Il semblerait qu’une scission soit effective dans un créneau bien particulier, celui du Death Metal technique. Elle a sans doute toujours existé, mais avec les années, elle est devenue plus patente au regard des techniques d’enregistrement toujours plus pointues, et de fait, les groupes adhérant d’eux-mêmes au propos accentuent leur différence, et pas toujours pour le meilleur des fans. D’un côté, les groupes combinant ultraviolence et démonstration instrumentale, et qui la plupart du temps offrent le triste spectacle d’un brouet indigeste couché sur une partition inextricable, et de l’autre, des artistes plus inventifs qui prennent le temps de tisser des atmosphères et de mettre leur bagage au service d’un véritable travail de création. Inévitablement, les premiers s’attirent des hordes d’admirateurs, pantois devant un tel déferlement de brutalité affinée, alors que les seconds, moins clinquants mais terriblement plus féconds composent et produisent souvent dans l’indifférence générale, les fans ayant de temps à autres la dent plus dure envers les choses qu’ils ne peuvent pas assimiler au premier coup d’oreille. Dans cette catégorie, nous pouvons évidemment ranger quelques noms connus, que je ne prendrai pas la peine de reproduire ici, mais auxquels nous pouvons ajouter celui des COSMIC ATROPHY, qui après un long silence reviennent sur le devant de la scène avec une œuvre majeure. COSMIC ATROPHY, groupe partagé entre le Mississippi et le Quebec est né en 2008 sous l’impulsion de Cory Richards, qui ne tarda d’ailleurs pas à exprimer ses vues sur un Death évolutif via l’introductif Codex Incubo, album qui laissa une trace certaine dans les mémoires. Las, après une entrée en matière si prometteuse, nous étions en droit d’attendre une suite sinon immédiate, du moins éventuelle, mais le projet se mit en hiatus en 2010, sans laisser entendre quoi que ce soit de positif ou négatif quant à son futur. Et c’est donc avec surprise et délice que nous avons découvert récemment l’existence d’une suite, sous la forme d’un nouvel album qui ne se contente pas de tenir ses promesses, mais qui explose tous les espoirs placés en lui en atteignant un niveau de qualité incroyable.

Entendons-nous bien. Les qualités déjà remarquées sur l’excellent Codex Incubo sont toujours présentes. Cette façon de triturer les sons pour leur faire épouser des formes autres, cette pratique instrumentale pointue et mise au service de la créativité et non l’inverse, et cette tendance à mettre en place des textures étranges évoquant de près ou de loin un univers fantastique issu de la science-fiction et de l’occulte littéraire. Mais avec The Void Engineers, COSMIC ATROPHY a profité d’une très longue pause pour recentrer son propos, et accentuer ses singularités, se posant aujourd’hui en une sorte d’union surnaturelle entre NOCTURNUS, MORBID ANGEL, DEMILICH et PORTAL, sans perdre de son unicité, mais en assombrissant considérablement son panorama en mettant l’accent sur un chant terriblement grave et un enchevêtrement de riffs qui laissent beaucoup de place à des soli à la PESTILENCE de l’époque Patrick Mameli. Bien sûr, les impératifs du genre sont respectés à la lettre, mais le groupe américano-canadien tend aujourd’hui vers un Death Metal progressif réellement envoutant et très particulier, dopé par une production parvenant à établir une symbiose entre cohésion générale et souci du détail, ce qui permet à chaque instrument de disposer du souffle nécessaire pour respirer. Et les morceaux, quoique méticuleusement agencés, semblent se mouvoir et se métamorphoser au gré des points de vue exprimés, d’autant plus que le groupe a pris grand soin de ne pas répéter ad nauseam les mêmes plans, et à ne pas se contenter de digresser légèrement sur des thèmes établis. Et si toutes les entrées méritent votre attention, il est certain que le triptyque final représente en quelque sorte le point d’orgue d’un travail herculéen donnant au genre de nouvelles lettres de noblesse qu’il mérite amplement. Le tout est donc relativement opaque à la première écoute, d’autant plus que la somme d’idées porteuses est extrêmement conséquente, mais après avoir laissé le temps à l’album de se révéler sous son vrai jour, le tableau général prend des allures d’œuvre en constante mutation qui grandit en vous, et qui vous permet d’appréhender son concept générique tout en vous laissant le loisir de vous attarder sur des détails incroyables.

