchers + Praetor 23/09 : Nirvana Pub Club, Nancy (54)
Phil Campbell And The Bastard Sons 24/09 : Le Petit Bain, Paris (75)
Phil Campbell And The Bastard Sons 27/09 : Marché Gare, Lyon (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Comme l’a si bien dit Tourista, « un véritable bonbon cet article ».Et à l’instar d’un calendrier de l’avent, je m’étais donc juré en le débutant de ne pas regarder en amont qu’elles étaient les group(...)

21/09/2023, 07:08

Buck Dancer

L'attente en valait la peine. Très bon morceau dont l'influence Morbid /Immolation est moins présente que par le passé. 

20/09/2023, 17:31

Gargan

C'est Lady Gla-Gla.

20/09/2023, 09:00

Tourista

Un véritable bonbon, cet article ! Super plaisant à lire, des phrases qui font mouche à tous les coups... De l'humour et une analyse hyper fine et juste !  BRAVO ET MERCI !Et ça parle sans doute à chacun d'entre nous car on a tous un "(...)

19/09/2023, 21:17

RBD

Pour les formats physiques il faut juste patienter jusqu'au 13 octobre. Il faut dire qu'il est arrivé vraiment sans prévenir.

19/09/2023, 19:07

Buck Dancer

Ah genial, le genre d'article que j'adore lire même quand les groupes ne m'intéressent pas. Merci d'avance pour la lecture, je vais me plonger dedans au plus vite ( Pour Morbid, les photos promo sont peut-être pire que l'album...) 

19/09/2023, 15:56

Gargan

"aussi impressionnant qu’une démo de VONDUR" haha elle m'a tuée celle-ci !Bon, moi je vous emmerde et j'adore turbo du Priest. Faut vraiment pas que je la mette en voiture, j'en deviens dangereux.

19/09/2023, 08:20

Gargan

Pas trop peur pour eux, ils ont beaucoup de "têtes d'affiches", contrairement à Massacre où il ya beaucoup de "têtes de cons" (j'ai jugé sur le physique, c'est mal) :D

19/09/2023, 08:05

Simony

Oui je suis d'accord avec toi Gargan, j'ai peur qu'ils finissent comme MASSACRE RECORDS, le label sans identité et qui bouffe la grenouille avec des sorties de seconde zone (voire de cinquième zone....) 

18/09/2023, 22:31

Simony

Oh la vache, là il y a de la pépite, le DESTRUCTION, je n'avais jamais vu la pochette de cet album (je ne suis pas un fin connaisseur du groupe mais quand même). Et bien voilà une seine lecture à faire ! 

18/09/2023, 22:29

Simony

Oh la vache, là il y a de la pépite, le DESTRUCTION, je n'avais jamais vu la pochette de cet album (je ne suis pas un fin connaisseur du groupe mais quand même). Et bien voilà une seine lecture à faire ! 

18/09/2023, 22:29

Orphan

Excellente chronique d'Adrien pour un album d'Adrien. Hâte d'un split DarkAdrien / Adrien Wizard

18/09/2023, 12:06

Gargan

Bof. ça ne me touche pas autant qu'un Ningen Isu, qui m'avait vraiment surpris avec leur heartless scat. 'Tain ils bouffent à tous les rateliers Napalm (je pense à des sorties récentes de stoner, de folk à la Heilung etc).

18/09/2023, 09:51

Pomah

On a surtout l'impression que c'est le même mec... consternant.

17/09/2023, 09:36

Adrien Président

Si Adrien se présentait aux élections présidentielles, il gagnerait avec un score de dictateur africain.

17/09/2023, 06:04

Adrien fais moi des bébés

Adrien a un très gros sexe

17/09/2023, 06:02

Jus de cadavre

Gargan tu m'as tué là.

16/09/2023, 20:15

paolo

Excellente chronique qui souligne admirablement le talent d'Adrien.

15/09/2023, 21:55

Gargan

On pourrait appeler ça le mur d’Adrien

15/09/2023, 20:40

Humungus

C'est effectivement l'impression que cela donne ouais... ... ...

15/09/2023, 10:07