Un journaliste a récemment affirmé que l’underground était mort le jour où DEAFHEAVEN avait publié son séminal Sunbather, pierre angulaire du genre Blackgaze. Son laïus raccordait la publication de cette ouvre à la chute de crédibilité d’un mouvement sorti de nulle part devenu une norme à partir de ce jour, et honnissait tous les groupes s’étant engouffrés dans la mouvance sans réfléchir à la crédibilité de leur actes. En gros, le Blackgaze se voulait épicentre d’une stigmatisation de la culture extrême qui cédait elle aussi aux sirènes de la séduction grand public, argument certes étayé de « preuves » dans la forme, mais hautement contestable dans le fond.

La véritable question que soulevait cet article aurait dû être formulée autrement pour être plus franche et pertinente, si l’on accepte son principe.

Est-il possible d’aimer le Blackgaze, et continuer d’affirmer appartenir à l’underground ? Est-il possible d’encenser les groupes du cru sans tourner le dos à la base même de la notion d’appartenance inique à un mouvement se voulant réfractaire à toute adhésion de masse ? Ce serait réfuter le principe même de cohésion des opinions qui convergent vers une affiliation aveugle en une musique foncièrement brutale (car après tout, le BM est sans doute la scène la plus fédératrice et en même temps cloisonnée de l’extrême…), et ainsi, nier le libre arbitre de fans et de musiciens qui cherchent à voir plus loin que le bout de leur croix renversée pour faire évoluer les choses.

D’où ce débat introductif à la chronique du nouvel album d’un duo allemand, CRESCENT DAYS, qui justement se réclame en grande partie de l’extension Blackgaze si honnie par la presse spécialisée. Pour avoir évidemment écouté ce disque, je peux affirmer qu’il est difficile de le rattacher à une quelconque forme de Black existante, même si nombre de riffs ténébreux et puissants réclament une affiliation pas forcément évidente.

Mais Abraxas (guitare/batterie) et Sol (chant, texte) n’ont pas l’air de se poser ce genre de questions inutiles, et gèrent leur art dans leur coin depuis 2011, accumulant les sorties au point de disposer maintenant d’une discographie numérique conséquente, qu’ils proposent d’ailleurs à prix discount sur leur Bandcamp.

Pas mal d’albums donc, pour une musique très personnelle et professionnelle, qui navigue à vue entre le BM, le Post, le Blackgaze et le Screamo, et un résultat qui s’il ne manque pas d’attrait, reste encore un peu trop englué dans ses systématismes rendant les morceaux trop symétriques pour être appréciés pleinement.

Les deux jeunes musiciens se revendiquent d’influences, celles de DEAFHEAVEN évidemment (d’où mon long préambule…), mais aussi de LANTLOS, GHOST BATH, JESU, DOPAMINE, I AM ESPER, MIGHTY SKIES,EWIGE NACHT, WORTHLESS LIFE, MÜLDEPONIE, ANNORKOTH, ALTARIUM, DYSTOPIA NA, STELLAFERA, OBLITERATUS, ROTTEN LIGHT, CITY OF DAWN, ou AGALLOCH.

Vous reconnaitrez certainement plusieurs noms dans cette liste, et certains sont d’ailleurs employés avec pertinence, puisqu’ils épousent les contours plutôt contrastés de cet Unbloomed, qui semble célébrer à sa façon un cycle naturel d’émergence et de destruction.

Caché sous une pochette virtuelle de toute beauté, rappelant le clip de « Where The Wild Roses Grow » de Cave et Minogue ou Ophelia, la peinture de Sir John Everett Millais (qui reproduisait la noyade du personnage d’Hamlet dans les eaux d’une rivière danoise), ce nouvel album de Sol et Abraxas se veut exploration d’une bouture assez inaboutie de Post BM, plutôt rattachée à un Post Metal plus évident à aborder, et beaucoup moins abrasif que les travaux les plus récents des influences dont ils se réclament.

