Peut-on vraiment en vouloir à un groupe qui essaie de s’adapter aux exigences de son époque, au risque de standardiser son style pour se fondre dans la masse et essayer de rester la tête hors de l’eau ? Doit-on y voir une forme d’opportunisme, une fierté pas forcément bien placée, on un sursaut de rage de voir ses enfants devenir adultes et prendre sa place, même si on ne l’a pas forcément occupée en temps et en heure ? Entendons-nous bien, en tant que fan des FLOTSAM & JETSAM depuis Doosmday For The Deceiver, je ne saurais me montrer aigri à leur propos, et ceux que j’ai tenus lors de la sortie de Flotsam & Jetsam il y a trois ans faisaient montre d’un enthousiasme parfaitement sincère. Il faut dire qu’après une lente descente en seconde, puis troisième division dans les nineties et les années 2000, j’étais relativement satisfait de constater que les arizoniens n’étaient pas encore séniles ni tétraplégiques artistiquement parlant, et qu’ils étaient encore capables de faire parler la poudre sans prétendre frôler les cimes qu’ils atteignirent autrefois. Et après avoir ressenti une profonde tristesse à l’écoute de The Cold, Ugly Noise ou la tentative pathétique de replacer au premier plan de l’actualité leur premier chef d’œuvre, j’entrevoyais la possibilité d’une rémission presque totale à ce moment-là, qui laissait augurer de lendemains plus cléments pour ces défenseurs d’un Metal toujours aussi mordant et mélodique. Ces lendemains sont en 2019 devenus des aujourd’hui, et The End of Chaos d’exploser à la face de la scène Metal de toute sa véhémence, sa puissance, et sa redoutable envie d’en découdre. Mais, et puisqu’il en faut bien un, FLOTSAM a gagné en impact ce qu’il a perdu en finesse, et ce quatorzième LP (ou treizième si l’on met de côté la parenthèse relifting de Doosmday en 2014), aussi percutant et solide soit-il se fond dans la masse des sorties du moment, se permettant même des erreurs de débutant en essayant de se hisser au niveau des meilleurs représentants d’un Power Metal certes flamboyant, mais désespérément stérile.

Constat assez inquiétant, hautement subjectif, et surtout, soumis à des critères d’appréciation très personnels. Car dans les faits, et malgré l’une des pochettes les plus hideuses de ces 20 dernières années, The End of Chaos est une petite bombe à fragmentation, qui détruit tout sur son passage, une sorte de bulldozer mélodique qui annihile l’ennemi de deux ou trois frappes chirurgicales, et qui rase le reste de ses épaisses chenilles. Avec un line-up une fois encore renouvelé, et l’arrivée à la batterie du mercenaire Ken Mary (FIFTH ANGEL, HOUSE OF LORDS, IMPELLITTERI, CHASTAIN, Alice COOPER, etc…) reprenant les baguettes des mains de l’exilé Jason Bittner, parti cogner chez les OVERKILL, ce nouvel effort en fait des tonnes pour nous convaincre de sa pertinence et de la validité de son esprit revanchard, et accumule les prouesses, les riffs tranchants, les impulsions rythmique en chien de fusil, et nous terrasse de son agressivité, qui a de quoi laisser bien des petits jeunes sur le carreau. Inutile de nier l’évidence, en termes de performance, ce LP est au-dessus de tout soupçon, les musiciens ayant monté d’un cran niveau technicité et cohésion, et pourtant, en arrière-plan, on ressent une légère amertume de déjà entendu, chez la concurrence, qui souvent d’ailleurs est allée se servir chez les JETSAM pour agrémenter ses recettes d’une pincée de finesse. Sauf qu’en 2019, la finesse à complétement disparu de l’optique des originaires de Phoenix, qui le plus souvent se contentent de frapper, et de frapper encore, un peu à l’aveugle, un peu comme un blitzkrieg inévitable, en signant des morceaux certes accrocheurs, construits, parfois évolutifs, mais complètement expurgés de toute volonté de nuance. Et le cas de figure de l’album parfait sur le papier, mais décevant dans les faits se représente une nouvelle fois, laissant le chroniqueur seul face à sa conscience, devant faire le choix de l’objectivité la plus honnête en mâtinant ses louanges de critiques construites mais réductrices, ou de prôner la subjectivité dont ont fait preuve ses homologues du net, et de se cantonner à décrire des chansons aux propos tonitruants, mais à la violence fort peu satisfaisante.

