Ruling the Street Scene

Generation Landslide

02/12/2022

Weapon Records

Vu de l’extérieur, au jugé, GENERATION LANDSLIDE a tout du bar-band anonyme qui ambiance vos vendredis soirs dans un club du coin. Pochette street sans artifices, musique simple mais accrocheuse, la recette magique pour se constituer un following conséquent, sans pouvoir rêver atteindre la première division. Sauf qu’en y regardant de plus près, on se rend rapidement compte que le line-up cache des noms beaucoup plus connus que l’on aurait pu penser. Ainsi, le projet a été créé il y a deux décennies, par Anthony White, guitariste/chanteur, mais aussi, ancien batteur de COLD SWEAT, que les fans de Hair Metal solide et ambitieux n’ont pas pu oublier.

Pendant des années, le frontman s’est battu pour garder le projet sur pied, au point de finalement décider d‘enregistrer un album seul, confiant les pistes de batterie à Ken Koudelka, ex-LILLIAN AXE et une poignée de soli à August Zadra, guitariste de Dennis DeYoung.

Une fois l’album enregistré, White se mit en quête d’un line-up parfait, et rappela Ken Koudelka à ses côtés, complétant le reste de la formation par Jonathon Swanson (basse) et Sandy Stein (guitare lead). Avec cette formation, ne restait plus qu’à conquérir le monde, en commençant par les Etats-Unis, avec une arme simple, et souvent utilisée ces dernières années : la nostalgie, évidemment.

On ne se baptise pas GENERATION LANDSLIDE par hasard. Après tout, le morceau éponyme d’Alice COOPER est assez connu pour donner des indices quant à la direction artistique du projet, le père du Glam et du Hard saignant ayant déjà influencé des dizaines de groupe durant sa longue carrière. Alors évidemment, Alice, COLD SWEAT, LILLIAN AXE, Dennis DeYoung, autant de preuves patentes de la nostalgie de GENERATION LANDSLIDE , qui sans surprise, joue un Hard-Rock carré, fun et frais, et réminiscent de la fin des années 80, lorsque la Californie était la capitale mondiale du Rock sleazy et punchy.

Ruling the Street Scene est un hommage à peine déguisé à la faune Rock des années 86/90, qui s’amassait dans les rues pour assister aux concerts ou bien les donner. C’est un clin d’œil à tous ces groupes qui ont un jour osé viser les étoiles, au risque de finir sans nom ni grade dans le caniveau de la gloire. En écoutant ces dix morceaux, on repense à ces heures passées à disséquer des albums ricains, entre TESLA, RAGING SLAB, SLAUGHTER, COLD SWEAT et des centaines d’autres, qui aujourd’hui ont encore une place de choix dans notre discothèque.

Ne le cachons pas, sous des atours humbles, GENERATION LANDSLIDE connaît ses capacités, et ses objectifs. Trousser un répertoire inattaquable, certes old-school mais produit avec efficience, et qui évoque, sans jamais paraphraser. On retrouve donc assez logiquement la légèreté de la scène Hard-Rock du Sunset dans ce disque, qui ne paie pas de mine, mais qui en est une de hits. En témoigne cette ouverture fantastique qu’est « Little Miss Lonely », tube pour charts en mal de virilité mélodique.            

Le son assez épuré et concentré sur la complémentarité de deux guitares, d’une voix et d’une rythmique sobre est galvanisant, et sonne suffisamment live pour que l’entreprise garde son côté passionné et spontané. Le pedigree des musiciens impliqués est assez relevé pour justifier deux ou trois astuces techniques enviables, mais c’est la fraicheur de l’ensemble qui séduit le plus, comme si ces titres jaillissaient directement du cœur de ces musiciens sincères et honnêtes.

Entre groove suintant et énergie blue-collar, GENERATION LANDSLIDE joue sur du velours de chemise, et ose même de temps à autres teinter sa musique de Pop ou d’un léger psychédélisme à la ENUFF ‘Z NUFF (« Feel the Sensation »). Et entre deux montées d’adrénaline, le quatuor n’hésite pas à laisser sa sensibilité s’exprimer, via le tendre et harmonieux « Love and Pain », subtil et fragile.

Ruling the Street Scene est le type même d’album qu’on écoute plusieurs fois d’affilée tant il est agréable en tympans. On se laisse emporter par ces arpèges en son clair, par cet hommage à l’Americana, par cette main tendue aux amateurs qui animent les estrades des bars le samedi soir, mais aussi par ce regard appuyé vers un passé qu’on ne souhaite pas enterrer. Comme un coffre ouvert trente ans après avoir été cadenassé, Ruling the Street Scene nous fait endosser notre vieille veste à badges et patches, et nous laisse repousser les cheveux, même pour ceux dont le crâne est glabre depuis longtemps. Véritable fontaine de jouvence et source de plaisir rajeunissant, GENERATION LANDSLIDE ose la citation subtilement southern et la mélodie incrustée dans l‘histoire du Billboard (« The City on the Edge of Forever »), entre le LYNYRD et CINDERELLA.

Et jusqu’à son terme, Ruling the Street Scene évoque des images, des sentiments, des impressions et des humeurs, comme un vieil album photo revenant à la vie. C’est touchant, et l’émotion est palpable (« Me in You », entre OASIS et BOSTON), et cette simplicité est si concrète qu’on a parfois le sentiment de pouvoir serrer la main d’Anthony White et les siens.

GENERATION LANDSLIDE signe là un album parfait, parce qu’authentique, et dénué de tout gimmick populiste. Si les citations sont évidentes, elles découlent plus du passé des musiciens que de leur envie de faire revivre une époque qu’ils n’ont pas connue, et l’un dans l’autre, minute après minute, chanson après chanson, on peut sentir le bois, la bière, le tabac froid et la chaleur humaine qui réchauffait les clubs lorsque tous les rêves étaient encore possibles. 

      

           

Titres de l’album :

01. Little Miss Lonely

02. Feel the Sensation

03. Nite Time Magic

04. I’ll Keep Movin’ Along

05. Love and Pain

06. Are You out There

07. Sweet Ellie May

08. The City on the Edge of Forever

09. Me in You

10. Standing in the Rain


Facebook officiel


par mortne2001 le 20/12/2022 à 18:26
88 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14