Je regardais justement hier soir le dernier film de M. Night Shyamalan, Split. L’histoire de ce schizophrène aux vingt-trois personnalités finissant par se transcender pour en former une nouvelle, à l’état primal et à la force physique et psychique décuplée.

Célébrant le retour en forme d’un des réalisateurs les plus doués mais complaisants de sa génération, il me permit aussi de faire un parallèle avec le format du même nom, qui en essence, doit justement opposer des personnalités contraires ou justement complémentaires pour en faire apparaître une nouvelle, à même d’optimiser les qualités et travers de chacun de ses intervenants.

Et une nouvelle occurrence m’en est donnée ce matin via l’association de deux groupes aussi différents qu’ils ne sont leur propre extension.

Etats-Unis et Angleterre, Grind et Sludge, deux conceptions du Hardcore et du Metal qui au sein d’un même contexte se retrouvent, s’entremêlent et donnent naissance à une puissance supérieure, usant de la vitesse, de la brutalité et de la lourdeur oppressante pour faire passer le même message ancestral. Puissance et puissance aboutissent à la même déflagration de haine musicale, peu importe le vecteur pourvu que les décibels remplissent la pièce et suscitent la colère, l’intérêt, et interpellent l’auditeur.

Prêts pour un peu d’historique des factions ? C’est parti.

A gauche, et les premiers à intervenir chronologiquement, les Anglais de CLOUD RAT. Formé en 2009, ce trio originaire de Mount Pleasant/Detroit/Grand Rapids dans le Michigan (Brandon – batterie, Madison – chant et Rorik – guitare), joue une forme très ambivalente de Grindcore Punk comme ils aiment à la nommer, mais n’en oublient pas pour autant d’user d’éléments de Sludge, de Doom, et de Darkcore pour densifier encore plus l’impact de leur propos.

Ces pro-vegan/anti-jerks ont déjà à leur actif une bonne quantité de réalisations, dont un solide premier EP éponyme paru en 2010, et une compilation de grande qualité, Blind River, sortie en 2014. Le trio jouit déjà d’une bonne réputation underground, et collabore avec quelques noms connus de la scène, comme les THOU, DRUG OF FAITH ou REPUBLIC OF DREAMS, après avoir sorti un nombre conséquent de LP résumant leur parcours. Ce parcours fut donc productif, et trouve une nouvelle entrée avec ces deux faces partagées avec les MOLOCH.

En connaissant les lascars en surface, il serait aisé de se dire que leur Grind offre le contrepoids idéal au statisme des MOLOCH, mais ce serait mal connaître nos trois olibrius. Bien loin de se contenter de rythmiques en blasts et de riffs tronçonnés puis assemblés à la hâte, les CLOUD RAT aiment brouiller les cartes et multiplier les influences, comme en témoignent une fois de plus les sept morceaux qu’ils placent sur ce Split. Certes, la majorité d’entre eux se veulent attaques massives, franches et brutales d’un Grind sans concession, aux tranches largement épaissies d’un Hardcore à tendance Sludge subtilement compact et moite, mais une bonne partie se place volontairement sous l’égide d’un Core assez déroutant et perturbant, qui ne se contente pas de foncer dans les murs.

Et dès « Baby Sling Ballon Born », les choses se compliquent et deviennent moins immédiates. Tempo qui décélère, guitares qui dévient dans les dissonances, pour une sorte de variation sur un thème Crust à dominante Indus, laissant même échapper quelques inflexions Post-BM (principalement dans les couches vocales). Certes, les affolements de BPM sont toujours là pour guider le navire vers les récifs Grind, mais si « Biting The Air » confesse encore son allégeance aux blasts, il en profite pour semer sur son passage des plans plus conséquents et stables.

Et plus on avance sur leur face, plus les titres s’allongent et se temporisent, pour atteindre une sorte d’apogée Ambient sur l’accrocheur et onirique « Amber Flush », très synthétique et lancinant. Genre de mélange entre un PORTISHEAD de cauchemar et un BAT FOR LASHES tenté par le péché HEAD OF DAVID, ce morceau est une troublante conclusion qui prépare à merveille le terrain pour leurs associés du jour, trop heureux de rebondir sur cette lenteur cotonneuse…

De leur côté, les MOLOCH ne jouent pas vraiment dans la même catégorie, et peuvent se targuer d’une carrière qui leur a permis de multiplier les formats de sortie. Leur Bandcamp annonce d’ailleurs la couleur sur sa page de présentation, en occupant tout une page de pochettes monochrome ou pas.

Beaucoup de splits d’ailleurs dans cette énumération, dont certains avec CORPUS DEI, ROT IN HELL, METH DRINKER, LICH ou ENSORCELOR.

Mais les originaires de Nottingham ne sont pas du genre à renier leur crédo pour s’adapter à leurs comparses, et les deux morceaux qu’ils présentent sur ce nouvel effort en commun ne trahissent aucunement leur inspiration lente et processionnelle.  

« The Ninth Wave/Bloody North » et ses douze minutes permet donc à Harry, Henry, Steve et Chris de répandre la bonne parole Sludge à tendance Doom avec une gravité bien sûr de circonstance, étirant des plans lourds au-delà de toute raison, mais imbriquant aussi en chausse-pied des passages assez malsains, les plaçant au croisement d’une fusion entre les FETISH 69 et SLUDGEHAMMER.

Feedback, dialogue semblant sorti d’un torture-porn, puis soudaine reprise de la litanie avec force cris et coups de reins rythmiques épars, la machine horrifique est bien huilée et permet de suivre les pérégrinations cauchemardesques de ces Anglais sans faire aucun effort.

« Lead », tout en restant dans un domaine familier enfonce le clou, et profite d’une longue intro en percussions inquiétantes pour donner le la biaisé, et se veut lourdeur Sludge/Indus extrême, laissant la guitare et la basse bourdonner et non jouer, pour créer une sorte de drone/mantra assez fascinant.

Grind, Sludge, Doom, Indus, Ambient, voici donc un Split qui donne dans la cohésion via la variété et qui satisfera certainement les plus extrêmes d’entre vous.

Mais il n’en reste pas moins de même une belle démonstration de complémentarité de deux forces qui en font émerger une troisième, comme ce fameux schizophrène qui voit ses visages se fondre en un seul, nouveau, hideux, inconnu.

Tout ça n’est sans doute pas rassurant, mais c’est cathartique, à un certain niveau. Et une façon de démontrer que la laideur à plus d’une apparence dans son sac…


Titres de l'album:

  1. Cloud Rat - Sueno
  2. Cloud Rat - Perdiak
  3. Cloud Rat - Clench
  4. Cloud Rat - Baby Sling Ballon Born
  5. Cloud Rat - Biting The Air
  6. Cloud Rat - Pit
  7. Cloud Rat - Amber Flush
  8. Moloch - The Ninth Wave/Bloody North
  9. Moloch - Lead

Cloud Rat Bandcamp

Moloch Bandcamp


par mortne2001 le 28/04/2017 à 14:37
72 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.