Oh, mais je sens que le Chili va devenir ma nouvelle terre d’adoption si ça continue…Entre les flingués noisy qui brouillent l’écoute (et non pas) entre le Black et le Death, ceux qui s’adonnent aux joies du Blackened Core, et les maniaques du Thrash old-school, ma tête n’en finit plus de dodeliner de droite à gauche en une série de mouvements erratiques incontrôlables. A croire que ce peuple comble son retard en matière d’extrême, à condition d’occulter (sic) leur culture passée qui ma foi, n’est pas si maigre que ça. Toujours est-il que depuis cinq ans, les habitants de Santiago ou Punta Arenas se déchaînent pour nous fournir notre pesant de décibels sauvages, et rien que d’envisager la situation globale, j’imagine volontiers les clubs et bars locaux tremblant de tout leur poids sous les à-coups de désaxés du riff venant squatter leur scène à intervalles réguliers. Si vous êtes amateur de ma prose et de mes conseils qui osent, vous savez que je traite avec régularité de l’actualité Metal locale, et j’ajoute ce soir un nouvel exemple de la domination sud-américaine sur le reste du monde, en traitant du cas des fabuleux THROXIC, dont le nom seul est à même de vous aiguiller sur la bonne voie, celle d’un Thrash de tradition qui affectionne les coups de pompes dans les roustons et autres dégustations de saccades aux petits oignons. Et une fois est coutume (dans ce cas précis, oui), puisque ces olibrius se répandent en offrandes purement Thrash, à rendre fous de jalousie les MUNICIPAL WASTE, mais aussi fiers comme des Artaban les ex-VIO-LENCE, RIGOR MORTIS, VIKING et toute la clique des effrénés des BPM endiablés, qui ne concevaient le Metal que sous ses aspects les plus bruyants et culottés.

Alors fabuleux, le terme est choisi, et mesuré. En tant qu’amateur et auditeur de Thrash old-school non dilué, je dois avouer que ce second effort longue-durée des THROXIC m’a fait à peu près le même effet que les deux méfaits de RECIPIENTS OF DEATH, dont ils partagent l’amour de la vitesse et des guitares diablesses. Fondé en 2014, ce quatuor de fins tarés (Eric Alarcón - guitare, Constanza Soto - basse, Fernando Millaquen - guitare/chant et Cristobal Cheuqueman - batterie) a déjà proposé un premier LP il y a deux années (Rise The Revolution), mais aussi un EP en 2014 (Burning The Liars), ainsi qu’un split avec leurs collègues de BROKEN NECK, qui posaient les jalons de leur philosophie en béton. Et si Rage And Rebellion ne la trahit aucunement, autant dire qu’il appuie sur le champignon, pour se montrer aussi convaincant qu’une anthologie, dans une petite demi-heure impartie. Rage, rébellion, tout est dit, et même hurlé, de la voix enragée de Fernando, l’un des brailleurs les plus efficaces du circuit, et dont le timbre maudit tire le combo vers le haut du Hardcore bien chaud, sans pour autant les laisser verser dans le Crossover trop prononcé, alors même qu’ils en atteignent l’intensité. Ce second jet est d’une telle folie instrumentale qu’il serait inconcevable d’essayer de lui résister, tant chacun de ses morceaux est un véritable geyser de lave qui coule le long de vos conduits auditifs, pour finir dans votre cœur en chamade après avoir bien esquinté votre gorge malade. Une telle démonstration de furie musicale n’est pas donnée à tout le monde, et l’art incroyable des THROXIC est de rester dense tout en maintenant la cadence, comme aux plus grandes heures d’Eternal Nightmare ou Final Flight. Et faites-moi confiance, le compliment et pesé, mesuré, et calibré. Car parvenir à sonner purement Thrash tout en faisant des œillades prononcées au public Hardcore adoré, sans jamais mixer les deux, n’est pas une gageure que n’importe qui peut relever. Dont acte.

