Sonic Playground Revisited

The Ragged Saints

07/02/2020

Aor Heaven

Inutile de revenir une fois encore sur l’amour que portent les peuples nordiques à la nostalgie musicale. La plupart des combos en activité jouent comme si le temps ne s’était pas écoulé et que nous étions toujours bloqués aux alentours de 86/87, et ce que nous perdons en originalité, nous le gagnons en faux souvenirs. La question qui reste en suspens est alors la suivante : y’a-t-il un intérêt quelconque à gloser sur la pertinence artistique de ces ensembles lorsque le plaisir est au rendez-vous ? J’ai depuis longtemps abandonné la prétention de trouver réponse à cette interrogation préférant savourer ces albums qui auraient pu sortir il y a trente ans sans que personne ne trouve à y redire, et le second long des finlandais de THE RAGGED SAINTS fait assurément partie des grandes réussites de cette mouvance old-school qui vénère des groupes passés à la postérité de leur vivant. Formé en 2011, cet ensemble de Helsinki assemblé par les guitaristes Tomi Julkunen et Toni Bite n’a pas attendu très longtemps pour lancer son premier long sur le marché, et c’est deux ans plus tard et quelques musiciens en plus (Markku Kuikka - chant, Jukka Hoffrén - basse et Miikki Kunttu - batterie) que The Sound Of Breaking Free vit le jour. A son menu, de sales réminiscences des eighties, et un tribut payé à quelques idoles, dont les plus évidentes sont nommées sur leur page Facebook, WHITESNAKE, RATT, CINDERELLA, DEF LEPPARD, QUEENSRYCHE, et le 80’s Hard Rock en général. Loin d’être arbitraires, ces références transpiraient de leurs chansons, tout comme une poignée d’autres, dont STRYPER, WINGER, mais les fans séduits par cette approche étaient loin de se douter qu’il leur faudrait attendre encore sept ans pour savourer la suite des aventures, le groupe finlandais se plongeant dans un étrange mutisme, respectant un hiatus qui n’a pas du arranger leurs affaires promotionnelles. Mais c’est avec délice que nous constatons aujourd’hui l’existence toujours valide du quintet, qui revient très fort avec ce Sonic Playground Revisited aux contours policés et aux mélodies prononcées.

J’ai déjà abordé la difficulté de traiter de ce genre d’album dans de précédentes chroniques, les champs lexicaux, les images et comparaisons étant toujours les mêmes. Mais pour résumer l’affaire, on pourrait simplement dire que Sonic Playground Revisited est le genre de prototype que tous les nostalgiques du Hard made in 80’s vont piloter virtuellement avec un bonheur non feint. Les musiciens se sont lancés dans une entreprise de synthèse globale, abordant toutes les nuances du Hard-Rock jusqu’à le pousser dans ses retranchements romantiques AOR, travaillant leurs mélodies sans faire perdre aux guitares leur abrasivité, pour sonner plus californien qu’un exilé finlandais perdu à Los Angeles. Mais plus qu’un simple décalque du Hard Rock hollywoodien, ce second LP est un compromis trouvé entre la facilité suédoise et la légende américaine, avec de sérieuses réminiscences de W.E.T, et une méthode commune à DOKKEN et David Coverdale. Une union pas du tout contre nature donc, mais surtout, une recherche de perfection dans la composition, qui permet à chaque morceau de sonner comme le hit qu’il est vraiment. Tout commence d’ailleurs avec « Never Gonna Let You Down », archétype de Hard Rock mélodique soigné, qui comme d’ordinaire peaufine ses couplets pour laisser exploser un refrain fédérateur. Tout est admirablement bien agencé, les instrumentistes connaissent leur boulot, et si les guitares n’ont rien perdu du mordant des années 80, les mélodies prennent le pas via des arrangements vocaux soignés, et une ambiance générale propice à la fête. Loin de s’être contentés du minimum syndical, les THE RAGGED SAINTS osent avec Sonic Playground Revisited le bilan complet, s’intéressant de près à SCORPIONS pour mieux tendre un piège à l’harmonie si chère à WHITESNAKE et SLAUGHTER, via le très BON JOVI « Like A Spinning Wheel ». Mais on le sait, les finlandais, comme leurs voisins suédois ou norvégiens ne supportent ni l’approximation ni l’évasif, et la perfection est donc encore de rigueur, les trois premiers morceaux présentant un éventail de variété assez conséquent. C’est ainsi qu’après deux charges plus ou moins musclées, le quintet cède au romantisme d’un AOR cajolé, avec l’irrésistible « Take Me With You », qui se souvient de JOURNEY et REO SPEEDWAGON, mais aussi de la vague Sleaze californienne qui n’était jamais la dernière à faire preuve de sentimentalisme.

