Quand les extrêmes se rencontrent, la déflagration est immense. Mais. Il n’empêche qu’aussi puissant soit le souffle, il est à même de s’éteindre aussi vite qu’il ne s’est allumé.

Prenons le cas du Grind qui montra des signes d’essoufflement quelques années après son embrasement. Même chose pour le Deathcore. Des styles condamnés à tourner en rond à peine nés, du fait du manque de perspectives qu’ils offraient. Le cycle de la vie et de l’inspiration, et c’est ainsi, mal, ou bon. Il en va de même pour toutes les formes de Hardcore sombre, que l’on parle de Darkcore, de Blackened Core, de Blackened Crust, ou de Dark D-beat, puisque la combinaison de thématiques Core et de traitement BM (en surface il va sans dire) ne permet pas d’aller très loin, pas plus en tout cas qu’un mur du son ténébreux ne laissant jamais filtrer la lumière.

Pourtant, certains groupe du cru se jouent des règles et prédictions funestes, et font tourner la machine avec de nouvelles pelletées de charbon, permettant à leur créneau respectif de progresser et de produire toujours plus de matière, sans pour autant que les changements et évolutions soient perceptibles à l’oreille nue.

Et gageons que les Américains de HIVE font partie de cette catégorie, ce que leur premier longue durée prouve sans équivoque, mais avec une indéniable emphase sur la lourdeur, l’oppression, la puissance et la violence.

L’histoire de HIVE commence en 2014, à Minneapolis, sous l’impulsion de Mike Paradise et Morgan Carpenter. Les deux hommes étaient désireux d’amalgamer leurs influences d’origine (le fameux Crust local et le Dark Hardcore du Nord-Ouest du Pacifique) à celles du D-beat scandinave, pour obtenir le son le plus compact et dru que l’on puisse proposer sans pour autant tomber dans le chaos.

En résultat un premier EP éponyme, six-titres pas si nihiliste qu’il n’en avait l’air, et qui semblait siffler le signal du départ d’une curée assez effrayante en soi.

Après quelques participations à des compilations (un sampler proposé en digital par Razorcake Magazine, et un tribute au Fresh Fruit For Rotten Vegetables des DEAD KENNEDYS), le gang du Minnesota s’est enfin lancé dans le grand bain du premier LP complet, disponible depuis le 21 avril sous le nom Ô combien prophétique de Parasitic Twin.

Enregistré entre le printemps et l’été 2016 par Mike Duffy aux studios Room 44, mixé par Matthew Kirkwold aux Rumble Studios, masterisé par Jack Control aux Enormous Door Mastering, Parasitic Twin pourrait bien symboliser le parangon d’un Darkcore qui ne rechigne pas à infuser quelques mélodies anémiées à un Crust démultiplié, et incarner de fait l’acmé d’une inspiration pourtant très balisée, que l’on pensait exsangue, mais qui finalement pérennise l’héritage de la scène locale, en saluant au passage les héros d’antan, HÜSKER DÜ et autres REPLACEMENTS, mais aussi les labels mythiques Extreme Noise Records et Amphetamine Reptile. Mais écoutez donc les dix pistes de ce premier effort pour vous en convaincre. Cela dit, et je préfère vous prévenir, votre conception du Crust et du Darkcore risquent d’en ressortir transfigurée et changée à jamais…

Sur une trame simple d’opposition entre rythmique en coups de reins, et longs passages atmosphériques presque Doom et emprunts au vocabulaire de NEUROSIS et CULT OF LUNA, les HIVE tricotent pendant presque une heure un chandail aux mailles épaisses qui vous tient chaud et vous serre au corps. S’adressant de fait aux fans des HIS HERO IS GONE, TRAGEDY et autres CURSED, les originaires de Minneapolis font dans le détail tout en vous percutant de plein fouet, dualité comportementale qui enrichit considérablement leur musique, pourtant très sombre et compacte à la base.

Un simple coup d’œil au timing du tracklisting vous permettra de comprendre qu’ils ne font pas partie du tout-venant, et qu’ils aiment développer leur Hardcore au-delà de toute raison, puisque certaines interventions dépassent les huit minutes sans tomber dans un concours stérile de dissonances et autres itérations stériles. A ce titre, l’envoutant et progressif « Foot Binding », placé très intelligemment après trois coups de massue presque fatals, est un modèle de construction en gigogne grimpante, laissant des arpèges maladifs planter le décor, avant de le ruiner d’un riff lancinant avançant patiemment.