Le travail est soigné, carré, la production tout à fait décente, et si l’instrumental prime sur les interventions vocales, les harmonies parviennent à cacher le manque de chant, quoique certaines, trop usitées et répétées finissent par tourner en rond au travers du miroir de la nostalgie, plus imposée que suggérée.

De plus, les riffs, parsemés et clairsemés, semblent parfois incongrus et rajoutés en superposition, sans vraiment soutenir la base mélodique des morceaux.

L’enregistrement est parfois étrange, un peu comme si deux idées non complémentaires avaient été juxtaposées au petit bonheur (« Sol », le plus long de tous), mais ces approximations voulues ou non confèrent au disque un charme suranné, un peu comme une panoplie de sentiments exprimés un peu gauchement.

Unbloomed se veut donc palette d’humeurs, parfois exprimées au sein d’un même contexte (« .daydream », ouverture très convaincante qui laisse une guitare claire et suintante de spleen se fracasser sur un écueil BM tranchant), parfois séparées pour mieux nous perdre sur le chemin d’une nostalgie harmonique (« Osnabrück »), et qui flirtent de temps à autres avec le Shoegaze/Post Rock le plus apaisé et zen (« Blossom », unique motif se répétant comme un mantra sur quatre minutes).

On sent que le duo se laisse happer par son inspiration sans forcément chercher à la canaliser, mais lorsqu’elle s’exprime au travers d’un médium agressif, l’évolution se montre beaucoup plus convaincante en confrontant la quiétude et la véhémence dans un ballet de riffs tournoyants et d’harmonies convergentes (« To Wither And Decay »).

On peut regretter parfois que la scission entre le BM cru et le Shoegaze soit si marquée, puisqu’au fil des écoutes, on finit par se réfugier dans le giron rassurant de la violence la plus ouverte (« PÄLE »), beaucoup plus saturée et moins itérative que les digressions Post Rock un peu trop marquées du sceau de la répétition. Il semblerait en effet que les deux compères tombent dans le piège des notes similaires lorsqu’ils se contentent d’Ambient, ce qui handicape grandement les segments les plus contemplatifs.

Leur BM est au contraire beaucoup plus rude et abrasif, se rapprochant parfois du lo-fi enregistré avec de bons moyens, et reste plus intéressant que ces intermèdes parfois un peu longs durant lesquels les harmonies un peu étriquées suscitent plus l’ennui que l’hypnose.

Mais on note quand même une implication indéniable, et ces quelques défauts à éventuellement gommer sont peut-être l’ADN même de ce projet. Difficile à dire, ne connaissant pas leurs travaux antérieurs, mais au jugé de ce seul Unbloomed, il apparait que l’art multiple du duo allemand ne semble pas encore arrivé à maturation. D’où peut-être, le titre choisi, qui reflète parfaitement la mutation progressive d’une pousse fanée avant même d’avoir éclot.


Titres de l'album:

  1. .daydream
  2. Osnabrück
  3. Unbloomed
  4. Sol
  5. Blossom
  6. To Wither And Decay
  7. Violet Miasma
  8. P Ä L E

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/07/2017 à 17:44
68 %    212

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !


De Toulouse via un Ryanair. Merci c'est sympa, à priori on se rejoint avec des potes. Je suppose qu'on campera. Mais boire un godet ou plusieurs avec plaisir. Et non perso aucun conflit du moins me concernant, je ne crois pas qu'il y ait matière à.


@ LeMoustre :
Je viens de capter là :
Tu viens de Albi pour le Méan ?!?!
Pfiou... Quel courage.
En tous cas, si jamais tu cherches un coin étape pour dormir la veille (je suis à 2 h 30 de Méan), n'hésites pas.


1) AAAAAAAAAAHHH !!!
Et un conflit à la VS ! Un !!!
ENFIN !!! !!! !!!
(cela faisait longtemps...)
2) Pour la place :
Sur le site officiel (cela ne va pas tarder je pense) ou actuellement sur celui de la Fnac.