Je suis loin d’être un adepte du pénible « c’était mieux avant », mais autant dire qu’à l’écoute de The End of Chaos, le FLOTSAM & JETSAM que j’ai tant aimé et chéri me manque terriblement. Celui capable dans un même morceau d’évoquer QUEENSRYCHE et METALLICA, tout en gardant sous le coude une passion pour le Heavy ricain tel qu’il était pratiqué par les puristes de METAL CHURCH. Aujourd’hui, les arizoniens ont le muscle saillant, les guitares effilées, se présentent avec une carrure impressionnante, et ont réussi à tenir le pari de rester les deux pieds fermement ancrés dans leur époque, sans vraiment trahir leur style, mais en le nivelant, en l’harmonisant, et en l’adaptant à des attentes plus juvéniles. Et si Erik A.K déclarait il y a peu avoir dû choisir entre quarante chansons pour plaquer ses textes, appliquant des critères de qualité drastiques, on peut estimer que le groupe in extenso a privilégié la cohésion au détriment de la diversité, ce qui donne à ce nouveau chapitre des allures de bloc de béton. Certes, le bilan est loin d’être catastrophique, et les webzines se déchaînent déjà en parlant de « meilleur album », ce que ce quatorzième tome n’est assurément pas et ne sera jamais. Car on a souvent le sentiment d’écouter un combo de Power Metal ayant émergé au début des années 2000, connaissant très bien son métier, et le pratiquant avec un professionnalisme respectable, plus qu’une légende qui a inventé une approche et qui a eu beaucoup de mal à s’y tenir ensuite. La faute à une production qui elle aussi a boosté les fréquences pour jouer le jeu de la modernité, collant les guitares ensemble et laissant la batterie occuper l’espace de ses nombreux breaks et fills, tout en gardant un espace vital élargi à la voix vieillissante d’Erik, toujours séduisante, mais elle aussi contenue par un cahier des charges à respecter à la lettre. Alors oui, ça marque, ça marche, la plupart du temps, mais les morceaux défilent comme à la parade sans vraiment marquer les esprits, et sans qu’on puisse en mettre un en avant plutôt qu’un autre.

Et même si l’ultrarapide « Control » bouscule en deuxième de couverture, et même si « Prisoner Of Time » chamboule la donne en ouverture, et même si l’alternance de furie et de puissance est admirablement bien dosée, on attend un peu en vain l’étincelle qui va tout faire exploser, un peu comme si l’album était un gigantesque baril de poudre aux mèches humides. Certes, les harmonies sont appréciables, la section rythmique claquante, la paire de guitaristes au garde à vous, mais on se prend après quelques écoutes à devoir réfléchir pour se souvenir d’un morceau plus attachant que les autres, ce qui est rarement bon signe pour un groupe de cette trempe. Mais avec un peu de recul, « Slowly Insane » fait parfaitement l’affaire, et la fin du déroulé laisse place à des choses plus modulées, comme ce « Survive », plus abordable et aéré, ou « Snake Eye », seul intermède à pouvoir évoquer les jeunes années du groupe, sur lequel même le chant d’Erik rajeunit à croche d’œil. Il est toujours délicat de se montrer inflexible lorsqu’un des groupes les plus singuliers de votre jeunesse tombe dans le piège du jeunisme, spécialement lorsque cette crise sera à peine remarquée par la plupart des fans, et si The End of Chaos va évidemment faire un massacre en concert, puisque ses chansons sont taillées pour le live, il peine à convaincre en écoute interne, tant il s’obstine à s’enfoncer dans la violence au lieu de s’en servir comme argument. Mais il est impossible de descendre un travail de cette importance sur une seule mauvaise impression, et que les die-hard se rassurent, ce quatorzième témoignage de FLOTSAM & JETSAM saura les enthousiasmer et les rassurer. Dommage qu’il préfère les faire headbanguer que réfléchir.         

 

Titres de l’album :

                         01. Prisoner Of Time

                         02. Control

                         03. Recover

                         04. Prepare For Chaos

                         05. Slowly Insane

                         06. Architects Of Hate

                         07. Demolition Man

                         08. Unwelcome Surprise

                         09. Snake Eye

                         10. Survive

                         11. Good Or Bad

                         12. The End

Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 15/03/2019 à 16:19
78 %    362

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)