Alors, je vous vois venir, puisque finalement, nous nous ressemblons comme deux carpes dans un étang, en écoutant l’introductif « Rage And Rebellion », vous allez surement vous dire que cette furie n’est qu’une entame parmi tant d’autres, et que cet entrain hystérique n’est destiné qu’à allumer la mèche sans tout faire péter. Et vous ne pourriez avoir plus tort, puisque cette mise en jambes qui démange n’est que le premier chapitre d’un roman rédigé à la gloire d’un Thrash de frappés, qui connaissent le truc par cœur, et qui n’ont pas besoin d’une heure pour vous rallier à leur cause en une demi-heure. Guitares qui turbinent jour et nuit, rythmique qui part en coup de folie, breaks qui tombent pile au millimètre, et chant pas vraiment champêtre, mais plutôt dans un créneau citadin qui vitupère contre une administration à la con qui l’oblige à ramasser ses feuilles à mi- saison. Surfant sur la vague nostalgique sans pour autant capitaliser sur un passé exhumé, les chiliens nous donnent une leçon de violence que les plus grands maîtres observeraient sans méfiance, et « Hello (Hypocrite Day) » de confirmer que l’ambiance est bien à l’acharnement véloce. Une fois encore, saluons le travail de Fernando derrière son micro, qui file une rouste à tous les apprentis bargeots, mais hochons aussi la tête en approbation d’un duo rythmique qui cogne à faire tomber les murs du salon. En version fast, les trublions éclatent tout de leur puissance, tandis que les intermèdes mid/up leur permettent de faire preuve de persuasion, sans pour autant faire redescendre la tension. Un véritable rêve bruitiste éveillé, qui saura réunir dans un même élan de fraternité les fans d’EXPIRE et de LOST SOCIETY, pour en nommer un pas si au hasard que ça, dans une farandole enivrante de vitesse et de liesse, qui condamne de fait ce premier album à devenir un classique instantané. 

Et alors qu’on se dit que tout ça va bien finir par retomber comme un soufflé, « My Brain, My Riot ! » nous prend de face sans grimace, en distillant même un pur break Core à pogoter comme des ânes. « Antipatriots » nous fait le coup du sample en intro pour mieux nous écraser de son up tempo, tandis que le très franc « AxCxAxBx » assume les accointances Hardcore de son énorme basse rutilante avant de nous hacher menus de ses syncopes flagrantes. Et comme si reprendre notre souffle n’était qu’une option hautement facultative, le combo « Burn The Mother Country » / « Declaro/Deniego » ose l’osmose parfaite de brutalité à coups de machette, juste avant que le terrifiant « Shot (Bang Your Head) » ne nous ramasse à la petite cuillère de son riff surgonflé à l’éther. A ce stade-là de la partie, nous avons déjà rendu les armes, et pourtant le groupe nous a réservé sa salve la plus appuyée pour un final structuré, via les six minutes bien pesées de « Infesting The Enemy », qu’on penserait calqué sur le démentiel « Eternal Nightmare » de l’ex-fiancée de Robb Flynn, et cette façon presque progressive d’appréhender la brutalité sans jamais lever le pied.

Il est tout à fait légitime de se poser la question de savoir s’il faut plutôt ranger les THROXIC du côté Hardcore où ils risquent de tomber, ou dans la case Thrash dont ils semblent déborder. Mais Rage And Rebellion est à ce point enragé que cette problématique devient futile, et si parfait dans sa démesure endiablée qu’il suffit de l’écouter pour comprendre que quatre-vingt-dix pour cent de la production actuelle est méchamment faiblarde à côté.

D’ailleurs, inutile de discuter, puisque j’ai déjà embarqué. Direction le Chili, pas la peine de demander.


Titres de l'album:

  1. Rage And Rebellion
  2. Hello (Hypocrite Day)
  3. My Brain, My Riot!
  4. Antipatriots
  5. AxCxAxBx
  6. Burn The Mother Country
  7. Declaro-Deniego
  8. Shot (Bang Your Head)
  9. Infesting The Enemy

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2018 à 14:47
90 %    177

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !


De Toulouse via un Ryanair. Merci c'est sympa, à priori on se rejoint avec des potes. Je suppose qu'on campera. Mais boire un godet ou plusieurs avec plaisir. Et non perso aucun conflit du moins me concernant, je ne crois pas qu'il y ait matière à.


@ LeMoustre :
Je viens de capter là :
Tu viens de Albi pour le Méan ?!?!
Pfiou... Quel courage.
En tous cas, si jamais tu cherches un coin étape pour dormir la veille (je suis à 2 h 30 de Méan), n'hésites pas.