On ne va pas revenir là-dessus, la nouvelle nous avait déjà assez attristés comme ça, Lemmy n’est plus. Perdu à jamais notre héros, celui qui faisait vrombir sa basse comme un bombardier au-dessus de nos têtes enchantées, celui qui avait inventé un style à mi-chemin entre Rock, Punk et Hard-Rock, mais qui n’a jamais revendiqué autre chose que le Rock N’Roll, joué dans un orgasme, et plaqué sur la table comme un as de pique complétant un full aux rois. Le massacre organisé ne vivra désormais plus que dans notre souvenir, sans remords, pour un autre jour qui ne sera plus jamais parfait…

C’est toujours étrange de se dire que nous n’aurons plus jamais l’occasion d’écouter un nouvel album de MOTORHEAD. Et pourtant, les maisons de disques vont se faire un plaisir désormais de nous refourguer bon an mal an des compilations « inédites », des live « oubliés », et des chutes de studio « incroyables ». Les charognards ne sont jamais très loin du cadavre qu’ils souhaitent décharner jusqu’au dernier lambeau de chair, et la mise en terre ne sera jamais définitive, un peu comme ces fossoyeurs sans pitié qui ont profité jusqu’à la dernière note de l’héritage de Jimi, que Lemmy vénérait tant.

Alors, on commence. Après un live sorti un peu à la sauvette (Clean Your Clock, l’année dernière), nous avons droit pour cette rentrée scolaire 2017 à la première pierre du mausolée construit non à la gloire d’un des rockeurs les plus authentiques de notre siècle, mais à celle de labels peu regardants sur l’éthique, qui raclent les fonds de tiroirs pour remplir celui de leur caisse. Mais finalement, le plaisir d’entendre une nouvelle fois la voix inimitable de Lemmy ne vaut-il pas de tolérer pour quelques minutes ce manque crasse de respect de sa dépouille encore fumante ?

Et quelle facilité d’aller piocher dans le réservoir de reprises que Lemmy et sa bande ont gravé pour la postérité, ou juste pour le fun, tout au long de cette carrière en chemin de croix…de fer ? C’est certainement ce qu’ont dû se dire les responsables de Silver Lining en nous proposant cette compilation des meilleures covers de la tête de moteur, qui n’était jamais la dernière à faire rugir la locomotive pour rendre hommage à des artistes qui faisaient vrombir ses roues…Disons-le tout de suite, ce sampler s’adressera plus volontiers aux néophytes qu’aux vrais fans, qui outre le dégoût suscité par cette entreprise hautement mercantile, comprendront vite au vu du tracklisting que peu d’inédits viendront titiller leur curiosité. La plupart des versions proposées ici sont connues depuis longtemps pour certaines, un peu moins pour d’autres, et seul le « Heroes » de Bowie, enregistré durant les séances du dernier LP du groupe, Bad Magic, présentera un réel intérêt. A l’époque, le trio avait préféré y inclure leur relecture du « Sympathy For The Devil » des STONES, que l’on retrouve bien évidemment parmi les douze morceaux étalés comme autant de témoignages du respect que Lemmy portait à ses pairs, lui qui avait forgé son style propre sans tenir compte des modes. Du Rock’n’Roll bien sûr, mais comment pouvait-il en être autrement ? Ian n’a toujours vécu que pour, et par ça, et avec deux covers des Pierres Roulantes, plus les éternels « God Save The Queen » des PISTOLS, « Roackaway Beach » des faux-frères RAMONES, la caution Punk est validée, comme elle l’était aux débuts du groupe, lorsque les journalistes avaient du mal à classer MOTORHEAD dans leurs colonnes.

Sans jouer les blasés, et en gardant ce qu’il faut de recul pour juger objectivement de cette entreprise assez discutable, Under Cover se pose en excellent résumé du recueil de citations du HEAD, qui n’a jamais été le dernier à taquiner les classiques de ses amis/influences/frères d’armes. On note que Lemmy n’a jamais été avare en termes d’ouverture d’esprit, puisqu’il se frotte au délicat RAINBOW (« Starstruck »), tout comme au viril et burné NUGENT (« Cat Scratch Fever »), en passant par les fardés TWISTED SISTER (« Shoot ‘Em Down »). On le retrouve même à speeder sur le terrassant « Whiplash » de nos METALLICA préférés, eux qui ont tant remercié Lemmy pour tout ce qu’il leur a apporté, et qui ont eux-mêmes gravé pour l’honneur une bordée de reprises de MOTORHEAD sur leurs propres EP.

Quelle est donc la conclusion à tirer de cette compilation dont chacun jugera de la pertinence et de l’intérêt ? Que MOTORHEAD s’est toujours approprié ce qu’il a joué, et qu’il a toujours transformé ce qu’il a touché en original presque dérobé. Il n’est pas difficile à l’écoute du classique « Breaking the Law » du PRIEST de comprendre que Lemmy n’a jamais joué autre chose que du Lemmy, sans pour autant manquer de respect aux hymnes qu’il a tripotés à sa guise. Si l’on retrouve sur cette première appropriation le son effilé des guitares de K.K. Downing et Glenn Tipton, le timbre rauque de la voix d’Ian nous ramène irrémédiablement dans le giron du HEAD, tout comme la frappe massive de Mikkey Dee.

