Un journaliste a récemment affirmé que l’underground était mort le jour où DEAFHEAVEN avait publié son séminal Sunbather, pierre angulaire du genre Blackgaze. Son laïus raccordait la publication de cette ouvre à la chute de crédibilité d’un mouvement sorti de nulle part devenu une norme à partir de ce jour, et honnissait tous les groupes s’étant engouffrés dans la mouvance sans réfléchir à la crédibilité de leur actes. En gros, le Blackgaze se voulait épicentre d’une stigmatisation de la culture extrême qui cédait elle aussi aux sirènes de la séduction grand public, argument certes étayé de « preuves » dans la forme, mais hautement contestable dans le fond.

La véritable question que soulevait cet article aurait dû être formulée autrement pour être plus franche et pertinente, si l’on accepte son principe.

Est-il possible d’aimer le Blackgaze, et continuer d’affirmer appartenir à l’underground ? Est-il possible d’encenser les groupes du cru sans tourner le dos à la base même de la notion d’appartenance inique à un mouvement se voulant réfractaire à toute adhésion de masse ? Ce serait réfuter le principe même de cohésion des opinions qui convergent vers une affiliation aveugle en une musique foncièrement brutale (car après tout, le BM est sans doute la scène la plus fédératrice et en même temps cloisonnée de l’extrême…), et ainsi, nier le libre arbitre de fans et de musiciens qui cherchent à voir plus loin que le bout de leur croix renversée pour faire évoluer les choses.

D’où ce débat introductif à la chronique du nouvel album d’un duo allemand, CRESCENT DAYS, qui justement se réclame en grande partie de l’extension Blackgaze si honnie par la presse spécialisée. Pour avoir évidemment écouté ce disque, je peux affirmer qu’il est difficile de le rattacher à une quelconque forme de Black existante, même si nombre de riffs ténébreux et puissants réclament une affiliation pas forcément évidente.

Mais Abraxas (guitare/batterie) et Sol (chant, texte) n’ont pas l’air de se poser ce genre de questions inutiles, et gèrent leur art dans leur coin depuis 2011, accumulant les sorties au point de disposer maintenant d’une discographie numérique conséquente, qu’ils proposent d’ailleurs à prix discount sur leur Bandcamp.

Pas mal d’albums donc, pour une musique très personnelle et professionnelle, qui navigue à vue entre le BM, le Post, le Blackgaze et le Screamo, et un résultat qui s’il ne manque pas d’attrait, reste encore un peu trop englué dans ses systématismes rendant les morceaux trop symétriques pour être appréciés pleinement.

Les deux jeunes musiciens se revendiquent d’influences, celles de DEAFHEAVEN évidemment (d’où mon long préambule…), mais aussi de LANTLOS, GHOST BATH, JESU, DOPAMINE, I AM ESPER, MIGHTY SKIES,EWIGE NACHT, WORTHLESS LIFE, MÜLDEPONIE, ANNORKOTH, ALTARIUM, DYSTOPIA NA, STELLAFERA, OBLITERATUS, ROTTEN LIGHT, CITY OF DAWN, ou AGALLOCH.

Vous reconnaitrez certainement plusieurs noms dans cette liste, et certains sont d’ailleurs employés avec pertinence, puisqu’ils épousent les contours plutôt contrastés de cet Unbloomed, qui semble célébrer à sa façon un cycle naturel d’émergence et de destruction.

Caché sous une pochette virtuelle de toute beauté, rappelant le clip de « Where The Wild Roses Grow » de Cave et Minogue ou Ophelia, la peinture de Sir John Everett Millais (qui reproduisait la noyade du personnage d’Hamlet dans les eaux d’une rivière danoise), ce nouvel album de Sol et Abraxas se veut exploration d’une bouture assez inaboutie de Post BM, plutôt rattachée à un Post Metal plus évident à aborder, et beaucoup moins abrasif que les travaux les plus récents des influences dont ils se réclament.

Le travail est soigné, carré, la production tout à fait décente, et si l’instrumental prime sur les interventions vocales, les harmonies parviennent à cacher le manque de chant, quoique certaines, trop usitées et répétées finissent par tourner en rond au travers du miroir de la nostalgie, plus imposée que suggérée.

De plus, les riffs, parsemés et clairsemés, semblent parfois incongrus et rajoutés en superposition, sans vraiment soutenir la base mélodique des morceaux.

L’enregistrement est parfois étrange, un peu comme si deux idées non complémentaires avaient été juxtaposées au petit bonheur (« Sol », le plus long de tous), mais ces approximations voulues ou non confèrent au disque un charme suranné, un peu comme une panoplie de sentiments exprimés un peu gauchement.

Unbloomed se veut donc palette d’humeurs, parfois exprimées au sein d’un même contexte (« .daydream », ouverture très convaincante qui laisse une guitare claire et suintante de spleen se fracasser sur un écueil BM tranchant), parfois séparées pour mieux nous perdre sur le chemin d’une nostalgie harmonique (« Osnabrück »), et qui flirtent de temps à autres avec le Shoegaze/Post Rock le plus apaisé et zen (« Blossom », unique motif se répétant comme un mantra sur quatre minutes).

On sent que le duo se laisse happer par son inspiration sans forcément chercher à la canaliser, mais lorsqu’elle s’exprime au travers d’un médium agressif, l’évolution se montre beaucoup plus convaincante en confrontant la quiétude et la véhémence dans un ballet de riffs tournoyants et d’harmonies convergentes (« To Wither And Decay »).

On peut regretter parfois que la scission entre le BM cru et le Shoegaze soit si marquée, puisqu’au fil des écoutes, on finit par se réfugier dans le giron rassurant de la violence la plus ouverte (« PÄLE »), beaucoup plus saturée et moins itérative que les digressions Post Rock un peu trop marquées du sceau de la répétition. Il semblerait en effet que les deux compères tombent dans le piège des notes similaires lorsqu’ils se contentent d’Ambient, ce qui handicape grandement les segments les plus contemplatifs.

Leur BM est au contraire beaucoup plus rude et abrasif, se rapprochant parfois du lo-fi enregistré avec de bons moyens, et reste plus intéressant que ces intermèdes parfois un peu longs durant lesquels les harmonies un peu étriquées suscitent plus l’ennui que l’hypnose.

Mais on note quand même une implication indéniable, et ces quelques défauts à éventuellement gommer sont peut-être l’ADN même de ce projet. Difficile à dire, ne connaissant pas leurs travaux antérieurs, mais au jugé de ce seul Unbloomed, il apparait que l’art multiple du duo allemand ne semble pas encore arrivé à maturation. D’où peut-être, le titre choisi, qui reflète parfaitement la mutation progressive d’une pousse fanée avant même d’avoir éclot.


Titres de l'album:

  1. .daydream
  2. Osnabrück
  3. Unbloomed
  4. Sol
  5. Blossom
  6. To Wither And Decay
  7. Violet Miasma
  8. P Ä L E

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/07/2017 à 17:44
68 %    250

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)