Damnation

Vesztegzár

08/06/2018

Nail Records

Lundi matin, c’est l’heure de reprendre le boulot pour la plupart d’entre vous, mais c’est aussi l’heure du Thrash pour certains, dont votre serviteur. Au menu de cette entame de semaine, un groupe venu de Hongrie, formé il y a plus de dix ans, et qui depuis, n’a pas baissé en intensité sa production, au point de fêter cette année son quatrième longue-durée, sanctionnant un parcours plein d’abnégation. Comme beaucoup d’autres combos, les VESZTEGZÁR ont dû faire face à de nombreux changements de line-up avant de se stabiliser, perdant leurs chanteurs respectifs et remplaçant leurs guitaristes, ce qui ne les a nullement empêchés de garder une vitesse de croisière soutenue. Originaire de Komárom, ce quintet (Hökkön Attila - chant, Dankó Balázs János & Fodor Ákos - guitares, Akács Gergely - basse et Monostori Ádám - batterie) au préalable connu sous le nom de SPIT se répandait en reprises de SEPULTURA et de MOBY DICK, avant de se concentrer sur ses propres compositions, qui ont pu trouver une belle exposition au travers de LP impeccables (Beteg Világ en 2012, Útvesztő en 2015 et Kárhozat / Damnation en 2018). 2018 est donc une grande année pour les hongrois, puisque Damnation vient enrichir leur discographie de ses neuf morceaux combatifs et pugnaces, respectant ainsi une tradition d’extrême qui se matérialise autour d’un Thrash moderne, ne crachant pas sur quelques influences classiques. Ces mêmes influences se veulent personnelles, puisqu’aucune référence n’y est faite sur leurs pages officielles, ce qui oblige l’auditeur à faire preuve de perspicacité lors de l’écoute. L’autre option étant de se laisser porter par la musique, suffisamment puissante pour être intéressante, et développant de jolis aspects techniques qui toutefois ne glissent jamais vers le Techno-Thrash, malgré des capacités évidentes.

Difficile d’ailleurs de situer les VESZTEGZÁR sur un créneau particulier. Si la véhémence de leur approche les affilie de fait au Thrash le plus sombre et compact, on note aussi quelques inflexions purement Metal, ou au contraire Hardcore, sans verser dans le Crossover. Mais un Thrash pas forcément passéiste, qui tend parfois vers l’univers assez particulier de GRIP INC. sans vraiment s’en rapprocher, et qui reste campé sur des positions contemporaines sans rien renier de l’héritage Bay-Area du genre. Pas vraiment de facilité de description donc, mais une complémentarité qui fait plaisir à entendre, et surtout, une osmose qui s’articule autour de plans vraiment soudés. Des riffs énormes qui vous écrasent les tympans, et une rythmique évolutive, pour un chant aux accents rauques en invectives, et des ambiances lourdes, rapides, denses et une percussion de tous les instants qui confèrent à cet album une atmosphère un peu étrange, claustrophobique, à cent lieues du fun habituel de ce genre d’exactions. Et si les guitares se souviennent souvent de l’art séculaire de SLAYER pour assombrir chaque lick d’un staccato pesant et d’une harmonie stressante, si la basse se cale sur la ligne du parti OVERKILL pour claquer, ou au contraire appuyer sur la noirceur, si l’ensemble se replonge dans la mémoire d’un FORBIDDEN plus concentré que la moyenne, la patte personnelle du quintet reste tangible et tire ce quatrième album vers le haut, sans chercher à en bousculer les codes. Le meilleur exemple en restant le terrassant « Pitch Dark », Heavy comme un marteau frappant une enclume, aux nombreux passages redondants laissant une double grosse caisse métronomique appuyer là où ça fait mal, et aux couplets en forme de litanie qui assènent le message sans hésiter à prôner une répétition hypnotique. Mais d’un point de vue générique, et malgré une certaine modération dans l’agression, Damnation frappe fort, use d’effets distordus pour noyer nos repères (« Stationary Stone »), tout en ne perdant jamais de vue l’efficacité de morceaux courts, mais persuasifs (« Splinters Of Remembrance »).

En résumant l’affaire de façon synthétique, on pourrait dire que l’introductif « Soul Destroyer » se pose en pierre angulaire de ce quatrième LP. Il contient en effet tous les ingrédients développés par la suite, une construction évolutive, des grondements sourds, des certitudes de vitesse plus appuyées, et surtout, une tendance à tergiverser pour mieux frapper de plein fouet l’instant d’après. C’est la tactique employée durant les trente-cinq minutes bien tassées, un peu à l’image d’un serpent louvoyant entre les pierres pour mieux surgir et mordre au moment où on s’y attend le moins. Un Thrash un peu vicieux donc, qui s’appuie sur une belle intelligence de composition, empruntant parfois aux VIO-LENCE d’Oppressing The Masses leur stratégie globale, et brisant à intervalles réguliers l’avancée pour mieux brouiller les pistes et jouer le jeu d’un Heavy vraiment vénéneux aux crocs fielleux (« Galanty Show », une multitude d’idées pour un fourre-tout un peu déstabilisant, mais terriblement probant). Tout ne fonctionne pas sur le même niveau, certains passages un peu trop appuyés tirant le Heavy du côté où il va tomber, mais dans l’ensemble, ce nouvel album des Hongrois fait preuve d’assez d’audace pour se démarquer, osant parfois des backing vocals un peu de traviole pour mieux troubler l’ambiance (« Chaos », le bien nommé). On en oublie vite de comparer les VESZTEGZÁR à des repères plus fondamentaux, et on accepte la démarche artistique telle qu’elle est élaborée, d’autant plus que lorsque tous les éléments les plus personnels se mettent en branle simultanément, la puissance est décuplée et le plaisir procuré démultiplié (« Fools Of Calamity »).

Chanteur au timbre spécial, paire de guitaristes complémentaires, bassiste qui affirme sa gravité, batteur qui enrobe et habille sans voler la vedette, morceaux brefs mais truffés de possibilités, le bilan est donc troublant mais séduisant, et Damnation de se poser en outsider sur un échiquier déjà bien rempli. Du Thrash qui en est, mais pas vraiment en même temps, et surtout, pas seulement, des musiciens ambitieux qui voient plus loin que le bout de leurs références pieuses, pour un choc de biais pluriforme et tentaculaire (« Unforgiven Sin »), qui laisse songeur, mais légèrement rêveur. Une carrière hors norme pour les VESZTEGZÁR, et un nouvel album qui s’adressera à tous les blasés de la vague old-school élimée.              

             

       

Titres de l'album:

                          1.Soul Destroyer       

                          2.Galanty Show        

                          3.Chaos         

                          4.Fools of Calamity  

                          5.Pitch Dark  

                          6.Stationary Stone    

                          7.Splinters of Remembrance 

                          8.Dark Side of War   

                          9.Unforgiven Sin

Site officiel

Facebook officiel 


par mortne2001 le 17/07/2018 à 14:46
78 %    494

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58

Humungus

D'accord avec Buck Dancer sur ce titre.Le précédent extrait était bien plus savoureux.A voir la totalité de l'oeuvre donc...Par contre, le clip est chiadé.

26/02/2021, 08:38

Buck Dancer

De savoir que Rutan fait désormais partie du groupe éveil ma curiosité pour l'album, mais le morceau s'écoute et s'oublie une fois terminé. Certainement un résumé de ce que sera l'album a mes oreilles. 

25/02/2021, 15:58

Moshimosher

Intéressant, intéressant...

25/02/2021, 13:59

Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30