D’abord, la rythmique. Evidemment point de focalisation de tout groupe évoluant dans ce style, et qui se montre créative, évolutive, inventive, et qui évite le piège du pilonnage systématique à des fins démonstratives. L’un des meilleurs exemples reste « Extradimensional Entity » qui se cale sur un mid-tempo solide, et qui permet à une multitude de riffs de s’imposer. Mais en étant attentif, on remarque que les plans percussifs font preuve d’une finesse hors-norme dans la brutalité, entre un jeu de cymbale ludique et de soudaines descentes de toms hallucinantes de dextérité, le tout amplifié par des interventions de guitare qui repoussent les limites du brio pour proposer des envolées aux confins d’un cosmos de talent. Et si le schéma se répète parfois de structure en structure, il bénéficie toujours de trouvailles inédites, ce qui permet à ces harmonies omniprésentes de grandir en vous et de vous faire comprendre que le but du jeu n’est décidément pas de sonner consensuel, mais bien d’affirmer son particularisme sans sacrifier l’efficacité. Et cet équilibre entre aspirations créatives et désir de bousculer est patent dès l’introduction de « Stygian Whispers » qui après une courte entame sobre mais efficace nous plonge dans les affres d’un Death glauque et poisseux. Le chant, rauque et gravissime pourra éventuellement rebuter les plus exigeants, mais il s’accorde parfaitement de la thématique choisie, et semble s’envoler d’un vieux grimoire rédigé par Lovecraft un soir de pleine lune. DEMILICH semble être la comparaison la plus valable pour situer les COSMIC ATROPHY sur la carte artistique, mais ne peut être envisagée que comme un parallèle flou qui ne permet en aucun cas de situer les américano-canadiens avec précision, puisqu’on peut aussi déceler des traces du VOÏVOD le plus récent (« Submerged in Metamorphosis Pools », breaks précis mais imprévisibles, même volonté de progresser et de ne pas stagner sur des à-coups rythmiques trop téléphonés, stridences, dissonances…), ainsi que des traces d’ADN multiples.

Et en vingt-cinq minutes, The Void Engineers propose l’une des suites terminales les plus étranges et concentriques de l’histoire du Death Metal progressif, sans jamais s’éloigner du style, mais en l’expurgeant de ses facilités les plus évidentes. « Aphotic Abnegation » joue l’ambivalence entre la mélodie et la lourdeur, et semble prendre un malin plaisir à piocher les thèmes les plus emphatiques pour les déconstruire, tandis que l’épilogue « Shackled to the Zenith of Uncreation » ignore toute barrière pour synthétiser l’avant et le projeter dans l’après. Chœurs dramatiques, riffs qui se juxtaposent à des harmonies sidérantes de pertinence et de folie, et avancée en étapes parfaitement logique, mais aussi terriblement instinctive. Et c’est à ce moment précis, après avoir confirmation de la validité de l’album entier que l’on réalise toute la distance qui sépare les vrais créatifs de la caste de COSMIC ATROPHY des simples adeptes du bourrage de crâne, et qu’on accepte de célébrer The Void Engineers comme l’épiphanie qu’il incarne vraiment. Et d’accepter que souvent, les meilleurs albums de l’année en choisissent la fin pour émerger et bousculer les bilans déjà dressés.              

 

Titres de l’album :

                         1.Stygian Whispers

                         2.Disgorged from Within the X-Zone

                         3.Umbral Altar

                         4.Lurking Beyond the Mirror

                         5.Extradimensional Entity

                         6.The Void Engineers

                         7.Submerged in Metamorphosis Pools

                         8.Aphotic Abnegation

                         9.Shackled to the Zenith of Uncreation

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 08/01/2019 à 15:59
90 %    163

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/