Trois morceaux pour un sans-faute de départ, l’affaire laisse songeur, et on se dit que les turbines de l’imagination vont bien finir par ralentir, ce que le très énergique « Secret In Our Hearts » contredit de sa rythmique jumpy et de son chant juvénile. Rois du rythme qui décoiffe sur fond d’harmonies qui séduisent, les THE RAGGED SAINTS parviennent donc à traduire un langage ancien dans un vocable plus contemporain, sans forcément singer les tics de la vague old-school actuelle. Pourtant, leur Hard-Rock sans compromis nous replonge des années en arrière, mais sans abuser de gimmicks, puisque même la ballade de circonstance transpire de sincérité et d’acoustique ciselée (« Just Believe »). Impossible alors de ne pas penser à ces classiques qui trustaient les premières places des charts (« Love Bites », « Every Rose Has It’s Thorn », « Is This Love », « Bed Of Roses »), mais loin de jouer l’opportunisme, les finlandais restent sincères et nous touchent en plein cœur. Grâce certainement en partie à la voix pure et puissante de Markku Kuikka qui n’a rien perdu de son talent pour sublimer des guitares inspirées, certes par le passé, mais un passé qu’on chérit toujours autant. Un passé qui sous couvert de douceur d’approche n’a pas oublié ses racines Heavy, celles que les SCORPIONS et DOKKEN mettaient en exergue par l’entremise d’un Heavy bien salé (« Absence Of Light »), mais qui n’a pas non plus remisé ses prétentions soft au placard des charts (« Always Forever », aux volutes discrètes de claviers qui en font un tube irrésistible). Et les titres passent, s’enchaînent comme dans un rêve, rappelant parfois le savoir-faire de l’école Frontiers (« Pretending Diamond »), mais surtout l’excellence de l’expérience californienne, reprise plus tard à son compte par la supériorité canadienne des HAREM SCAREM (« Turning Cold »).

Plus qu’un simple album, Sonic Playground Revisited s’envisage alors comme une sorte d’encyclopédie, un manuel à l’usage de la nouvelle génération qui souhaiterait découvrir plus en profondeur les méthodes d’antan, et plus simplement, un excellent disque composé et interprété par un groupe plein de talent. Un groupe qui a su capturer la fraîcheur de ces années Hard-Rock qui ont fait de nous ce que nous sommes et que nous serons toujours.      

                

Titres de l’album :

                          01. Never Gonna Let You Down

                          02. Like A Spinning Wheel

                          03. Take Me With You

                          04. Secret In Our Hearts

                          05. Just Believe

                          06. Absence Of Light

                          07. Always Forever

                          08. Pretending Diamond

                          09. Turning Cold

                          10. Supernatural

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2020 à 17:50
80 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30

JTDP

@Le Moustre : Un Bercy en mode "distenciationphysique style", oui sans doute... :-)

07/07/2020, 15:59

Humungus

Je me doutais que c'était ce que tu avais en tête.
Perso, cela ne me gêne pas du tout (RBD nous causant d'ailleurs régulièrement de concerts non-Metal).
Quelques digressions dans ces pages est plutôt bien vu je trouve. Tant que 99 % des news reste dans notre domaine de prédilectio(...)

07/07/2020, 13:13

steelvore666

Ce "?????" car je pense que, malgré le statut dont jouit ce groupe, on n'est quand même pas loin du hors sujet nan ?

07/07/2020, 10:55

LeMoustre

Ca remplit un Bercy, ces groupes là ? J'ai peine à le croire.

07/07/2020, 10:39

LeMoustre

Écouté vite fait pour avoir un aperçu, c'est quand même bien foutu, il a rien perdu, le Flanagan. L'apport de Rocky George est incontestable.

07/07/2020, 10:37

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Humungus

1) Pourquoi ce "???" steelvore666 ?
2) " Gimmicks de bête de scène ultime dont le public mange dans la main au moindre geste, de sex-symbol inusable, ça reste assez phénoménal"
Putain c'est tellement ça !

07/07/2020, 06:01

Humungus

Arf !!!
Festival pour "jeunes Métalleux"...
Etant un vieux con, je passe plus que mon tour !

07/07/2020, 05:36

Oliv

Je parlais de groupes extrême bien évidemment, j’ai pas précisé .

06/07/2020, 20:42

Reg

Un rdv à ne pas manquer !

06/07/2020, 17:38

Satan

Et Cult of Luna c'est du poulet peut-être?

06/07/2020, 14:23