Malmignotta

Sfregio

23/02/2024

Autoproduction

Dans la série « Tiens, on s’connait non ? »/« Ben non !», ma rencontre avec les italiens de SFREGIO, après une publication remarquée sur les réseaux sociaux. Présenté comme un groupe de Porno Alcoolic Thrash'n'roll (on ne recule devant rien pour attirer le chaland…), SFREGIO est en fait un redoutable client qui use d’astuces bien pesées pour s’imposer sur le marché. Et les diables de Gênes ont un business plan solide, puisqu’ils occupent le terrain depuis 2008 avec une constance remarquable.

Néanmoins, le quatuor a connu une période de doute, et un hiatus de quelques années, avant de revenir de plus belle en 2021 pour nous asséner un Fagioli e Sangria de derrière les fagots. Et deux ans plus tard, c’est toujours faussement goguenard que le groupe revient avec un cinquième longue-durée dans sa cantine, Malmignotta.

Décoré d’une splendide pochette inspirée des comics et dépeignant quatre pauvres musiciens pris dans les fils de soie d’une sale bestiole sexy, mi femme-mi araignée, Malmignotta est évidemment d’une vitalité folle, d’un humour bien dosé, et d’une puissance assez relevée. Mais cette façon d’alléger l’ambiance de mélodies proéminentes et de breaks fluides confère à l’ensemble un bel entrain, comme si le TANKARD le plus festif trinquait en compagnie de la confrérie Speed ibère des années 90.

Un peu Punk dans l’esprit, mais foncièrement Metal dans l’attitude, SFREGIO est le type même de groupe qui vous donne envie de monter sur la table pour piétiner le swing et déhancher le groove. Excellents musiciens (Il Grinder – basse/chœurs, Ylme – batterie, Doc – guitares et Dirty Seth – chant), animés d’une volonté de nous faire oublier la grisaille du quotidien, les italiens jouent donc une carte assez osée, le Thrash s’accordant souvent assez mal avec un esprit festif et déluré.

Mais le dosage des ingrédients, quelques préoccupations plus sérieuses et des compositions solides font que cet album fonctionne à plein régime. On se laisse emporter par cette folie douce qui rappelle que la brutalité et la fluidité peuvent faire bon ménage, pour peu que leur complémentarité soit bien appréhendée. Ce qui est évidemment le cas ici, comme le souligne « Ciabatte e Spazzolino », morceau d’entame explosif et transgressif.

La fête bat donc son plein, et les SFREGIO sont des hôtes très recommandables. De titre en titre, de riff en riff, de petites prouesses techniques passées crème en accélérations qui laissent blême, le quatuor de Gênes assume ses positions, et se présente en trublion prêt à défier les passionnés de violence urbaine et autres histoires de croquemitaine.

D’autant que la fête en question est menée tambour battant, avec peu de pauses ou silences, puisque les titres sont concis et joués avec la rage au bide. Un bide qui tient plus des abdos renforcés que d’une cuve à bière prête à déborder, puisque les gus sont du genre athlétique et parfaitement en forme. C’est en tout cas ce que je déduis de l’imparable « Cinesi », qui profite d’un refrain à reprendre en cœur et d’un couplet qui accélère les heures. Et si les heurts sont nombreux, ils restent souples pour ne pas sombrer dans le Thrash déprimant ou la bestialité plombante.

Du fun, une bonne humeur revendiquée, pour un Crossover bien manipulé. Il n’en faut pas plus pour craquer, et déguster le boogie infernal de « Giocatori di Tennents », mené de cordes de fer par un bassiste qui ne manque pas de flair. Le chant en idiome natal souffle aux tympans une brise agréable, et la production, faite maison, brille de mille feux en laissant la guitare faire feu.

Du transalpin malin, du transalpin serein, mais aussi du transalpin chafouin. Le très SACRED REICH « Bio » nous expédie illico dans le passé d’un Independant des cousins américains, avec ses syncopes millimétrées et son atmosphère plus volontiers chargée.

« Non Rompere i Coglioni » tente une dernière pirouette habile en taquinant un down tempo lourd et des inflexions bluesy, pour ne pas se contenter d’une lecture linéaire s’achevant dans le conformisme le plus absolu. Les théories personnelles, les consonnes, les voyelles, les nuages dans le ciel, SFREGIO s’en inspire avec créativité, pour porter le Thrash loin des côtes trop fréquentées de la nostalgie empêtrée.

Le moyen le plus simple pour passer un bon moment, fête entre amis et initiés, pour une bonne dose de Thrash joué Punk et Speed, peut-être porno, mais surtout bien chaud. Et au vu de l’actualité météorologique, un surplus de flamme ne peut pas faire de mal.

Avec un excellent chianti évidemment.


  

Titres de l'album :

01. Ciabatte e Spazzolino

02. Vico dei Cartai

03. Psycho Figa

04. Plastica

05. 你真他妈的傻逼

06. Cinesi

07. Giocatori di Tennents

08. Bio

09. Non Rompere i Coglioni


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/05/2024 à 17:43
70 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35