Lundi matin, c’est l’heure de reprendre le boulot pour la plupart d’entre vous, mais c’est aussi l’heure du Thrash pour certains, dont votre serviteur. Au menu de cette entame de semaine, un groupe venu de Hongrie, formé il y a plus de dix ans, et qui depuis, n’a pas baissé en intensité sa production, au point de fêter cette année son quatrième longue-durée, sanctionnant un parcours plein d’abnégation. Comme beaucoup d’autres combos, les VESZTEGZÁR ont dû faire face à de nombreux changements de line-up avant de se stabiliser, perdant leurs chanteurs respectifs et remplaçant leurs guitaristes, ce qui ne les a nullement empêchés de garder une vitesse de croisière soutenue. Originaire de Komárom, ce quintet (Hökkön Attila - chant, Dankó Balázs János & Fodor Ákos - guitares, Akács Gergely - basse et Monostori Ádám - batterie) au préalable connu sous le nom de SPIT se répandait en reprises de SEPULTURA et de MOBY DICK, avant de se concentrer sur ses propres compositions, qui ont pu trouver une belle exposition au travers de LP impeccables (Beteg Világ en 2012, Útvesztő en 2015 et Kárhozat / Damnation en 2018). 2018 est donc une grande année pour les hongrois, puisque Damnation vient enrichir leur discographie de ses neuf morceaux combatifs et pugnaces, respectant ainsi une tradition d’extrême qui se matérialise autour d’un Thrash moderne, ne crachant pas sur quelques influences classiques. Ces mêmes influences se veulent personnelles, puisqu’aucune référence n’y est faite sur leurs pages officielles, ce qui oblige l’auditeur à faire preuve de perspicacité lors de l’écoute. L’autre option étant de se laisser porter par la musique, suffisamment puissante pour être intéressante, et développant de jolis aspects techniques qui toutefois ne glissent jamais vers le Techno-Thrash, malgré des capacités évidentes.

Difficile d’ailleurs de situer les VESZTEGZÁR sur un créneau particulier. Si la véhémence de leur approche les affilie de fait au Thrash le plus sombre et compact, on note aussi quelques inflexions purement Metal, ou au contraire Hardcore, sans verser dans le Crossover. Mais un Thrash pas forcément passéiste, qui tend parfois vers l’univers assez particulier de GRIP INC. sans vraiment s’en rapprocher, et qui reste campé sur des positions contemporaines sans rien renier de l’héritage Bay-Area du genre. Pas vraiment de facilité de description donc, mais une complémentarité qui fait plaisir à entendre, et surtout, une osmose qui s’articule autour de plans vraiment soudés. Des riffs énormes qui vous écrasent les tympans, et une rythmique évolutive, pour un chant aux accents rauques en invectives, et des ambiances lourdes, rapides, denses et une percussion de tous les instants qui confèrent à cet album une atmosphère un peu étrange, claustrophobique, à cent lieues du fun habituel de ce genre d’exactions. Et si les guitares se souviennent souvent de l’art séculaire de SLAYER pour assombrir chaque lick d’un staccato pesant et d’une harmonie stressante, si la basse se cale sur la ligne du parti OVERKILL pour claquer, ou au contraire appuyer sur la noirceur, si l’ensemble se replonge dans la mémoire d’un FORBIDDEN plus concentré que la moyenne, la patte personnelle du quintet reste tangible et tire ce quatrième album vers le haut, sans chercher à en bousculer les codes. Le meilleur exemple en restant le terrassant « Pitch Dark », Heavy comme un marteau frappant une enclume, aux nombreux passages redondants laissant une double grosse caisse métronomique appuyer là où ça fait mal, et aux couplets en forme de litanie qui assènent le message sans hésiter à prôner une répétition hypnotique. Mais d’un point de vue générique, et malgré une certaine modération dans l’agression, Damnation frappe fort, use d’effets distordus pour noyer nos repères (« Stationary Stone »), tout en ne perdant jamais de vue l’efficacité de morceaux courts, mais persuasifs (« Splinters Of Remembrance »).

