De façon générale, j’aime être surpris par un groupe que je découvre. Ou que je redécouvre, c’est selon. Rien ne m’ennuie plus qu’un album qui se contente de répéter des recettes déjà éculées, ou qui reste collé à des préceptes déjà digérés depuis des années. Je ne demande pas pour autant une originalité de tous les instants, ce qui est difficilement possible (et souvent franchement décevant), mais plutôt une variété de ton dans le déroulé, et une logique sous-jacente dans la concision, ce qui suffit amplement à transformer une anecdote en quasi évènement. Et ce nouvel album des américains de DOG DAY SUNRISE, sans être l’épiphanie qu’il n’est assurément pas, joue admirablement bien son rôle de trublion classique émergeant d’une production hautement prévisible. Et il a le flair de le faire sans se reposer sur des effets cheap et pseudo choc, mais en privilégiant une ouverture d’esprit qui fait beaucoup de bien aux oreilles. Et surtout, en proposant des compositions d’une étonnante maturité, butinant un peu toutes les fleurs d’inspiration pour trouver la sienne, à cheval entre les époques et les genres, sans s’égarer sur les chemins de l’incertitude. Présenté comme un combo se référant à des courants divers, le quatuor (Matt Zurat - guitare/chant, Anthony Manning - guitare, Bill Cox - basse et Joe Bishop - batterie) navigue donc à vue entre les nuances de vagues, et se permet d’évoquer tout autant la NWOBHM que la NWOAHM de la moitié des années 80, tout en lançant de sévères œillades à la vague Thrash de la fin de la même décennie, sans pour autant renier l’époque dans laquelle il évolue. En résulte une musique assez étrange, aussi inclassable que profondément décalée temporellement, qui suggère tout autant une admiration aux défricheurs européens de la charnière 70’s/80’s, qu’une sincère conviction dans les théories agressives du tournant 80’s/90’s, ramenant tout autant à la mémoire ICED EARTH qu’IRON MAIDEN, sans rechigner à taper du pied sur un groove que les PANTERA auraient pu imposer.

Etrange ? Pour le moins, mais fascinant dans les faits, d’autant plus que les quatre instrumentistes sont d’un niveau excellent. Et balayant du coude tout effet facile, les originaires de Pennsylvanie se paient le luxe de conférer à leur puissance Heavy un allègement Rock parfaitement en place, sans pour autant trahir la cause pour laquelle ils sont dévoués. Nous passons ainsi d’un morceau purement Heavy progressif et riche comme « Temple Of Anger » à une bousculade groovy teigneuse comme « Vinyl », et sa profession de foi que Phil Anselmo n’aurait pas reniée en duo avec les LEGS DIAMOND, sans que la transition ne paraisse incongrue ou hors-contexte. Il faut dire que les mecs ont le talent nécessaire pour assurer des translations paraissant difficiles à suivre, et qui sont pourtant d’une logique limpide. Et si « Leviathan » entame les hostilités d’un ton grave et presque sentencieux, c’est pour mieux nous prendre à revers d’un refrain à la mélodie entêtante et nostalgique. L’art consommé pour passer du coq Heavy à l’âne Rock des DOG DAY SUNRISE est vraiment bluffant de naturel, et chaque intervention est truffée de petits plans qui nous interrogent, mais ne nous laissent pas sans réponse. Et en faisant le grand écart entre la grandiloquence de « 6 Seconds In Dallas (Camelot is Burning) » et son ternaire chauffé à blanc, et l’agressivité directe et fondamentalement Speed birth de « Goodnight America », les quatre pistoleros ne dégainent jamais pour rien, et prouvent que leur chargeur n’est pas rempli à blanc. Les dégâts occasionnés aux cervicales sont patents tant le headbanging est autant conseillé que l’enthousiasme, mais la sensibilité n’est pas pour autant remisée au placard des sentiments à brider, puisque « Telling The Wolves » se paie le luxe de nous chatouiller la corde sensible avec la même virilité qui animait les ALICE IN CHAINS sur leur début de carrière.

Il n’est donc pas étonnant de constater que la troupe a pu partager la scène avec des cadors de la trempe de DEATH ANGEL, SLAVES ON DOPE, BLUE OYSTER CULT, LA GUNS, SEBASTIAN BACH, DOG FASHION DISCO, DOPE, JOAN JETT, NUCLEAR ASSAULT ou les RAGING SLAB, certainement tombés sous le charme de cette pluralité affirmée, et de cette ouverture d’esprit incarnée. Le son même de l’album, produit par la référence John Custer est très difficile à rattacher à une période particulière, et échappe à toute contrainte trop pesante, ce qui ne fait qu’ajouter à l’aura de mystère qui entoure ce groupe décidément très attachant. Aussi attachant que le chant de Matt Zurat, qui évoque un peu celui du Pepper Keenan des mid 90’s, dont on retrouve d’ailleurs un peu l’approche sur le gluant mais remuant « Cheating The Gallows » au riff ample et à la rythmique grondante. Et puisque nous n’en sommes pas à une surprise près, DOG DAY SUNRISE termine son effort sur un clin d’œil particulièrement étonnant, en nous proposant une relecture très personnelle et dramatique du hit « In The Air Tonight » de Phil Collins, artiste assez peu cité par la vague Hard Rock depuis ses débuts. Si le tube a gardé sa mélodie d’origine, il se voit ici transfiguré façon jam sudiste acoustique, évoquant les paysages de la Nouvelle-Orléans décrits par DOWN, avec une délicatesse digne de la cover de « Planet Caravan » popularisée par PANTERA. Plus qu’une simple allusion racoleuse, cette reprise est véritablement le point d’orgue d’un album qui frappe la conscience de sa liberté totale de ton, mais aussi de son culot en termes de créativité débridée. On apprécie cette guitare acoustique en demi-teinte, mais aussi ces envolées vocales presque lyriques, et surtout, cette construction progressive envoutante qui éclaire le classique d’une lumière nouvelle, et qui lui confère une patine tragique vraiment incroyable et prenante. Le solo final à des allures homériques de références héroïques au LYNYRD SKYNYRD live, et le feeling transpire de tous les pores, nous laissant pantois devant tant de talent d’appropriation.

Et même si on peut regretter certaines lacunes dans le traitement sonore, parfois un peu faible et fouillis, on se retrouvera tous autour de la phénoménale émancipation d’un quatuor qui refuse toute catégorisation, pour jouer la musique qu’il aime, ou plutôt, LES musiques qu’il aime. Un groupe ouvert, aux perspectives multiples, qui sans esbroufe, nous convainc de son potentiel et nous séduit de sa sincérité. Energique, puissant, velouté ou pressant, When The Sky Comes Down est un crépuscule que l’on savoure en bonne compagnie, et qui conchie la vulgarisation pour privilégier la passion. Un beau disque, dans le sens le plus littéral du terme, et des musiciens que je suis heureux de connaitre à présent, et dont on sent l’expérience à chaque seconde sans que la fraîcheur ne soit sacrifiée sur l’autel du professionnalisme.


Titres de l'album:

  1. Leviathan
  2. 6 Seconds in Dallas (Camelot Is Burning)
  3. Temple of Anger
  4. Vinyl
  5. Goodnight America
  6. Telling the Wolves
  7. Cheating the Gallows
  8. In the Air Tonight

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/02/2018 à 14:22
80 %    331

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes