Les présentations sont importantes, et la première impression est souvent capitale. C’est pourquoi les artistes prennent souvent leur temps pour serrer musicalement la main du public, craignant le faux pas, ou le mot de trop. La poigne dont font preuve les CRITIC les feront taire justement, eux qui font preuve d’une extrême fermeté au moment de coller leur paluche dans la leur. Et le mot fermeté est utilisé à dessein tant ce premier EP est d’une incroyable consistance et fait preuve d’un sens de la pression que Dwayne Johnson pourrait leur envier. Fondé à Boulogne-sur-Mer par Vincent et Philippe, deux anciens BYATIS, CRITIC est l’archétype même du groupe qui domine complètement son sujet, et sait maîtriser la brutalité comme personne. Evidemment, avec un background solide et une éducation ne l’étant pas moins, rien de surprenant de la part de ces deux musiciens, vite rejoints par Maxime, ex-roadie de leur ancien groupe, puis par Erwin à la basse et Nicolas à la guitare. Et outre leur talent de composition naturel, les cinq musiciens ont en outre eu l’intelligence de ne pas s’attarder pour leur mise en route, puisque Eveil de L'Esprit se contente de six titres et d’une intro, pour à peine vingt minutes de musique tenant de la cacophonie post-apocalyptique gérée avec la maestria de Werner Herzog, Francis Ford Coppola ou George Miller. Eu égard au passif/passé des zicos impliqués, et après lecture de leur bio, il n’est pas difficile de comprendre dans quel créneau les boulonnais se situent, eux qui justement mettent ouvertement en avant leurs accointances Death. Death, mais pas n’importe lequel. Pas celui old-school qu’on nous ressert à longueur de chronique, mais celui plus Brutal et Technical que la concurrence, qui pourtant ne se gêne jamais pour essayer de faire plus de barouf que son voisin.

Etant légèrement hermétique au style, je craignais que le quintet ne m’écœure avant même d’avoir digéré leurs six morceaux. Et c’est exactement le contraire, puisque Eveil de L'Esprit m’a donné exactement ce que j’attendais de lui, à savoir une folie instrumentale ne se démentant pas pendant toute la durée du métrage, folie soulignée par une technique poussée de la part des instrumentistes. Pour faire simple et direct, sachez que si vous êtes fans de Technical Death joué par des passionnés et non des flagorneurs, CRITIC est exactement le groupe qu’il vous faut. Sachant articuler leurs idées pour les faire entrer dans un contexte restreint aux critères d’exigence précis, les cinq musiciens font étalage de leur talent tout en repoussant les limites de la démesure musicale, sans sombrer dans le chaos ou la démonstration qui polluent généralement les efforts du cru. Evidemment, rien de réellement neuf à se mettre entre les feuilles, mais une envie incroyable qui suppure de tous les pores de ce premier EP, ouvrant grand les portes des concerts à nos cinq amis. Et une fois la courte intro « Eveil » évaporée dans les airs, c’est « Iconoclastes » qui vous bouscule immédiatement de ses prouesses rythmiques, qui ne feront qu’emballer les débats et le cœur des fans de CRYPTOPSY. On reconnaît bien là l’influence des cadors du genre, dans cet étalage permanent de capacités dans l’ultra-brutalité, et dans la débauche de riffs en possession, faisant preuve d’un sadisme instrumental de rigueur.

Au niveau du classicisme, le cahier des charges est respecté à la lettre. Entre une section rythmique d’allumés qui placent un maximum de doubles croches et qui percutent, louvoient, serpentent comme un cobra en traquenard, une paire de guitaristes qui se rendent la politesse et abusent de leur vibrato, et une ambiance globale le confinant au carnage, le quintet peut aussi s’appuyer sur une dualité vocale hystérie/grognements qui ne fait qu’accentuer cette sensation globale de démence musicale. Le chant en français, loin de handicaper le projet lui confère une aura particulière pour qui saura distinguer les mots entre les cris (mais le groupe prend soin de préciser ses obsessions, l’aliénation, le consumérisme, l’argent, la guerre, la religion…), et le phrasé diabolique des deux compères augmente encore plus la pression, qui finalement ne retombe jamais. On appréciera en outre la performance d’enrobage, et le son signé Noord Production avec un mastering signé Kevoork, qui soigne la clarté de l’ensemble et sa précision. Et entre interventions courtes qui vont droit au but tout en dribblant comme des malades (« Marchands D'Ames », « Par La Grâce Du Feu »), et des structures plus longues qui permettent d’apprécier des syncopes bienvenues, des jeux de cymbales inventifs et une propension à emballer les débats à grand renfort de blasts (« Nanti »), CRITIC signe un manifeste de haine condensée et restituée avec les tripes et le cerveau, et s’impose évidemment comme une future référence de la scène Technical/Brutal Death, dont ils redorent les lettres de noblesse de leur attitude frondeuse, aux arguments solides et justifiés. D’ailleurs, même la pochette est superbe. Quand je vous parlais de bonne première impression, Eveil de L'Esprit en est donc un exemple parfait !   

  

 

Titres de l’album :

                         1.Eveil

                         2.Iconoclastes

                         3.Marchands D'Ames

                         4.Nanti

                         5.Doctrine Consanguine

                         6.Crises

                         7.Par La Grâce Du Feu

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/08/2019 à 18:28
78 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)