Et après un break central à la quiétude inquiétante, le Dark Crust reprend ses droits pour une boutée hors des territoires expérimentaux, à la recherche de la violence la plus crue et la plus sourde.

Il est évident que le background du groupe joue un rôle prépondérant dans l’élaboration de cette musique à l’atmosphère écrasante (on retrouve dans le passé des membres des participations à DISEMBODIED, 108, THREADBARE, ENDEAVOR, HARVEST, XAPHAN, BOSNIA, BLACK SLEEP OF KALI, MALACHI ou WOLFBITE), mais ce sont bien leurs expériences individuelles et leur admiration pour la scène locale qui leur ont permis d’arriver si loin, et de briser toutes ces barrières sans tomber dans l’hommage/admiration aveugle. Il suffit pour cela de constater la révérence qu’ils affichent pour le passé musical glorieux de leur ville pour comprendre que les HIVE ne sont rien de moins que le prolongement logique de l’aventure Extreme Noise Records…

Alors, le concept même de « jumeau parasite » se retrouve tout au long de ce longue durée aux couloirs aussi sinueux que son inspiration n’est claire. Le morceau éponyme en est d’ailleurs une illustration parfaite, et anime de ses samples soulignés de guitares en son clair le comportement interne d’un embryon pas vraiment décidé à laisser sa place à son jumeau viable, et qui semble le ronger de l’intérieur.

Et même si des saillies instantanées comme l’entame « Low Hanging Fruit of War » (premier morceau composé) ou son suiveur « Collared Slave », encore plus rapide, s’amusent beaucoup à juxtaposer l’oppression du Hardcore de Minneapolis, le Death sourd des ENTOMBED et le D-beat croustillant de la même scène Suédoise, d’autres comme « Common Ancestor » plongent dans un Ambient malsain et grondant, en développant une mise en place minutieuse et opaque, avant de sombrer dans le pathos d’un Post Hardcore maladif éructé de cris désespérés.

« Heaven’s Gutter », en fouillant les caniveaux du paradis, en extrait un mid tempo très efficace, qui fait d’ailleurs penser à la scène NOLA, en accentuant les aspects les plus craspecs d’un riff emphatique débordant de morgue. Sludge ? Pas encore, mais c’est ce qui s’en approche le plus…

Le morceau lâché en éclaireur histoire de nous avertir des ténèbres à venir, « Acephalite », aurait pu se retrouver sur le Clandestine d’ENTOMBED ou le Like An Ever Flowing Stream de DISMEMBER, si les membres de CURSED avaient joué dessus, impression confirmée par son suiveur « Intruder », alors que le surprenant « N.I.N.A. » joue d’un groove entraînant et évoque une version Darkcore d’un MOTORHEAD plus sombre, mais tout aussi joueur que d’habitude.

Mais je pense que tous ces exemples vous auront fait saisir les fondamentaux de Parasitic Twin. Respecter les codes tout en les brisant, avançant tout en regardant en arrière, et incarner une tradition et un futur à la fois. Et si Emma Grey, bassiste transgenre a vu en ce titre une évocation de sa transformation, il est évident que l’image n’est pas gratuite d’un point de vue musical.

Car en effet, ce premier album des HIVE va au-delà des genres, et les transcende. Il intègre les codes autant qu’il les transgresse. Et là est l’avenir de cette caste restreinte de groupes de Darkcore presque condamnés d’office à se répéter. Allez plus loin que leurs limites trop restrictives.

Limites que les HIVE piétinent de leur haine viscérale des conventions autant que de leur respect des traditions.


Titres de l'album:

  1. Low Hanging Fruit of War
  2. Collared Slave
  3. Gated Community
  4. Foot Binding
  5. Parasitic Twin
  6. Acephalite
  7. Intruder
  8. N.I.N.A.
  9. Common Ancestor
  10. Heaven's Gutter

Bandcamp officiel

"Intruder" single

par mortne2001 le 13/05/2017 à 14:10
85 %    290

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.