En résumant l’affaire de façon synthétique, on pourrait dire que l’introductif « Soul Destroyer » se pose en pierre angulaire de ce quatrième LP. Il contient en effet tous les ingrédients développés par la suite, une construction évolutive, des grondements sourds, des certitudes de vitesse plus appuyées, et surtout, une tendance à tergiverser pour mieux frapper de plein fouet l’instant d’après. C’est la tactique employée durant les trente-cinq minutes bien tassées, un peu à l’image d’un serpent louvoyant entre les pierres pour mieux surgir et mordre au moment où on s’y attend le moins. Un Thrash un peu vicieux donc, qui s’appuie sur une belle intelligence de composition, empruntant parfois aux VIO-LENCE d’Oppressing The Masses leur stratégie globale, et brisant à intervalles réguliers l’avancée pour mieux brouiller les pistes et jouer le jeu d’un Heavy vraiment vénéneux aux crocs fielleux (« Galanty Show », une multitude d’idées pour un fourre-tout un peu déstabilisant, mais terriblement probant). Tout ne fonctionne pas sur le même niveau, certains passages un peu trop appuyés tirant le Heavy du côté où il va tomber, mais dans l’ensemble, ce nouvel album des Hongrois fait preuve d’assez d’audace pour se démarquer, osant parfois des backing vocals un peu de traviole pour mieux troubler l’ambiance (« Chaos », le bien nommé). On en oublie vite de comparer les VESZTEGZÁR à des repères plus fondamentaux, et on accepte la démarche artistique telle qu’elle est élaborée, d’autant plus que lorsque tous les éléments les plus personnels se mettent en branle simultanément, la puissance est décuplée et le plaisir procuré démultiplié (« Fools Of Calamity »).

Chanteur au timbre spécial, paire de guitaristes complémentaires, bassiste qui affirme sa gravité, batteur qui enrobe et habille sans voler la vedette, morceaux brefs mais truffés de possibilités, le bilan est donc troublant mais séduisant, et Damnation de se poser en outsider sur un échiquier déjà bien rempli. Du Thrash qui en est, mais pas vraiment en même temps, et surtout, pas seulement, des musiciens ambitieux qui voient plus loin que le bout de leurs références pieuses, pour un choc de biais pluriforme et tentaculaire (« Unforgiven Sin »), qui laisse songeur, mais légèrement rêveur. Une carrière hors norme pour les VESZTEGZÁR, et un nouvel album qui s’adressera à tous les blasés de la vague old-school élimée.              

             

       

Titres de l'album:

                          1.Soul Destroyer       

                          2.Galanty Show        

                          3.Chaos         

                          4.Fools of Calamity  

                          5.Pitch Dark  

                          6.Stationary Stone    

                          7.Splinters of Remembrance 

                          8.Dark Side of War   

                          9.Unforgiven Sin

Site officiel

Facebook officiel 


par mortne2001 le 17/07/2018 à 14:46
78 %    364

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)


"Prends Sabaton dont on cause, ça y est tout le temps, idem pour AudreyHorne, qui y figure encore dans ce numéro. Ou des trucs type Rush, Opeth, ces trucs là... "
On est complétement d'accord, je me cherche juste quelques "excuses" pour justifier le fait que je l'achète encore de temps en(...)


+1 RBD


@LeMoustre : non sur la compile, c'est le EP No Comment de 1990 avec des titres bonus en live ou en studio, dont certains issus d'Antichrist President, mais il n'y a pas l'album.

Et si plus de chroniques comme celle ci vous intéresse, j'en ai plein ma musette ;)


Y'a pas l'album, sur la compile No Comment ?


En partie d'accord avec toi, JdC. Ok sur le côté "faut assurer le coup pour payer être à l'équilibre financier", normal, et je me dote bien qu'une couv' avec Nightwish ou Metallica sera toujours plus vendeuse qu'une autre avec un groupe extrême que 15 gus connaissent en tout en France. idem po(...)


Chez Rock Hard, financièrement ça doit pas être tous les jours facile je pense (c'est indépendant, c'est une musique de "niche", les ventes papiers diminuent pour tout le monde, eux compris...). Donc si ils veulent continuer, je pense qu'ils n'ont pas vraiment le choix : il faut causer de ce qui(...)


Vu en téléchargement ce numéro. Ça faisait bien 5/7 ans que j'en avais pas lu un. Eh ben, ça donne pas envie du tout. Le choix éditorial mou comme un pet de vache folle et toujours bloqués dans les mêmes sempiternels trucs soit de vieux soit pleins de camphre (Sabaton, non mais ils ont des p(...)


Une bien bonne chronique à laquelle je souscris. Un album certes classique, sans prise de risque par rapport au genre, un album charnière aussi (l'abandon des parties BM sera définitif maintenant je pense...). Mais un album qui s'écoute bien et qui fait le taf pour moi. Après je peux comprendre(...)


Une tuerie ce morceau de Cattle..., pas loin d'être la meilleure chanson de l'album, pour moi.


La date de sortie de l'album a été repoussée au 12 juin, les précommandes sont toujours ouvertes...


Belle mise ne lumière d'un album méconnu. Merci pour cette chronique


Ah c’est marrant pour moi c’est à partir de fiction, comme quoi chacun a son curseur de tolérance


Le groupe fait de la soupe depuis Damage done, c'est pas glorieux d'y être resté si longtemps.


Je suis abonné à RockHard depuis quelques années et j'ai fais un don hier.

Je ne veux pas voir ce mensuel disparaître.

Et d'accord avec toi concernant Metallian. Je n'aurais pas dis les genoux mais les pieds concernant leurs chroniques d'albums parce que certaines puent(...)


Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.