Rubbery Lips

Hot Breath

09/04/2021

The Sign Records

Quand les suédois ne dominent pas le marché de la Retro-Wave, quand ils ne se gargarisent pas de leur propre crédibilité BM, quand ils ne provoquent pas les américains sur le terrain de l’AOR gagnant, quand ils ne toisent pas du regard les anglais d’un Hard-Rock saignant, ils s’amusent Garage et font sonner les années 70 comme les années 2021. Cette domination artistique a pu être irritante fut un temps, mais elle devient drôle au fur et à mesure des années, à tel point que lorsqu’on écoute un album franchement réussi, on ne se demande même plus de quel pays proviennent les musiciens. Il ne m’a fallu par exemple que quelques morceaux pour comprendre que les HOT BREATH étaient originaire de Göteborg, alors même que leur musique évoque plus volontiers le Detroit des seventies ou le Paris de l’orée des années 80. Fondé il y a quelques années par d’anciens membres d’HONEYMOON DISEASE, HYPNOS ou GRAND, HOT BREATH comme son nom l’indique est la mauvaise haleine du matin, celui qui succède à une nuit de décibels et d’alcool, ingurgité après un concert dans un bar un peu louche de la grande ville suédoise. Une haleine de phoque donc, à réveiller un chacal, mais un goût certain pour les ambiances crues, les néons blafards, et les tronches en biais dans le miroir. Et en cette période de recyclage 80’s totalement envahissante, une telle non-fraîcheur dans l’attitude fait un bien fou.

Jennifer Israelsson (chant/guitare), Anton Frick Kallmin (basse), Jimmy Karlsson (batterie) et Karl Edfeldt (guitare) nous offrent donc avec leur premier album un manifeste d’authenticité et de spontanéité Rock. Pas de chichis, pas de gimmicks, juste un Rock high on energy, légèrement Punk sur les bords, avec la moue boudeuse d’un chant féminin qui nous renvoie au meilleur des RUNAWAYS sans le côté sexuel gênant. Quatuor parfaitement en place dans sa sobriété, HOT BREATH joue en studio comme il joue en live, et s’appuie sur une bonne connaissance du Rock mis à l’épreuve au sein de combos précédents, pour nous torcher l’album le plus authentique de ce premier semestre 2021.     

Enregistré et mixé par Mattias Nyberg (THE SOUNDTRACK OF OUR LIVES, THE DATSUNS), Rubbery Lips empeste les salles de répétition enfumées, les estrades de bars montées à la hâte, et les câblages rongés par le temps. Directement inspirés par le Hard Rock subtilement Garage que les japonais remettent à la mode depuis les années 90, les suédois ne s’embarrassent pas de principes, et utilisent le leitmotiv des RAMONES, avec pas plus de deux ou trois accords par morceau. De fait, tout va très vite jusqu’à « Who’s the One », plus long chapitre de l’album à l’ambiance plus feutrée et alternative. Les quatre premiers titres foncent comme des missiles vers la Russie, et nous imposent un beat d’enfer, et une voix unique. Dépositrice du 2020 year’s memorial Stämskruven, attribué à la mémoire de Robert “Strängen” Dahlqvist (HELLACOPTERS, DUNDERTÅGET, THUNDER EXPRESS), Jennifer Israelsson mène ses troupes avec un poignet de fer, et une solidité incroyable dans l’expression et le riffing.

Sa voix, délicatement juvénile nous renvoie aux meilleurs des rockeuses sans fard ni lipstick, et on prend un pied indéniable à l’écoute de ces hits entièrement dédiés à l’urgence Rock qui animait les groupes les moins portés sur le superficiel de la vague Punk-Rock. Pour autant, pas de « no future » ici, mais bien un présent électrique, essentiel, viscéral, avec des allusions plus ou moins directes aux STOOGES, aux HELLACOPTERS, aux MAID OF ACE, SHONEN KNIFE, et d’autres comme EDITH NYLON.

Mais comme tout album de Rock simple et franc qui commence par un brûlot comme « Right Time », Rubbery Lips s’écoute, se ressent, mais ne se parle pas. Les guitares semblent directement prises sur la console, le chant est bien présent mais pas étouffant, la rythmique est simplissime et efficace, et le tout à des relents de jeunesse passée à répéter son grand soir, sans faire de compromis. En écoutant ce disque, on a le sentiment d’être dans la même pièce aux murs décatis que le groupe, et de ressentir les vibrations d‘une basse pourtant beaucoup moins grave qu’elle ne devrait. Adeptes du « on frappe fort et vite, et on se casse », les membres de HOT BREATH ne dépassent qu’en une seule occurrence les sacro-saintes trois minutes, et bousculent les conventions old-school actuelles d’un coup de boule « Magnetic », aussi Teen que Detroit.

Si le tempo est up, si l’attitude est frondeuse, la qualité est au rendez-vous, et les quickies ne sont pas torchés par-dessous la lunette des chiottes. « Last Barang » accélère même les choses, tandis que « What You’re Looking For, I’ve Already Found » semble s’évertuer à retrouver l’esprit des DAMNED de « New Rose ».

J’attends évidemment les reproches habituels, « trop Rock pour être Hard », « convenu et prévisible », « entendu des centaines de fois », « tu aimes ça blaireau parce que c’est une nana au micro », et je préfère vous prévenir que je m’en tape comme du premier tampon de Donita Sparks. Sorte de pendant presque Pop des mythiques L7, les HOT BREATH vous respirent en pleine gueule, crachent « Adapted Mind », vitupèrent « Turn Your Back », explosent de rage « One Hit (To the Body) », laissent la caisse claire faire de l’œil à Lars Ulrich, et les guitares exciter Wayne Kramer. Pas de quoi fouetter un pussycat, mais tout plaisir durable est bon à prendre en ces temps d’isolation et de solitude.  

Allez tiens, je vais même acheter l’album, pour le ranger aux côtés des GLAM SKANKS et du Maid in England des MAID OF ACE. Of Spades évidemment.

  

 

                                               

Titres de l’album:

01. Right Time

02. Magnetic

03. Last Barang

04. What You’re Looking For, I’ve Already Found

05. Who’s the One

06. Adapted Mind

07. Turn Your Back

08. One Hit (To the Body)

09. What to Do

10. Bad Feeling


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/05/2021 à 15:19
88 %    207

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23