Inutile de revenir sur certains cas précis, comme celui de « Hellraiser », entonné avec Ozzy, l’autre ami proche qui a tout subi mais qui est encore là pour en parler, ou sur celui de « God Save The Queen », que MOTORHEAD avait illustré d’un clip hilare et qui tombait à point nommé pour rappeler que les punks de 77 avaient suffisamment de culture et de flair pour savoir que Lemmy faisait partie des leurs, tout comme Sid ou Johnny. Punk, Rockeurs, Hard-Rockeurs, tous unis derrière la machine, pour un dernier tour de piste, qui malheureusement annonce une déferlante de coffrets, de vidéos, emballés à la hâte pour capitaliser sur une passion qui ne s’éteindra jamais. Mais en attendant ce raz de marée qui à n’en point douter fera rugir de colère les fans, prenons cette première compilation post-mortem pour ce qu’elle est, en faisant abstraction de son but mercantile. Le son est évidemment bon, tout autant que les originaux sur albums ou maxis pouvaient l’être, et l’enchainement est assez orgasmique, avec cette apothéose « Whiplash » qui nous remet en mémoire les finals de concerts d’époque, lorsque le quatuor/trio selon la configuration, finissait ses performances dans une orgie sonore de décibels et de BPM via l’immortel « Overkill » ou l’insurpassable « Ace of Spades ». Seul véritable inédit, « Heroes » de Bowie passe assez bien la rampe, dans une veine greasy qui pourra paraître incongrue, mais qui permet de découvrir le timbre si râpé de Lemmy dans ce registre plus intimiste qui lui allait comme un gant.

Tout ici est recommandable, mais ce constat est d’une lénifiante évidence…Nous le savions évidemment depuis longtemps, mais finalement Under Cover tombe à pic pour rappeler que Lemmy, avant d’être la star humble que nous connaissions, était d’abord un fin lettré Rock, qui aurait sans doute pu de son vivant nous offrir une encyclopédie de reprises plus nuancées, lui qui était fan de Berry, Richards, des BEATLES et de tant d’autres pionniers. Et comment refuser une autre rasade de MOTORHEAD, ce groupe qui pendant plus de quarante ans nous aura enivrés de vapeurs de gasoil en soupape de moteur, et de Rock survitaminé, transcendant les clivages et défiant les années, jusqu’à ce jour maudit ou Lemmy fut finalement rattrapé. Un jour de décembre, triste comme un Noel sans cadeaux.

Mais Lemmy n’aimait pas l’émotion facile, et il doit bien se marrer là-haut, nous regardant headbanguer au son de chansons qui ne lui appartenaient pas, mais qu’il s’était approprié. Un ultime pied de nez de la part d’un musicien qui ne nous aura que très rarement déçus, même en jouant des morceaux que tout le monde avait déjà entendus.      

Live to win, born to lose ? Under Cover prouve au contraire que Lemmy a toujours gagné. C’est nous qui l’avons perdu.


Titres de l'album:

  1. Breaking The Law
  2. God Save The Queen
  3. Heroes
  4. Starstruck
  5. Cat Scratch Fever
  6. Jumpin' Jack Flash
  7. Sympathy For The Devil
  8. Hellraiser
  9. Rockaway Beach
  10. Shoot'Em Down
  11. Whiplash

Site officiel


par mortne2001 le 25/09/2017 à 18:00
78 %    243

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Hoover
@85.68.161.66
25/09/2017 à 20:33:48
Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à trouver, Back in the USSR, n'est pas ici car signée Lemmy et non Motörhead). Pour ceux qui connaissent moins Motörhead, il est plus urgent de creuser la discographie de ce groupe exceptionnel. Au final je vais passer exceptionnellement mon tour.

Simony
membre enregistré
25/09/2017 à 21:59:59
Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.

Ajouter un commentaire


Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ben Entombed ce sont reformé sans LG Petrov mais avec le line up Clandestine pour un concert puis plus de nouvelle.


lol cette histoire du cerveau j'en ai toujours entendu parlé mais j'ai du mal a y croire

Purée 50 ans ! Triste vie pour cet homme.


@Jusdecadavre : Soit je me suis mal exprimé, soit tu m'as mal compris. Bien sûr que l'un n'empêche pas l'autre, heureusement. Et je n'ai aucune raison de donner une quelconque leçon, j'en serai bien mal avisé. Et non, je ne fais pas que des fests de "true", j'en fais malheureusement peu et fau(...)


Euh... Fallait lire le message en entier en fait... Bref, on peut très bien aller dans un gros fest, et faire des tous petits trucs aussi. L'un n'empêche pas l'autre hein. Et je pense pas avoir de leçon a recevoir de ce coté là. Mais bon, tu dois faire parti de "l'élite", toi tu fais que les f(...)


Me voilà plus que convaincu, les gars.
Oui, JusdeCadavre : Tu m'étonnes, à 1 heure c'est sûr que ce serait dommage. Bah, remarque, j'ai le xtrem fest à 1 heure, mais vu l'affiche HxC sans metal l'an dernier, j'y suis pas allé.
Bon, Humungus, tu chopes la place chez qui ?


Justement je ne connais pas le reste de leur discographie, je ne me suis guère intéressé a la scène black, un peu impaire nazarene avec ugra karma, Samuel,, les vieux Venom ou Bathory ou encore Aura noir


mdr c'etait trops gros


pas de soucis ;)


@joelindien : faudra pas hésiter à nous dire ce que tu en as pensé par ici du film ! :)


en choppant les places j'ai vu que le meme jour ils diffusent le documentaire sur L7 aussi ;) mais a la meme heure ....


"Soulside journey" (comme toute la discographie de DARKTHRONE d'ailleurs) est une pure tuerie.
Point barre.


Soulside journey est un très bon album , je l'ai découvert il y a quelques années seulement. Il est toujours agréable à écouter , une belle réussite.


Petite inversion, le 8 février ce sera à Toulouse et le 9 à Rodez. Yes une date en Aveyron


Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)